Athènes va organiser un référendum sur le plan d'aide européen

Le Premier ministre grec Georges Papandréou a créé la surprise et pris un risque politique lundi soir en annonçant l'organisation d'un référendum sur l'accord européen d'effacement d'une partie de la dette du pays, critiqué en Grèce pour l'abandon de souveraineté qu'il implique.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les Grecs "veulent-ils l'adoption du nouvel accord ou le rejettent-ils ? Si les Grecs n'en veulent pas, il ne sera pas adopté", a déclaré le Premier ministre devant le groupe parlementaire du Parti socialiste Pasok) lundi soir en laissant entendre que le référendum était attendu pour le début 2012.

"La volonté du peuple grec s'imposera à nous", a-t-il ajouté, tout en indiquant qu'il allait également demander un vote de confiance sur l'accord sur la dette au Parlement, où il dispose d'une majorité qui s'est effritée à 153 députés sur 300 sièges devant la montée des oppositions aux mesures d'austérité qui accompagnent le soutien financier au pays.

Le vote de confiance devrait intervenir vendredi.

Le pari du Premier ministre grec intervient alors que le pays entre dans une série de négociations techniques très sensibles avec ses partenaires européens et ses banques créancières, qui ont accepté jeudi dernier d'échanger les obligations grecques qu'elles détiennent contre de nouveaux titres dont la valeur est réduite de 50%.

Parallèlement, des manifestations se sont déroulées dans de nombreuses villes vendredi à l'occasion des défilés de la fête nationale, pour protester contre les conséquences de l'accord européen qui donnent aux créanciers plus de contrôle sur la politique budgétaire du pays, faisant craindre à certains une perte totale de souveraineté.

Aux cris de "Traîtres, traîtres", des milliers de manifestants massés à Salonique sur l'avenue où devait avoir lieu le défilé militaire annuel du 28 octobre ont empêché le déroulement de la parade, contraignant le président de la République Carolos Papoulias à quitter les lieux, du jamais vu dans la jeune histoire de la Grèce moderne.

Et un sondage paru le week-end dernier montre qu'une majorité de Grecs jugent les décisions du sommet européen négatives, 12,6% seulement les jugeant positives. Le sondage, mené par l'institut Kapa Research pour le journal To Vima, a été mené auprès de 1.009 personnes.

Jeudi dernier, au terme d'un sommet marathon, les dirigeants européens ont trouvé un accord pour effacer une partie de la dette grecque qui s'élève aujourd'hui à plus de 350 milliards d'euros, niveau jugé intenable. L'accord conclu avec les banques porte sur un renoncement à cent milliards d'euros.

Athènes recevra en outre de nouveaux prêts internationaux de 100 milliards d'euros. Par ailleurs, 30 autres milliards sont réservés aux banques grecques, qui jouent leur peau dans l'opération d'échange de dette, étant les plus grosses détentrices d'obligations souveraines grecques.

En échange, le pays doit accepter un renforcement des contrôles sur sa politique budgétaire, jusqu'à présent contrôlée tous les trois mois par une "troïka" où sont représentés les trois principaux créanciers du pays: Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international.

A l'issue de l'accord jeudi, le gouvernement grec a indiqué que des membres de la troïka seraient désormais basés en permanence en Grèce.

Pour Ilias Nikolakoulos, politologue, la décision "dangereuse" de M. Papandréou relève d'une "réaction de panique" devant l'effondrement que subit le Pasok dans les sondages.

Jusqu'à présent, la Grèce a connu un seul référendum en 1974 après la dictature des colonels.

M. Vénizélos a indiqué que le référendum aurait lieu après la fin des discussions qui démarrent avec les banques.

Une des questions les plus délicates en suspens, relevant aussi de la souveraineté, est de savoir si les nouvelles obligations (à prix réduit) qui seront émises seront de droit grec ou de droit international. Un débat feutré agite la City et les colonnes de la presse financière anglo-saxonne, qui s'inquiète de voir ses intérêts mis en danger au cas où la Grèce serait contrainte de faire défaut ultérieurement sur la reste de sa dette.

 

3 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 102
à écrit le 03/11/2011 à 22:58
Signaler
De toute façon, la réponse du référendum sera oui pour obtenir le fric. Et puis, après... Pour le moment, c'est "Prends l'oseille et tires-toi!"

à écrit le 02/11/2011 à 9:41
Signaler
Qu'est ce qui fait, qu'est ce qu'il a. Qui c'est celui là. Complètement gaga ce mec là, il a une drôle de tête ce type là etc...

à écrit le 02/11/2011 à 8:36
Signaler
Honte à M. Papandreou. L'encre de l'accord n'est pas encore sèche qu'il dénonce l' accord. Comment créer une communauté avec des hommes politiques si versatiles?

à écrit le 01/11/2011 à 22:28
Signaler
Référendum dangereux, mais qui devrait mettre certains devant leurs responsabilités. Proposer des solutions au lieu de critiques.

à écrit le 01/11/2011 à 21:45
Signaler
Papandréou... socialiste comme Hollande, je crois non ?

à écrit le 01/11/2011 à 20:18
Signaler
j'ai 63ans 1/2 ,je dois continuer de travailler à cause d'endettement pour les crédits (entre autres) des études de mon fils de 24 ans qui est architecte d'intérieur, designer et graphiste et qui malgré son talent - trop jeune - il a gagné des concou...

à écrit le 01/11/2011 à 14:56
Signaler
Sur quoi est garantie la dette d?un État (comme celle d?une personne ou d?une société) ? Sur des rentrées ultérieures sinon c?est une escroquerie. Les ressources d?un État sont essentiellement les impôts directs et indirects, fonction du...

à écrit le 01/11/2011 à 14:04
Signaler
Janvier pfff pour le referendum alors que le 10 ans italien explose à 6.30 %. . La grece c est du passé deja cet apres midi . C est l italie qui implose en ce jour de toussaint !!! Et la c est la proche fin du systeme .... Si les grecs ne rembou...

à écrit le 01/11/2011 à 14:00
Signaler
Et bien il a trouvé la meilleure solution pour ne pas rembourser tous ses emprunts car il est sur que le vote sera négatif et du coup toutes les banques de l'UE s?assoiront sur les remboursements, et il n'aura plus qu'à relancer sa politique sans sou...

à écrit le 01/11/2011 à 13:42
Signaler
PANTALON 1ER va-t-il organiser une autre pantalonnade télévisuelle pour amuser le bon peuple ?

à écrit le 01/11/2011 à 13:14
Signaler
qui est derrière? qui veut prendre le pouvoir en Grèce et avec l'aide de quel pays étranger, la Grèce des colonels NE LEUR A PAS SUFFIT.??????????????ILS VEULENT certainement l'effacement total de l'ardoise... la moitié leur semble insuffisant. Beau...

à écrit le 01/11/2011 à 13:04
Signaler
Il a raison. Si le peuple prefere les armes ou la banckeroute voir un icesave, rien de plus normal.

à écrit le 01/11/2011 à 12:52
Signaler
@ coquelicot : réfléchissez au lieu de traiter les autres de stupides. Si la Grèce sort de l'euro, elle fait défaut, donc plus de dette. Avec un drachme flottant, sa monnaie serait en ligne avec sa compétitivité, sa balance des paiements serait équil...

le 01/11/2011 à 15:18
Signaler
@ odoole, A mon tout de vous inviter à réfléchir avant de prendre de telles positions! Si la Grèce sortait de l'euro (en admettant que cela soit possible!) elle n'aurait peut être plus de dette apparente, mais sa monnaie flottant ne vaudrait pas plus...

à écrit le 01/11/2011 à 12:15
Signaler
Quand un pays dans l'union Européen en est la il faudrait qu'il soit mis sous tutelle de de l'Europe avec un comité de gestion afin de régularisé la situation, l'ensemble du gouvernement perdrai son statue le temps que le comité de gestion redresse l...

le 01/11/2011 à 18:25
Signaler
En fait une approche impérialiste et néàcoloniale au niveau de l'Europe!!! L'union européenne n'existe pas et c'est bien là le problème. Comment dans ce contexte vivre dans une union sans règles, sans coordination...et fixer à la tête du client des...

le 02/11/2011 à 12:14
Signaler
non je ne suis pas pour le totalitarisme comme vous dite, je suis pour la responsabilisation des actes, savez vous combien de valeurs sont détruite tout les jours sur les différents marché a cause de ce peuple qui croie qu'il peu tenir en otage tout ...

à écrit le 01/11/2011 à 12:08
Signaler
A écouter ou lire tous ces partisans de droite et de ce capitalisme financier/spéculatif pervers et apatride né depuis 20 ans qui saigne états, nations et populaions par leurs diktats, il y a de quoi s'étonner tant cela ressemble à l'étonnement de...

le 01/11/2011 à 13:01
Signaler
LA BONNE SOLUTION TRES BIEN

à écrit le 01/11/2011 à 12:07
Signaler
ha il arrive à demandé un référendum à son peuple, mais on est t'il dans les privatisation de ce qui devait l'être afin de remboursés les dettes, ha ben oui, alors il faudrait arrête de subventionner des gens qui n'arrive pas a répondre de leurs obl...

à écrit le 01/11/2011 à 11:42
Signaler
La plupart des commentaires sont d'une stupidité sans nom! On nous parle de respect de la volonté du peuple, de décision courageuse, de sortie de l'Euro etc... Le plan adopté, s'il n'est pas la solution idéale est certainement la moins mauvaise. Il s...

le 01/11/2011 à 14:18
Signaler
Papandreou a fait ses calculs. La société grecque n'aurait pas résisté à 20 ans de rigueur économique et de maintient au sein d'une zone euro ruineuse pour la compétitivité du pays. Maintenant déjà, le taux des suicides et des contaminations par le S...

à écrit le 01/11/2011 à 10:59
Signaler
OK seulement si seuls les Grecs qui paient leurs impôts, votent! Pas les autres! Alternative un peu + strictes: seuls les citoyens dont la contribution nette est positive (impôts - allocations & aides) devraient voter.

le 01/11/2011 à 12:28
Signaler
Drôle de conception de la démocratie...

à écrit le 01/11/2011 à 10:46
Signaler
La solution proposée n?est qu?un pis aller qui va générer : PRIMO : des sacrifices importants immédiats au bas peuple de Grèce. SECUNDO : un reliquat de dettes insupportable encore en 2020.TERTIO : une satisfaction très partielle des créanciers ...

à écrit le 01/11/2011 à 10:45
Signaler
Desole mais avez vous lu l accord dans le detail? Si oui vous avez vu le maquillage de ce qui a ete presente et qui ne regle rien On nous parle de 100 mds... Faux au mieux 28 mds et qui vont aller aux banques en passant par la case Grece...rien po...

à écrit le 01/11/2011 à 10:42
Signaler
Pour une fois où un chef de gouvernement demande aux citoyens leur avis et sollicite leur accord, chacun ne peut qu'approuver. Je parle ici de citoyens adultes capables d'exercer un jugement. A lire les commentaires des internautes, on peut constate...

le 01/11/2011 à 17:44
Signaler
Vous êtes totalement irréaliste. Quand on sait qu'une infime minorité de citoyens ont les compétences nécessaires pour porter un jugement sérieux. Que les autres sont ballotés au gré des politiques. La démocratie a ses limites. Le référendum en est u...

à écrit le 01/11/2011 à 10:39
Signaler
on a du mal à comprendre la décision de Papandreou et ce qu'il recherche exactement. Veut il mettre une pression supplémentaire sur l'europe, afin que la dette soit annulée ans de plus grandes proportions ?, veut il passer la main et profiter de ce r...

le 01/11/2011 à 11:57
Signaler
OUI OUI peut-être effacée la dette complétement pourquoi pas ben voyons!!!!!

à écrit le 01/11/2011 à 10:33
Signaler
Voilà qui permettra de lever les doutes! De repartir sur des bases saines et de sang- froid avec l'appui de la population! Avec un but : résoudre le problème.

à écrit le 01/11/2011 à 10:32
Signaler
Enfin une bonne decision On saura directement si les grecs preferent vivre a la grecque avec une monnaie faible ou travailler comme des fous pour rembourser les banques...Aie Aie les CDS

à écrit le 01/11/2011 à 10:25
Signaler
Ce référendum est d'une totale aberration. Il est en effet inutile de demander l'avis du peuple sur des questions infiniment techniques, dont il ne comprend pas les enjeux. En démocratie, c'est bien évidemment la représentation nationale, compétente...

le 01/11/2011 à 10:39
Signaler
Les Grecs connaissent les fables. Elles sont nées chez eux. Celle en cours doit se terminer au plus vite en faisant sortir de la zone Euro ce pays qui n'aurait jamais du y entrer. C'est Schroeder qui a cédé aux souhaits de l'ancien Président françai...

le 01/11/2011 à 10:41
Signaler
Je crois bien que vous avez tout dit et parfaitement résumé

le 01/11/2011 à 10:43
Signaler
Desole mais avez vous lu l accord dans le detail? Si oui vous avez vu le maquillage de ce qui a ete presente et qui ne regle rien On nous parle de 100 mds... Faux au mieux 28 mds et qui vont aller aux banques en passant par la case Grece...rien po...

le 01/11/2011 à 11:02
Signaler
Bonjour, non ce n'est pas une aberration. La Grèce est en défaut de paiement et c'est une certitude. A la Grèce de régler ses problèmes internes et de sortir au plus vite de la zone euro pour retrouver de la compétitivité. Mais pourquoi avoir attendu...

à écrit le 01/11/2011 à 10:18
Signaler
Oui la grece joue le défaut, et va entrainer les pays d'europe du sud dans sa chute.. Après avoir menti sur leur finance, avoir perçu des aides europeennes et des des prêts, ils ne voudornt pas rembourser.... Je leur souhaite bien du plaisir, pas d'...

à écrit le 01/11/2011 à 10:17
Signaler
Est-il raisonnable que les hommes politiques dépensent sans compter ? C'est ce que font l'UMP et le PS depuis des dizaines d'années. Il faut que les responsables de la gabegie financière soient poursuivis.

le 01/11/2011 à 10:36
Signaler
Et avec eux, les créanciers qui ont refourgué de la dette privée aux Etats.

le 01/11/2011 à 12:13
Signaler
Oui quand va t-on utiliser notre code civil qui puni le non respect de " la gestion en bon père de famille", pour nos politiques...Quand va-ton rendre criminels les abus de l'argent des autres, le pillage de la richesse des nations et des populations...

le 01/11/2011 à 17:47
Signaler
à Parachute : il faut alors punir sévèrement tous les tricheurs, tous ceux qui abusent de nos avantages sociaux, qui prennent des congés maladie fallacieux etc... Celà fait vraiment beaucoup de monde.

à écrit le 01/11/2011 à 10:16
Signaler
Un très bonne chose. Il met le peuple et l'opposition face à leur responsabilités. S'il est désavoué, il part et laisse la patate chaude à ceux qui le critiquent. Ils pourront auinsi montrer de quoi ils sont capables. C'est un acte de courage et de ...

le 01/11/2011 à 11:31
Signaler
cela n'a rien à voir avec le courage mais plutôt la bêtise grecque

à écrit le 01/11/2011 à 10:06
Signaler
Il est complètement fou...Il va faire exploser l'Europe et l'euro, qu'aura t-il gagné politiquement ? Rien ! La Grèce sera encore plus mal.

à écrit le 01/11/2011 à 9:56
Signaler
Comme quoi la démocratie a ses limites. Ici on touche à celles de l'absurde. L'Europe cherche par tous les moyens à aider les Grecs et ceux-ci font la fine bouche. Si le référendum est négatif la seule porte de sortie est celle de la sortie de l'euro...

le 01/11/2011 à 11:32
Signaler
la seule et unique solution c'est d'exclure les grecs qui ont falsifier leurs comptes pour rentrer dans l'Europe

à écrit le 01/11/2011 à 9:50
Signaler
lui,au moins est un vrai democrate,car il n'ya que le referendum pour donner une quasi exactitude de la volontée du peuple. il n'ya qu'a voir pour le traité de lisbonne,la volonté du peuple Français,c'était NON et bien c'est pas grave des parlementai...

à écrit le 01/11/2011 à 9:50
Signaler
La Grèce,va droit sur le défaut; M.Papandreou,considére que l'Europe n'a pas suffisamment soutenu son plan. Maintenant ,il est près du Clash en sachant que les conservateurs vont dénoncer le projet de Brussel,car ils vont gagner.Maintenant l'Euro...

à écrit le 01/11/2011 à 9:49
Signaler
la democratie ce n'est pas seulement une election tous les 5 ans ou un candidat fait de belles promesses pour etre elu et une fois elu et apres s'assied dessus. en france nous avons un parti au pouvoir sui a ete battu aux europeennes sux communales a...

à écrit le 01/11/2011 à 9:22
Signaler
Décision courageuse. Une sortie de l'Euro sera une épreuve dure pour la Grèce (1 an ou 2 de chaos) mais c'est préférable à 20 ou 30 ans de récession et de ruine. 10 ans après avoir fait défaut sur sa dette, l'économie de l'Argentine se porte très bie...

le 01/11/2011 à 10:44
Signaler
Oui, je crois bien que les Grecs ont pris leur décision. Il arrive toujours un moment où il faut trancher. Ils devraient s'en sortir. Ils sont pleins d'imagination.

à écrit le 01/11/2011 à 9:21
Signaler
quand on met une entreprise en redressement elle est mise sous tutelle.il en faut de meme d'un état "papandréou en apporte la preuve"

à écrit le 01/11/2011 à 9:17
Signaler
Voilà une initiative démocratique. Il est difficile pour la Grèce de rester dans la zone euro. De toute manière le pays est en défaut de paiement. La Grèce doit retrouver sa monnaie originelle et relancer son économie. quand allons nous comprendre...

le 01/11/2011 à 10:10
Signaler
Ce ne sont pas les théories de Keynes qui ont permis de mettre fin à la grande crise de 1929, mais la deuxième guerre mondiale, laquelle, en fait de "quantitative easing", se pose là.

le 01/11/2011 à 10:28
Signaler
eh oui !! bientôt la troisième pour relancer tout ça

le 01/11/2011 à 10:35
Signaler
En l'occurrence, Kipo a raison.

à écrit le 01/11/2011 à 9:10
Signaler
il semble que tout le monde s"aperçoit que le plan d'économie de la gréce est surtout injuste,comme en france il ne demande des économies qu'à la classe moyenne ,les armateurs ne sont pas touchés ainsi que l'église hortodoxe.si mr fillon doir annonc...

à écrit le 01/11/2011 à 9:09
Signaler
Pauvres grecs ! Ils finiront par payer la dette que les politiques leur ont imposé, soit volontairement, soit par l'effondrement de leur pays. Le même scénario menace toutes les populations européennes. On ne peut pas continuer à laisser autant de po...

à écrit le 01/11/2011 à 9:09
Signaler
Bravo Monsieur vous avez mis les dirigeants européens devant un fait accompli, il est difficile de mettre un pays en ordre de marche en si peut de temps car voilà saigner la Grèce en un temps record est contraire à toute idée de réussite économique. ...

à écrit le 01/11/2011 à 9:05
Signaler
Si le peuple grec vote contre le plan alors qu'il paie la totalité de sa dette et qu'il sorte de l'Europe. Nous n'avons aucune leçon à recevoir d'un peuple qui ne paye pas ses impôts et taxes.

le 01/11/2011 à 9:36
Signaler
Où avez vous lu que la Grèce donnait des leçons ? ...

le 01/11/2011 à 10:18
Signaler
oui des leçons d'escroqueries

le 01/11/2011 à 10:33
Signaler
Si la Grece votre contre, elle fera faillite et c'est 100% de sa dette qu'elle ne paiera pas( et les creanciers n'auront plus que leurs yeux pour pleurer), son economie s'effondera et celles des autres pays Europeens en difficultes suivront car il n'...

le 01/11/2011 à 10:41
Signaler
Le peu^ple grec ainsi que syriens libanais turques juif et bien d'autres sont des peuples de commerçants avant tout . je dirais même que les affaires iront toujours . l?Europe septentrional et occidentale elle ne sait pas compter . Si elle sait com...

à écrit le 01/11/2011 à 9:04
Signaler
avec ce référendum soit il est courageux soit fatigué d'être au pouvoir ...

à écrit le 01/11/2011 à 9:04
Signaler
Et Notre président parle d'un acte irresponsable, cela en dit beaucoup sur son idée de la démocratie !

le 01/11/2011 à 9:39
Signaler
ils vont faire comme ailleurs en Europe ? on fait voter le peuple jusqu'à ce qu'il dise oui ??

le 01/11/2011 à 10:33
Signaler
Bien vu !

à écrit le 01/11/2011 à 9:01
Signaler
L'Europe de la haute finance, ça suffit !

à écrit le 01/11/2011 à 8:58
Signaler
Que Papandréou fasse un référendum, soit. Mais c'était avant le plan de sauvetage. Les portugais l'ont fait via des élections. On ne va pas donner sa parole pour ensuite dire: finalement je vais vérifier si je pouvais donner ma parole. Mais qu'attend...

le 01/11/2011 à 10:26
Signaler
Votre commentaire exprime exactement ce qu'est l'union européenne actuelle : l'Europe de la guerre. C'est très intéressant. Cela démontre que le traité de Maastricht était une erreur absolue et le fédéralisme l'est encore plus. Que le président grec ...

le 01/11/2011 à 11:35
Signaler
Je ne suis pas d'accord avec votre référence à l'Europe de la guerre. Nous avons connu la guerre en europe pendant des centaines d'année. Et cela a couté des dizaines de millions de morts/ Depuis 1950 c'est différent. Tout de même. Que la constructio...

à écrit le 01/11/2011 à 8:51
Signaler
""Le geste de la Grèce est irrationnel et dangereux", a estimé un proche du président". Le bonimenteur Sarkozy à bonimenter pour rien ! Quel rigolo !

à écrit le 01/11/2011 à 8:50
Signaler
Les Grecs vont faire comme les Islandais, les banquiers et traders commencent donc à suer ... Et oui, le peuple reprend sa légitimité. C'est pas en France, pays asservi a la finance mondiale que cela existera

le 01/11/2011 à 9:41
Signaler
Et le PS a nommé Président de la commission des finances M. Marini, sénateur maire de Compiègne (ville dont l'hippodrome a été vendu pour une bouchée de pain...), soutien inconditionnel de la haute finance, ...UMP et PS ne font qu'un, le désaccord es...

le 01/11/2011 à 10:12
Signaler
en France, ça va venir, encore un an ou deux avant la faillite

à écrit le 01/11/2011 à 8:48
Signaler
Le problème n'est pas grec mais bien mondial et le peuple grec n'est qu'un bouc émissaire de l'endettement des pays occidentaux. Leur situation est une photo de ce qui nous attend dans quelques mois, peut être même quelques semaines. Notre dette est ...

à écrit le 01/11/2011 à 8:41
Signaler
Il n'y aura pas de référendum car il n'y aura plus rien à décider. Si la Grèce voulait quitter l'euro, elle devait le préparer dans le secret et non l'annoncer ainsi des mois à l'avance. Mais pour cela un peu de courage politique aurait été nécessair...

le 01/11/2011 à 9:03
Signaler
Disons plutôt que la finance et d'autres mènent la danse .. Alors les demi-vérités et les demi-phrases sont notre lot quotidien ...La politique généralement met un type qui prend tout dans la gueule et les décisions se font ou pas suivant le "rejet"...

à écrit le 01/11/2011 à 8:38
Signaler
Papandréou a-t-il averti les européens de sa décision ? j'en doute, et il voudrait que nous abandonnions une partie/la totalité de nos créances sur son pays.....le drame est que les grecs vont refuser le plan d'aide...et après moi le déluge....la Grè...

le 01/11/2011 à 8:49
Signaler
@ TITOU2011. "et tous les créanciers de la Grèce seront ruinés" mais cela nous évitera de payer pour ces créanciers incapables. C'est bien fait pour eux (les créanciers).

le 01/11/2011 à 8:55
Signaler
Ainsi tout le monde sera logé a la même enseigne ! Tous ruinés, y compris le peuple grecs

à écrit le 01/11/2011 à 8:33
Signaler
Enfin un peu de démocratie dans le berceau de la démocratie. Nos dirigeants ne se risqueront pas à cela. Il reste de la fierté en Grèce, heureusement.

à écrit le 01/11/2011 à 8:16
Signaler
STOP! plus un sous.on a assez perdu.

le 01/11/2011 à 10:30
Signaler
bé c est DSK qui avait raison en septembre ?

à écrit le 01/11/2011 à 8:11
Signaler
Il suffit de mettre en balance que le non au référendum entrainera automatiquement une sortie de la Grèce de l'euro. Nous allons certes perdre nos « dons, » mais de toute façon je pense qu'il ne fallait pas se faire d'illusion sur ces dettes !

à écrit le 01/11/2011 à 8:09
Signaler
Que se passe t il si les disent NON ! Certes pas de réduction de leur dette, mais ils sont incapable de la payer ! Donc c'est implicitement 100% de la dette qui est supprimé !?!? Et QUID du nouveau plan de rigueur : Il es maintenu ou pas ???? Car en ...

à écrit le 01/11/2011 à 8:02
Signaler
Si les Grecs font des difficultés, c'est peut-être notre chance de les voir sortir de l'euro, faire faillite et dévaluer malgré le "politiquement correct" qu'impose la classe politique européenne. Evidemment, dans ces conditions, il va aussi falloir ...

à écrit le 01/11/2011 à 7:59
Signaler
un référendum ??? et vous croyez que le peuple va accepter !! la Grèce va sortir de l'UE çà c'est sûr

le 01/11/2011 à 8:13
Signaler
c sa seule chance autrement ils sont mort c qui va nous arriver avec des bons a rien a la tete du gourvernement

à écrit le 01/11/2011 à 7:49
Signaler
La pire des décisions, qui s'apparente au geste de Pilate: je m'en lave les mains, ou après moi le déluge. Dès lors, il devient apparent que les allemands si décriés nous ont sauvé de la catastrophe; la BCE devra néanmoins passer d'énormes pertes, le...

à écrit le 01/11/2011 à 7:18
Signaler
Pour une fois qu'un politique va demander l'avis du peuple au lieu de faire ce que décident les autres pour lui. Peut-être que cela donnera une bonne leçon a ceux qui se moquent des votes préalables comprenant oui quand le peuple vote non. Suivez mon...

le 01/11/2011 à 8:03
Signaler
tout a fait d'accord : enfin la dignité du peuple respectées , ce n'est le cas de notre président et des autres gourvernement sarko doit l'avoir mauvaise avec c magoulle de sommet inutile indignés vous français il faut revenir sur terre et et ar...

à écrit le 01/11/2011 à 7:09
Signaler
il apparait que la fraude est une pratique ancestrale et très répandue de même que la corruption des fonctionnaires et des élus. Dans ces conditions on ne voit pas comment on peut changer ces traditions du jour au lendemain. Si on dit que la Grèce n'...

le 01/11/2011 à 8:52
Signaler
La corruption est partout en Europe et pas qu'en GRECE. Il suffit de regarder ses voisins ou son entourage, le travail au noir est une institution dans notre pays. Mais seulement, nous sommes des hypocrites nombrilistes.

le 01/11/2011 à 9:44
Signaler
@ malpensant. La corruption est très bien installée en France et il faut vraiment n'avoir aucune expérience pour ne pas s'en être aperçu.

le 01/11/2011 à 10:26
Signaler
Posez-vous la question de savoir à qui profite le crime et vous aurez la réponse.

à écrit le 01/11/2011 à 6:47
Signaler
Le temps d'organiser ce référendum, il risque de ne plus y avoir de sujet pour ce vote. Les marchés auront sans doute déjà décidé à la place des Grecs.

le 01/11/2011 à 7:30
Signaler
Oui, évident. Catastrophe imminente.

le 01/11/2011 à 8:35
Signaler
Déjà qu'il n'y a presque plus d'or proposé à la vente ...

le 01/11/2011 à 13:57
Signaler
Tout a fait d accord , janvier. Pfff.... La dette italienne aura saute d ici la . Deja 6.3 sur le 10 ans . Bye bye italie ....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.