Les observateurs de l'Onu suspendent leur mission en Syrie

L'escalade des violences entre le régime de Bachar al Assad et les insurgés menace le plan de paix négocié par Kofi Annan, le médiateur international et mettent en danger les "bérets bleus", qui ne portent pas d'armes, et sont chargés de vérifier l'application du cessez-le-feu décidé le 12 avril et largement ignoré par les deux camps.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les observateurs des Nations unies en Syrie ont suspendu samedi leurs opérations en raison d'une escalade des violences entre le régime de Bachar al Assad et les insurgés, qui menace le plan de paix négocié par Kofi Annan, le médiateur international.

Le général norvégien Robert Mood a annoncé que les effusions de sang mettaient en danger les "bérets bleus", qui ne portent pas d'armes, et les empêchaient de vérifier l'application d'un cessez-le-feu décidé le 12 avril, mais largement ignoré par les deux camps. "Il y a eu une intensification des violences à travers la Syrie lors des dix derniers jours", a déclaré dans un communiqué le chef de la Mission de supervision des Nations unies en Syrie (Misnus). "Dans cette situation de risque élevé, (...) les observateurs n'effectueront plus de patrouille et resteront confinés dans leurs bases jusqu'à nouvel ordre." Des coups de feu ont été tirés mardi sur une voiture transportant des observateurs qui avaient été chassés de la ville de Haffeh, alors contrôlée en partie par les rebelles, par des pierres et des barres de métal lancées par des partisans de Bachar al Assad. Les insurgés se sont finalement retirés de Haffeh mercredi, après une semaine de siège par l'armée syrienne.

Une réunion du groupe de contact sur la Syrie envisagée le 30 juin

Le ministère des Affaires étrangères a dit comprendre les préoccupations de Robert Mood et a accusé des "groupes terroristes armés" - le terme utilisé par Damas pour désigner les rebelles - d'être responsables des attaques contre les "bérets bleus". Les Etats-Unis ont pour leur part pressé la Syrie de se conformer au plan Annan et ont annoncé qu'ils consultaient leur partenaires internationaux sur de "prochaines étapes" vers une transition politique à Damas. Robert Mood devrait donner lundi un aperçu de la situation aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu - Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie -, qui discuteront probablement de la situation en Syrie en marge du sommet du G20 au Mexique lundi et mardi. Les grandes puissances envisagent par ailleurs d'organiser une réunion du groupe de contact sur la Syrie le 30 juin.

Bombardements sur des faubourg de Damas et sur Homs

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH, opposition basée à Londres), a annoncé qu'au moins 22 civils avaient été tués samedi, la plupart dans des bombardements de l'armées sur des faubourgs de la capitale, Damas. Des insurgés ont par ailleurs rapporté que des bombardements sur des bastions rebelles de la ville de Homs, dans le centre de la Syrie, avaient tués cinq personnes.

Selon l'OSDH, un millier de familles étaient prises au piège samedi dans les quartiers rebelles de Homs, encerclés par les troupes fidèles au régime, et le manque d'équipement médical menace des dizaines de blessés. Les affirmations des deux camps sont difficiles à vérifier, le régime syrien restreignant l'accès au pays pour les médias internationaux.

La France a exprimé vendredi soir sa préoccupation quant à la situation à Homs, craignant que l'armée soit sur le point de lancer une opération de grande ampleur. "La répression sanglante (...) doit s'achever", a déclaré une porte-parole du ministère des Affaires étrangères. "Tôt ou tard, le Conseil de sécurité devra tenir compte des conséquences." Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, avait dit plus tôt dans l'après-midi que la France envisageait d'apporter une aide matérielle à la rébellion.

10.000 personnes tuées depuis mars 2011

L'Onu affirme que les forces du régime ont tué quelque 10.000 personnes depuis le début de l'insurrection en mars 2011. Le pouvoir syrien met les violences sur le compte d'islamistes soutenus par l'étranger, qui ont, selon lui, tué 2.600 soldats et policiers.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 26/06/2012 à 14:02
Signaler
Pourquoi la mission de l'ONU ne peut pas aboutir : Tout simplement parce que, contre les ordres reçus de leurs gouvernements, les casques bleus sont obligés de reconnaître la faute des rebelles dans la prolongation des hostilités, ils essaient bien ...

à écrit le 26/06/2012 à 8:35
Signaler
Toujours basée à Londres, l'opposition aux pays non alignés.Ce sont les pays dit "démocratiques" qui alimentent la guerre en syrie.Pour faire tomber le régime on n'hésite pas à massacrer via les mercenaires, tout en imputant la responsabilité au régi...

à écrit le 18/06/2012 à 11:56
Signaler
Ils devraient les suspendre à ce minaret Ce que fait l'ONU en Syrie est pitoyable comme toujours La soit-disant communauté internationale est morte de peur devant un petit dictateur surarmé qui massacre son peuple, longue tradition arabe et avant...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.