Les réactions en chaîne du plan d'aide à la Grèce

 |   |  413  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En France, l'endettement va s'accroître de 15 milliards d'euros d'ici 2014. L'agence de notation Fitch, quant à elle, place la Grèce en défaut partiel. Quant à la classe politique française, chacun y va de son petit commentaire pré-campagne.

Après le sommet européen à rallonge de jeudi pour décider d'un plan d'aide à la Grèce, marchés, agences de notation et hommes politiques réagissent. Revue de détail.

Les conséquences pour la France : 15 milliards d'endettement supplémentaire

L'endettement français sera accru d'environ 15 milliards d'euros d'ici à 2014 en raison de la mise en oeuvre du plan d'aide à la Grèce conclu jeudi soir, a déclaré vendredi François Fillon. Le Premier ministre a qualifié en outre l'accord des dirigeants européens sur un plan de sauvetage de la Grèce d'étape absolument décisive pour la zone euro.

Cet accroissement de l'endettement pourrait mettre à mal l'objectif du gouvernement de commencer à faire baisser le ratio de dette publique de la France à partir de 2013. La "règle d'or" qui inscrirait la nécessité de réduire les déficits dans la Constitution française est plus que jamais d'actualité, a encore dit le chef du gouvernement.

La réaction des agences de notation : Fitch place la Grèce en défaut partiel.

Fitch ne semble pas totalement convaincue par le nouveau plan de sauvetage. L'agence de notation a annoncé ce vendredi qu'elle allait placer la note d'émetteur de la Grèce en défaut partiel au lendemain de l'accord conclu à Bruxelles entre dirigeants de la zone euro sur un nouveau plan d'aide à la Grèce.

Selon elle, le précédent créé avec la participation du privé dans ce nouveau plan réunissant l'Union européenne et le FMI, tel que décrit par l'Institut de la finance internationale (IFI), constitue un événement "de défaut partiel". Une nouvelle note sera par la suite attribuée à la dette souveraine grecque et sera vraisemblablement située dans le bas de la catégorie spéculative, a précisé Fitch.

"L'accord conclu jeudi constitue une étape importante et positive pour garantir la stabilité financière dans la zone euro", déclare David Riley, directeur de la notation des dettes souveraines chez Fitch, dans un communiqué. L'agence souligne que la réduction des taux d'intérêt et l'allongement des maturités pourraient contribuer à un retour à la solvabilité de la Grèce.

Les petites phrases des hommes politiques : l'opposition juge les décisions insuffisantes et tardives

A l'unission, François Hollande, Ségolène Royal et François Bayrou trouvent le plan d'aide insuffisant et surtout qu'il arrive trop tard. Tous les détails des réactions en cliquant ici.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2011 à 16:44 :
Si l?Europe, le FMI, Merkel ou Sarkozy veulent aider la Grèce, ce n?est pas en imposant de nouvelles coupes budgétaires, en freinant le développement du pays qu?ils y parviendront, mais bien en aidant la Grèce à récupérer son argent, en imposant à la Suisse et aux autres paradis fiscaux de restituer à l?Etat grec les sommes qui lui ont été volées. Comme Sarkozy veut « moraliser le capitalisme », c?est le moment de le montrer.
Réponse de le 23/07/2011 à 20:11 :
vous racontez des foutaises. personne n'a volé les grecs . ceux ci ont vecu a crédit, sans payer d'impots, sans industrie , rien .les créanciers demandes des comptes à un moment. les grecs se sont sciemment surendettés et vous entrainent dans leur chute.
Réponse de le 24/07/2011 à 9:24 :
c'est certains les grecs ont MAGOUILLES avec le benediction de certains états et banques !! mais les autres pays comme la france on tellement fait de promesses depuis + de1 ans ( je pense à notre president ) qui fut d'abord ministre puis president aujourd'ui toutes les niches fiscales qui va les payer demain ?? nous et nos enfants 25.000 ? de dette par habitant cela s'appel un SCANDALE on licencie pour moins que cela dans les entreprises oui il va falloir s'attendre en fin 2012 début 2013 à voir les retraites et les salaires de la fonction publics a une baisse de leurs revenus voila le résultat SARKOZY!!!!
Réponse de le 24/07/2011 à 19:26 :
à le dodu : les armateurs grecs pourtant très riches ne paient pas d'impôts , car ils "échappent à l'impôt" - le gouvernement ne traque pas la fuite vers les paradis fiscaux ; il est très aisé de tricher en Grèce - tous les grecs sont endettés ok ! mais l'argent des riches quitte le pays !
Réponse de le 24/07/2011 à 19:30 :
à skippaco : les cados fiscaux vers l'immobilier ont fait encore "monter les prix" - comme beaucoup de français il m'est impossible de me loger sur Paris , mon fils vit à 4 dans 28 mètres carrés , la crise du logement a déjà commencé : pour un jeune sans parent "argenté" se loger devient difficile et surtout à quel prix quand on a un smic ou un salaire de débutant faut bien gérer ses comptes ; pas de vacances , aucune dépense superflue !
a écrit le 23/07/2011 à 16:43 :
15 milliards à la Grèce, plus 4 milliards à la Côte d'ivoire, plus le coût de l'engagement militaire en Lybie....la suite au prochain numéro
a écrit le 23/07/2011 à 13:54 :
mr Fillon n'a pas raté son petit effet 15 milliards de plus aux francais ! la disparition de l'euro en admettant que la monnaie soit menacée entrainerait plus de tumultes dans l'économie!! Les impots et autres augmentations à venir ce sera bien sur
la faute à la Grèce bouc émissaire de service dans la pèriode!!!!
Réponse de le 23/07/2011 à 15:49 :
Setet a raison, Fillon ne manque pas de décevoir les électeurs de l'UMP, Fillon a ceci de commun avec Sarkozy, c'est qu'ils ne savent pas s'entourer de ministres intègres et efficaces, non ils ont le don d'avoir sélectionner et inviter a leurs côtés toutes les "brelles" possibles, de droite comme de gauche (Besson, Mitterand,...) ... Fillon a un autre inconvéneint c'est que l'on se demande ce qu'il fait de concret ... les désordres et les promesses brouillonnes n'ont jamais été suivies d'effets, ... seules les conséquences désastreuses économiques, la désindustrialisation se mesurent comme suite de leurs communication approximative ... in finé, nous avons à déplorer les friches industrielles et les misères humaines qui n'ont pas cessé de progresser ... quel bilan de désastre !!!
a écrit le 23/07/2011 à 13:19 :
merci la grece bonjour notre caisse!!!payons payons braves couillons,quoique en dise fillon il faudra bien casquer je n'ai entendu aucun economistes dire le contraire!!! tout cela va creuser encore bien plus notre deficit quand a 2014 fillon peut raconter ce qu'il veut il sait tres bien qu'il sera plus aux commandes pas plus que sarko qui se fait discret sur la question,il est vrai que cela est loin d'etre honorifique, il n'y a que baroin pour sourir beatement, pecresse a va l'air plus qu'emm je la comprends, elle aurait surement preferee garder son ancien ministere,on lui a file un cadeau empoisonne
a écrit le 23/07/2011 à 11:14 :
c'est 15 milliard de garantie au fonds européens. mais comme Fillon a dit que cela ne coutera rien au français, je le prend aux mots. donc, quand la Grèce et autre pays feront défaut, la France garante avec l'Allemagne ne paieront pas.
Réponse de le 23/07/2011 à 12:11 :
Soyez optimiste, la Grèce ne fera pas défaut!
Réponse de le 23/07/2011 à 12:51 :
je le sait bien,... c?était mon optimisme justement qui parlait.
a écrit le 23/07/2011 à 7:49 :
Tout va très bien, Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien. Mais
cependant, il faut que l'on vous dise, on déplore un tout petit rien: un incident, une
bêtise, la Grèce qui nous ridiculise... Mais à part ça, Madame la Marquise, tout va très
bien, tout va très bien!
a écrit le 23/07/2011 à 7:02 :
Et voilà !!!
C'est ça l?Europe. Une fois de plus le français lambda se rend compte que nos élus n'ont créer l?Europe que pour satisfaire leur égo.
La suisse n'est pas dans l'euro et ne s'en porte pas plus mal. Les anglais n'ont pas voulu de l'euro et ils ont eu bien raison. L'ancienne monnaie virtuelle (l'écu) n'était elle pas suffisante pour satisfaire les entreprises ? La plupart des français ne quitte pas l'exagone, qu'en ont ils à faire de l'Europe ? Nos gouvernants sont des pantins à la solde de Bruxelles ; la France a perdu son autonomies. Bref, pour nous citoyens lambda, l'Europe nous coûte excessivement cher.
a écrit le 22/07/2011 à 22:13 :
soyons un peu sérieux : voilà un pays qui a triché sur sa situation financière; qui a plus de fonctionnaires (proportionnellement ) que la France, pourtant très bien pourvue, et où un tas de gens, malgré une production totalement nulle, ont des salaires et des retraites très comparables ou même supérieures aux nôtres, et on vient nous expliquer qu'il faut se serrer un peu la ceinture pour leur montrer de la solidarité.
Je suis d'accord avec l'Allemagne, qui dit "ras-le-bol" des pays Club'Med, qui sont très sourcilleux de leur honneur quand ils arrivent à leurs fins, et très vexés quand ça ne passe plus. J'ai en plus la vague impression que dans pas longtemps la France elle aussi pourrait avoir ce type de problème, mais j'espère que je me trompe.
a écrit le 22/07/2011 à 21:48 :
L?autre problème est à la fois grec et européen. Selon Athènes, 200 milliards d?euros venus de Grèce dorment dans la banques suisses, soit l?équivalent du plan européen d?aide à la Grèce. Il faut que l?Union européenne et Athènes forcent la Suisse à coopérer contre cette évasion fiscale. Pour le moment les demandes de Bruxelles et d?Athènes sont faibles ou inexistantes.
Réduire les dépenses militaires, lutter contre la fraude fiscale, c?est faisable, et ce qui devrait passer avant le démantèlement de la protection sociale. Si on fait les choses dans cet ordre, on pourra ensuite s?attaquer au problème de compétitivité globale de la Grèce.
LU DANS MARRIANNE LA TRIBUNE LE TAIT -
a écrit le 22/07/2011 à 21:34 :
Ce que coûte vraiment à la France l'aide à la Grèce :

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/ce-que-le-sauvetage-de-la-grece-va-vraiment-couter-a-la-france_259251.html
a écrit le 22/07/2011 à 21:22 :
Le principal problème est qu'il n'y a pas assez d'Europe : ainsi il a été impossible d'intervenir auparavant sur la Grèce comme sur tout autre pays et les choses ont dérivé. A noter que le coût n'est pas de 15 milliards pour les français : ces prêts à rallonge vont durablement affecter l'euro, ce qui est favorable à l'export global de toute la zone euro avec des retombées directes comme indirectes. Il faut donc juger le bilan global qui peut malgré tout réserver quelques bonnes surprises.
a écrit le 22/07/2011 à 20:52 :
Bon c'est navrant mais le mal est fait on ne peut plus rien faire, car il fallait y penser au moment des élections de 2007, eh oui.............
a écrit le 22/07/2011 à 20:02 :
Même plus envie de disserter sur la folie de l'Europe fédérale folle ...
a écrit le 22/07/2011 à 17:49 :
Encore se serrer la ceinture pour venir en aide a un pays qui a trompé l'europe, pays ou l'impot semble méconnu des armateurs, ou le travail au noir culmine a des niveaux jusqu'a lors inconnu cela devient inadmissible
a écrit le 22/07/2011 à 16:04 :
Ce nouveau sauvetage de la Grèce est un nouvel exemple d'infraction à un dicton américain : "Don't throw away good money after bad money" (ne jetez pas du bon argent sur de l'argent que vous avez déjà perdu). On crie victoire parce qu'on vient de faire exactement ça avec... 15 milliards dont on a pourtant bien besoin. Notre assistanat, à l'extérieur comme à l'intérieur, sauve la mise des paresseux et des tricheurs, ceci aux frais des travailleurs honnêtes et du pays en général. De quoi décourager les travailleurs honnêtes. N'en déplaise à certains, au lieu d'admettre la Grèce dans la zone euro, il aurait été préférable d'y prendre... la Turquie. Dommage que l'on s'y soit refusé sous des prétextes géographiques, religieux ou culturels. On était dans la finance, pas dans la géographie etc. Si ça continue, on va faire faillite nous aussi, mais, attention ! ce sera dans la pureté culturelle. Ce qui nous fera une fort jolie jambe.
Réponse de le 22/07/2011 à 21:36 :
perso j'avais dit non au traité de lisbonne qui validait de nombreuses lacunes en Europe ! Barroso a transformé le non en un faux "accord" pour de tels résultats ?
PAS BRILLANTE CETTE EUROPE DE TECHNOCRATES
Réponse de le 23/07/2011 à 7:57 :
@Kipo : aaaahhhhh!!!!! Harvard est revenu....
a écrit le 22/07/2011 à 15:52 :
Tres CHER contribuable Francais....15milliard a acquiter en plus pour un pays ou l on zape facilement l impot au nom de l Euro et de la cohesion europeenne.
Et pendant ce temps le president utilise 3 avions pour ces deplacements à Bruxelles, Mme Boumediene-Thierry, senatrice Europe ecologie ecrit a Mr Chatel pour lui demander de l aide pour son fils....motif 10 000? par mois(plus avantages)ce n est pas assez pour subvenir a l education de son bambin....

Jusqu ou allonsnous supporter tout ca?
Bonnes vacances..............
a écrit le 22/07/2011 à 15:31 :
La dette de la France se trouve ainsi augmentée : nous sommes vraiment ravis !!

Français vous êtes appelé à vous serrer la ceinture encore davantage

Vivement 2012 que nous puissions virer tous ces guignols qui nous gouvernent (j'inclus le PS au passage)
Réponse de le 22/07/2011 à 17:24 :
@Marie, la Grèce aurait jamais dû faire partie de la CEE, maintenant nous sommes dans l'obligation de régler cette dette. Avec quoi ils vont rembourser! ils se moquent de nous! dans un an ?
a écrit le 22/07/2011 à 13:57 :
Le plan d'aide à la Grèce et son soutien d'une stabilisation de la zone euro inspire très naturellement des réactions de conviction comme de défiance . La prestation télévisée de la présidence du G20 avait de quoi rendre interloqué , par ses tics, ânonnements,puis bravaches affirmations, l'auditeur cherchant à comprendre. L'impression de l'égrenage des principales mesures n'évoquait pas une digue contre des risques d'insolvabilité retentissante sinon "inassumable", mais au contraire une ouverture de digues à toujours plus de liquidités pour faire tourner le marché-casino des opérateurs en bourses ; ainsi paraît vraiment l'intervention des Etats en soutien ou complément de la BCE qui ne cessait de protester de ses limites et de l'impéritie des gouvernants. En fait , l'on semble continuer le même Système de Finance et Monétarisme associés par les Professionnels -fonds , assureurs,banquiers - commandités par les gouvernants ; en résulte la tartufferie de créanciers privés participant au coût du plan à titre volontaire exclusivement , c'est-à-dire sous l'emprise d'une détermination masochiste au sacrifice. En France,après avoir déjà allégué que la crise était un événement imprévisible tombé du ciel , l'on nous raconte que les 15 milliards à ponctionner sur les Français ne sont qu'une conséquence indirecte et non pas directe sur les finances publiques. En quel état peut-on être en entendant cela ?
a écrit le 22/07/2011 à 13:43 :
"Devinez quel jour de l'année le salaire perçu ne sert plus à payer ses impôts."
c'est un autre titre de la Tribune qui se veut "provocante " !! les français ont aussi l'impression de "payer pour la Grèce" "pour les grecs qui boycottent l'impôt et grugent"
de quoi dégoûter pas mal de monde - on a déjà pas mal de soucis avec notre "déficit" !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :