Vladimir Poutine va reprendre les rênes du Kremlin

 |   |  585  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dimitri Medvedev et Vladimir Poutine échangent leurs rôles pour rassurer l'élite et consolider leur monopole sur le pouvoir russe.

Vladimir Poutine sera président de 2012 à 2018, voire jusqu'en 2024, puisque la constitution russe lui offre deux mandats consécutifs de six ans. Son seul concurrent sérieux, l'actuel président Dimitri Medvedev, lui cède délibérément la place. "Je pense qu'il serait juste que le congrès [du parti Russie unie] soutienne la candidature du président du parti, Vladimir Poutine, afin qu'il se présente à la présidentielle", a déclaré samedi Dimitri Medvedev. Ainsi prend fin le seul suspense politique agitant la classe politique russe. "Il fallait mettre fin aux turbulences qui agitaient les hauts fonctionnaires et menaçaient de paralyser l'administration", estime le politologue Konstantin Simonov.

 

Vladimir Poutine, 58 ans, et Dimitri Medvedev, 45 ans, ont admis qu'ils avaient déjà décidé ce scénario il y a cinq ans, alors que Poutine faisait face à la constitution russe lui interdisant de briguer un troisième mandat consécutif.

 

Selon Konstanin Simonov, "l'intrigue d'une concurrence politique entre les deux hommes était artificielle. Medvedev est l'élève de Poutine et n'est pas prêt à lui tenir tête. Mais six années supplémentaires auraient été une tentation trop forte pour Medvedev et un trop grand risque pour Poutine". En l'échange de sa loyauté absolue, Dimitri Medvedev s'est vu proposer par Vladimir Poutine de diriger le prochain gouvernement. Un cadeau empoisonné car la conjoncture globale négative et les réformes impopulaires prévues pour l'immédiat après-élection (hausse générale des tarifs, retraites) le placent en position de fusible.

 

Deux figures libérales de l'administration actuelle ont très mal accueilli la nouvelle de l'inversion des rôles. Arkadi Dvorkovitch, conseiller économique du président Medvedev, a sèchement commenté sur son blog qu'il "n'y a aucune raison de se réjouir". Proche de Poutine, le ministre des finances, Alexeï Koudrine, a déclaré qu'en raison de "différents concernant la politique économique" avec Medvedev, il "ne se voit pas dans le futur gouvernement". Ministre des finances depuis 2000, il est très apprécié dans les cercles d'affaires pour sa politique fiscale prudente et sa ténacité face aux velléités dépensières du reste du gouvernement. Le 13 septembre, Alexeï Koudrine s'était déclaré disposé à devenir Premier ministre...

 

Deux scénarios se présentent désormais. L'un, pessimiste, prédit une stagnation avec, selon le politologue Andreï Piontkovski, un Poutine "président à vie". "La politique de Poutine ne changera pas : servir les intérêts d'un groupe d'individus", avec pour possible conséquence "une émigration massive des hommes d'affaires et des jeunes diplômés".

Le scénario optimiste défendu par Chris Weafer, stratège auprès de la banque d'investissement Troika Dialog, voit au contraire qu'il "n'y aura pas de retour à la politique de l'ancienne administration Poutine. Ce n'est tout simplement pas possible. Il est clair que modèle économique actuel de dépendance envers les hydrocarbures ne peut pas soutenir la croissance. Pour atteindre l'objectif de croissance de 5 à 5,5%, la Russie doit attirer des investissements beaucoup plus importants et l'implication d'investisseurs étrangers". Weafer veut croire que Poutine "formera un cabinet bien disposé envers les réformes et le monde des affaires et fera de l'accession à l'OMC une priorité". Un brin démagogue, Vladimir Poutine a annoncé samedi qu'il allait augmenter les impôts "pour les riches", annuler les dettes des entreprises envers le fisc et retrouver la trajectoire de 7% de croissance. Mais il n'a pas jugé utile d'expliquer comment il s'y prendra.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2011 à 14:51 :
Que Monsieur Poutine reprenne les rênes du Kremlin est la meilleure chose qui puisse arriver aux russes fiers d'être citoyens de ce vaste pays.
En lisant les absurdités de certains articles des médias français et de nombreux commentaires d'ignorants, je pense à un autre sujet développé par La Tribune:
Nous aidons la Russie de Mr Poutine à se jeter dans les bras de la Chine, de l'inde et du Pakistan. Pourquoi vendre du pétrole, du gaz et d'autres matières-premières à des gens qui ne cessent de dénigrer la Russie et ses dirigeants. Seule l'Allemagne de Mr Shroeder (et son pipeline) nous joint. Ne vous êtes-vous jamais posé la question Pourquoi: Simplement, parce que Mr Poutine qui fut un des initiateurs des BRICS est persuadé que l'Allemagne rejoindra cette union. Ce sera la fin de la mafia USA-OTAN-UE. Cette vision des faits explique pourquoi les américains et leurs collabos font tout se qu'ils peuvent pour éviter un retour de l'actuel Premier-Ministre russe au sommet de la Russie. C'est pourquoi je maintiens qu'avant deux ans l'Allemagne aura envoyé paître ce fiasco européen et que nous petits français auront du souci à nous faire en étant toujours gouvernés par de tels idiots (Droite et Gauche + FN et les autres). Désolé, Futures Générations Françaises; je ne peux rien faire de plus pour vous. Jean-Claude Meslin indigné et écoeuré par la médiocrité ambiante
a écrit le 28/09/2011 à 12:52 :
poutine ok
a écrit le 28/09/2011 à 12:51 :
poutine a vi
a écrit le 28/09/2011 à 12:49 :
poutine a vie il nai pa seul

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :