Mario Draghi sera bien le nouveau président de la BCE

 |  | 221 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Les ministres des Finances de la zone euro sont tombés d'accord pour que l'Italien succède à Jean-Claude Trichet à la tête de la Banque centrale européenne.

Mario Draghi va bien succéder à Jean-Claude Trichet à la présidence de la Banque centrale européenne (BCE). Les ministres des Finances de la zone euro ont en effet trouvé un accord, a annoncé ce lundi soir le ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, président de l'Eurogroupe, au cours d'une conférence de presse à Bruxelles.

"Mario Draghi sera le nouveau président de la BCE, il jouit d'une réputation internationale et européenne excellente, il a su prouver qu'il est fortement attaché à l'euro, à l'Union économique monétaire, à l'UE et sa construction et son intégration", a expliqué Jean-Claude Juncker. "Il rassemble tous les éléments pour être le digne successeur de Jean-Claude Trichet, qui fut un éminent président de la banque".

L'Italien ne sera officiellement nommé que fin juin lors d'un sommet entre chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne. Jean-Claude Trichet quittera quant à lui ses fonctions fin octobre, après huit ans à la tête de la BCE.

Mario Draghi, 63 ans, avait pris la pole position pour succéder à Jean-Claude Trichet après que le précédent favori, l'Allemand Axel Weber, avait annoncé en février qu'il jetait l'éponge. La semaine dernière, après quelques jours d'incertitudes, la chancelière allemande Angela Merkel avait finalement soutenu sa candidature, ouvrant ainsi la voie à la nommination.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2011 à 12:11 :
Draghi : Goldman Sachs boy à la tête de la BCE : BASTA!!!
Je comprends les "indignés".
a écrit le 17/05/2011 à 15:36 :
"il jouit d'une réputation internationale et européenne excellente"=>ah, c'est fichu alors ...
a écrit le 17/05/2011 à 12:10 :
Bien mauvaise nouvelle que la nommination de M. Draghi... Pour moi, il fallait un Allemand. Point. Dans la configuration qui se présente, entre le risque de laxisme monétaire et la prééminance US, je ne vois aucun aspect positif.
a écrit le 17/05/2011 à 7:12 :
La classe politique est-elle stupide ?
A en croire ce qui se passe ces derniers jours de part et d'autre de l'Atlantique, nous pouvons sérieusement le croire !!!!!
Mettre Mr Draghi à la tête de la BCE , c'est ouvrir une filiale US/UK en Europe, c'est nommer Joe Biden comme President de l'Europe et donc nommer Barack Obama , président du Monde.
A partir de Juin, nous serons gouvernés par Wall Street et la City.
Dans 5 ans WS met la main sur les bourses européennes.
Je ne comprends l'aveuglement des dirigeants de l'Europe à confier les rênes financières de notre pays a un ancien de Goldman Sachs, c'est stupide , inintelligent ......
A bon entendeur , salut
Réponse de le 17/05/2011 à 10:14 :
En effet Tom, la "pieuvre" Goldman Sachs, étend ses bras et veut tout contrôler.
C'est en effet incompréhensible de se jeter ainsi dans les bras des américains (et de nous écrouler avec eux). Nous ne sommes pas sortie de l'auberge.
Réponse de le 17/05/2011 à 11:39 :
C'est l'histoire qui se répète (déclin des empires) , tout va s'écrouler et c'est normal. Les US ne veulent surement pas mourir tout seul pour rebondir IL FAUT qu'ils fassent tout couler sinon du coup ils sont cuits, la stratégie est bonne et nous de bonnes brebis. La chose importante c'est que nous ne sommes plus l'avenir, une page va se tourner sous nos yeux et le plus fort c'est que nous sommes convaincus que c'est la seule solution !
a écrit le 16/05/2011 à 23:12 :
Oui il jouit d'une réputation internationale, tout comme les banquiers de Wall Street. Cela ne veut pas dire grand chose au regard des enjeux de la BCE, sinon qu'il aura l'oreille des marchés.
Mais nous?
Quand on sait le va et viens que font les banquiers, notamment ceux de Goldman Sachs comme lui, avec les institutions financières qui n'ont été ni capables de réfreiner les pratiques plus que douteuses de leurs pairs, ni capables de les faire passer en justice comme aux USA, bien au contraire, puisque sous leurs auspices et grâce au sempiternel "too big to fail", ont été blanchis non seulement les milliards de bonus qu'ils se sont attribués malhonnêtement, mais toutes leurs actions. Ils se retrouvent aujourd'hui avec des banquessurcapitalisées, des revenus augmentés et toujours la même capacité à contourner la loi et dicter au monde leurs agendas.
Est-ce bien ce type d'individu, réputé internationalement, que nous voulons à la tête de la banque centrale européenne?
Réponse de le 17/05/2011 à 2:37 :
Il a l'avantage de connaitre les regles du jeux!
Réponse de le 17/05/2011 à 22:25 :
Mais joue-t-il pour notre équipe, comme aiment à dire les anglosaxons?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :