Moody's dégrade la note du Japon et celles de ses banques

L'agence de notation financière a abaissé ce mercredi d'un cran à Aa3 la note de la dette à long terme du Japon. Moody's a également dégradé la note de plusieurs établissements bancaires nippons. De son côté, le gouvernement nippon a annoncé ce mercredi des mesures pour contrer la vigueur du yen, il prévoit notamment une ligne de crédit de 69 milliards d'euros.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La catastrophe naturelle du Japon continue d'impacter l'Archipel. Après l'abaissement par Fitch de la perspective de la note du Japon en mai dernier, Moody's a dégradé ce mercredi d'un cran à Aa3 la note de la dette à long terme du Japon à cause de l'endettement massif du pays, aggravé par le séisme du 11 mars dans le nord-est. De son côté, Standard&Poors a déjà abaissé fin avril la perspective de la note de la dette à long terme de stable à négative et maintenu la note souveraine à long-terme à AA-.

Le Japon est notamment endetté à hauteur d'environ deux fois son produit intérieur brut (PIB). De plus, le fardeau grossit chaque année via l'émission de bons du Trésor pour combler des rentrées très inférieures aux dépenses, notamment depuis la crise financière et économique internationale de 2008-2009.

Plusieurs banques japonaises ont également subi le même sort. L'agence de notation financière Moody's a annoncé mercredi qu'elle baissait d'un cran en moyenne la note de la dette à long terme de la plupart des établissements bancaires japonais, après avoir dégradé un peu plus tôt la note du Japon surendetté.

Moody's a notamment revu négativement son appréciation sur Mizuho Bank, Mizuho Corporate Bank, Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ et Sumitomo Mitsui Banking, du fait de l'abaissement de la note du Japon et de craintes subséquentes que le pays ait à l'avenir moins de capacité à aider le secteur bancaire en cas de nouvelle crise financière.

"Plus précisément, les décisions de notation reflètent notre préoccupation que, malgré la volonté du gouvernement de continuer à soutenir le système bancaire, il y a un risque croissant de diminution de son aptitude à fournir ce soutien", a précisé l'agence. "Dans des conditions de tension extrême, les autorités seront en outre de plus en plus sélectives dans leur distribution d'aide", a-t-elle ajouté.

La note de la dette à long terme de Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ et Sumitomo Mitsui Banking a été abaissée d'un cran de Aa2 à Aa3 et celle de Mizuho Bank et Mizuho Corporate Bank de Aa3 à A1. Par ailleurs, presque tous les autres établissements bancaires ont également été rétrogradés d'un cran en moyenne.

Les investisseurs à la Bourse de Tokyo ont immédiatement pris en compte ces nouvelles appréciations négatives auxquelles ils s'attendaient cependant. Les titres des groupes bancaires Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG) perdaient 1,75% à 336 yens à la mi-journée et celui de Sumitomo Mitsui Financial Group 0,72%. De son côté, la Bourse du Japon a fini en baisse de 1,07% ce mercredi après l'annonce de ces abaissements par l'agence de notation Moody's.

Le gouvernement intervient également ce mercredi pour freiner l'appréciation du yen

Après l'abaissement par Moody's de la note de crédit du Japon, la pression sur les finances du pays augmente. Le gouvernement japonais a annoncé également ce mercredi une série de mesures pour contrer la vigueur du yen, dont une ligne de crédit de 100 milliards de dollars (69 milliards d'euros) pour encourager les entreprises nippones à investir à l'étranger et une surveillance accrue du marché des changes.

Le ministre des Finances Yoshihiko Noda espère que ces mesures vont enrayer la hausse du yen, valeur refuge dans le contexte de défiance des investisseurs envers tout actif risqué. Mais la devise nippone n'en a pas moins grimpé face au dollar, les investisseurs se montrant déçus que Tokyo n'ait fait aucune allusion explicite à une intervention directe.Vers 06h00 GMT, le yen se stabilisait autour de 76,60 yens pour un dollar (-0,04%).

"Nous sommes en train de surveiller avec beaucoup plus d'attention qu'auparavant s'il y a des activités spéculatives sur le marché. Nous n'exclurons aucune option et agirons de manière décisive quand ce sera nécessaire", a déclaré Yoshihiko Noda lors d'une conférence de presse. "Nous avons décidé de mettre sur pied ce plan pour montrer notre forte détermination à agir si les récentes hausses du yen persistent, ou si le yen continue à grimper."

De son côté, la Banque du Japon espère que ces mesures aideraient à stabiliser le marché des devises. Elle a déclaré dans un communiqué :"La BoJ continuera à surveiller avec attention la manière dont les mouvements de change affectent la perspective économique et les prix".

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 24/08/2011 à 17:20
Signaler
VU le niveau énorme d'endettement du pays, plus de 200% du PIB? cela n'est pas surprenant. Tout cela est la conséquence de la bulle spéculative (immobilier, crédit...) énorme de 1990... Ils n'en sont toujours pas sortis. On verra combien de temps il ...

à écrit le 24/08/2011 à 15:28
Signaler
Il est rare que je vous trouve peu judicieux mais, là, le titre de l'article me choque un peu. Certes, la finance est inhumaine par nature, les gains faits sur les autres, mais les colères de la nature ne sont pas non plus complètement de leur respon...

à écrit le 24/08/2011 à 14:10
Signaler
Certains commentaires sont étrangement ignorants du risque de plongeon du commerce mondial . Si celà se produit ce sera désastreux et on voit mal comment y échapper ? Ce sera très difficile pour tous et d'abord pour l'emploi des jeunes . C'est très...

le 24/08/2011 à 14:43
Signaler
Ah bon, parce que la situation actuelle est meilleure qu'il y a trente ans ?

à écrit le 24/08/2011 à 12:00
Signaler
il faut ouvrir une enquette comme pour les us sur Moody's

à écrit le 24/08/2011 à 10:31
Signaler
"tsunami" jeu de mot douteux après ce qu'il vient de se passer la bas!

à écrit le 24/08/2011 à 10:16
Signaler
Diantre , note dégradée , coup d'épée dans l'eau , car , qui sont les créanciers de l'état JAPON ??? ..... Les japonnais , rien que les japonnais et leur épargne personnelle ! alors , la dégradation de leur note ...... d'ailleurs , de co...

le 24/08/2011 à 14:04
Signaler
Très bonne analyse Zorillo que La Tribune manque de préciser par ailleurs: la dette Japonaise est majoritairement détenue par les Japonais eux-mêmes !

à écrit le 24/08/2011 à 9:44
Signaler
Était-il vraiment nécessaire de dégrader la note de ce pays, aprés les malheurs qui se sont succédé dans cette région ? A quand la dégradation de Moody's ???

le 24/08/2011 à 21:42
Signaler
Vous croyez que le travail qu'ils font, à savoir l'évaluation des capacités de remboursement d'un état, devrait être truqué pour raison morale ? Ca ne fonctionne pas comme ça et heureusement. Parce que le jour où de tels trucages s'ébruiteraient, la...

à écrit le 24/08/2011 à 7:05
Signaler
Quand il n'y aura plus que les pays qui n'ont pas de besoin de financement à avoir conservé la meilleure note, les investisseurs seront bien forcés de prêter à ceux que les agences de notation auront dégradé

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.