Etats-Unis : inflation et activité manufacturière en hausse

 |   |  408  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont maintenu leur forte progression en mars, sous l'effet du renchérissement de l'énergie et de l'alimentation. De son côté, la hausse de l'activité manufacturière s'est accélérée contre toute attente en avril dans la région de New York, selon l'indice "Empire State", au plus haut en un an.

Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont progressé comme prévu de 0,5% en mars par rapport à février, en raison de la hausse des prix alimentaires et de l'essence, mais les pressions inflationnistes sous-jacentes restent contenues, selon les statistiques publiées ce vendredi par le département du Travail.

L'indice de l'inflation de base, qui exclut l'alimentation et l'énergie, est quant à lui ressorti en hausse de 0,1% après un gain de 0,2% le mois précédent alors que les économistes attendaient une hausse 0,2%. Sur un an, les prix de base affichent une hausse de 1,2% après 1,1% en février, en ligne avec le consensus.

L'inflation annuelle ressort à 2,7% après une hausse de 2,1% en février, soit son rythme le plus rapide depuis décembre 2009. Les salaires réels affichent de leur côté une baisse de 0,5%, comme en février.

Par ailleurs, la croissance manufacturière dans l'Etat de New York a connu en avril sa plus forte croissance de l'année et le sous-indice de l'emploi est au plus haut depuis mai 2004, a annoncé la Réserve fédérale de New York ce vendredi aussi. L'indice dit "Empire State" ressort à 21,7 contre 17,5 en mars et 16,9 attendu par les économistes.

L'indice des effectifs ressort à 23,1, au plus haut depuis mai 2004 contre 9,09 en mars. L'indice de la durée hebdomadaire moyenne du travail a reculé à 10,3 contre 15,58. L'indice des prix payés est monté à 57,69, au plus haut depuis août 2008, contre 53,25 en mars.

De son côté, la production industrielle a repris sa hausse en mars, où elle a augmenté de 0,8%, selon une estimation de la Réserve fédérale publiée vendredi et supérieure à celle des analystes. Les fortes hausses de production dans les usines, les mines et les services aux collectivités ont fait remonter le coefficient d'utilisation des capacités à 77,4, son plus haut niveau depuis août 2008.

Enfin, le sentiment du consommateur américain a crû plus que prévu en avril, ce dernier s'inquiétant un peu moins de l'impact de la flambée pétrolière sur la croissance économique. L'indice de l'Université du Michigan le mesurant est ressorti à 69,6 en avril, en première estimation, contre 67,5 en mars. Le consensus le donnait à 68,5.

Le sous-indice de la conjoncture économique est à 82,7 contre 82,5 en mars, tandis que celui des anticipations des consommateurs monte à 61,2 contre 57,9.
Le sous-indice des anticipations d'inflation à un an est inchangé à 4,6%, tandis que celui des anticipations d'inflation fléchit un peu à 2,9% contre 3,2% en mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :