Moody's dégrade de quatre crans la note du Portugal

 |   |  699  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Moody's a placé mardi soir la note du Portugal en catégorie spéculative. Selon l'agence de notation, le pays pourrait avoir besoin d'un deuxième plan d'aide. "La France fait confiance au Portugal" a déclaré, ce mercredi, François Baroin sur Europe 1.

L'agence de notation Moody's a abaissé mardi soir  de quatre crans la note souveraine du Portugal de Baa1 à Ba2, avec perspective négative. La dette souveraine à long terme de Lisbonne se trouve donc désormais en catégorie spéculative ("junk"). François Baroin a réagi ce mercredi sur cette dégradation en déclarant  sur Europe 1 : "ce n'est pas le regard d'une agence de notation qui va régler la question des dettes souveraines". Le ministre français de l'Economie et des Finances a ajouté : "nous faisons confiance au Portugal".

L'agence Moody's redoute notamment que Lisbonne ne soit pas en mesure d'atteindre ses objectifs en matière de réduction du déficit et de stabilisation de la dette, tels que définis dans l'accord d'aide financière conclu avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

Selon Moody's, il existe en conséquence un risque croissant que le Portugal ait besoin d'un second plan d'assistance financière avant d'être en mesure de se financer lui-même sur les marchés internationaux.

La probabilité que Lisbonne ne parvienne pas à ramener ses coûts d'emprunt à un niveau lui permettant de se financer sans aide au deuxième semestre 2013 s'accroît également, ajoute l'agence.

Lisbonne reconnaît sa vulnérabilité

Moody's est la première des trois grandes agences de notation à placer la note portugaise en catégorie spéculative. Standard & Poor's et Fitch évaluent le Portugal à BBB-, soit le dernier niveau de la catégorie investissement.

Le gouvernement portugais a aussitôt réagi à la décision de Moody's, qui selon Lisbonne met en évidence la vulnérabilité de l'économie portugaise dans le contexte de la crise de la dette.

Lisbonne a toutefois estimé que Moody's n'avait pas tenu compte du fort soutien politique apporté dans le pays au programme d'austérité, ni de la mise en place d'un impôt supplémentaire.

Les pouvoirs publics portugais ont renouvelé leur engagement à respecter le plan proposé la semaine dernière, qui est selon eux "le seul moyen d'inverser la tendance et de restaurer la confiance".

Anthony Thomas, analyste chargé du Portugal chez Moody's, a indiqué à Reuters que "des preuves que le Portugal atteint ou dépasse ses objectifs de réduction du déficit" seraient un élément positif qui pourrait pousser l'agence à ramener sa perspective de négative à stable.

Mais il a également indiqué que cette perspective dépendrait largement de la participation que les pouvoirs publics européens demanderaient au secteur privé dans les programmes d'aide aux autres pays périphériques de la zone euro.

Pour l'heure, cette participation se fait en principe sur la base du volontariat, dans le but de ne pas entraîner un "événement de crédit".

Volonté Politique

Felipe Garcia, directeur du cabinet de consultants Informacao de Mercados Financeiros, à Porto, a jugé que la décision de Moody's était "un peu extrême", et qu'elle aggraverait probablement les inquiétudes portant sur la dette du pays.

"La capacité d'un pays à revenir à terme sur les marchés dépend des solutions structurelles plus globales que proposera l'Europe, plutôt que des actes individuels de ce pays. Je pense qu'il est trop tôt pour parler d'un deuxième plan de sauvetage du Portugal, en tout cas pas cette année", a-t-il dit.

Selon lui, les agences de notation ne tiennent pas compte de la détermination politique européenne à éviter qu'un des membres de la zone euro se trouve en situation de défaut.

"Soit ils ne croient pas à la volonté politique de l'Union européenne d'éviter un défaut, soit ils sous-estiment l'union politique."

Selon Robert Tipp, responsable des investissements chez Prudential Fixed Income, la baisse de la note portugaise montre que la crise ne s'arrêtera pas à la Grèce, qui est sur le point de recevoir une nouvelle aide financière.

"Une fois que ce sera réglé pour la Grèce, on passera à un autre pays, et selon toute vraisemblance la situation de la zone euro suivra ce schéma pour encore un ou deux ans, jusqu'à la stabilisation des perspectives financières à long terme de ces pays", a-t-il déclaré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2011 à 22:33 :
il faut pas pleurer, il faut travailler..., c est ça que ça veut dire toutes ces mauvaises notes, en fait c'est comme a l'école, si tu travailles tu as des bonnes notes. Finalement c'est assez simple a comprendre
Réponse de le 07/07/2011 à 6:39 :
@gertrude, travailler plus pour enrichir encore plus les financiers! le fric va toujours aux mêmes! à croire que dans certain pays ou ils ne font rien , le résultat est le même, pour les petites gens! juste bon à bosser pour les charges, pendants que ces messieurs et dames s'engraissent sur notre dos!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 06/07/2011 à 18:32 :
SI harcèlement est un crime pourquoi on ne condamne pas ces agences de notation
fantoches?
a écrit le 06/07/2011 à 12:17 :
Merci, Moodys's, grâce à vous le peuple portugais va payer de plus en plus cher les emprunts d'Etat.

Mmes et MM les Politiques : attention ! Avant d?écouter les nouvelles pythies (les agences de notation) avez-vous procédé aux vérifications minimum ? Ont-elles été sanctionnées après leurs fautes lourdes des années d?avant crise ? Ne sont-elles pas en position dominante ? Les conflits d?intérêt passés ont-ils été supprimés ? Y a-t-il des liens entre ceux qui les payent ou en sont actionnaires, et les futurs acquéreurs de biens publics grecs et maibtenant portuguais ? (on pense par exemple à des oligarques corrompus, bien sur étranger, car en France il n'y a aucun risque de corruption, comme chacun sait). Des contrôles sont-ils envisagés ? Les agences sont-elles contrôlées comme les commissaires aux comptes ? Leurs dirigeants ont-ils une responsabilité pénale ? Leurs normes ont-elles seulement été discutées par un parlement ou un gouvernement ? Non ? Est-ce normal ?
Chefs d?Etats, gouvernements, parlementaires français (majorité ET opposition) et européens : répondre à ces questions, et corriger d?éventuelles anomalies est VOTRE PROBLEME et surtout VOTRE RESPONSABILITE.

Partis politiques, où sont vos rapports et vos notes sur ce sujet ? Les avez-vous publiées ? Sont-elles sur vos sites internet ?

Franchement, quitte à me répéter, si des oligarques ou plutôt des ploutocrates (voir la définition dans WIKIPEDIA) voulaient s'attribuer à pas cher les actifs les plus intéressants des Etats, quitte à corrompre qui il faut, les choses ne se passeraient pas autrement.

Si le spolitiquues se révélaient incapables de remettre de l'ordre dans ces agences, ils n'auraient plus qu'à théoriser leur impuissance, et discuter, entre eux, autour d'une bière, sur un coin de table de cuisine, d'un excellent article paru dans la presse en l'an 2000 sous le titre : la mondialisation par le vide poilitique....

citoyen de base indigné
Réponse de le 06/07/2011 à 13:30 :
Entierement d' accord avec ce que vous écrivez.
Genre, les agences de notations qui donnaient des triples A++++ a des états et des institutions en faillitte virtuelle vont aujourd'hui faire pla pluie et le beau temps en mettant des états entier en soldes....
je pense que nos politiques ont completement abdiqués (se sont fait achetés?) par le grand capital bermudien et lichtenchteinesque
a écrit le 06/07/2011 à 12:17 :
Notre civilisation a présentement deux ennemis principaux:... Al Quaïda, à l'extérieur et les agences de notation, à l'intérieur....
Réponse de le 06/07/2011 à 18:33 :
BRAVO CIVITAS c'est bien de dire la vérité.
a écrit le 06/07/2011 à 11:22 :
Mais quel monde de dingues : des agences privées font tomber non pas un pays mais tout un continent Europe et personne n'agit !Quels sont donc les roles de nos gouvernements ,de Bruxelles qui s'occupe de la couleur du papier chocolat ?Cela va-t-il durer encore longtemps ?
Réponse de le 06/07/2011 à 13:32 :
Bruxelles est trop occupé a disserter des aprés midi entières sur le calibre des courgettes en cagettes plastiques normalisées plutot que de se soucier de ces petits problèmes....E coli sur les concombres est bien plus important que la dictature des agences yankees qui couvrent au passage la Fed et leur gouvernement en faillitte
a écrit le 06/07/2011 à 11:04 :
Obama s'occupe du Dollar ; Trichet pratique la fuite en avant .
Nous serons tondus .
a écrit le 06/07/2011 à 10:46 :
Nous avons une incohérence économique grave dans le système européen. Lorsque les grandes puissances sont attaquées sur le marché, elles peuvent réagir en fonction de leur économie. C en(est pas le cas de l'europe. Il suffit d'attaquer un pays en difficulté pour mettre à mal l'euro. Si la BCE est garante de notre monnaie elle doit également prendre en charge la notation de chacun des pays. Ceci justement pour une cohésion de soutien de la monnaie. Il est anormal que des établissements privés qui peuvent être instrumentalisés, mettent en difficulté la volonté des européens. Si nous ne restructurons pas notre système économique, nous pouvons nous attendre à une tempête monétaire sous peu.
a écrit le 06/07/2011 à 10:11 :
Achetez de l'or vite !!!
a écrit le 06/07/2011 à 10:03 :
Achetez de l'or vite !!
a écrit le 06/07/2011 à 9:36 :
A la veille de son dépot de bilan , la notation de Lehman Brothers, était excellente. Comment faire confiance à de telles agences de notation ?
Réponse de le 06/07/2011 à 13:36 :
Les promesses n' engagent que ceux qui les croient: ce sont nos dirigeants les imbéciles, se mettre au garde a vous devant des escrocs et des manipulateurs de chiffres.....et ça dure depuis longtemps, rappelez vous le scandale Enron décrite comme LA société de référence de l' energie: en fait une grosse baudruche vide
a écrit le 06/07/2011 à 9:15 :
Apres la Grèce, le Portugal et ainsi de suite !!!! on s'arrete ou ?
Réponse de le 06/07/2011 à 11:39 :
Ca continuera aussi longtemps que les politiciens européens produiront des budgets nationaux en déficit. Les émotions sont sans effet sur les mathématiques.
Réponse de le 06/07/2011 à 12:11 :
En partie d'accord avec vous arcesilas. Pour faire de vraies économies, il faut faire des coupes sombres dans le bugdet du sénat et de l'assemblée nationale. Ca dégagera déjà des millions au lieu de choisir la supression de postes dans les hôpitaux ou de geler les budgets de (véritables) projets sociaux. Il faudrait également revoir les budgets accordés par les municipalités aux subventions "culturelles", qui bien souvent sont l'expression des tandances mégalomaniaques des maires et consorts. Et enfin pour le volet recette, la France doit sortir du nucléaire et investir dans les énergies renouvellables. Parce qu'avec cette technologie passéiste la France n'est indépendante énergétiquement que jusqu'à l'horizon 2020. Après elle restera avec ces ruines coûteuses à demanteler et à acheter de l'énergie à ses voisins. Et enfin l'UE doit se doter d'une agence de notation sérieuse et indépendante!!!
Réponse de le 06/07/2011 à 13:34 :
@arcesilas : tout à fait, sauf qu'il faut plutôt réfléchir à qui profite le crime de la dette et vous comprendrez pourquoi aucun budget n'est équilibré ! Les gouvernements successifs n'ont rien à faire des peuples mais travaille pour leur maîtres (ceux qui les ont fait élire), c'est à dire les banques qui vivent et prospères sur notre dos (grâce à cet impôt indirect qui leur a été attribué en 1973 par Pompidou (banque Rothschild)) !
a écrit le 06/07/2011 à 9:06 :
Baroin(notre petit minet) est vraiment formidable dans ses déclarations, toute en onctuosité ;
Qui s?évertue à ne blesser personne dans ce monde de « bisounours ». Le Portugal (à l?instar de la Grèce et de l?Irlande) va peu à peu perdre sa souveraineté et son autonomie pour « vraiment » cette fois intégrer l?Europe avec les vraies contraintes qui vont avec ; c'est-à-dire orthodoxie financière imposée par la BCE et règles économiques sous complet contrôle de BRUXELLES, avec in fine perte de souveraineté. On peut en être certain, ce n?est qu?un début et tous les pays de la zone, seront peu à peu mis au pas et la France sera la dernière à tomber. Le dessein de l?ALLEMAGNE est tout à fait « redoutable », car avec sa puissance industrielle et ses excédents commerciaux monstrueux, celle-ci asservit peu à peu le reste des pays de l?EUROPE, infiniment mieux que tous ces dictateurs qui depuis 200 ans et avec la même vision d?ensemble ont ensanglanté la région. L?Allemagne a retenu les leçons de l?histoire car elle en a payé le prix.
a écrit le 06/07/2011 à 8:37 :
Baroin fait de la politique pas de l'économie...
Réponse de le 06/07/2011 à 8:57 :
Est ce que Baroin a encore les moyens de faire autre chose...
Réponse de le 06/07/2011 à 9:10 :
je confirme !
il a bien manoeuvré pour avoir le poste ! maintenant il faut manoeuvre pour le garder !
a écrit le 06/07/2011 à 8:34 :
Bravo les agences. Quand un nageur à des difficultés à nager on lui appuie sur la tête. Cela doit beaucoup l'aider. Il faudra bien que le problème des agences soit réglé un jour ou l'autre. Baroin à tout a fait raison de dégrader la note de Moodys à Ccc
Réponse de le 06/07/2011 à 12:27 :
Quand elle ne font pas leur boulot (crise des subprime) on leur reproche.
Faudrait savoir!!!!
Réponse de le 06/07/2011 à 13:38 :
Faudrait savoir rien du tout: elles nous mènent en bateau et sont au service d'escrocs qui spéculent sur la misère
a écrit le 06/07/2011 à 8:22 :
Et pendant ce temps là ces agences américaines laissent leur AAA aux USA, alors que leur dette est gigantesque, et le risque de défaut bien réel. Ce bombardement de la zone Euro de la part de nos "alliés" anglo-saxons commence à devenir vraiment gros.
Réponse de le 06/07/2011 à 12:26 :
La différence entre l'Europe (hors Allemagne Hollande et Autriche) et les USA, c'est qu'en période de croissance et hors situation exceptionnelle (guerre Vietnam ou Afganistan), les USA font des excédents bugétaires. Ceci est culturellement impossible en France ou une annonce de réduction de déficit devient une cagnotte.
Réponse de le 06/07/2011 à 13:39 :
@Marc : excédent budgétaire aux USA ? où vous avez vu ça ! C'est le pays le plus endetté du monde ! et cela fait plus de 40 ans qui vivent sur notre dos depuis que Nixon (1971) ne respecte plus les accords de Bretton-Wood.
a écrit le 06/07/2011 à 8:20 :
Dire que le Portugal est en catégorie Speculative n'est pas vraiment correcte
petit rappel :

Definition // S&P // Moody?s
Excellent //AAA,AA+,AA //Aaa,Aa1,Aa2
Very Good //AA-,A+,A,A- // Aa3,A1,A2,A3
Good //BBB+ // Baa1
Above Average // BBB // Baa2
Average // BBB- // Baa3
Below Average // BB+,BB // Ba1,Ba2
Poor // BB-,B+ // Ba3,B1
Weak // B // B2
Speculative // B- // B3
Substandard // CCC,CC,C // Caa2,Ca,C
DEFAULT // D // D
a écrit le 06/07/2011 à 8:20 :
J'aimerais bien savoir comment il est possible qu'une agence de notation dégrade de 4 crans la note d'un pays du jour au lendemain. Ne sont ils pas sensés prendre en compte dans leur note les risques à long terme et éviter ainsi ces "à coup" spéctaculaire ? Peux être devraient ils revoir leur échelle de notation ou alors on devrait peut être dégrader leur propre note pour leur manque de rigueur.
a écrit le 06/07/2011 à 8:10 :
Pas d'inquietude a avoir, Francois Baroin critique les agences et declare "Nous faisons confiance au Portugal." ah! ah! ah! J'aimerais savoir qui il inclut dans son nous. Bruxelles ? Le gouvernement francais ? Le peuple francais ?
Réponse de le 06/07/2011 à 12:23 :
Ah ah ah.
Il dit ce qu'il a envie d'entendre, car techniquement il n'est pas compétent.
Vous verrez ou plus vlous l'endrez dire la même chose dans quelques mois pour un autre pays européen.
Il est transparent en terme d'avis autorisé.
a écrit le 06/07/2011 à 8:08 :
Etats-Unis ont le triple AAA alors qu'en Août ils seront en cessation de paiement, si le congrès continue de bloquer la hausse du plafond d'endettement?
Sans tomber dans la paranoia de base ou les théories du complot en tout genre, il faut appeler un chat un chat: c'est la guerre des monnaies et l'UE risque de a perdre si elle ne réagit pas de manière unanime et décidée. Chaque fois qu'une ébauche de solution est trouvée ou mise en oeuvre pour faire face à la crise de la dette souveraine, une des 3 agences de notation assène un nouveau coup, empêchant toute acalmie sur les marchés.
a écrit le 06/07/2011 à 6:55 :
Ont ils vraiment tort sur les perspectives du Portugal??
Réponse de le 06/07/2011 à 13:43 :
OK, mais quelles sont les perspectives de la Californie et de ses 40 millions d' habitants surendétés et au chomage pour 12% d' entre eux?
faites quelques recherches, depuis que Schwartzy est là, l' état est en banqueroute pire que le Portugal
c'est pas pour ça qu'on menace les States et exige qu'il mettent en vente le port de Long beach ou l' aéroport de LAX!
a écrit le 06/07/2011 à 6:07 :
Mood'ys fait la pluie et le beau temps! décide de la vie ou de la mort d'un état!!!!!!!!!!!!!!et la FRANCE pour demain?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :