Tepco cesse ses opérations de déversement d'eau radioactive dans la mer

L'eau contaminée ne sera plus déversée dans la mer, a décidé Tepco, l'opérateur de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima. Plus tôt dans la journée, et alors que le pays a subi une nouvelle réplique, le gouvernement japonais a affirmé que le risque d'une "fuite radioactive majeure" à Fukushima s'était "considérablement réduit". La zone d'évacuation aux alentours de la centrale a toutefois été étendue.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

Plusieurs bonnes nouvelles Le gouvernement japonais a fini par plier face à la demande de différents organismes internationaux. La zone d'évacuation autour de la centrale nucléaire gravement endommagée de Fukushima va être élargie.

Pourtant, le risque d'une "fuite radioactive majeure" s'est "considérablement réduit", a assuré le porte-parole du gouvernement lors d'une intervention à la télévision mais l'exposition prolongée à de faibles doses de radioactivité peut néanmoins constituer un danger qui justifie cette mesure de précaution, a-t-il expliqué. "C'est une chose très difficile, mais nous allons demander aux populations concernées de partir dans le mois à venir", a-t-il précisé.

L'élargissement de la zone d'évacuation, de 20 km actuellement, ne va pas être dans un périmètre circulaire donné mais il visera des localités précises. Les habitants des localités concernées vont ainsi devoir quitter leur domicile 

Jusque-là, la crise nucléaire qui frappe la centrale de Fukushima a contraint quelque 80.000 personnes à tout quitter. Accueillies dans des centres d'hébergement, elles ne savent pas si elles pourront y retourner vivre avant plusieurs années.

"Il est évident que la centrale n'est pas en état de fonctionner normalement", a reconnu le porte-parole. D'ailleurs les experts estiment que l'accident nucléaire est encore loin d'être terminé. Selon eux, il faudra probablement plusieurs mois avant de stabiliser la situation de la centrale.

Pour la première fois depuis le début de la catastrophe, Masataka Shimizu, patron de Tokyo Electric Power (Tepco), l'opérateur de Fukushima Daiichi, devait se rendre ce lundi dans la région pour s'excuser des troubles causés aux habitants.

Le séisme de magnitude 9 et le tsunami qui ont frappé le Japon il y a un mois, le 11 mars, ont fait, selon un dernier bilan officiel, 13.116 morts et 14.377 disparus.

Deuxième réplique ce lundi

Depuis, de nombreuses répliques continuent de faire trembler le pays. La dernière, de 6,6 sur l'échelle de Richter selon les dernière sestimations de 'Institut de géophysique américain (USGS)  est survenue ce lundi mais l'alerte au tsunami a été levée. L'épicentre de cette réplique était situé dans la préfecture de Fukushima, à 13 km seulement de profondeur et à 81 km au sud-sud-est de la ville de Fukushima, près de l'océan Pacifique, a précisé l'USGS.

L'entreprise Tepco a aussitôt ordonné aux employés de partir et de se mettre à l'abri dans un bâtiment résistant aux séismes", a indiqué un porte-parole. Il a précisé que l'alimentation électrique extérieure des réacteurs 1, 2 et 3 avait été interrompue par la secousse, arrêtant du même coup les pompes chargées d'injecter de l'eau pour refroidir le combustible. "L'alimentation électrique externe a été rétablie vers 18H05, soit après une coupure d'environ 50 minutes", a déclaré Hidehiko Nishiyama, porte-parole de l'Agence de sûreté nucléaire. "Nous sommes en train de vérifier si cela n'a pas causé de problème de sécurité aux réacteurs. Il faut attendre un peu pour constater s'il y a eu un impact", a-t-il ajouté. Les réacteurs 4, 5 et 6 de la centrale n'ont visiblement "pas présenté de problèmes particuliers".

Les techniciens qui tentent depuis des semaines de contenir les fuites radioactives à Fukushima ont également dû évacuer les lieux jeudi dernier après une réplique de 7,4.

L'eau radioactive ne va plus finir dans la mer

Une semaine après avoir annoncé son intention de jeter 11.500 tonnes d'eau radioactive dans la mer, l'opérateur Tepco a annoncé ce lundi avoir stoppé ces opérations de déversement. Au total, ce sont tout de même près de 10.400 tonnes d'eau partiellement radioactives qui ont fini dans l'océan Pacifique. Ces eaux servaient au refroidissement des réacteurs endommagés à la suite du tsunami de plus de 14 mètres qui s'était abattu sur la centrale à la suite du séisme.

 

 

 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.