Libye : Sarkozy veut la part du lion

Dans les coulisses de la Conférence internationale de soutien à la Libye nouvelle de jeudi à l'Elysée, les négociateurs se sont démenés pour gagner les bonnes grâces du Conseil national de transition.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Une soixantaine de pays ou institutions devaient jeudi soir, lors de « la Conférence internationale de soutien à la Libye nouvelle » à l'Elysée, asseoir la légitimité du Conseil National de Transition (CNT) libyen et s'engager à débloquer les fonds du pays pour sa reconstruction.

Mais derrière cette unanimité de façade, la bataille pour s'arroger une grande part du gâteau des affaires libyennes fait rage. Et ce conflit de velours entre grandes puissances économiques des États-Unis à la Chine en passant par la France ou l'Allemagne fera aussi des perdants et des gagnants. Les vainqueurs militaires la France et la Grande Bretagne notamment veulent aussi l'être côté contrats et investissements de la « nouvelle Libye ».

Le quotidien « Libération » publiait ainsi jeudi le fac-similé d'une lettre du CNT du 3 avril dernier - dont il reste à prouver l'authenticité - dans laquelle les rebelles libyens évoquent « un accord sur le pétrole passé avec la France en échange de la reconnaissance de notre Conseil (...) attribuant 35 % du total du pétrole brut aux Français ».

Il n'en reste pas moins que le ministre des Affaires étrangères français, Alain Juppé, n'a pas démenti ce courrier. « Je n'ai pas connaissance de cette lettre (...), d'accord formel » a-t-il dit jeudi aux micros de RTL. Il a toutefois précisé qu'il lui «parait assez logique et assez juste [que] pour la reconstruction de la Libye, le Conseil de Transition s'adresse de manière préférentielle à ceux qui l'ont soutenu ». Le CNT est en effet assez clair : «le peuple libyen sait qui a soutenu sa bataille de liberté et qui ne l'a pas fait. En tenir compte est non seulement inévitable mais aussi juste » déclarait la semaine dernière Abdul Hafiz Ghoga, porte-parole et numéro deux du CNT.

Les entreprises françaises peuvent donc nourrir de légitimes espoirs de percer en Libye. Elles devraient tirer leur épingle du jeu de la reconstruction tout comme leurs homologues américaines comme les pétroliers ConocoPhillips ou Marathon Oil Corp. associés à la compagnie nationale libyenne (NOC) ou britanniques à l'instar de BP (revenu en Libye à la faveur d'un accord en 2007 négocié sous les auspices de Tony Blair et du colonel Kadhafi).

Côté perdants, ou craignant de l'être, se trouvent l'Italie, l'Allemagne ou la Russie, voire la Chine. Les Italiens sont les plus à cran, non seulement car le fonds souverain libyen (voir ci-contre) dispose d'importantes participations dans des firmes du pays (la banque Unicredit, Finmeccanica). Rome était en effet avant le conflit le principal partenaire commercial de Tripoli, en particulier, son premier fournisseur, loin devant la Chine et l'Allemagne, avec 21 % des importations libyennes étiquetées « made in Italy ». Les firmes françaises arrivaient elles à peine à 4 % de l'import de Tripoli. Silvio Berlusconi plaidait jeudi, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, que « l'Italie a été un des pays les plus engagés dans la mission en Libye », alors qu'à la veille de l'intervention il agitait l'idée d'une initiative avec l'Allemagne pour bloquer les velléités militaires franco-britanniques. Du coup le géant pétrolier italien contrôlé par l'État, l'ENI, fait le forcing pour sauver ses vastes accords en Libye : son chef, Paolo Scaroni vient de signer un mémorandum avec le CNT en ce sens.

Ses alliés russes de Gazprom ne sont pas mieux positionnés en raison de l'opposition de Moscou à l'intervention en Libye. « Nos firmes ne vont pas être autorisées à travailler dans la nouvelle Libye » estime Aram Shegunts, directeur général du Conseil des affaires Russie-Libye. Le grand contrat obtenu par les chemins de fer russes (RZhD) d'une valeur de 2,2 milliards d'euros semble ainsi en péril. La reconnaissance du CNT par Moscou jeudi, à quelques heures de la Conférence « des amis de la Libye », pourrait ne pas suffire à inverser la tendance...

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 30
à écrit le 03/09/2011 à 17:47
Signaler
S'il s'avère que le contrat mentionné a effectivement été signé l'ONU porte une énorme responsabilité. C'est elle qui légitimé l'opération. Elle doit maintenant protégér la Lybie contre ces états au comportement crapuleux. Elle doit aider les Lybiens...

à écrit le 03/09/2011 à 0:47
Signaler
Les pays qui ont eu la bétise, de soutenir de façon ignoble un dictateur infâme ne peuvent que s'en mordre les doigts. Ceux qui ont été du coté de la démocratie, de la liberté, et des aspirations légitimes du peuple Lybien seront mieux considérés, et...

le 03/09/2011 à 9:26
Signaler
Vous avez une vision un peu simpliste des choses.La democratie vs la dictature....C'est plus une lutte de pouvoir entre clans,car en lybie l'ouest et l'est ne peuvent pas se voir et ce pays est base sur un systeme d'appartenance a un clan. Vous verre...

le 03/09/2011 à 14:46
Signaler
Je ne suis pas d'accord. 1) Kadhaffi était infâme, et même s'il était remplacé par un autre dictateur, ce serait sans doute mieux. 2) IL s'agit d'une révolte faite par des jeunes aspirant à la démocratie et à la liberté, suite aux mouvement Tunisiens...

à écrit le 03/09/2011 à 0:32
Signaler
Si la petite Italie perdait une seule "lire" dans ce business,vous ressortirez plus ruinés. A moins que,ces chiffres ne soient publiés pour faire étalage de vos prouesses.Nous sommes conscients que Kadhafi et les siens ont été mis à l´abrît de votre ...

à écrit le 02/09/2011 à 18:51
Signaler
J'ai lu tous les commentaires. J'en conclut qu'il n'y a que le fric qui compte. Du peuple libyen comme du peuple français, on s'en fout. Cela me fait penser à une chasse à cour. La curée commence et tous les chiens sont là; y compris: russes et chino...

le 02/09/2011 à 19:55
Signaler
Mais non, je pense au peuple libyen, enfin libre, et français, qui pour une fois n'a pas à rougir de son président, au contraire. Tout va mieux, qu'importe quelques commentaires qui vous déplaisent ?

le 03/09/2011 à 6:33
Signaler
J'ai tenté de répondre mais La Tribune à censuré. Donc attendons quelques semaines pour savoir qui a raison. JCM

à écrit le 02/09/2011 à 15:30
Signaler
Bravo Sarkosy, on appelle ça de la REALPOLITIK. Sarkosy frappe un coup de maitre. Les français doivent etre fiers d'avoir un président aussi tranchant et visionnaire. Moi mon president passe le temps à piller mon pays.

à écrit le 02/09/2011 à 14:43
Signaler
N'importe quoi pour sauver l'économie Francaise et battre les méchants Allemands ! Meme des guerres s'il le faut ! ;)

à écrit le 02/09/2011 à 13:44
Signaler
Vous avez un bonne vidéo sur Dailymotion à regarder "L'AVOCAT DE L'ETAT LIBYEN NOUS FAIT DES GRAVES REVELATIONS..." Un bon témoignage qui remet les pendules à l'heure... Ne vous en privez pas !

le 02/09/2011 à 20:45
Signaler
EXCELLENTE VIDEO http://www.dailymotion.com/video/xktc41_l-avocat-de-l-etat-libyen-nous-fait-des-graves-revelations-sur-la-guerre-en-libye-et-nous-parle-de-l_news

à écrit le 02/09/2011 à 12:58
Signaler
La France dévoile ses vraies intentions, l'assurance de son approvisionnement en ressources fossiles auprès du premier exportateur africain d'or noir. Un pays, la Libye, qui a en plus l'avantage d'avoir des ressources encore sous exploitées et un pét...

le 02/09/2011 à 14:51
Signaler
Après la seconde guerre mondiale et l'Indo, et l'Algérie, on aurait cru avoir compris la lecon, mais visiblement pas... Votre commentaire touche droit au but !

le 03/09/2011 à 6:45
Signaler
Ok pour le blabla orienté soit disant en analyse géostrtéagique,mais au faite vous proposer quoi en remplacement?

à écrit le 02/09/2011 à 12:46
Signaler
Vraiment déplorable, mettre un peuple en conflit rien que pour des intérêts égoïstes, malheureusement, nos chers dirigeants africains ne voient pas aussi loin au delà de leurs intérêts aussi égoïstes,s'éterniser au pouvoir, se prendre pour des Dieux....

le 02/09/2011 à 14:51
Signaler
Arrêtez avec votre colonialisme à deux balles! Vous avez honte?! moi je suis fier. Allez pleurer dans votre coin. Je soutiens mon pays, et j'espère que nous aurons une juste part dans le commerce de la future Libye, qui sera surement meilleur qu'ave...

à écrit le 02/09/2011 à 11:16
Signaler
il n'est pas né en France depuis longtemps ! Par contre des déculottées on peut en exposer dans tous les musées . Petits français pas sérieux ... se croient importants mais perden tmême leurs économies en Grèce ...

à écrit le 02/09/2011 à 10:04
Signaler
Beaucoup de gens ont pris l' habitude de critiquer ( sans forcément réfléchir ) Nicolas Sarkozy . Force est de reconnaître que le soutien diplomatique et militaire français aux rebelles libyens est une belle opération : d' un point de vue moral et p...

à écrit le 02/09/2011 à 9:28
Signaler
bon on s'est comment sa va se passer! Nous allons nous faire voler, au dernier moment nos contrats. Parce qu'on est nul en lobbying et en plus il y aura, comme d'habitude, des problèmes d'ordre administratifs. Je doute très sincèrement que les russ...

à écrit le 02/09/2011 à 8:41
Signaler
Evidemment, du néocolonialisme pas de la philanthropie. Suis-je bête

le 02/09/2011 à 18:38
Signaler
nous être au XXIe siècle, néocolonialisme ouh, XIXe siècle, faut évoluer car nous pas seuls, y avoir americians, allemends, espagnols, chinois, et eux vouloir aussi pétrole. Clair, non????? EVOLUER car mondialisation.

à écrit le 02/09/2011 à 8:16
Signaler
Voila comment on attire les attentats

à écrit le 02/09/2011 à 8:13
Signaler
Avec un peu de perversité onn pourrait penser au vu de cette grande messe que casser un pays en fait cela peut rapporter gros!!! Tient si l'on mettait cela au cours de morale de la rentrée?

à écrit le 02/09/2011 à 8:11
Signaler
Donc ,si je comprends bien ,il était en aucuns cas de démocratie ou de secourir un peuple mais tous simplement d'argent ,ce qui explique pourquoi on a pas bougé pour la Tunisie par exemple ,ça confirme ce que beaucoup pensaient .quelle belle image de...

le 02/09/2011 à 15:36
Signaler
c'est la base des relations internationales : la Loi du plus fort.

le 03/09/2011 à 7:37
Signaler
mais enfin, il n y a pas eu de massacre en tunisie... ?

à écrit le 02/09/2011 à 8:04
Signaler
Total sera sans doute le grand gagnant de cette opération. Je doute que l'entreprise fasse bénéficier les français du retour sur investissement. En effet, ce sont les français qui ont payé le coût de l'intervention militaire par leurs impôts, pas Tot...

à écrit le 02/09/2011 à 7:27
Signaler
Les contribuables paient la facture de la guerre et Total encaisse les profits du pétrole...

le 02/09/2011 à 12:04
Signaler
Tellement vrai, bien dit.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.