Le lourd héritage des conflits sino-japonais

 |   |  974  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Depuis le 13ème siècle, la Chine et le Japon ont connu de nombreux conflits. Tour d'horizon.

La montée de tension entre le Japon et la Chine rappelle combien les relations entre les deux pays ont été dans le passé mouvementées, particulièrement au XXe siècle.

L?influence chinoise

Dans les premiers moments de l?histoire japonaise, la relation avec la Chine joue un élément moteur dans le développement du pays. L?écriture japonaise emprunte les idéogrammes chinois et un double système syllabique qui s?inspire de l?écriture chinoise. La religion japonaise est fortement influencée par le Bouddhisme venu de Chine. Le commerce chinois joue un rôle moteur dans l?économie du «Cipango» comme on appelait le Japon au Moyen-Âge en Europe.

Les deux invasions ratées par les Chinois

Au XIIIe siècle, cependant, l?invasion de la Chine par les Mongols change la donne. La nouvelle dynastie chinoise, celle des Yuan, fondée par le fameux Kubilaï Khan (celui qui reçut Marco Polo) lance une expédition formidable pour l?époque contre le Japon en 1278. On ne donne alors pas cher des Japonais, bien moins expérimentés et moins bien équipés. Mais une tempête réduit à néant les deux tiers de la flotte chinoise. Une seconde expédition est lancée en 1291, mais là encore, le «vent divin» (kamikaze en japonais), détruit l?expédition et sauve le Japon. Sauf que ces expéditions ont ruiné et isolé le pays. Ce sera un traumatisme collectif qui ne sera pas étranger à la fermeture du Japon à toute influence étrangère au XVIème siècle.

L?effet Meiji

En 1867 commence au Japon l?ère Meiji, période de forte modernisation du pays. L?obsession des Japonais est alors d?apparaître comme une puissance «occidentale» face à la «barbarie» du vieil empire chinois en pleine décrépitude. Le Japon considère désormais que son avance technique et intellectuelle lui donne le droit de dominer l?Asie. Et la première victime de cette idéologie doit être la grande puissance asiatique qu?est restée la Chine.

La première guerre sino-japonaise

A la fin du XIXe siècle, la tension est forte entre les deux pays, particulièrement en Corée, vassal de Pékin. En 1882, la légation japonaise à Séoul est proche d?être lynchée. En 1884, un coup d?Etat pro-japonais échoue. Mais l?assassinat d?un Coréen favorable à Tokyo en 1894 à Shanghaï donne le prétexte à l?offensive nippone. Un an plus tard, la Corée et Taïwan sont annexés par Tokyo qui, en 1900, participe au contingent «occidental» qui mate la révolte des Boxers en Chine. Autre humiliation insupportable pour Pékin et les Chinois.

L?invasion de la Mandchourie

L?idéologie de la domination naturelle du Japon sur l?Asie est remise au goût du jour au début des années 1930 et a beaucoup d?influence sur l?armée et la famille impériale. Alors que la Chine est, depuis la chute de l?empire en 1911, en état de déliquescence avancée et soumis aux "seigneurs de la guerre", elle est naturellement une proie facile pour l?expansionnisme nippon. Le 18 septembre 1931, voici 81 ans presque jour pour jour, un attentat fait exploser une section de chemin de fer à Mukden, en Mandchourie. L?attentat a été orchestré par les Japonais qui prennent néanmoins prétexte de cet incident pour envahir cette province du nord de la Chine frontalière avec la Corée. Hergé saura décrire l?événement dans l?album le «Lotus Bleu». L?invasion est achevée en février 1932 et le dernier empereur de Chine, Pu Yi, est placé sur le trône d?un Etat client du Japon, le Mandchoukouo.

La seconde guerre sino-japonaise (1937-45)

Durant les années qui suivent, les interventions japonaises en Chine ne cessent de se multiplier. Certaines provinces chinoises, comme le Hebei deviennent des Etats clients du Japon qui soutient aussi les autonomistes mongols. La progression de l?influence nippone est encouragée par la guerre civile qui a déjà débutée en Chine entre Communistes et Nationalistes. Mais lorsque ces deux groupes s?allient pour contrer Tokyo, les militaires japonais décident de mener une véritable guerre : en juillet 1937, «l?incident du pont Marco Polo», près de Pékin, où les Japonais accusèrent les Chinois d?avoir enlevé un soldat nippon fut le prétexte à une déclaration de guerre. Cette guerre fut d?une violence inouïe : l?empereur Hiro-Hito suspendit les conventions de guerre concernant les prisonniers (qui furent souvent décimés dans des travaux forcés) et autorisa l?emploi d?armes chimiques et bactériologiques. En 1938, les Japonais firent de la prise de Nankin un bain de sang qui reste encore dans la mémoire collective chinoise. A partir de 1941, une campagne de destruction systématique de la Chine fut engagée devant la résistance des Chinois. Mais désormais aidée et réorganisée par les Américains, entrés en guerre après Pearl Harbor, l?armée chinoise entama la reconquête du pays jusqu?à la défaite nippone de 1945.

l?inconscient collectif chinois marqué à vif

Le bilan de la guerre de 1937 à 1945 donne le tournis : près de 12 millions de morts côté chinois (chiffre sans doute sous-estimé). Le traumatisme de cette guerre fut entretenu par les Communistes chinois après leur victoire en 1949 et les impérialistes étaient appelés par les maoïstes «agents du Mikado (le palais impérial japonais) et de Wall Street». Un mausolée immense fut construit près du Pont Marco Polo. Les atrocités japonaises, mais aussi le traitement d?infériorité dont les Chinois furent victimes, sont demeurés dans l?inconscient collectif chinois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2012 à 14:23 :
Il y a beaucoup d'inexactitudes dans ce qui est écrit ici.
Sur des sujets de ce genre, les chercheurs compétents ne manquent pas : faites vérifier !!!
a écrit le 19/09/2012 à 1:45 :
Les idéogrammes japonais sont venus de corée( des 3 royaumes) et non pas directement de chine.
1592 les japonais envahissent la corée pour ensuite servir de base d'invasion de la chine; les chinois s'allient aux résistants coréens pour repousser les japonais qui font une seconde invasion mais sont repoussés encore en 1598.
Réponse de le 11/11/2012 à 21:52 :
les 3 royaumes est une périodes de la Chine qui a été divisée après l'extinction de la dynastie Han vers le III ap.jc.
et je vous rappelle que la Corée utilisait les idéogrammes chinois avant leur écritures actuelles qui reste quant meme assez récente ( il me semble depuis le XIX e)
a écrit le 18/09/2012 à 16:47 :
Voici du grain à moudre pour Hillary, Fabius et toute la clique diplomatique. Mais en réalité, pendant ce temps, les problèmes syriens et iraniens deviennent plus dérisoires.
a écrit le 18/09/2012 à 16:47 :
Voici du grain à moudre pour Hillary, Fabius et toute la clique diplomatique. Mais en réalité, pendant ce temps, les problèmes syriens et iraniens deviennent plus dérisoires.
a écrit le 18/09/2012 à 16:23 :
bon résumé historique sauf pour le nombre de victimes chinoises le chiffre officiel dépasse les 20 millions de morts , sans doute beaucoup plus en réalité.
Réponse de le 18/09/2012 à 18:17 :
Après leur succès terrestre et naval contre les Russes les Amiraux et militaires nippons ont commis l'erreur évidente d'orienter leur "avenir sur l'eau"avec naturellement les conflits envisageables avec la GB et les EU pour la domination des espaces maritimes et océaniques pacifiques. La Chine ne représentait pas leur but 1er.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :