Portugal : baisse du PIB confirmée, nouvelles économies annoncées

 |   |  296  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a salué les annonces faites par Lisbonne, qui s'est donné de nouvelles marges de manœuvre pour atteindre son objectif d'un déficit budgétaire de 4,6% du PIB en 2011.

Le Portugal se serre la ceinture un peu plus. Le pays a annoncé des mesures d'économies supplémentaires afin de se donner plus de marges de manoeuvres pour atteindre son objectif d'un déficit budgétaire représentant 4,6% du produit intérieur brut (PIB) fixé pour cette année, a déclaré ce vendredi le ministre des Finances.

"Par précaution, les mesures de consolidation (des comptes publics) vont être renforcées, ce qui aura pour effet un impact supplémentaire de 0,8% (du PIB)", a précisé le ministre Fernando Teixeira dos Santos.

Les mesures d'économies supplémentaires annoncées par le Portugal pour réduire ses déficits ouvrent la voie à une augmentation des capacités du prêt du FESF ainsi qu'à un élargissement des missions du fonds d'urgence européen, a déclaré vendredi Olli Rehn, commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires. "Les engagements du gouvernement portugais posent un jalon important dans la réponse globale à apporter à la crise de la dette souveraine", a commenté Olli Rehn.

Le PIB confirmé en baisse de 0,3% au quatrième trimestre

Par ailleurs, le produit intérieur brut (PIB) a baissé de 0,3% au quatrième trimestre par rapport au troisième, a annoncé vendredi aussi l'Institut national des statistiques, confirmant son estimation "flash" faite le mois dernier.

Par rapport au quatrième trimestre 2009, l'économie portugaise affiche néanmoins une croissance de 1,2% et, sur l'ensemble de 2010, le PIB a augmenté de 1,4% après s'être replié de 2,5% en 2009. Le gouvernement portugais avait prévu pour l'ensemble de 2010 une croissance de 1,3%.

Le recul du PIB d'un trimestre sur l'autre s'explique par une baisse de la consommation des ménages et des investissements à la suite des mesures d'austérité mises en place par Lisbonne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2011 à 10:27 :
J'entends parler de la concurrence "libre et non faussé" qui s'applique entre les entreprises mais s'interdit entre les différents États de l'Union par le fait d'une monnaie unique. La crise révèle la réalité: Le jeu des monnaies doit faire parti du jeu de la concurrence!?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :