L'économie du Japon en grande difficulté jusqu'au troisième trimestre 2011

 |   |  460  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les conséquences économiques de la triple catastrophe du 11 mars - séisme, tsunami, accident nucléaire - frappent l'archipel nippon de plein fouet. Croissance en berne, menace de récession, coûts exorbitants des dégâts, méfiance des pays étrangers envers les produits alimentaires japonais... La situation économique du Japon s'annonce délicate au moins jusqu'au troisième trimestre 2011.

Hier, l'OCDE a redonné le sourire aux pays du G7 en estimant leur croissance pour la première moitié de 2011 à 3%. Des prévisions revues à la hausse... sauf pour le Japon. L'archipel nippon va au contraire subir les conséquences économiques de la catastrophe climatique du 11 mars. L'OCDE estime que le pays devrait perdre entre 0,2% et 0,6% de croissance au premier trimestre 2011, puis entre 0,5% et 1,4% au deuxième trimestre. Il ne devrait reprendre des couleurs qu'à partir du troisième trimestre, grâce au rebond lié à la reconstruction.

Ces sombres prévisions ne sont pas les pires. Des économistes interrogés lundi par le quotidien japonais Nikkei se montrent encore plus pessimistes. Ils estiment que le "triple désastre" risque de pousser le Japon dans la récession dans les prochains mois, et tablent sur une contraction du PIB de 0,6% en rythme annualisé au premier trimestre, puis de 2,6% d'avril à juin. L'économiste le plus alarmiste prévoit même une chute de 7,1% au deuxième trimestre...

Au milieu de ce marasme, le gouvernement nippon a quant à lui publié ses premiers chiffres officiels de la catastrophe. Les dégâts devraient coûter entre 16.000 et 25.000 milliards de yens (entre 200 et 300 milliards de dollars environ). Dans l'estimation la plus pessimiste, la catastrophe naturelle du 11 mars deviendrait la plus coûteuse de l'histoire de l'humanité.

Comme si cela n'était pas suffisant, les effets "ricochet" liés à la catastrophe nucléaire se multiplient. L'Inde a décrété mardi une interdiction totale pendant trois mois des importations de produits alimentaires japonais par crainte de contamination radioactive des aliments. Si l'Inde est le premier pays à interdire totalement les produits japonais, il n'est pas le seul à craindre pour la santé de ses citoyens. La Chine, Taïwan, Singapour et les Etats-Unis ont déjà prohibé l'importation de produits provenant de certaines régions du Japon.

Sur l'archipel, les entreprises japonaises ont le moral en berne. Toyota, fleuron de l'industrie japonaise, a annoncé mardi que sa production en Amérique du Nord allait "inévitablement" être suspendue à cause d'un manque de pièces détachées, sans toutefois préciser quand, où et pour combien de temps ces interruptions auront lieu. Tepco a vu sa note se dégrader de trois rangs et son cours en bourse chuter de 18,10% mardi, atteignant son plus bas historique en près de 60 ans. De manière générale, c'est l'ensemble des entreprises japonaises qui sont pessimistes, comme le révèle un rapport de la Banque du Japon (BoJ). Selon cette enquête, le moral des grandes firmes industrielles du pays tombe à -2 points en prenant en compte les effets du tremblement de terre et du tsunami, contre +3 pour les entreprises qui avaient répondu à l'enquête avant le drame.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2011 à 2:51 :
Je cite: " L'archipel nippon va au contraire subir les conséquences économiques de la catastrophe climatique du 11 mars."

Depuis quand les tremblements de terre et tsunami sont des catastrophes climatiques ???? Il semblerait que la le "tsunami vert" submerge tout, bientot les accidents de la route seront aussi des catastrophes climatiques....Sacre CO2....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :