Réunion d'urgence pour aplanir les divergences sur le dossier grec

 |   |  374  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

La problématique des dettes souveraines en zone euro continue d'agiter les responsables européens. Ce lundi matin, une réunion d'urgence a été programmée à l'instigation du président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, avec notamment le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, et le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, ainsi que le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. Cette réunion précédera celle des ministres européens des Finances de la zone euro prévue de longue date lundi après-midi. La mobilisation de l'Union européenne reste donc de mise, car si le versement d'une nouvelle tranche d'aide de 12 milliards d'euros à la Grèce a été acté début juillet, bien des questions demeurent en suspens. Et notamment la participation des créanciers privés à ce deuxième plan d'aide.

Contexte déjà tendu

La semaine dernière, les propositions des banques françaises de réinvestir automatiquement une partie de la dette grecque ont été retoquées par l'agence de notation Standard and Poor's qui y voyait un quasi-défaut de la Grèce. Depuis, le flou sur le sujet est total dans un contexte déjà tendu pour les banques européennes, à l'orée de la publication des « stress tests » le 15 juillet. Les deux réunions prévues ce lundi ont donc pour but de mettre sur la table les différentes positions avant le parachèvement du plan prévu à la rentrée. Si les responsables européens se défendent de tenir une réunion « de crise », ils n'en restent pas moins sous la pression des marchés. Les inquiétudes sont montées d'un cran en fin de semaine dernière, avec cette fois en ligne de mire l'Italie. La Bourse de Milan a chuté vendredi de 3,47 % tandis que les taux obligataires italiens à 10 ans ont atteint un plus-haut historique à 5,271 %. Après le Portugal, l'Italie pourrait, de fait, subir cette semaine l'examen des très décriées agences de notation. Le 20 juin dernier, Moody's avertissait déjà qu'elle envisageait d'abaisser la note souveraine italienne (AA2) en cas de relèvement des taux de la BCE. Ce qui a été chose faite jeudi dernier. Blandine Hénault

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2011 à 17:21 :
L'union monétaire européenne,e avec un système ou la loi du plus fort règne, a besoin d'une reforme au plus tôt. Le principe du chacun pour soi et l'Euro pour tous (eigene Verantwortung), voulu par l'Allemagne que le France a soutenu contre payement des 30 deniers pour la trahison de l'idée européenne, devait conduire obligatoirement à ces problèmes.
a écrit le 11/07/2011 à 13:35 :
C'est encore une belle preuve de l'incapacité aux hommes de gérer ou simplement de régler leurs inventions qu'ils ne maitrisent même plus.DANGER
a écrit le 11/07/2011 à 13:11 :
les crises ont au moins un côté plutôt positif: elles évitent de commettre tjrs les mêmes erreurs: bernanke connait parfaitement les raisons de la Grande Dépression; quant à l'Europe il lui faudra accoucher d'une réforme qui l'imposent aux agences et donnent confiance ds l'idéal européen, trop l'ont ou oublié ou jamais eu.
Réponse de le 11/07/2011 à 14:01 :
C'est justement là que c'est inquiétant. Il connait mais n'applique pas les solutions de Roosevelt...
a écrit le 11/07/2011 à 12:39 :
Rien n'est pire que l'incertitude! Ou bien les pays surendettés font faillite, ou bien tous les pays "euros" les soutiennent solidairement. Les solutions intermédiaires ne font qu'ajouter à la confusion. Vouloir faire participer les banques (donc les investisseurs particuliers) ne fait qu'augmenter les incertitudes, nul ne peut en mesurer les conséquences. L'Europe a besoin de clarté et de gouvernance.
solutions claires, même si elles sont difficiles.
a écrit le 11/07/2011 à 12:38 :
Si l' EURO se tire de se mauvais pas( qui n'en finit pas de se prolonger), provoqué par notre incurie mais aussi et surtout par les milieux financiers anglo saxons qui ne souffrent pas son alternative par rapport au roi dollar; il en sortira renforcé.
a écrit le 11/07/2011 à 11:33 :
Comme dit plus bas, il est vraiment temps que la BCE puisse se transformer en FED... Mais est-ce une bonne chose lorsque l'on voit le fonctionnement de la FED..?? Le fonctionnement de l'ensemble de la planète financière, notez. Faudra-t'il attendre à nouveau 80 ans pour revivre la même situation..?? J'aurai tendance à penser que la vitesse de construction/destruction augmentant de façon exponentielle, les périodes de calme seront de plus en plus appréciées. :-)
a écrit le 11/07/2011 à 11:23 :
ça va péter !
a écrit le 11/07/2011 à 10:37 :
Je fais un autre qujet car j'ai entendu une rumeur folle que je n'arrive pas à faire vérifier. Est-il vrai que le parti indépendantiste flamand souhaite la disparition totale de l'Etat Belge (même pas une confédération) pour ne pas avoir à reconnaitre et donc à payer la dette du défunt Etat Belge ? Vérité ou intox ?
Réponse de le 11/07/2011 à 11:27 :
Stormy, en effet. Les Flamands, devenus plus riches que les Wallons, ne veulent pas payer pour les dettes des autres (voir Zone Euro... ;-) ). Ils bloquent ainsi la constitution d'un gouvernement. De là à vouloir être indépendantistes et créer un état flamand, cela suit leur logique. Mais... tuer les états n'est-il pas dans l'air du temps..???
Réponse de le 11/07/2011 à 14:51 :
La fin de la Belgique est proche. La Wallonie et Bruxelles seront rattachées à la France et la Flandre passera sous protectorat militaire français.....
a écrit le 11/07/2011 à 10:35 :
J'ai toujours cru en l'avenir de l'Euro a condition que l'on aille vers une plus grande coordination des politiques économiques. Je n'ai pas peur de cet amoindrissement de souveraineté car qu'on voit comme nos politiques utilise se pseudo pouvoir économique depuis 40 ans avec des budgets toujours en déficit et sans aucune vision à long terme au delà des échéances électorales nationales. Qu'il y ait un pilotage économique européen fort même si les choix ne nous plaisent pas à court terme vu ce qu'on fait dans notre coin ça ne sera pas pire ! Mais si l'Italie commence à glisser alors là ! c'est la dégringolade générale que rien ne pourra arrêter...
Réponse de le 11/07/2011 à 13:57 :
On mélange les causes et les effets, et je t'embrouille! On nous invente encore l'histoire de la poule et de l'oeuf pour mieux cacher ses erreurs!!
a écrit le 11/07/2011 à 9:58 :
Est il vrai que 2 agences de notation ont dégradé de 2 crans la note des USA, mais que sous les pressions politiques et financières, elles n'ont pas publié ces notations ?
a écrit le 11/07/2011 à 9:48 :
Je suis curieux du thème réel de la réunion. L'Italie en danger c'est pas meme chose à avaler que la Grèce ou l'Irlande. Il faut d'urgence que les responsables de l'UE dévaluent l'euro volontairement et non pas a coup de comminuqués sur la Grèce l'Irlande ou le Portugal. Sinon c'est la contagion généralisée... et la fin de la monnaie unique
a écrit le 11/07/2011 à 8:15 :
Y vont-y s'en sortir avec leurs milliards, les GRANDS stratèges financiers???????
a écrit le 11/07/2011 à 6:44 :
Quand vont ils se rendre a l évidence que leurs systéme boiteux est en péril comme les vieux chateaux il faudra attendre qu il s écroule pour le reconstruire c est le propre de l homme inconscient...................
a écrit le 11/07/2011 à 6:02 :
Bla, bla, bla, et pendant ce temps les républicains et démocrates ne trouvent toujours pas d'accord au relèvement du plafond de la dette américaine....celui devant intervenir avant le 22 juillet 2011.
La tribune, sur ce coup la vous avez un temps de retard, car même les quotidiens généralistes en parle, pour un journal économique ca la "fout mal"
Mais pas de panique tout va bien madame la marquise !!!
Réponse de le 11/07/2011 à 7:30 :
Typique de la presse française : toujours un train de retard. Seul le futile, le détournement d'attention systématique fonctionne bien. Maintenir le Français dans l'ignorance des faits importants semble être la règle chez nous. Comparé avec la presse belge, c'est flagrant.
Réponse de le 11/07/2011 à 10:31 :
Ne soyez pas si dur, c'est vrai que la presse française a trop tendance à mettre en avant le futile comme l'affaire DSK ou la pseudo agression du président ... Mais l'accès à l'information reste possible. La Tribune avait fait un article sur le plafond de la dette US il y a bientôt 3 semaines et depuis aux USA rien n'a changé car de toute façon la montre joue en faveur des républicains qui veulent que Obama abandonne sa réforme de la santé et là ils voteront pour le relèvement du plafond et bien sur les démocrates ne veulent pas mais sont de plus en plu au pied du mur. Comme un duel de western, le premier qui baisse le regard est mort ! Mais au fond tout ceci n'est que factice et au dernier moment l'un des deux cèdera et le plafond sera relevé dans tout les cas reste juste à savoir qui va mourir politiquement démocrates ou républicains, mais financière peut de craintes à avoir grace à la FED est son QE3
Réponse de le 11/07/2011 à 10:31 :
Ne soyez pas si dur, c'est vrai que la presse française a trop tendance à mettre en avant le futile comme l'affaire DSK ou la pseudo agression du président ... Mais l'accès à l'information reste possible. La Tribune avait fait un article sur le plafond de la dette US il y a bientôt 3 semaines et depuis aux USA rien n'a changé car de toute façon la montre joue en faveur des républicains qui veulent que Obama abandonne sa réforme de la santé et là ils voteront pour le relèvement du plafond et bien sur les démocrates ne veulent pas mais sont de plus en plu au pied du mur. Comme un duel de western, le premier qui baisse le regard est mort ! Mais au fond tout ceci n'est que factice et au dernier moment l'un des deux cèdera et le plafond sera relevé dans tout les cas reste juste à savoir qui va mourir politiquement démocrates ou républicains, mais financière peut de craintes à avoir grace à la FED est son QE3

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :