Faudra-t-il attendre 5 ans pour une intervention en Syrie ?

 |   |  651  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Tireurs embusqués semant la panique parmi les foules, bombardements aveugles, chirurgiens opérant à la lueur de lampes de poche dans une ville écrasée par la force brutale: le conflit syrien commence à ressembler à la guerre de Bosnie des années 1992-1995.

Les tueries commises en Bosnie, où Serbes, Musulmans et Croates se sont déchirés pour dépecer l'ancienne république yougoslave, avaient été retransmises en direct sur les écrans de télévision du monde entier. Celles qui se déroulent actuellement à Homs, bastion de l'opposition au régime du président Bachar al Assad, sont retransmises pareillement sur les chaînes d'information continue grâce aux vidéos des mobinautes et autres vidéastes amateurs.

Comme à Sarajevo, la capitale bosniaque assiégée pendant 43 mois par l'artillerie des forces séparatistes serbes, les images de cadavres de nouveau-nés, de manifestants aux membres mutilés, de flaques de sang et de gens rendus fous de chagrin ont suscité des demandes d'intervention étrangère en Syrie. En Bosnie, les puissances européennes ont fini par s'interposer, mais bien tardivement et après beaucoup d'atermoiement. La guerre au coeur des Balkans a duré près de quatre ans, faisant des dizaines de milliers de morts et un million de sans-abri.

Aujourd'hui, les pays occidentaux qui ont mis fin aux massacres en Bosnie ont clairement fait savoir qu'ils n'avaient pas l'intention de s'aventurer dans le chaudron syrien - une décision qui aurait des conséquences incalculables dans une région aussi volatile. La petite Bosnie représentait une crise en Europe, aux portes de l'Otan. La Syrie est, elle, une puissance arabe majeure du Proche-Orient, au coeur d'une région stratégique, qui peut se targuer de ses puissants alliés russes et chinois.

"La guerre en Bosnie et le conflit syrien sont de natures différentes", estiment deux analystes du Washington Institute, Soner Cagaptay et Andrew Tabler. Mais, pensent-ils, "tout organisme international favorable à une intervention humanitaire pour protéger les populations civiles des enclaves syriennes comme Homs devraient tirer les leçons de la guerre en Bosnie."

CINQ ANS ET UNE CENTAINE DE RÉSOLUTIONS DE L'ONU

Semblable intervention demanderait l'envoi d'une force internationale appuyée par l'aviation et ayant l'autorisation d'ouvrir le feu en cas d'agression. Cette force, placée sous commandement de l'Otan comme ce fut le cas récemment en Libye, devrait avoir à sa tête un général de confession musulmane issu d'un pays de l'Alliance atlantique comme la Turquie. Elle devrait aussi être comprendre des contingents venant de pays arabes.

Ankara, partisan de "zones de sécurité" en Syrie, travaille à une solution avec la Ligue arabe et la France, qui prône la création, avec l'appui des Nations unies, de couloirs humanitaires. Vendredi, le président français Nicolas Sarkozy a toutefois exclu toute intervention directe, affirmant que la révolution syrienne "(...) doit être menée de l'intérieur".

Pour sa part, le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a émis des doutes quant à une implication de l'Alliance même en cas de mandat de l'Onu et d'un soutien de la Ligue arabe. Mais comme en Bosnie, la situation peut évoluer. En 1991, le secrétaire d'Etat américain James Baker avait eu ce mot fameux ("We got no dog in this fight!", qui peut se traduire librement par "Cette bagarre ne nous concerne en rien!") alors que les Bosniaques commençaient à s'entre-déchirer.

Mais lorsque la Bosnie devient au fil des mois le plus grave conflit armé en Europe depuis 1945, l'Otan finit par intervenir avec un contingent de 50 soldats au départ, qui seront 100.000 à l'arrivée et imposeront la paix en pilonnant notamment l'artillerie serbe assiégeant Sarajevo. Il aura ainsi fallu près de quatre ans et pas moins d'une centaine de résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu pour faire taire définitivement les armes en Bosnie. Pour nos analystes du Washington Institute, une intervention de l'Onu pourrait réussir en Syrie et empêcher une escalade du conflit à condition de savoir tirer les leçons de la Bosnie et d'éviter les pièges.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2012 à 12:04 :
La Chine et la Russie n'envoient aucun représentant à la Conférence.
Quelle conférence la conférence des charognards prétexte de défendre les syrien pour changer de régime comme en Libye commettre encor plus de meurtre avec la complaisance de la ligue arabe
L'OTAN non merci .vive le tiers monde
Nous n'avons pas besoin de leurs bombes on diable les occidentaux
a écrit le 21/02/2012 à 15:13 :
Nous a t on demandé notre avis? le référendum pour les questions de mode populaire le voile, la viande, le sexe des anges. Pour l'Europe, une guerre, Allez voir la-bas ci j'y suis. Et pour la Syrie y'a les chinois très fréquentables même avec l'expression de la liberté façon tibétaine et les russes dont le gaz a une odeur enivrante. Alors, si l'oncle Tom n'y va pas ben nous?les grecs nous occupent parfois les roms aussi
a écrit le 21/02/2012 à 13:05 :
Irak, Afghanistan, Lybie...20 ans d'interventions mais pour quels résultats pour les populations? est on bien placé pour en juger?
a écrit le 20/02/2012 à 13:35 :
Devoir d'intervention : de quel droit ? Des croisés ou des pèlerins de la démocratie, le remède est souvent pire que le mal. On sait ce que l'on perd mais on ne sait jamais par quoi on le remplace.

C'est comme une élection qui serait contre Pierre et non pour Paul....
a écrit le 19/02/2012 à 20:58 :
un peuple est actuellement sous les bombes de sa propre armée, la communauté internationale doit intervenir pour sauver ce pauvre peuple .tout le monde sait que les russes et les chinois ont empêche l'otan de lybianiser la syrie .Je me demande pourquoi ces justiciers n'ont rien fait pour protéger le peuple palestinien de ghaza lorsqu'il se faisait arrosé de bombes au phosphore non pas par leur armée qui n'existe pas mais par une armée d'occupation ce qui est beaucous plus grave.
a écrit le 19/02/2012 à 19:31 :
comparaison n'est pas raison et on en a la preuve dans cet article:
-les Balkans n'étaient pas tous concernés, seule une partie de l'ex Yougoslavie
-la Bosnie ne représentait aucun des aspects d'une puissance
-la Russie soutien des serbes était hs de fait
etc...etc...
or en Syrie tout est différent, sauf les images sur les écrans et les massacres...
a écrit le 19/02/2012 à 18:52 :
Les pays occidantaux doivent armer les opposants au régime.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :