L'emploi, la dette et l'énergie vus par Obama et Romney

Lors du deuxième débat dans la course à la Maison Blanche, les échanges entre les deux candidats ont été vifs. Zoom sur trois thèmes directement liés à l'économie américaine.
Les deux candidats à la présidentielle américaine s'affrontait mardi soir à Hempstead. Copyright AFP
Les deux candidats à la présidentielle américaine s'affrontait mardi soir à Hempstead. Copyright AFP (Crédits : AFP)

Le deuxième débat entre les deux candidats à la présidentielle américaine se tenait mardi soir à Hempstead, à 40 kilomètres à l'est de New York. Barack Obama et Mitt Romney répondaient aux questions de 82 électeurs indécis et le président sortant s'est montré plus offensif que lors du premier débat, celui du 3 octobre à Denver. Bien qu'ils se soient alors déjà affronté sur la thématique de l'économie, ils ont tout de même abordé certains points ce mardi soir : l'emploi, la dette du pays, l'énergie.

"Le taux de chômage était de 7,8% lorsqu'il (M. Obama) a pris ses fonctions, il est de 7,8% maintenant, si vous comptez les gens qui ont cessé de rechercher un emploi. Nous avons besoin d'un plan en cinq points qui redonne aux Américains 12 millions de nouveaux emplois en quatre ans" a attaqué Mitt Romney. Ce à quoi Barack Obama a répondu fermement : "Le gouverneur Romney dit qu'il a un programme en cinq points, il n'a pas de programme en cinq points, son programme tient en un point: s'assurer que les plus aisés puissent jouer avec des règles différentes".

Sur la route de la Grèce

Concernant la dette des Etats-Unis, le gouverneur du Massachusetts a accusé le président en place de mener le pays vers une situation économique à la grecque : "Nous avons eu quatre années consécutives au cours desquelles il (M. Obama) a dit (...) qu'il réduirait de moitié le déficit, au lieu de cela il l'a doublé. Nous sommes passés d'une dette nationale de 10.000 milliards de dollars à une dette nationale de 16.000 milliards de dollars (...) Cela nous met sur la route de la Grèce" a-t-il déclaré.

Face à cette offensive, Barack Obama choisissait de remettre en cause la feuille de route annoncée par son adversaire, affirmant que Mitt Romney voulait "poursuivre les réductions d'impôts de l'ère Bush pour les Américains les plus riches, ce qui représente 8.000 milliards de dollars". "Maintenant, il dit qu'il veut être sûr que cela ne creuse pas le déficit et qu'il veut couper les impôts de la classe moyenne, mais quand on lui demande comment il compte faire (...) il ne peut pas le dire. Lui-même doit payer seulement 14% d'impôts quand beaucoup d'entre vous devez en payer bien plus".

Puissance des pétroliers

Enfin, sur le plan de l'énergie, le gouverneur du Massachusetts a pointé les coupes de Barack Obama dans les permis de forage, le jugeant responsable de la diminution de la production d'énergie par les Etats-Unis. "Il se trouve que la production de pétrole a chuté de 10% et la production de gaz de 9% (sous le mandat de M. Obama). Pourquoi ? Parce que le président a coupé de moitié les licences et permis pour le forage sur les terres appartenant à l'Etat" arguait Mitt Romney. Le présidant sortant a quant à lui rappelé les énergies vertes au bon souvenir du candidat républicain : "Le gouverneur Romney dit qu'il a un plan global mais en fait son plan est de laisser les compagnies pétrolières écrire la politique énergétique. Donc il prend en compte le pétrole et le gaz (dans son plan) mais il ne prend pas en compte les énergies propres".

Le troisième et dernier débat entre les deux candidats à la présidence des Etats-Unis aura lieu le 22 octobre prochain, à Boca Raton en Floride, et portera principalement sur la politique étrangère.

avec AFP

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 17/10/2012 à 17:09
Signaler
Je suis en osmose avec lemans car OBAMA n est fort en rien mais comme toujours on a tendance en FRANCE de lui donner toute notre symphatie et de croire qu il est fort c'est de la blague car qu a t il fait pour l EUROPE rien du tout alors qu l aille...

à écrit le 17/10/2012 à 14:22
Signaler
Seuls les francais obamaniaques ont pu penser qu'obama s'est reveiile dans le debat hier.En fait il a enonce comme d'habitude des generalites face a un Romney tres expert en economie.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.