Bientôt une rente à vie de 2100 euros mensuels pour les Suisses ?

 |   |  316  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Sous initiative citoyenne, un projet de loi instaurant une allocation de 2100 euros par mois à vie pour tous les Suisses sans condition va être soumis à référendum. Un projet original, loin de faire l'unanimité.

« Point d?argent, point de suisses! » aurait écrit Jean Racine aujourd?hui. Une partie de la population helvétique est en effet à l?origine d?une proposition de loi pour le moins originale, qui prévoirait qu?une rente de 2500 francs suisses, soit 2080 euros soit versée mensuellement à chaque citoyen transalpin. Cette proposition de loi est née d?une initiative citoyenne, qui souhaite mettre en place un « revenu de base inconditionnel » (RBI), qui permettrait de remplacer le « filet social » actuel et sa bureaucratie, et d?inscrire dans la Constitution un droit à « mener une existence modeste mais digne» explique le quotidien suisse Le Matin.

« Le RBI permet aux salariés de discuter d'égal à égal avec des employeurs, ils ne sont plus obligés d'accepter n'importe quelle tâche pour des raisons purement financières, mais choisissent celle qu'ils ont envie de faire» explique un ancien chancelier de la Confédération helvétique, Oswald Sigg, membre du Parti socialiste, sur France 24.

Un référendum qui inquiète les politiques
La législation suisse permet à la société civile de déposer un projet de loi, sous couvert de rassembler au minimum 100 000 signatures. Le texte est ensuite soumis à un vote populaire. Un référendum qui sera des plus insolites, puisque les Suisses seront amenés d?ici deux ans, à répondre à la question formulée ainsi : « Voulez-vous recevoir une rente de 2100 euros par mois sans condition et jusqu?à la fin de votre vie ? »

Bien que le « oui » paraisse tentant, Le Matin estime que « l?initiative a peu de chances devant le peuple suisse, qui aime bien savoir combien ça coûte. » Et l?addition d?une telle mesure serait salée : 25 milliards d?euros, qui effraient les politiques et les syndicats, craignant une baisse des salaires compensatoires et une hausse significative des impôts. Ont-ils oublié des entreprises vidées de leurs salariés ?
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2014 à 3:48 :
il faut pas se faire d’idées 2100 euro en suisse c'est comme 500 euro en France ....
Un Rca suisse en quelque sorte MDR
l'histoire nous apprend que tout se que fait les socialiste et bon que pour le patronna
et jamais pour le peuple
au final sa va permettre de descendre les salaire de 2000 euro,
en faite les suisses auront toujours le même salaire mai c’est plus le patronna qui va payer mai le salarié suisse via la grille d'impo, encore une bonne arnaque socialiste !
connaissant les suisses il y a quasiment aucune chance que sa passe
a écrit le 27/11/2013 à 14:38 :
On dit pas "transalpin", mais "transuranien" en partant des Suisses
a écrit le 20/06/2013 à 16:55 :
Par ici pour signer la pétition: http://basicincome2013.eu

Le Revenu de Base est universel, individuel, inconditionnel et suffisant pour assurer à chacun une vie digne et sa participation dans la société. Bernard FRIOT, un des meilleurs éléments que nous ayons en France avec Etienne CHOUARD! De grands? hommes qui amènent petit à petit la nouvelle architecture politico économique de l'humanité de demain! Rendre aux travailleurs ce qui leur appartient : les fruits de leur production sans la? moindre ponction par le capital, et ce en expropriant le capital bien évidemment. Bernard FRIOT, un des meilleurs éléments que nous ayons en France avec Etienne CHOUARD! De grands? hommes qui amènent petit à petit la nouvelle architecture politico économique de l'humanité de demain! Rendre aux travailleurs ce qui leur appartient : les fruits de leur production sans la? moindre ponction par le capital, et ce en expropriant le capital bien évidemment. http://www.dailymotion.com/video/x11321m_bernard-friot-economiste-et-sociologue-sur-le-revenu-universel-csoj-07-06-2013_webcam#.UcMXrtgSr2I
Réponse de le 20/06/2013 à 20:04 :
nouvel article plus récent sur le sujet http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130618trib000771011/-un-revenu-de-base-pour-tous-et-sans-condition-une-idee-au-service-de-l-esprit-d-entreprise.html
a écrit le 20/06/2013 à 14:26 :
complètement bidon,
un rapide calcul permet de voir que 25 milliard permet de verser 2080 ? par mois à 1 million de suisse pendant 1 année seulement, sachant que la suisse compte 8 millions d'habitants il faudrait déjà compter 200 milliards par an (soit 31% du PIB), donc en provisionnant sur allez on va dire à la grosse, 50 annuités en moyenne (~durée de vie résiduelle pondérée), le coût d'un tel programme serait plutôt de 10 000 milliards d'euros, même nos amis les Suisses ne sont pas capable de provisionner une telle somme
Réponse de le 21/06/2013 à 0:05 :
comme le dit l'article :
" qui permettrait de remplacer le « filet social » actuel et sa bureaucratie "
Donc il faut que tu soustraies les dépenses actuelles pour que ton calcul soit correct.
Réponse de le 21/06/2013 à 13:24 :
c'est vrai c'est vrai, et bien dans ce cas la question serait "quel serait le revenu de base équivalent aux minimas sociaux actuels".. vu que les revenus d'activités se déduisent partiellement ou entièrement des minimaux sociaux actuels, le revenu de base serait inférieur aux minimas sociaux actuels, on ne saurait donc taxer cette mesure de marxiste, ni même de gauche, dans la mesure où elle baisserait les minimas sociaux, car en effet, on suppose dans cette équation à l'équilibre budgétaire, que les revenus d'activités viennent s'additionner intégralement aux revenu de base dont tout le monde profiterait, aussi les revenus de tous les actifs seraient augmentés de l'intégralité ou d'une partie du revenu de base.. , et mécaniquement, les sommes allouées aux inactifs seraient alors grandement diminuées..
je veux bien croire que la Suisse est riche mais 2100 net /mois, qui iraient s'additionner aux revenus d'activités, c'est tout simplement délirant, et de toute façon c'est une mesure plus çà droite que ce qui se fait actuellement, je comprends pas comment on peut taxer ce genre de dispositif (dont la pertinence est défendable) de "marxiste".. alors qu'il revient à redistribuer l'effort social sur tout le monde et pas seulement sur ceux qui en ont besoin..

Merci
G.
Réponse de le 27/11/2013 à 20:11 :
"alors qu'il revient à redistribuer l'effort social sur tout le monde et pas seulement sur ceux qui en ont besoin.."
Vous avez pas dû lire Marx vous !
a écrit le 11/06/2013 à 16:27 :
cet article est pétri de préjugé et le journaliste (si on peut parler de journaliste) n'a fait aucune recherche sur le sujet, pourtant il est facile se renseigner ... lire déjà l'article sur le revenu de base inconditionnel sur Wikipdia. Qui informe notamment que la mise en place d'une telle mesure a déjà été testée avec des résultats comme l'absence de désincitation au travail (première critique faite au revenu de base) , une baisse de la criminalité (moins de coût donc), une augmentation de la richesse produite, etc. C'est un nouveau concept digne d'être étudié ! un excellent film documentaire existe vous le trouverez sur Youtube, et il existe aussi une initiative européenne sur le sujet.
Réponse de le 20/06/2013 à 13:42 :
http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130618trib000771011/-un-revenu-de-base-pour-tous-et-sans-condition-une-idee-au-service-de-l-esprit-d-entreprise.html
Réponse de le 21/06/2013 à 0:08 :
oui, et d'ailleurs, si tu as vraiment poussé tes recherches sur le sujet, tu auras appris que les expériences déjà conduites sur le revenu inconditionnel ne sont malheureusement que peu pertinente sur la motivation au travail, puisque les acteurs prenant part aux expériences savaient que celles ci n'allaient pas durer pour toujours, ne prenant donc pas le risque d'interrompre leur activité rémunérée.
a écrit le 11/06/2013 à 14:37 :
Je ne sais pas pour la Suisse, mais en France ce serait plausible, il suffit de récupérer l'argent récolté sur certaines charges patronales comme VEUVAGE, CHÔMAGE, RETRAITE et de reverser ses sommes sous formes de rentes? Je vote POUR !
a écrit le 07/06/2013 à 8:41 :
Je ne connais pas vraiment le niveau de la vie en Suisse, néanmoins si son logement lui appartient à 100% et qu'il peut faire ses courses à la frontière il pourra vivre correctement comme nos profiteurs français.
Réponse de le 05/08/2013 à 7:22 :
Parler de "profiteurs étrangers" lorsqu'on est suisse et que la Suisse tire l'essentiel de sa richesse du dumping fiscal, de l'argent placé par des étrangers dans ses banques et des communautés internationales qui y ont été attirées (organisations internationales, CERN, etc.) et alors même que des subventions (qui se comptent en centaines de milliards) lui sont versées par l'Europe chaque année c'est d'un culot monstre. J'espère que tous vos concitoyens ne sont pas aussi stupides.
Réponse de le 05/08/2013 à 16:00 :
Il faut arrêter d'écrire n'importe quoi:
1) La Suisse ne tire pas l'essentiel de sa richesse du dumping fiscal: la finance ne représente que 11% du PIB de la Suisse et l'ensemble de la finance n'est pas lié au "dumping fiscal"
2) "...des subventions (qui se comptent en centaines de milliards) lui sont versées par l'Europe chaque année"? L'Europe ne verse pas un centime de subvention à la Suisse! C'est même le contraire, la Suisse a fait des dons s'élevant à plus de 2 milliards de francs suisses pour aider les nouveaux membres de l'UE venant des pays de l'Est (Pologne, Roumanie, etc.)
Réponse de le 05/08/2013 à 18:58 :
Le dumping fiscal ne s'exerce pas uniquement auprès des 10% des milliardaires du monde entier qui y ont élu leur résidence principale pour des raisons fiscales, il s'exerce également en faveur des entreprises et des organisations non gouvernementales.

Quant aux subventions vous êtes très mal renseigné(e) ou d'une mauvaise foi à pisser de rire. L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a reçu cette année encore une subvention d'un milliard d'euros de l'UE pour un projet de recherche sur le cerveau. Et vous croyez que c'est la Suisse qui finance le CERN par exemple ?

Pour ce qui concerne le soutien de la Suisse à des projets qui se développent dans les pays de l'Est c'est 1 Milliard de CHF déployés sur 7 ans et non 2 Milliards...Cela étant, c'est un beau geste, je le reconnais.

Bref, ne traitez pas les français ou les citoyens d'autres pays de "profiteurs", vous ne pouvez pas vous le permettre si vous êtes suisse.
a écrit le 05/06/2013 à 10:40 :
initiative interessante à la condition que la rente soit obligatoirement dépensée dans un délais de 3 ans. Par le jeux de la TVA l'état retrouve sa mise automatiquement. Tout ceci est possible par l'argent électronique. Sa carte bancaire est créditée tous les mois et l'ordinateur centrale contrôle la dépense obligatoire en Suisse.
Réponse de le 05/06/2013 à 20:46 :
Ce n'est pas tout à fait exact. La TVA est inférieure non seulement au montant dépensé mais elle est récupérée après un certain délai, ce qui avec l'inflation naturelle diminue sa valeur absolue...

Juste pour la forme, faisons le calcul:
Avec une actuelle TVA à 8%, l'état récupéra environ 7,4 % (1/1,08) après un mois.
Admettons une inflation d'environ 0,3 % mensuelle, on passe à 7,37 %.
On retire le taux d'emprunt sur les marchés (on a besoin d'argent en attendant), on peut arrondir à environ 7,2 %.

Voilà, l'état vient de perdre 92,8 % de sa mise !

Un "ordinateur central" (pas de e final au passage) n'existe pas, ce n'est pas comme dans le film Matrix.
En fait, l'argent virtuel est placé dans des organismes privées, les banques (et pas forcément de droit suisse par ailleurs) et est géré dans des centraux informatiques "back-offices" par des millions d'ordinateurs. Rien que pour calculer les soldes, il faut en général des machines surpuissantes.
Malgré tout ça, n?oublions pas qu'en suisse le secret bancaire empêche toute transmission d'information concernant les dépenses à des tiers, même aux services fiscaux.
a écrit le 31/05/2013 à 20:56 :
Débat passionnant et d'excellent niveau !
Réponse de le 01/06/2013 à 12:52 :
oui un journaliste de LA TRIBUNE pourrait en tirer un nouvel article en repartant de l'initiative citoyenne européenne qui a été lancée sur ce sujet, il n'y a pas de raison de laisser à nos amis Suisses le monopole de ce débat démocratique
a écrit le 29/05/2013 à 16:02 :
Premièrement en suisse ce n'est vraiment rien 2500 CHF car la vie est très cher là bas. A tout ceux qui veulent y aller : allez-y ! Vous y reviendrez vite : pas de 35H, pas de sécu, et le niveau de vie très élevé.
Deuxièmement, les suisses refuseront car ils ont une très bonne mentalité de travailleurs. Ils estiment à juste titre que la personne qui a de l'argent travaille dur pour ça. Ils rigolent bien des français en grève tous les 2 jours, qui surtaxent leurs entreprises et qui sont assistés par toutes sortes d'alloc'. On est une honte pour eux.
Troisièmement si cette loi devrait passer, ça serait légitimé car c'est un référendum, comme la plupart des lois votées là bas. Problème français également.

Je dis pas que la Suisse est le pays des bisounours il y a plein de côtés "sombres" comme l'hyper racisme par exemple, mais rien ne nous empêche de prendre leurs bonnes idées. Ils sont des exemples pour beaucoup de sujet (pas tout mais certains)
Réponse de le 31/05/2013 à 20:20 :
@ Nini : si, si (ou Sissi, si vous préférez), la Suisse est bien le pays des Bisounours que vous décrivez avec ses bonnes idées (et ses naques) ! Cela dit, vous qui êtes en grève tous les 2 jours, allez donc y vivre... Cela fera des vacances aux Français qui travaillent !
Réponse de le 03/06/2013 à 7:29 :
"une très bonne mentalité de" receleurs surtout ! Gens qui, comme disait Brassens, "...sont pire que les voleurs". À quand la fin de la complaisance vis-à-vis de la Suisse et des autres États-voyous de la finance internationale!
Réponse de le 03/06/2013 à 11:52 :
A Nini: savez-vous que dans la fonction publique, en France, il y a beaucoup moins de grèves qu'il y a 40 ans? C'est la façon dont les media présentent ces grèves qui donne l'impression contraire.
Quant au secteur privé, c'est simple: il ne fait quasiment plus jamais grève.
Stop aux clichés!
Réponse de le 09/06/2013 à 16:44 :
Eh bien Nini, tu préfères une société où une partie travaille 35 heures et où 5 millions n'ont pas de travail, et 10 millions vivent dans la pauvreté? Aurais tu oublié que c'est le travail qui crée les richesses?
Réponse de le 09/06/2013 à 16:54 :
Vous ne lisez pas les journaux et ne regardez jamais les infos? Au moins 3 grèves de l'éducation nationale par an et de la SNCF. Quant au privé, vu la situation économique de la France, personne ne veut risquer de perdre son boulot. Sauf les syndicat qui n'en ont rien à foutre de réduire les gens au chômage: voir Goodyear, Petroplus, etc...!
Réponse de le 12/06/2013 à 19:50 :
Il sera judicieux que 1/ Nini évite les remarques désobligeantes envers la France et les Français et 2/ que les réponses ne soient pas au moins autant virulentes que la premiere affirmation.
Pour remettre les choses dans leur contexte, la Suisse est un petit pays avec une population moindre que celle de ses voisins. Forcément, les dépenses publique et la gestion en sont grandement diminuées. La mentalité suisse n'est pas celle des Français, c'est évident, aussi, je ne crois pas qu'en France cette proposition de loi verrai le jour.
Dernier point à ce propos, nous ne connaissons pas la valeur de cet argent en son pays, en France 2100 euros c'est un salaire plus que décent, en Suisse, aucune idée.

Je note par contre plusieurs choses intéressante, comme la soumission au vote public (référendum) des projets de loi, je trouve l'idée de voir des lois "audacieuses" ou du moins "originales" intéressante. Il est vrai que Nini a bon sur un point, nous pouvons prendre exemple sur les bonnes idées des autres pays.
Réponse de le 27/11/2013 à 20:17 :
Les tensiosn sociales sur les entreprises publiques (SNCF, RATP) n'a jamais été aussi bon qu'actuellement. L'année dernière, 3 jours de grève à la SNCF sur l'année, peu suivies d'ailleurs.
Arrêtons les délires et les mensonges s'il vous plaît !
a écrit le 29/05/2013 à 12:46 :
d'une part cette proposition idiote sera refusée car n'étant pas dans l'esprit suisse, d'autre part 2050 euros en suisse par mois vous ne pouvez pas vivre, je vous rappelle qu'un pain au chocolat à Lausanne coute 4 euros... à bon entendeur.
Réponse de le 29/05/2013 à 15:44 :
Ben oui ! C'est pour ça qu'en vrai l'allocation est de 2100? ! Avec 50 ? de plus que vos dires, cela autorise quand même 12 pains au chocolat et demi... plus si on se contente de croissants ! Alors...
a écrit le 29/05/2013 à 1:33 :
Pour la France c'est
Par ici pour signer la pétition: http://basicincome2013.eu

Le Revenu de Base est universel, individuel, inconditionnel et suffisant pour assurer à chacun une vie digne et sa participation dans la société.
Réponse de le 29/05/2013 à 3:35 :
C'est pour l'Europe entière ! A noter aussi que ce n'est pas une pétition, mais une Initiative Citoyenne Européenne (tout ce qu'il y a de plus officiel), visant à permettre d'ouvrir le débat à la Commission Européenne. Et uniquement lancer le débat, pas mettre en place le revenu de base ! Donc n'hésitez pas à signer même si vous n'êtes pas convaincus encore, ou êtes contre : vous n'êtes pas contre le débat, si ?
Réponse de le 20/06/2013 à 20:06 :
un nouvel article a été publié ce 20 juin sur le sujet http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130618trib000771011/-un-revenu-de-base-pour-tous-et-sans-condition-une-idee-au-service-de-l-esprit-d-entreprise.html
Réponse de le 27/11/2013 à 20:18 :
A la commission européenne ? Même pas besoin de signer alors, ça sera refusé. Toute l'Europe du Sud s'agite sans résultat sur leur sort décidé à la commission, alors une pétition, à quoi bon...
a écrit le 28/05/2013 à 18:31 :
Mes cousins du Haut-Doubs qui bossent en Suisse vont-ils faire le pas, que leur canton
devienne suisse, surtout depuis que l'on veut les mettre à la sécurité sociale pour 300 euros
mensuellement au lieu de moins de 100 euros,assurance privée remboursement à 100 %
Réponse de le 27/11/2013 à 20:19 :
LoooL. Mais vous croyez quoi ? Que c'est eux qui décident ? Ca va pas non ?
a écrit le 28/05/2013 à 13:29 :
Je dois bien avoir quelques ancêtres suisses, en cherchant bien... Je vais demander la nationalité suisse : ils sont plus généreux que le RMI. Peut-être même que je pourrai avoir les deux ! Chouette !!!
Réponse de le 29/05/2013 à 12:40 :
vous le pouvez si vous pouvez justifier de votre qualité de descendants d'ancien suisse, actes d'état civil à l'appui, sans limitation de siècles.... renseignez vous et mettez vous au travail d'archiviste. IL y a en France dans la region de Toulouse quelques milliers de suisses qui sont restés suisses bien que n'ayant mis les pieds en suisse que pour faire leur service militaire et ceci depuis plus de 90 ans, mais vous pouvez aussi le faire si vous êtes descendant de garde suisse par exemple.
a écrit le 28/05/2013 à 13:09 :
Une rente à 2000 euros ou le paradis sans conditions fiscales pour tous les habitants ? Bachi Bouzoug, comme dirait l'autre ! Suffit de faire marcher la planche à billets, l'argent aujourd'hui se fabriquant comme n'importe quel autre produit !
Réponse de le 28/05/2013 à 13:27 :
Maintenant, on peut même faire des lingots et des pièces de monnaie avec des imprimantes 3d !
a écrit le 28/05/2013 à 12:06 :
C'est dingue, j'ai l'impression que personne n'a même essayé de réfléchir un peu et de faire les calculs lui-même. Si vous filez 2500 CHF/mois à 5M de personnes (6M de citoyens, moins les mineurs je suppose), ça va coûter... 150 milliards par an, et non les 25 milliards mentionnés ! Soit 25% du PIB, c'est-à-dire la plus grosse partie de toutes les dépenses publiques déjà existantes ! Or si on ajoute que le PIB chutera fortement du fait de la désincitation à l'activité qu'aurait une telle mesure, on serait dans les faits peut-être à 40-50% du PIB ! C'est juste, absolument, totalement, ridiculement irréaliste... l'explosion des impôts nécessaire pour financer cela torpillerait instantanément toute l'économie du pays, et l'appauvrissement du pays serait catastrophique... c'est d'une telle évidence , et les ordres de grandeur sont tellement délirants que je ne comprends même pas comment cela n'est relevé par personne, ni les journalistes, ni les commentateurs... et pour finir il est bien évident que le peuple Suisse va rejeter massivement une telle ineptie.
Réponse de le 28/05/2013 à 12:27 :
@bruno ... oui les chiffres dans l'article ne sont pas fiables. Les sites d'information suisses donnent les bonnes évaluations. Par contre, vous n'avez pas lu les commentaires qui suivent. Le niveau de la rente doit effectivement être modérée pour que le système soit vertueux économiquement et socialement. En lisant les autres avis, vous verriez que les montants doivent être transposés dans le cas de la France. Beaucoup préconisent un montant proche de 600 à 700 euros, ce qui me semble correct. GV fournit les liens vers des documents qui explique une possible construction budgétaire pour le cas de la France.
Réponse de le 28/05/2013 à 12:56 :
le principe n'est pas de donner 2500CHF en plus de ce que touchent les suisses, mais un minimum sur lequel les revenus infèrieurs seraient reajustés.
Réponse de le 28/05/2013 à 13:12 :
Le RMI n'a jamais incité qui que ce soit à ne pas travailler ! C'est bien connu chez les sectataires de l'extrême-gauche. En plus, travailler, c'est se faire exploiter...
Réponse de le 28/05/2013 à 13:32 :
@12:56 A mon avis, pour que cela fonctionne la mise en oeuvre doit être plus sophistiquée que cela. A titre purement illustratif, sans préjuger des montants et des taux qui seront retenus, si vous avez aujourd'hui un revenu de 2000 CHF vous pourriez vous retrouver avec par exemple 3500 ou 4000 CHF à l'arrivée. Si vous arrêter de travailler vous aurez 2500 CHF. Sinon vous démotivez trop de gens à poursuivre un travail. L'intervenant nommé GV a indiqué dans ses commentaires un lien vers un diaporama qui illustre clairement tout cela en détail pour la France.
Réponse de le 28/05/2013 à 14:42 :
Bruno : sauf que vous oubliez les économies faites à la fois sur les aides (puisque le RdB ne se cumule pas avec les aides, sauf avec la différence si elles étaient supérieures), ce qui veut dire que toutes les aides inférieures au RdB disparaissent et sont remplacées par le RdB, et vous oubliez également les économies faites sur les frais de gestion (fonctionnaires, organismes de contrôle, etc), puisque le RdB étant inconditionnel, fixe et attribué à tous à vie, il devient beaucoup plus facilement contrôlable : encore beaucoup d'économies. Cumulez les deux et vous réduisez le coût du RdB en Suisse à 25/30 milliards par an. Par ailleurs, vous semblez confondre activité/travail et emploi. On peut ne pas avoir d'emploi et contribuer au PIB. Par exemple en France, les retraités seuls contribuent à 13% au PIB français, alors qu'ils n'ont pas d'emploi.
Réponse de le 28/05/2013 à 19:59 :
L'idée du revenu de base est un modèle cohérent, un modèle qui a déjà fait l'objet d'une théorie qui se tient parfaitement, notamment le coût de cette mesure par rapport aux coûts des aides, des fraudes engendrées, des contrôles etc. Et il semble que le coût du revenu de base serait plus avantageux que le système d'aide actuel.

Comme l'a dit Orneon, le PIB n'est pas issus du seul travail rémunéré, or, les valeurs judéo-chrétiennes mettent en avant le travail pour le travail. Et l'Humain là-dedans ? L'accomplissement personnel et social peut passer par d'autres voies que celle du travail, exploitation de l'homme par l'homme.

Le "revenu de base" reste un modèle économique parmi d'autres, qui a ses avantages et ses inconvénients, tout comme le système actuel d'ailleurs qui tend à se biaiser par rapport à ses desseins initiaux...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Revenu_de_base
Réponse de le 02/06/2013 à 9:55 :
Pour les gens qui doutent du sérieux de la chose, il faut juste imaginer que l'impôt en France ne servirait plus à financer les services publics mais simplement l'allocation universelle. Les services, qu'ils soient publics ou non, doivent être facturés (ou faire l'objet d'une redevance si ce n'est pas techniquement faisable). Le revenu moyen du français c'est environ 2000 euros (le revenu médian est de 1500 euros). La pression fiscale moyenne possible c'est environ 40% (le plus simple est la CSG sinon on est confronté à l'effet Laffer). Cela donne une AU de 800 euros en moyenne. Pour les mineurs, ça représente en fait 900 euros : environ 450 euros pour le chèque scolaire (zéro de 0 à 3 ans mais plus pour le secondaire), 200 euros de cash (équivalent de la politique familiale actuelle dont le QF qui disparaît évidemment puisque l'IRPP disparaît), 250 euros d'abonnement à l'assurance maladie. Pour les adultes ça représente environ 750 euros : 500 euros de cash (équivalent des minimas sociaux RSA, API, ASS ou PPE qui disparaissent ou SMIC brut qui peut baisser) et toujours 250 euros d'abonnement à l'assurance maladie. Les études supérieures et le logement (y compris social) peuvent être assurés par emprunt de la personne gagé sur l'AU. La retraite elle (au-dessus de l'AU donc hors minimum vieillesse qui disparaît aussi) , peut être financée en partie par la TVA et en partie par capitalisation. CQFD

Il faut juste tout changer ;o)
Réponse de le 11/06/2013 à 18:15 :
@Owen: "A titre purement illustratif, sans préjuger des montants et des taux qui seront retenus, si vous avez aujourd'hui un revenu de 2000 CHF vous pourriez vous retrouver avec par exemple 3500 ou 4000 CHF à l'arrivée. Si vous arrêter de travailler vous aurez 2500 CHF".
Avec 2000 CHF par mois, en Suisse, on tente de survivre. Un syndicat a lancé une initiative populaire pour un salaire minimum; il préconise un montant de 4000 CHF par mois pour vivre décemment...
a écrit le 28/05/2013 à 11:05 :
Encore une fois bcp s emportent et sortent des anneries plus grosses qu'eux. Pour ce genre de chose il faut avoir TOUS les tenants et aboutissant. (je ne suis ni pour ni contre je le precises) Il faut se poser certaines questions, certes on verse 2000 euros mais si a cote on supprime l equivalent de la Secu, toutes les allocations et autres aides: Combien cela coute et combien coutent ces meme aides?????. On pourrais faire le meme parallele en France on decide de substituer a TOUTES les aides et revenu de Transfert une rentre globale de 1000 ou 1500 euros, les comptes sociaux et publics seraient ils toujours deficitaires???? Y aurait il toujours autant de Fraude?????
Réponse de le 30/05/2013 à 22:49 :
A combien se monte le revenu minimum en France (santé + RSA + allocations logement, familiales, ...)?

Le budget sécu 2013 est,hors retraite de 220 milliards d'euros, soit environ 4000? par an et habitant, enfants compris.
a écrit le 28/05/2013 à 10:40 :
Avec une loi comme ça, en quelques années la Suisse serait rayée de la carte. Je ne comprends même pas qu'on puisse se satisfaire d'une rente à vie! On voit bien tous les effets néfastes de ce genre de politique déjà en place dans certains émirats.
Réponse de le 28/05/2013 à 11:12 :
@rentier ... cela n'a rien de comparable avec les rentes pétrolières distribuées aux citoyens de certains émirats. Le montant dans l'article doit être transposé en 600 à 700 euros par mois pour un pays comme la France. Il est clair que si vous distribuez une rente de 4000 euros par mois en France, par analogie avec certains émirats, vous allez immédiatement couler le pays. Je vous invite à lire les commentaires des autres intervenants, vous verrez que la question est plus pertinente que l'article ne le laisse paraître. Si vous êtes un rentier qui tire parti du système actuel je peux comprendre vos craintes, sinon vous avez intérêt à creuser la question avec un regard neuf sur ce que pourrait être la société de demain.
Réponse de le 28/05/2013 à 12:20 :
Merci Marcello. Et deux liens pour les craintes de "rentier"...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Revenu_de_base
et aussi :
http://revenudebase.info/
Le film de 45 minutes est très instructif et répond à pas mal de questions et de craintes.
Réponse de le 28/05/2013 à 13:13 :
Après avoir presque détruit la France, le socialisme s'attaque à la Suisse ! Les pauvres...
Réponse de le 28/05/2013 à 14:44 :
Y a jamais eu de socialisme au pouvoir en France.
Réponse de le 29/05/2013 à 1:35 :
Oui "a vous", mais la Suisse a un avantage: le socialisme n'est pas au pouvoir et le peuple souverain qui vote en Suisse et donc les décisions sont respectées (pas comme en France avec certain referendum sur l'Europe) veille au grain et ne laissera jamais passer une telle anerie. La France c'est un autre monde, elle ne peut pas comprendre le fonctionnement de la Suisse. Pour s'en convaincre, il suffit de se rappeler que l'année dernière les Suisses ont refusé en votation d'avoir 6 semaines de vacances obligatoires au lieu de 4! Imaginez ce qu'auraient voté les français? Oui à 99,99999999% ?
Réponse de le 29/05/2013 à 3:06 :
2300 Francs Suisses est le seuil de pauvreté en Suisse. Il faut comparer le coût de la vie et en Suisse tout est plus cher (logement, nourriture, santé privé. Seulement 10,7% de la population touche moins de 4000 CFH bruts. 2300 c'est quelqu'un de très pauvre, vraiment.
Réponse de le 29/05/2013 à 3:32 :
@Visioon : en France non plus on a pas de socialisme au pouvoir, Hollande est ultralibéral, suffit de voir ce qu'il fait et ce qu'il ne fait pas.
Réponse de le 29/05/2013 à 7:53 :
@Orneon Le terme ultra-libéral est galvaudé, particulièrement en France où il sert surtout à décrier ou à disqualifier un adversaire politique. Dans le cas de Hollande il faut regarder à la loupe pour déceler une trace de libéralisme ! De mon point de vue Hollande est socialiste, je pourrais dire ultra-socialiste en clin d'oeil, mais comme ses prédécesseurs, dès qu'ils accèdent au pouvoir, ils suivent une ligne néoconservatrice. Cette habitude française explique la déception des électeurs qui entendent des discours principalement socialistes et conservateurs pendant la campagne et constatent ensuite que la politique reste en gros la même, mis à part quelques mesures clientélistes qui ne bénéficient pas aux mêmes.
Réponse de le 02/06/2013 à 11:41 :
Il faut surtout cesser de croire que le libéralisme est de droite. Ca n'a rien à voir (c'est un autre axe de pensée comme "souverainiste vs européiste"). Le revenu de base est en fait soutenu par les libéraux et combattu par les marxistes.
Réponse de le 11/06/2013 à 18:08 :
@Visioon: Ça fait depuis 1959 qu'il y a 2 sièges socialistes au Conseil fédéral (exécutif). Le système politique suisse est tel qu'il permet aux minorités (politiques, culturelles, linguistiques) de s'exprimer et il n'existe pour ainsi dire pas d'opposition formelle comme il en existe en France.
a écrit le 28/05/2013 à 10:37 :
Une vieille utopie qui autrefois portait le nom de Union des République Soviétiques Socialistes.

On a vu le résultat final !!
Réponse de le 28/05/2013 à 11:16 :
C'est totalement à l'opposé du système soviétique !
Réponse de le 28/05/2013 à 18:57 :
Je vous invite à étudier ce qu'est le communisme, l'URSS et le revenu de base, car ces trois n'ont absolument rien en commun.
Réponse de le 01/06/2013 à 10:30 :
a pad3805 , celà se voit bien vous n'avez jamais mit les pieds dans un régime communiste , dans ces pays là on vous donne pas d'argent , on vous oblige a travailler meme comme un esclave pour l'état , vous ne pouvez rien avoir en terme de proprietée personnelle , vous etes obligés et contraint de tout partager , meme le lieu de vie de famille ( bonjour ) , le jour ou vous avez faim , ne comptez pas sur une rente d'état , le mot d'ordre c'est démerdez vous ou allez voir ailleurs voir camp de travail pour vous remettre au travail , c'est cela le communisme , j'ai vu des pratiques de voyous dans les années 80 , aujourd'hui des magnats d'entreprises a l'est , dire que les suisses en créant cette alloc vont être comme en URSS excusez moi avant de dire n'importe quoi allez voir en chine ou en corée du nord vous verrez comment vivent les populations , c'est franchement pas la joie et ils ne veulent qu'une chose .... s'en sortir et au mieux ..
a écrit le 28/05/2013 à 10:30 :
Cela fait très plaisir que le France « pour une fois » apprécie le système Suisse... Et reconnaissent leurs propres erreurs de... manque d'envie de travailler normalement (pas 35 heures) sans demander une aide extérieure. Je suis Franco-Suisse !
Réponse de le 30/05/2013 à 22:58 :
Français sans double nationalité, voici 31 ans que je travaille environ 2500 h par an (hors repas et trajets, bien sur) et les poncifs francophobes de ce style m'agacent. Il y a des gens à 35h en France, mais pas tant que çà.
Réponse de le 31/05/2013 à 12:31 :
J'ai une semaine de 48h et 3 de 40h et je devrais être au 35 heures...
Réponse de le 31/05/2013 à 20:30 :
Et je suppose que Provencal qui donne des leçons aux Français se la coule douce dans le sud de la France... Tant mieux pour lui. Qu'il continue comme cela avant qu'on le reconduise à la frontière !
Réponse de le 08/06/2013 à 23:19 :
effectivement tout le monde n'est pas à 35 heures, par exemple moi je suis plutôt à 32 heures, encore un petit effort et je pense que j'atteindrai les 34 heures cette année
a écrit le 28/05/2013 à 10:21 :
La Suisse, tant moquée par nos politicards incapables, est en fait la seule vraie démocratie. Avec quelques centaines de milliers de signatures on peut provoquer un référendum, chose complètement impossible dans notre bon royaume de France. Je souhaite que ce pays continue à protéger le secret bancaire car c'est ce qui fait sa force et son sérieux.
Réponse de le 08/06/2013 à 23:21 :
La Suisse est l'un des pays les plus utopiques dans l'espace et dans le temps, finalement.
a écrit le 28/05/2013 à 10:13 :
Je viens de lire les commentaires qui font suite à cet article.
C'est parfois affligeant.
Si je fais l'analogie avec le filet des trapézistes on ne peut pas imaginer maintenant qu'il puisse être supprimé et voir ces athlètes s'écraser devant nos yeux. Pourtant on accepte encore la misère sur nos trottoirs, le chômage, la précarité...
Dans le prolongement de cette analogie, ce filet a permis aux artistes du cirque de faire évoluer les "figures" , sans le risque mortel : ils ont pu tenter, essayer, tomber, se relever, progresser... C'est ce que devrait permettre le Revenu de Base Inconditionnel.
C'est aussi le moyen de répondre à l'article 25 de la déclaration des Droits de l'Homme.
Réponse de le 28/05/2013 à 13:15 :
Le filet est aussi un endroit plus confortable que le sol pour se prélasser quand on ne veut pas être trapéziste...
Réponse de le 28/05/2013 à 13:16 :
Juste une erreur de raisonnement ! C'est de croire que mettre un filet pour ceux qui veulent prendre des risques à être trapéziste va inciter tout le monde à faire du trapèze volant. ça en incitera beaucoup à faire du hamac !
a écrit le 28/05/2013 à 9:45 :
C'est dommage que les journalistes de la Tribune aient présenté ce sujet sous un angle "insolite" pour reprendre leur qualificatif. Une enquête plus approfondie du sujet aurait permis d'engager le débat sous un angle citoyen. Je précise que Oswald Sigg s'oppose à une bonne partie des membres de son parti qui eux soutiennent les syndicats contre cette proposition !
Réponse de le 08/06/2013 à 23:22 :
"Oswald Sigg s'oppose à une bonne partie des membres de son parti qui eux soutiennent les syndicats contre cette proposition" : c'est clair
a écrit le 28/05/2013 à 8:51 :
Moi c'est près de 3000 euros de rente mensuelle grâce à des salariés qui me versent au moins le tiers de leur salaire pour avoir le privilège d'habiter dans mes studios.
Réponse de le 28/05/2013 à 9:30 :
@CAVALIERE Si cette initiative fait des émules, vous aurez une rente supplémentaire et la joie de partager votre rente immobilière avec vos locataires et tous les autres citoyens. Au final vous conserverez une rente confortable, sous réserve que vous ne louez pas de minuscules studios à des prix exorbitants car ils ne trouveront plus preneur à ces prix. Les vrais perdants seront l'Etat et ses nababs, plus certains rentiers, ceux qui tirent des rendements injustifiés de leurs investissements.
Réponse de le 28/05/2013 à 9:35 :
Tu en es fier?
Réponse de le 28/05/2013 à 11:34 :
Rien de choquant. L'immobilier est un placement comme un autre et pas particulièrement rentable. Tous les gens aisés ont plus de revenus par leur patrimoine que par leur travail.
Pour ma part, je trouve que c'est un placement à problèmes et à taxes et je préfère m'en désengager. Ceux qui ne veulent pas (mobilité professionnelle) ou ne peuvent pas être propriétaire sont bien contents de pouvoir se loger à des prix plus raisonnables que l'achat immobilier.
a écrit le 28/05/2013 à 7:32 :
malgré les initiatives quotidiennes des suisses (louables?) le Pays ne deviendra jamais et ja
mais un Pays d'assistés comme la France.Chacun doit se gagner son pain avec la suer de
la front et pas attendre le versement de la CAF.
N.B.j'ai travaillé 35 ans en Suisse et je n'ai jamais reçu des cadeaux.Cette initiative finira elle
aussi dans un tiroir comme mille d'autres avant.
Réponse de le 28/05/2013 à 8:16 :
Cette initiative n'est pas une mesure d'assistanat, au contraire. L'assistanat permet aux politiciens de garder les personnes sous leur influence, le RBI libère les individus, l'économie, la créativité, ... De même, ce n'est pas une distribution générale de cadeaux, mais une autre façon de contribuer au développement de tous. Un homme libre est beaucoup plus créatif et productif. Vous trouverez ci-dessous de nombreux liens suggérés par les divers intervenants qui démontrent que ce n'est pas une utopie.
Réponse de le 28/05/2013 à 13:19 :
Soit vous êtes un plaisantin, soit vous êtes assistante sociale...
Réponse de le 28/05/2013 à 13:47 :
Je suis l'auteur du blog " La science du partage" et donc de tous les textes et du diaporama. Je fais partie de l'association A.I.R.E. de Yoland Bresson qui depuis les années 1990 travaille sur ce sujet. Je suis aussi adhérent de l'association MFRB avec Marc de Basquiat qui a fait une thèse très intéressante sur le sujet. Le Centre des Jeunes Dirigeants d'entreprise a fait une proposition de revenu de base dans le cadre de son programme OIKOS.
Ni de droite ni de gauche, le revenu de base est seulement l'expression du dividende que tous les citoyens sont en droit d'attendre d'une communauté créatrice de valeur. Cordialement.
Réponse de le 28/05/2013 à 17:08 :
@GV j'ignorais l'existence de tous ces travaux sur le sujet ! Merci d'avoir éclairé le sujet avec vos documents. C'est vraiment dommage que les journalistes ne prennent pas le temps de mettre en valeur et en débat vos travaux et les autres. Personnellement, je n'ai pas assez approfondi le sujet pour avoir un avis tranché et expert mais j'ai l'intuition que cette idée pourrait servir de base à la refondation de notre modèle de société. Bonne continuation. Cordialement.
a écrit le 28/05/2013 à 7:19 :
Le revenu de base inconditionnel se substitue à toutes les aides conditionnées ( RSA, Bourses d'études, Allocations familiales etc ) c'est moins de contrôles, moins de dépenses pour les collectivités, plus d'assurance pour les individus ce qui favorise l'iinitiative et la volonté d'entreprendre. Je ne vois pas où est le communisme dans ce nouveau paradigme; A relire:
http://alternative21.blog.lemonde.fr/2013/02/04/pour-un-revenu-de-base-pour-tous/
Un diaporama sur ce sujet:
http://fr.slideshare.net/guyvalette7
Cordialement.
Réponse de le 28/05/2013 à 8:05 :
Et un excellent dossier dans le Monde Diplomatique de Mai 2013, encore en vente quelques jours.
Réponse de le 28/05/2013 à 8:54 :
@GV Je félicite l'auteur de ce blog et de ce diaporama (présumant que c'est vous). Les exemples chiffrés sont très utiles pour comprendre. Les contributions seraient ainsi redistribuées beaucoup plus efficacement et plus justement qu'aujourd'hui. Payer des impôts deviendrait un acte citoyen au profit des autres citoyens. La fin de l'Etat moloch.
Réponse de le 28/05/2013 à 13:24 :
MDR
Réponse de le 28/05/2013 à 23:19 :
Vos exemples chiffrés oublient le financement de l'Etat: l'éducation, la justice, la défense, les investissements collectifs. Le bilan est donc un peu moins reluisant, mais je souscris à deux mains à l'effort de simplification. Préparez-vous à la résistance des fonctionnaires à supprimer...
Aussi, la limitation du revenu de citoyen aux seuls citoyens (=nationaux) risque de faire jaser à gauche.
a écrit le 28/05/2013 à 5:22 :
Très, très bien .
a écrit le 28/05/2013 à 0:15 :
Ça ne passera jamais. Sinon, c'est un aller simple vers la pauvritude généralisée de ce pays. M'étonnerait que les suisses, qui ont refusé la 6ème semaine de congés payés, votent pour ce projet ridicule.
Réponse de le 28/05/2013 à 2:16 :
Pauvreté généralisé avec 2100? par mois garanti à vie ? T'es sérieux là ? T'as cru que le projet de loi était de prendre 2100? par mois aux individus ? Réveille-toi ; c'est l'inverse !
Réponse de le 28/05/2013 à 2:44 :
@Orneon: et il sort d'où cet argent si on fait cela en France ?
Réponse de le 28/05/2013 à 2:58 :
Il peut venir de plusieurs endroits, y a plein de propositions.

- Économie sur les aides sociales (puisque le revenu de base est cumulable avec un revenu d'activité mais pas les aides qu'il remplace)
- Économie sur les organismes de contrôle des aides sociales (assedic, etc), puisque le RdB étant inconditionnel le contrôle est minime.
- Taxe à la consommation
- Taxe sur les produits polluants et de luxe
- Plafond sur la rémunération des actionnaires, ou sur le patrimoine
- Etc, etc

Un modeste article qui parle de ça : http://www.le-jaguar.net/?p=603

Le Revenu de base peut parfaitement être financé.

Je t'invite à te renseigner en profondeur sur le revenu de base, il y a beaucoup d'articles et vidéos qui parlent du financement mieux que je le pourrais en simple commentaire. Faut arrêter de croire que notre pays est pauvre hein, il est riche.
Réponse de le 28/05/2013 à 13:25 :
On va taxer les riches, c'est à dire vous tous !
Réponse de le 28/05/2013 à 16:31 :
@PG Vous serez déçus, la finalité de ce projet n'est pas de rincer les riches. C'est un projet gagnant gagnant. Oui, je sais ... cela peut vous paraître étrange que l'on puisse améliorer la situation des moins bien lotis sans dévaliser les mieux lotis. C'est parce que vous raisonnez sur base d'un ancien modèle de société dont vous voulez inverser les rôles et les flux plutôt que de vous projeter dans le nouveau modèle associé à ce projet.
a écrit le 27/05/2013 à 22:40 :
Un revenu de base inconditionnel et universel complément aux revenu du travail et du patrimoine, financé par une taxe sur le patrimoine et par une contribution sur les salaires remplaçant l'impôt sur le revenu est tout à fait issu le en France.on pourrait ainsi diminuer le temps passé au travail et mieux répartir les emplois. Les charges de l'Etat diminueraient. Pour ceux qui veulent en savoir plus :http://alternative21.blog.lemonde.fr/2013/02/04/pour-un-revenu-de-base-pour-tous/
Réponse de le 27/05/2013 à 23:20 :
+ merci pour ce lien qui démontre que ce n'est pas une utopie
Réponse de le 28/05/2013 à 0:11 :
@GV: le communisme sous toutes ses formes ne fonctionnent pas, tout simplement parce que chacun a des intérêts personnels incompatibles avec ceux des autres :-) Sur le papier, on peut faire prendre des vessies pour des lanternes, mais la nature humaine arrive toujours à reprendre le dessus :-)
Réponse de le 28/05/2013 à 2:19 :
Je ne vois pas le rapport encore communisme et revenu de base... Sachant que des politiques libéraux le soutiennent, ils doivent être communistes pas vrai ?
Réponse de le 28/05/2013 à 2:42 :
@Orneon: le communisme, c'est le partage des biens des autres. Le revenu de base, c'est celui que l'employeur est prêt à payer et non celui que l'ouvrier est prêt à encaisser :-) Quant à tes libéraux, ils font du capitalisme avec l'argent des autres ... ce qui revient en effet à la définition du communisme à la française :-) Mais si tu arrives à expliquer que celui qui ne fait rien doit toucher la même chose que celui qui se décarcasse à longueur de temps, on va arriver au bolchévisme et sauf erreur, on a déjà vu que cela ne fonctionnait pas à long terme :-)
Réponse de le 28/05/2013 à 3:37 :
Non la communisme c'est la disparition de la propriété privée. Le revenu de base n'a jamais mentionné la propriété privée en aucune manière, et encore moins de la supprimer. Donc revenu de base /= communisme.
Par ailleurs ta phrase "Le revenu de base, c'est celui que l'employeur est prêt à payer et non celui que l'ouvrier est prêt à encaisser " n'a aucun sens. T'entends quoi par là ?
Enfin, tu n'as pas compris un principe important du revenu de base : celui-ci est cumulable avec un revenu d'activité (un salaire d'emploi). Aussi celui qui a un emploi, ou qui "se décarcasse à longueur de temps" comme tu dis, pourras cumuler revenu de base et revenu d'activité, quand celui qui ne fait rien n'aura que le revenu de base. Celui qui a un emploi gagnera donc toujours plus que celui qui n'en a pas, donc ton argument ne tient pas du tout. Par ailleurs on peut ne pas avoir d'emploi et se "décarcasser à longueur de temps" quand même. T'as une bien piètre vision des retraités, des chômeurs, des étudiants, des parents au foyer, des bénévoles, des artistes et autres sans emploi...
Réponse de le 28/05/2013 à 16:20 :
J'adore les gens qui n'y comprennent rien mais qui ramènent leur mauvaise science quand même ! Ils adorent les raccourcis réducteurs, ce sont les seuls qui les servent (ou les desservent comme là!) ! lol
a écrit le 27/05/2013 à 22:12 :
Les Suisse est assez intelligent et mûr pour ne pas accepter ce genre de "connerie".
Réponse de le 28/05/2013 à 2:18 :
Belle argumentation. Étayée et tout. J'imagine que t'es plus intelligent que les nombreux citoyens, économistes, professeurs, sociologues, philosophes et politiques qui ne voient pas ça comme une connerie ? Et ce, tellement plus intelligent que t'as même pas besoin d'argumenter ?
Réponse de le 28/05/2013 à 2:54 :
@Orneon: à chacun ses opinions et celle d'Idée socialiste ont l'avantage d'être les siennes et non celle d'un mouton qui pense que parce que le chef du troupeau a décidé de sauter dans le ravin, tout le monde doit suivre :-) l'Histoire nous apprend aussi que ceux qui font avancer les choses ne sont pas le moutons :-)
Réponse de le 28/05/2013 à 3:13 :
C'est une blague j'espère ? Le revenu de base en Suisse est d'initiative POPULAIRE. C'est personne qui suit personne, c'est ce que le PEUPLE veut. Ce sont plutôt ceux qui sont contre qui sont les moutons-là... Ils se font les chiens de garde du Système.
Argumente peut-être ? Pourquoi son opinion serait la sienne et pourquoi mon opinion serait celle d'un autre ? Ça n'a aucun sens, tu ne connais ni lui, ni moi...
Réponse de le 28/05/2013 à 6:13 :
Je confirme bien le manque d' argumentations, le dogmatisme et l' agressivité verbale suivi de smiley de certains même si je reste contre cette mesure qui pourrai démotivé tout une économie et en réduire sa production.
Réponse de le 28/05/2013 à 7:48 :
Cette mesure permet un nouveau modèle de société, économiquement très efficace et socialement responsable. Elle est d'inspiration libérale et soutenue par de nombreux alter-mondialistes. Elle est combattue par les étatistes, les interventionnistes, les lobbys, ... Elle permet de concilier le développement économique et le développement personnel. Elle libère l'économie et les individus. Lisez les commentaires ci-dessous, en particulier le long commentaire d'Orneon qui illustre très bien cela. En complément, GV donne un lien qui décrit un scénario possible de financement.
a écrit le 27/05/2013 à 22:03 :
voilà qui devrait donner des idées à Ayrault et Taubira, toujours prompts à proposer des lois inutiles et dangereuses !
Réponse de le 27/05/2013 à 22:16 :
@Cassandre Leur donner des idées ! Vous voulez dire des sueurs froides, je présume.
a écrit le 27/05/2013 à 21:19 :

"Une partie de la population helvétique est en effet à l?origine d?une proposition de loi... "
"Cette proposition de loi est née d?une initiative citoyenne..."

Ce principe d'initiative citoyenne permettant à la population helvétique de proposer des lois est fantastique ! Cela permet d'être un citoyen et non un simple électeur.

A quand ce principe démocratique en France ? Quel parti sera-t-il assez fou pour le mettre en ?uvre en France ?
Réponse de le 27/05/2013 à 21:52 :
@Pascal Nos politiciens tremblent devant cette idée. La proposition avait été examinée lors du précédent quinquennat mais les élus ont bloqué toute possibilité d'initiative exclusivement citoyenne.
a écrit le 27/05/2013 à 20:19 :
les immigrés von débarquer en trombe en suisse
Réponse de le 27/05/2013 à 20:40 :
@harakiri: sauf que 1) les Suisses décident leur avenir par votation et par conséquent ils n'ont pas de politiciens qui promettent n'importe quoi pour obtenir des votes et se faire élire pour se gaver. 2) les immigrés ont des permis de travail d'une certaine durée et eb fin de contrat, ils repartent s'ils n'ont plus de contrat. 3) les Suisses contribuent à ces avantages et sont donc en mesure de les subventionner, ce qui n'est pas le cas en France où l'assistanat est culturel et permanent :-)
a écrit le 27/05/2013 à 20:08 :
Ca fait peur aux politique....Déjà cette phrase est rassurante. La proposition n'est pas ubuesque, ca permettrait a chaques suisses de ne plus subir le chantage a l'emploi et ainsi vraiment s'integrer dans les différentes societees ou ils travailleront,et ne plus avoir peur de mal faire ou d'etre mal vu selon des critères désuets.
L'homme n'est pas monotache
Réponse de le 27/05/2013 à 21:41 :
@rb Oui, moi aussi cette phrase me rassure. Vous soulevez à juste titre la dimension importante de la relation des personnes avec le travail. Je pense que beaucoup de personnes sans emploi, une fois débarrassées de l'angoisse du lendemain, s'investiraient bénévolement dans des actions sociales ou associatives. Sous réserve que le montant du RBI ne soit pas trop élevé (2000 euros en France me semble excessif et budgétairement intenable) chacun chercherait un emploi, même à temps partiel ou temporaire, pour améliorer son existence et celle de sa famille mais plus pour essayer de subsister. Les employeurs devraient proposer des salaires attractifs en rapport avec le job et ils bénéficieraient en contre-partie d'employés motivés et de plus de flexibilité. Le droit du travail pourrait être simplifié car le rapport de force ne serait plus syndical mais contractuel.
Réponse de le 28/05/2013 à 2:20 :
2000? en Suisse ça équivaudrait à un truc comme 700? en France, pour info.
Réponse de le 28/05/2013 à 10:42 :
Les employeurs proposent déjà des salaires attractifs en suisse! A condition que vous ayez envie de travailler, que vous soyer un minimum qualifié.
Vous pensez qu'avec une rente les gens auraient plus envie de travailler, même bénévolement?
Mais quand vous n'êtes pas contraint, vous faites moins d'efforts, pas plus!
Enfin, le droit du travail en Suisse est très simplifié (ce n'est pas la France).
Réponse de le 28/05/2013 à 12:46 :
@10:42 Oui la Suisse est déjà prête, pas besoin de me convaincre. Je parlais de la France où des évolutions s'imposeraient dans la perspective d'une application de cette mesure. Le montant de la rente est effective un point clé. Plusieurs intervenants ont suggéré un montant de 600 à 700 euros dans le cas de la France et je pense que c'est un montant correct pour motiver les gens à travailler et néanmoins garantir un revenu inconditionnel. Dans le cas de la Suisse, j'ai plus de mal à évaluer si une rente de 2500 FS est adéquate ou excessive.
Réponse de le 02/06/2013 à 10:36 :
Tout dépend si on intègre ou non le coût des services publics devenus payants (notamment assurance maladie et chèque scolaire (...sachant que le régalien strict peut être financé par une redevance type flat tax sur le patrimoine hors actions puisqu'il le protège). En "cash pur" (logement et nourriture), aller au-delà de 200 euros par enfant et 500 euros par adulte conduirait à une pression fiscale sensiblement plus forte qu'aujourd'hui...donc peu réaliste....et ces montants permettent de supprimer tous les transferts qui existent (hormis l'AH).
a écrit le 27/05/2013 à 18:30 :
En tout cas la Suisse donne une leçon de démocratie avec cette possibilité de faire des référendum populaire avec 100 000 signatures. On ferait bien de s'en inspirer pour redonner un souffle à la 5eme république qui tien plus de la monarchie que de la démocratie. 2080 euros ça semble énorme quand même pour ne rien faire. Mais l'idée de simplifier le maquis des aides sociales en les remplaçant par une seule est géniale : + simple, - de paperasse, - de fraudes, - de fonctionnaires à gérer ses différentes aides. D'ailleurs qui connait le fonctionnement de ses aides en France à par les professionnels du secteur?
Réponse de le 27/05/2013 à 22:03 :
@aka Vous avez tout compris et remarquablement synthétisé la question.
Réponse de le 28/05/2013 à 1:58 :
En même temps en Suisse tout coûte 3 fois plus cher, et les salaires sont 3 fois plus élevés. 2080 euros là-bas ça correspond à un truc comme 700? ici.
a écrit le 27/05/2013 à 18:20 :
Ca ne changera pas grand chose: ce sont les frontaliers français et allemands, les immigrés des balcans (années 90) et désormais des européens des pays du Sud qui font tourner les entreprises Suisses.

Les Suisses natifs sont des fénéants contestataires qui se comportent comme des enfants gâtés et dont le cadre de vie n'est assuré que par les prolétaires non natifs et un système attrayant valide qu'au dépends de sa grande soeur européenne sur laquelle elle s'accroche comme un tique!

Il est temps que l'UE tape du poing sur la table!
Réponse de le 27/05/2013 à 21:26 :
Un très grand nombre d'immigrés et de frontaliers contribuent à la prospérité de la Suisse, c'est vrai. Mais qualifier de "tique" un pays qui offre du travail, très bien rémunéré, à des centaines de millier de gens qui n'en ont pas, j'ai un peu de mal à vous suivre...
Réponse de le 27/05/2013 à 22:14 :
En tant que Suisse et je suis loin d'être le seul, j'espère du plus profond de mon âme qu'un jour nous dirons un grand M.... à l'UE, dont les représentants ne sont que des technocrates sans aucune légitimité démocratique... Par ailleurs, qu'un Français me traite de fainéant, c'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité... Vous n'avez pas la réputation d'être des travailleurs acharnés ici en Suisse...
Réponse de le 28/05/2013 à 2:00 :
Tout le monde travaille. Ce que n'ont pas tout le monde c'est un emploi, c'est-à-dire un travail subir.

Et ça évidemment, c'est pas naturel... Qui voudrait d'un travail subi ? Personne. Un travail choisi, ça par contre, beaucoup seraient pour.
Réponse de le 28/05/2013 à 11:08 :
@Mdr: Votre orthographe, vos connaissances géographiques et la maîtrise des rudiments de l'économie helvète vous échappent. Dans l'ordre: "Balkans" et non "Balcans", à moins que vous ne vouliez dire "Balcons"? Le cadre de vie des Suisses -lacs, montagnes, vallées et forêts - est un décor en carton pâte monté de toutes pièces par les immigrants, exploités par les natifs à coups de fouets. La durée du travail en Suisse est en gros de 42-44h par semaine, dans la branche où je suis c'est 55h. Effectivement, ce sont tous -natifs et immigrés- des fénéants qui ne font pas 35h. J'arrête là, j'en suis gêné pour vous Mdr.
a écrit le 27/05/2013 à 18:19 :
Ne serait-ce pas là une façon déguisée d'aider le secteur bancaire après ses scandales et les retraits de comptes de bon nombre d'étrangers avec la fin du secret bancaire ? car après tout, il faudra bien que les gens( vu qu'ils n'en ont pas vraiment besoin) placent cet argent quelque part, donc en banque.
Cela fait cher le revenu universel( le monde entier va vouloir devenir suisse), et surtout il sera payé comment ? si c'était par la BNS par de la création monétaire, le système pourrait tenir, un affaiblissement de la monnaie chaque année d'autant que ce revenu, ce qui permettrait d'empêcher l'envolée de la monnaie, une expérience très intéressante qui serait à tenter, mais 2500 francs suisses par mois, ça reste tout de même dans l'absolu excessif.
Réponse de le 28/05/2013 à 21:37 :
Des âneries j'en ai entendus.... mais la, c'est le ponpon !
De la 1ere à la dernière ligne !
a écrit le 27/05/2013 à 18:13 :
J'ose pas imaginer l'inflation, déjà que l'immobilier en Suisse est excessivement cher...
Réponse de le 28/05/2013 à 9:20 :
par rapport aux revenus, c est encore pire en france. Geneve/Zurich c est pas toute la suisse
a écrit le 27/05/2013 à 17:55 :
a ce tarif, bcp ne se sentiraient plus trop l'envie de bosser ( meme si pour la suisse c'est tres peu)... l'avantage, c'est que la france pourrait exporter ses millions d'assistes sociaux, ca lui soulagerait les finances publiques ( sauf bien sur a tenter la surenchere sociale qui consisterait a attribuer 4000 euros par mois comme les riches a toute personne presente ou non sur le territoire francais)
Réponse de le 27/05/2013 à 18:19 :
Et bien vous avez faux. Car un sondage réalisé en Allemagne montre que 60% des gens ne changeraient rien à leur mode de travail, 30% travailleraient différemment, et 10% arrêteraient de travailler.Mais votre réaction est naturelle, et c'est la première qui vient à l'esprit quand on évoque le revenu universel d'existence. Je vous invite à consulter le site du Basic Income European Ntwork (BIEN).
Réponse de le 28/05/2013 à 2:46 :
Un modeste article qui parle du travail sous revenu de base : http://www.le-jaguar.net/?p=625

On peut aussi mentionner plein d'aspects qui poussent à croire que le travail ne cesserait pas pour autant :

- Les nombreuses statistiques des modestes essais d'un équivalent du revenu de base montrent qu'il n'y a que moins de 5% des gens qui arrêtent de travailler

- Il y a actuellement beaucoup de gens qui n'ont pas d'emploi mais travaillent quand même (il faut apprendre la distinction entre les deux terme), par exemple les retraités, les mères/pères au foyer, les étudiants, etc.

- Il ne faut pas occulter la motivation naturelle au travail, car celui-ci n'est pas forcément effectué que pour l'argent (preuve les retraités, etc). Quelqu'un peut vouloir travailler pour l'enrichissement intellectuel ou social que cela procure, ou juste pour le plaisir de participer à la société, à la vie collective, ou juste pour ne pas rien foutre de la journée : l'Homme a besoin d'activité, il a envie de faire quelque chose, de créer, d'innover, de contribuer.

- Il ne faut pas non plus occulter la motivation financière puisque le revenu de base est cumulable avec un revenu d'activité. Le revenu de base n'est qu'un revenu d'existence (2080 ? en Suisse ça correspond à quelque chose comme 700 ? en France) qui est censé permettre à chacun de vivre dignement. Mais pas dan le confort. Ça veut dire qu'avec le revenu de base tu es censé pouvoir manger, te loger, te laver, te chauffer bref, les trucs basiques quoi, mais si tu veux un iPhone, un écran 27 pouces ou quoi que ce soit considéré comme du "confort" ou du "luxe", alors il faudra compléter ce revenu de base avec un autre revenu, entre autre revenu d'activité, un salaire d'emploi.

- Par ailleurs il est aussi possible techniquement d'automatiser beaucoup de tâches. Il ne faut pas sous-estimer le monde de la robotique et de l'informatique, on peut vraiment quasiment tout faire. Regardez l'imprimante 3d par exemple, bientôt on pourra se séparer d'un paquet d'usines, ou en tout cas de la main d'oeuvre qui la fait fonctionner ! Mais comment ces gens vivront-ils si on leur enlève l'emploi qui est actuellement le seul moyen d'avoir un revenu ? Grâce à un revenu de base !

- Nous ne sommes plus depuis longtemps dans une période de plein-emploi. Des emplois disparaissent car ils sont devenus désuets ou inutiles, beaucoup d'autres disparaissent car ils ont été remplacés par des robots, des machines ou l'informatique (je pense que j'ai pas besoin de donner d'exemple, vous en trouverez des milliers), et surtout à cause de la croissance démographique nous sommes plus nombreux. De moins en moins d'emplois pour de plus en plus de bouches à nourrir, on ne peut plus contenter tout le monde. Il faut donc d'une part quelque chose pour permettre à tous de vivre sans emploi (le revenu de base), mais de plus ça permet entre autre de libérer de l'emploi (de ceux qui quittent leur emploi après obtention d'un revenu de base) pour ceux qui veulent quand même un emploi même avec un revenu de base (cf. les autres arguments de la liste).

- Pour les boulots jugés "chiants" (de manière générale), il y a plein d'astuces, si jamais la main d'oeuvre manque et si on est quand même obligés de faire ces boulots là. Certains boulots peuvent sûrement être supprimés, et d'autres peuvent être automatisés (robots, informatique, machines).
Pour le reste, on peut toujour imaginer une réhausse des salaires pour ces boulots nécessaires mais chiants, ou une amélioration des conditions de travail, ou on peut imaginer tout simplement une répartition ou une division du travail. Puisque le gens ont un revenu de base, alors ils peuvent accepter plus facilement de faire un mi-temps. Ces boulots pourront donc être faits à mi-temps, ou alors je sais pas, chacun bosse un jour dans l'année dans ces emplois, ou quelques heures par semaine, ou autre. L'obligation d'avoir quelqu'un à plein temps pour faire un travail n'est une logique valide que si l'emploi est la seule source de revenu. Ça devient beaucoup plus concevable de diviser le travail si un revenu est garanti pour tous.

- Beaucoup d'autres emplois pourraient être supprimés, notamment tous les emplois qui gèrent les aides, etc. Puisque beaucoup d'aides seront remplacées par le revenu de base, et puisque celui-ci est inconditionnel, alors il n'y a plus besoin de tous ces services de contrôle (assedic, etc).


Voilà une modeste liste, mais je suis sûr qu'on peut trouver encore plein d'autres arguments.
a écrit le 27/05/2013 à 17:53 :
C'est une idée mais il vaut mieux la gratuité des soins médicaux , de l'éducation , de la prise en charge du grand age
Réponse de le 27/05/2013 à 18:00 :
la gratuite des soins pour tous ( sauf pour ceux qui cotisent) ca s'appelle cmu
Réponse de le 28/05/2013 à 2:23 :
Sauf que si tu peux pas bouffer ou te loger t'en as un peu rien à faire de l'éducation.

Par ailleurs les deux idées ne sont pas incompatibles.

De plus un revenu de base rend beaucoup plus possible pour de nombreuses raison l'accès au soin, à l'éducation, au logement, etc.

PS : je n'ai pas de revenus et je n'ai pas le droit au CMU, donc remarque fausse.
Réponse de le 28/05/2013 à 9:22 :
a part que les soins et le grand age ca veut dire taxer les jeunes au profit des vieux. la c est tout le monde qui en profite

De toute facon, ca ne passera pas comme initiative
a écrit le 27/05/2013 à 17:48 :
L'idée n'est pas nouvelle. Mais le montant est quelque peu effrayant; le différentiel de niveau de vie France/Suisse est il aussi important ?
Réponse de le 27/05/2013 à 22:05 :
oui

Réponse de le 27/05/2013 à 22:17 :
la vie est plus chère en suisse, mais je me demande sur quoi la qualité de vie se démarque en suisse par rapport à celle que nous avons en france (à proximité de la frontière). La suisse est peuplée de personnes âgées, gâteuses et xénophobes...
Réponse de le 27/05/2013 à 22:47 :
@vraiment ?: Le PIB et la qualité de vie ne sont par forcément liés.
De plus, les Français travaillant en Suisse et qui vivent en France ont un pouvoir d'achat supérieur à un Suisse vivant en Suisse, eh oui.
Pour le reste de votre commentaire, ces clichés ne mènent pas à grand chose de constructif.
Réponse de le 27/05/2013 à 23:02 :
@vraiment La qualité de vie en Suisse tient aussi à une conception de la liberté d'expression dans le respect des autres.
Réponse de le 28/05/2013 à 9:24 :
il faut voir qu en suisse, il faut par ex payer aussi son assurance maladie (qui couvre moins de chose qu en France). Mais c est vrai que la vie en suisse est plus chere qu en france (meme si c est pas vrai sur tout: par ex ma TV etait moins chere en suisse)
a écrit le 27/05/2013 à 17:43 :
Bravo les Suisses. Cette idée est combattue par les politiciens et tous les corps intermédiaires car elle redonne à chacun sa liberté. Le montant indiqué semble toutefois élevé. A l'échelle de la France, cela représenterait plus d'un billion d'euros par an. En France, un montant entre 500 et 1000 euros par mois par personne me semble plus approprié. A vouloir fixer un montant très élevé, le projet risque d'être rejeté car il dissuaderait la plupart des gens de travailler et le financement ne serait plus assuré.
Réponse de le 27/05/2013 à 17:58 :
c'est pas boutin qui avait lance l'idee d'un ' dividende social universel de 1000 euros / mois' qu serait verse a tt le monde ( sauf aux jeunes qui ne l'auraient touche qu'a 18 ans, interets compris -- de l'ordre de 200 000 euros a 18 ans, pour commencer- ?)..... faudra pas s'etonner que les allemands ne veulent pas des eurobonds!
Réponse de le 27/05/2013 à 21:14 :
@churchill Vous seriez surpris des économies de dépenses que l'état pourrait réaliser. Rien que le total des aides en tout genre et des moyens nécessaires à l'état pour les distribuer en évitant les fraudes, représente un montant énorme. Vous pouvez même envisager d'attribuer le RBI en fonction du nombre de parts du foyer fiscal sous forme de crédit d'impôt mensualisé pour plus de simplicité et de fiabilité. D'autres modalités sont aussi envisageables. Le point de blocage se situe au niveau des politiciens locaux qui perdraient leurs instruments de clientélisme.
Réponse de le 28/05/2013 à 8:53 :
personne n'a jamais parle en france de tailler dans les depenses! le dividende universel, c'etait une depense en plus ( financee par personne via la dette des petits enfants, pour peu que les preteurs acceptent de preter leur argent a un pays qui voit les choses comme ca!), qui plus est... pas variable du tout ( alors que dans une boite le dividende, c'est ce qui reste a la fin... remarquez c'etait peut etre hypocrite, le dividende dans une entreprise qui va pas bien, ca s'appelle ' augmentation de capital, et ca va dans l'autre sens!)
Réponse de le 28/05/2013 à 10:49 :
@churchill Eh bien c'est une occasion unique pour réduire drastiquement l'Etat moloch et pour ne conserver que les services utiles aux citoyens ! Lisez les commentaires d'Orneon qui illustre très bien l'esprit de cette mesure. Allez voir les liens fournis par GV, ils vous donneront tous les chiffres pour comprendre que cette mesure est budgétairement réalisable sans recourir à la dette. Votre analogie avec l'augmentation de capital correspond à la politique d'austérité appliquée aux pays en difficulté du sud de l'Europe (hors France), nous pouvons constater que cela mène dans une impasse et à un désastre économique et social.
a écrit le 27/05/2013 à 17:37 :
Pour info, les Suisses ont refusé à une écrasante majorité, et il n'y a pas si longtemps, une initiative qui proposait 6 semaines de vacances pour tous.
Vous imaginez donc la probabilité qu'une telle initiative passe...
La Suisse partage avec la Belgique un sens de l'humour un peu décalé.
Réponse de le 27/05/2013 à 18:13 :
@Max Cash, avant, oui, tu aurais eu raison mais ...maintenant qu'ils savent que le secrêt bancaire sera bientôt HS, ils savent aussi que leur niveau de vie va baisser par effet domino sur la baisse d'attractivité de leur pays (pas sur que le tourisme suffise...) et la donc aussi la baisse des rentrées fiscales ordinaires pour l'état suisse. Je pense donc qu'ils sont maintenant prêt a accepter toute forme de filet social de nature a les mettre à l'abri de la déchéance ...si vite arrivée quand la conso (tout ce qui leur restera après que l'état suisse décide de les "raser de près" pour survivre à ce tsunami financier prévisible) sera en chute libre et les taxes et impôts en hausse ..."libre".
Réponse de le 27/05/2013 à 21:04 :
La vraie richesse de la Suisse c'est son industrie...La Suisse est plus industrialisée que la France, proportionnellement à son nombre d'habitants... La finance suisse ne représente que 11% de son PIB... En fait, le secret bancaire on s'en tape. Même s'il disparaît, les fonds continueront d'affluer, dans les banques, car la Suisse a une économie stable et une monnaie stable.
Réponse de le 27/05/2013 à 21:21 :
@cacest4vrai: le secret bancaire est HS depuis quelques années déjà, les gros fonds douteux sont déjà ailleurs. Contrairement aux états "boite aux lettres", la Suisse possède une vraie industrie, qu'elle soit bancaire, agro-alimentaire, pharmaceutique ou horlogère.
Sa balance commerciale est excédentaire de plusieurs dizaines de milliards de francs suisses, elle vient de signer un accord de libre échange avec la Chine, avant l'Europe.
Cette initiative fait rêver 5% de bobos, et rigoler 95% des Suisses.
a écrit le 27/05/2013 à 17:29 :
Très bonne idée, dont devrait s'inspirer la france, car le "filet social" coûte certainement beaucoup plus chez nous aussi!
Réponse de le 27/05/2013 à 18:22 :
Effectivement. Le coût administratif des différentes aides est en France prohibitif. Et ce revenu a pour principal avantage de se financer en partie par la suppression des services d'état en charge des aides existantes.
Réponse de le 27/05/2013 à 19:14 :
Il ne faut surtout pas rêver, 2100? en vivant en Suisse équivaut largement à notre SMIC Français. Il ne faut pas voir le montant avec notre référence française mais prendre en compte le cout de la vie Suisse, qui reste beaucoup plus élevé qu'en France.
Réponse de le 27/05/2013 à 20:22 :
Tout dépend de l'endroit ou l'on vit, car le cout de la vie a Geneve ou Zurich n'a rien à voir avec les campagnes ou les petites villes. Mais de toute façon avoir un "smic" de cette façon meme en France serait un grand pas vers la liberté et la dignité en France, à condition que cela soit réservé uniquement aux citoyens de nationalité française, sinon cela serait i pas finançable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :