La justice américaine enquêterait sur S&P et Moody's

 |   |  493  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après le gendarme boursier américain c'est au tour du département américain de la Justice d'enquêter au sujet des "subprime" qui ont mené à la crise financière de 2008-2009, selon l'agence Reuters.

Standard and Poors (S&P) et Moody's dans le collimateur de la justice américaine. Après la Securities and Exchange Commission (SEC) c'est au tour du département de la Justice américaine de mener une enquête au sujet des avis que portait Standard & Poor's sur des actifs adossés à des prêts immobiliers dont l'effondrement a conduit à la crise financière de 2008-2009, a déclaré jeudi soir une source proche du dossier.

Cette enquête - qui selon la source essaie de faire la distinction entre ce que les analystes de S&P voulaient faire et ce qu'on leur a dit de faire - a été lancée avant que l'agence de notation ne déclasse les Etats-Unis en début de mois.

Le département de la Justice a également mené une enquête sur Moody's , l'une de deux principales concurrentes de S&P, concernant les notes qu'elle avait assignées à des produits structurés au cours de la crise, rapporte une autre source.

Sollicité par Reuters par téléphone et par e-mail, un porte-parole de Moody's n'a pas pu être joint dans l'immédiat.

La Securities & Exchange Commission (SEC), le gendarme des marchés financiers américains, a également ouvert une enquête sur l'éventuel rôle de S&P, une division de McGraw-Hill , dans la crise, a dit la première source.

Des représentants de la SEC et du département de la Justice se sont refusés à tout commentaire.

Le New York Times avait le premier rapporté que l'enquête sur S&P portait principalement sur le fait de savoir si l'agence avait attribué des notes biaisées à des dizaines d'actifs adossés à des crédits immobiliers avant que la crise financière n'éclate en 2008.

Le département de la Justice s'est intéressé à des cas où des analystes de S&P voulaient assigner des notes à certains de ces actifs avant de se voir contredire par des dirigeants de l'agence, poursuit le quotidien.

Un porte-parole de S&P a souligné que parmi les principes guidant l'action de l'agence figuraient notamment "l'indépendance analytique et l'objectivité", précisant que l'entreprise avait pris des mesures pour renforcer l'application de ces principes.

"Au cours des dernières années, S&P a reçu plusieurs requêtes de différentes instances gouvernementales au sujet des actifs adossés à des crédits immobiliers américains. Nous avons coopéré et continuerons de le faire", a précisé le porte-parole.

Il est pour l'instant difficile de savoir si Fitch (groupe Fimalac ), troisième grande agence de notation, fait également l'objet d'une enquête du département de la Justice. Ni Fitch ni Moody's n'ont abaissé leur note sur les Etats-Unis.

Après avoir dégradé la note américaine, Standard and Poor's a également  fait l'objet d'une enquête du gendarme de la Bourse américaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/08/2011 à 13:11 :
non messieurs, l'enquete a ete lancée avant meme que le triple a soit retiré ...
a écrit le 19/08/2011 à 11:32 :
Fondamentalement, on regrette tous Louis XIV ou Napoléon. La France dominait....pas comme aujourd'hui, en plein déclin...
Aujourd'hui, on est limité à des réactions de marxiste de base poussiereux!
On fait la morale au monde, alors qu'on s'est gavé de la France-Afrique ou qu'on a vendu des armes à tous les régimes les plus pourris de la terre.....
Alors, arretons la morale! On est pas bien placé pour la faire aux autres....
On est blindé en la matière: Bernard Tapie, DSK et les petites "pépés", Christine Lagarde, Mitterrand et les croix de feu.....on peut continuer très lontemps comme ça!
a écrit le 19/08/2011 à 10:45 :
Que 2 agences maintiennent la note des Etats-Unis dans l?état où l?économie américaine est déjà très suspect alors qu?elles ont la capacité à faire boire le bouillon à des régions entières. Au lieu d?augmenter les impôts des très riches , qu?on leur demande de réparer les dégâts tout simplement.
a écrit le 19/08/2011 à 10:35 :
Et Fitch ?.. Il est vrai que Fitch a maintenu le triple A Americain. C'est du chantage tout simplement...Vous nous attaquez et on vous detruit( Standard a degrade et Moody's n'a pas maintenu, le seul fait de rester neutre merite une punition exemplaire). Elle est belle la democratie a l'Americaine .
a écrit le 19/08/2011 à 9:35 :
tiens donc , quand les agences disent des con...ries sur les autres pays, c'est la vérité mais quand il s'agit des US c'est mensonges et duperie !!!!
comme c'est beau
a écrit le 19/08/2011 à 9:22 :
C'était malheureusement prévisible. Le gouvernemlent veut museler les agences de notation. Comme par hasard, on ressort les subprimes, histoire d'accabler les agences de notation. Une nouvelle ère de la prohibition s'ouvre....
Malheureusement, la démocratie va payer un lourd tribu à tout cela. On se rapproche d'une dictature des institutions sans dictateur, sans roi mais aussi sans oeuvrer pour la justice ou le bien commun mais pour elle-meme: nous allons vivre "1984", "Brazil" ou "Matrix" en tant qu'acteur....

Accrochez-vous, ça va faire mal....
a écrit le 19/08/2011 à 9:21 :
C'était malheureusement prévisible. Le gouvernemlent veut museler les agences de notation. Comme par hasard, on ressort les subprimes, histoire d'accabler les agences de notation. Une nouvelle ère de la prohibition s'ouvre....
Malheureusement, la démocratie va payer un lourd tribu à tout cela. On se rapproche d'une dictature des institutions sans dictateur, sans roi mais aussi sans oeuvrer pour la justice ou le bien commun mais pour elle-meme: nous allons vivre "1984", "Brazil" ou "Matrix" en tant qu'acteur....

Accrochez-vous, ça va faire mal....
a écrit le 19/08/2011 à 8:45 :
Il en est temps! Je me demande ce que SEC faisait avant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :