Barnier d'accord pour les "eurobonds", avec la Commission

 |   |  545  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les euro-obligations sont une bonne idée a priori mais nécessitent comme préalable une meilleure gouvernance de la zone euro et un budget européen plus important, a déclaré dimanche Michel Barnier, commissaire européen au Marché intérieur.

La Commission européenne proposera mercredi prochain que lui soient confiés des pouvoirs d'intervention sur les budgets nationaux comme contrepartie à des émissions communes de dette pour les pays de la zone euro. "Nous travaillons sur cette idée (des euro-obligations)", confirme Michel Barnier dans une interview accordée à TV5-Monde.

"Le préalable pour faire des obligations mutualisées, pour faire des dettes en commun, ce qui me paraît être une idée juste, c'est d'avoir une coordination, une surveillance, une gouvernance communes, et d'avoir un budget européen plus important", ajoute-t-il.

Des assurances concernant la gouvernance de la zone euro et la solidité du budget européen pourraient amener l'Allemagne à lever son opposition à la mutualisation de la dette européenne par l'introduction d'euro-obligations, ajoute-t-il. "L'Allemagne bougera dès l'instant où elle aura confiance dans cette capacité de gérer notre économie en commun", prédit Michel Barnier.

Selon le Financial Times (FT) de ce lundi, qui cite justement une étude de la Commission, les euro-obligations en lieu et place des emprunts nationaux des différents pays de la zone euro pourraient être la meilleure solution en vue de stabiliser le marché de la dette souveraine. La création d'"obligations de stabilité" permettrait à tous les pays de la zone euro de combler leurs besoins de financement et donnerait naissance à un vaste marché capable de concurrencer celui des "Treasuries" américain, suivant cette étude qui doit être publiée mercredi.

Cette démarche "assurerait le refinancement intégral de tous les Etats membres, quelle que soit la situation de leurs finances publiques nationales", écrit le FT, citant l'étude. Toutefois, l'introduction de telles obligations nécessiterait d'amender les traités de l'Union européenne, repoussant la procédure de plusieurs années, ajoute le quotidien financier.

Débat sur les agences de notation

Le commissaire européen reconnaît par ailleurs que les propositions qu'il vient de formuler pour modifier le fonctionnement des agences de notation n'ont pas fait l'unanimité. "Il faudra certainement un peu plus de temps pour convaincre avec cette proposition", admet-il. "Nous avons besoin des agences de notation. Je ne veux pas leur faire la guerre, à condition qu'elles soient transparentes, ne rajoutent pas de l'instabilité à l'instabilité."

Un autre sujet qui divise Français et Allemands dans la gestion de la crise des dettes souveraines qui ébranle la zone euro concerne le rôle que doit jouer la Banque centrale européenne (BCE).

L'ancien Premier ministre français, Edouard Balladur, apporte sa contribution à ce débat en se prononçant dans une interview que publie lundi Le Figaro pour une intervention massive de la BCE pour acheter de la dette sous forme d'obligations afin de calmer les marchés.

"Soyons réalistes : nous avons besoin d'une force de dissuasion considérable pour mettre en échec la spéculation sur les dettes souveraines des Etats", dit-il. "Le problème étant de dissuader la spéculation, il est urgent que la BCE accepte de faire ce que font toutes les banques centrales du monde, c'est-à-dire acheter des titres de la dette souveraine pour garantir la solvabilité des États", ajoute Edouard Balladur. "Si la BCE mettait en oeuvre cette dissuasion massive, la spéculation reculerait et nous cesserions d'aller de crise en crise."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2011 à 11:36 :
Mr Barnier se fait le porte parole de Sarko donc de la France et non de l Europe....La France a besoin des eurobonds comme les PIIGS xar ca y est elle est entree au club.....
a écrit le 21/11/2011 à 11:09 :
Barnier s'est fait retourné comme un crêpe sur la question de financement en dernier ressort de la BCE, lui aussi est donc victime du lobby de la finance mondiale, on lui a foutu dans le crâne que la BCE devait pouvoir dès aujourd'hui racheter sans limite du papier à problème pour ne pas dire plus. Je suis donc très déçu de voir comment les politiques se font avoir les uns après les autres. Chez les pays en difficulté, il faut faire intervenir le FMI et le FESF, pour peu que se dernier soit productif, la BCE ne devant intervenir que sur du papier encore acceptable c'est à dire au moins noté simple A et sur des échéances courtes.
a écrit le 21/11/2011 à 7:37 :
La zone euro? On y parle démocratie tous les jours, mais sur des questions fondamentales, on abandonne la réponse aux technocrates qui sont quand même responsables de la situation actuelle; et si on commençait par parler réduction drastique des dépenses, meilleure utilisation des sommes colossales dans les programmes sociaux, mieux consommer, refonte de nos systèmes de représentation nationale et européenne...Il est tout simplement impossible de trouver les sommes nécessaires aux accroissement de dettes, des milliers de milliards d'euros par an! Un peu de vista car on perd trop de temps!
a écrit le 21/11/2011 à 7:35 :
Barnier ne comprend-il pas que les euro-obligations poussent de fait à moins de rigueur budgétaire? S'endetter pour rembourser une dette, c'est mauvais. Et au contraire, TOUT le monde se serre la ceinture: baisser le budget européen doit aussi être une priorité.
Réponse de le 21/11/2011 à 9:37 :
oui mais ils ont voté 5% de croissance du budget européen!!!!!
a écrit le 21/11/2011 à 5:48 :
Barnier, le technocrate parfait, froid comme un glaçon et hautain comme un lord Anglais. Futur président de République Français placée de facto par l'Allemagne.
a écrit le 21/11/2011 à 5:26 :
Si la BCE d?de d acheter des Bonds afin de calmer les march? ca cr?bilit?era remise en cause...
a écrit le 20/11/2011 à 23:46 :
"L'Allemagne bougera des l'instant ou elle aura confiance dans cette capacite a gerer notre economie en commun". Tout est la, Barnier, l'Allemagne n'a pas et n'est pas prete d' avoir confiance. Ne perdez pas de temps avec votre propoisition d'Eurobonds, la reponse est nein. Bravo quand meme pour cette originale idee, personne encore n'avait pense aux Eurobonds. Pauvre Barnier !
Réponse de le 21/11/2011 à 8:13 :
si c'est en marche....l'étape supplémentaire (fédéralisme) est en marche
Réponse de le 21/11/2011 à 8:52 :
D'accord, NN, cependant Mme Merkel n'envisage pas les Eurobonds, bien au contraire. Elle veut s'imiscer dans la gestion des Pays Europeen et des sanctions allant jusqu'a l'exclusion pour ceux qui ne feraient pas ce qu'elle veut.C'est le federalisme a l'Allemande.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :