Ces barbouzes qui ont aidé le colonel Kadhafi

 |   |  705  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après les révélations sur la Grande-Bretagne qui aurait vendu des armes pour mater l'insurrection et le français Bull qui aurait fourni des équipements pour espionner les rebelles, c'est au tour de la Chine, de la CIA et du MI6 d'être mis en cause.

La Chine a offert d'énormes quantités d'armes au colonel Mouammar Kadhafi en juillet dernier et a mené des conversations secrètes sur leur livraison via l'Algérie et l'Afrique du Sud, a rapporté hier le quotidien canadien The Globe and Mail.

Citant des documents en sa possession, le journal affirme que les compagnies d'armements chinoises contrôlées par l'Etat étaient prêtes à vendre des armes et des munitions pour un montant d'au moins 200 millions de dollars (150 millions d'euros) fin juillet, passant outre aux sanctions de l'ONU. The Globe and Mail ne confirme pas que les armes ont été livrées mais cite des dirigeants du nouveau régime à Tripoli selon lesquels les documents renforcent leurs soupçons sur de récents agissements de la Chine, de l'Algérie et de l'Afrique du Sud.

Omar Hariri, chargé des affaires militaires au sein du Conseil national de transition (CNT), a examiné les documents et conclu qu'ils expliquent la présence de nouvelles armes sur le terrain, affirme le quotidien. "Je suis presque certain que ces armes sont arrivées et ont été utilisées contre notre peuple", a indiqué Hariri, selon le quotidien. Les documents ont été découverts dans un dépôt d'ordures dans le quartier de Bab Akkarah, à Tripoli, où habitaient plusieurs des plus fidèles partisans du colonel Kadhafi, écrit le journal.

Des missiles sol-air

Des conseillers militaires de haut rang de Kadhafi se sont rendus à Pékin à la mi-juillet où ils ont rencontré les responsables des entreprises China North Industries Corp. (Norinco), China National Precision Machinery Import & Export Corp. (CPMIC) et and China XinXing Import & Export Corp., ajoute-t-il Les firmes chinoises ont offert tous leurs stocks d'armes et ont proposé d'en fabriquer davantage si nécessaire, indique The Globe and Mail. Les Chinois ont insisté sur la nécessité de maintenir la discrétion et recommandé que "les contrats soient établis avec l'Algérie ou l'Afrique du sud, pays avec lesquels la Chine a déjà travaillé", selon les documents cités par le journal.

Les firmes chinoises ont également relevé que beaucoup des armes demandées par la délégation libyenne se trouvaient déjà dans les arsenaux de l'armée algérienne et pouvaient être transportées immédiatement à travers la frontière, affirme le journal. Selon les documents trouvés, les deux parties ont évoqué notamment la livraison de camions lance-roquettes et de missiles antichars. Les Chinois auraient également offert des missiles sol-air QW-18, comparables au Stinger américains, capables d'abattre des avions à basse altitude, ajoute-t-il.

Vendredi, lors d'une rencontre à Paris avec le numéro deux du CNT, Mahmoud Jibril, le vice-ministre des Affaires étrangères chinois Zhai Jun a demandé à l'organe politique de la rébellion de "garantir réellement les intérêts des entreprises chinoises en Libye". La Chine, seul membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU à ne pas avoir reconnu officiellement le CNT, "respecte le rôle important du CNT en Libye, avec lequel elle est prête à maintenir des contacts étroits, afin de promouvoir des relations sino-libyennes amicales", a déclaré Zhai Jun, selon l'ambassade de Chine en France.

CIA et MI6

Par ailleurs, des documents retrouvés à Tripoli, dans le bureau du chef du renseignement libyen aux ordres du colonel Kadhafi, semblent prouver que les services secrets de sa Majesté et la CIA sont intervenus dans la répression les mois précédant le printemps arabe.

"Parmi les documents que nous avons découverts au bureau de Moussa Koussa figure un fax de la CIA daté de 2004 dans lequel l'agence informe le gouvernement libyen qu'elle est sur le point de capturer et de livrer Belhadj", a déclaré à Reuters Peter Bouckaert, membre de l'équipe de HRW qui a fait cette découverte. "L'opération a bien été menée. Il a été capturé par la CIA en Asie et embarqué à bord d'un vol secret pour la Libye, où il a été interrogé et torturé par les services de sécurité libyens", a-t-il ajouté. L'intéressé assure avoir également été torturé par des agents de la CIA avant son transfert en Libye et dit l'avoir été de nouveau à la prison Abou Salim de Tripoli.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2011 à 15:59 :
Nos amis militaires algériens qui détiennent le pouvoir diront que leur aide en qualité de prête nom,était également proposée à caractère humanitaire
Réponse de le 05/09/2011 à 18:24 :
@ patrick4263: bon, c'est pas la première fois. Mon frère me racontait qu'en Alérie ils se faisaeint tirer dessus avec des armes françaises. Oliver North (ère Reagan) vendait des armes aux deux côtés et mettait de l'huile sur le feu au Nicaragua. Alors, de quoi s'étonne-t-on, c'est business as usual, non :-)
Réponse de le 06/09/2011 à 7:25 :
@patrick4263 pourquoi tu parles que de l'Algerie ils ton mis le doigt , il y'a la chine et le sud afrique aussi....cia, m16 bull(france) etc...alors arrete de t'occuper que de l'Algerie
a écrit le 05/09/2011 à 12:53 :
Je serais encore en activité, je ferais appel à eux...
a écrit le 05/09/2011 à 7:49 :
belles valeurs democratiques a defendre.
a écrit le 05/09/2011 à 7:27 :
Comme quoi le plus vieux métier du monde ,ce n'est pas ce que vous pensez...
Réponse de le 06/09/2011 à 15:53 :
ahhhh bon??????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :