La victoire d'Obama refroidit Wall Street

 |   |  321  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters</small>)
Wall Street s'inquiète déjà de la politique économique du 44ième président pour son second mandat.

La réélection de Barack Obama n'a pas du tout rassuré Wall Street. La crainte d'un renforcement à venir des régulations financières par l'administration Obama et la menace d'une falaise fiscale début 2013 ont refroidit les marchés. Le Dow Jones a chuté de plus de 300 points pour passer sous la barre symbolique des 13 000 points pour la première fois depuis le mois d'août. Pour son second mandat Obama va-t-il renforcer le clivage aujourd'hui omniprésent entre Wall Street (qui soutenu Mitt Romney) et la Maison Blanche ? L'arrivée au Sénat de la nouvelle élue du Massachussetts, Elizabeth Warren, inquiète le monde de la finance. Warren ne cache pas son dédain des pratiques de Wall Street et a été la principale architecte dans la création du « Consumer Financial Protection Bureau », une agence fédérale mise en place dans le cadre des réformes de Wall Street, qui a pour mission de protéger les consommateurs et les Américains des erreurs commises par les entreprises qui déterminent les cotes de crédit. « Les dirigeants de Wall Street, les mêmes qui ont ravagé notre économie et détruit des millions d'emplois, avait protesté Warren lors de la convention démocrate en août dernier. Ils continuent de parader au Congrès sans honte afin de faire du lobbying se comportant comme si on leur devait un faveur ». Certains experts pensent que le marché va rester instable jusqu'au mois de janvier prochain. Plusieurs facteurs inquiètent les investisseurs, le relèvement à venir du plafond de la dette américaine par le Congrès en décembre et l'échéance des exemptions fiscales mises en place par l'administration Bush et prolongées par Obama en 2010. Ajoutez à cela les sérieuses coupes budgétaires annoncées et il n'en faut pas plus pour que la menace d'une récession économique soit brandie par certains experts.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2012 à 11:40 :
Sur la politique économique, ne lit-on pas dans la presse que la limite d'efficacité de l'endettement est atteint? Faire une dette pour augmenter moins le PIB c'est pas très utile... cela pose en Europe un aléas moral entre les générations. Obama parle de 4000 milliards d'impôts ça n'est pas rien, qui paye? Il y a peu le déficit était de 209 milliards d'euros rapporté à la population française. Imaginez si ça doit se régler...
a écrit le 08/11/2012 à 14:28 :
Je vis en Californir depuisplus de 10 ans, ma sté compte 50 employés et bientôt je vais devoir recruter quelques 10 personnes et tout va très bien. en france je n'aurais jamais rien créé et serais même appauvri ... donc franchouillards évitez de dire des anneries puisque vous ne vivez pas aux USA ... la jalousie est mauvaise pour votre santé ... MDR
a écrit le 08/11/2012 à 13:25 :
Et oui, la fête est terminée pour les USA ! Ils n'ont plus les moyens de leur politique impérialiste. L'empire est en déclin et c'est tant mieux, le monde sera plus libre.
Réponse de le 09/11/2012 à 11:35 :
Pas d'accord sur cette idée, c'est communiste. Les américains ont toujours agi avec leurs alliés. Cessez de dire n'importe quoi.
a écrit le 08/11/2012 à 7:07 :
Il est une évidence triviale pour les américains comme pour les européens, enfin certains. C'est l'apauvrissement général par la dette et la croissance misérable à crédit, voire la récession en Europe. Il est aussi scandaleux que l'on puisse dire que la politique conduite est bonne puisque le nombre de pauvres a doublé et que le chômage est double du taux officiellement admis. La situation est donc critique et c'est bien l'administration et la dépensite maladive qui en sont responsables et personne d'autre. On est entrain de faire chavirer le Titanic après l'avoir délibérément envoyé sur l'iceberg par l'excès de crédit immobilier que la politique gouvernementale avait ordonné. Alors demain est pire qu'aujourd'hui. 16000 milliards de dettes et ça empire de jour en jour!
Réponse de le 08/11/2012 à 7:48 :
Le probleme n est pas la. Wall street sait que obama va faire payer les riches pour le deficit et donc ils auront moins de fonds a capter.
La falaise fiscale americaine n est pas un probleme car la reserve fiscal est considerable. De 15% les americains vont passer a 20% d impots, comme sous reagan. Cela represente une manne considerable qui paiera la dette bien plus facilement qu en europe ou la pression fiscale est deja a son maximum.
Les americains ont beaucoup plus de ressource que l europe veux bien le croire pour se rassurer...
Réponse de le 08/11/2012 à 10:01 :
French , tu joue avec les pourcentages. chez nous en normandie on dit que l'on ne peut pas peigner
un diable qui n' a pas de cheveux . hormis ceux qui mettent leur argent dans les paradis fiscaux, les autres
sont au bout!!
Réponse de le 08/11/2012 à 11:57 :
C'est reculer pour mieux sauter... on fait une petite fête avec des dépenses sans résultat et au final c'est la population qui paye. En quoi c'est une bonne politique? Mais pendant ce temps là la pauvreté a bien doublé... comme quoi les démocrates, c'est une escroquerie. La situation empire de jour en jour...
Réponse de le 08/11/2012 à 12:08 :
@Paul : vous oubliez aussi le fait que la population n'augmente pas officiellement malgré les nouveaux arrivants sur le marché du travail. Cela a pour effet de traduire les déinscriptions/radiations de centaines de milliers de chomeurs pour faire croire que l'on est en dessous des 8% de la population active. Cela est très dangereux pour Obama d'avoir joué avec le feu ... Comme le disait si bien Lincoln : "On peut, pendant quelque temps, tromper tout le monde, ou tromper tout le temps une partie des gens, mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps."
Réponse de le 08/11/2012 à 12:27 :
Vous dites que la réserve fiscale est importante. Vous pensez vraiment que l'Américain moyen a envie de payer pour rien? C'est vrai au fond pendant cette législature: le chômage a doublé mais on en planque la moitié, la pauvreté a doublé, la dette a doublé et maintenant l'économie est à plat, aucun résultat, et il faut que la population voie son niveau de vie plonger pour ça? Il faut être demeuré pour cautionner ça!
Réponse de le 08/11/2012 à 12:57 :
@ Paulo et Lincoln: Ce qui laisse penser que "tromper son monde" est une vieille tradition dans les démocraties... Ce qui est rassurant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :