Paradis fiscaux : la Suisse est lasse d'être toujours dans le viseur

 |   |  287  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La ministre suisse des Finances a estimé, mercredi, que les banques de la Confédération avaient été injustement exposées ces dernières années.

"Nous considérons qu'il est très important que les règles s'appliquent à tous et nous nous engageons nous-même en faveur d'un traitement égalitaire dans les forums multilatéraux". La Suisse ne veut pas être la seule à qui l?on demande de faire des efforts, a fait savoir la ministre des Finances de la Confédération, Eveline Widmer-Schlumpf, à Reuters.

La lutte contre l'évasion fiscale, dont les pays du G20 avaient fait un objectif dès leur sommet de Pittsburgh en 2009, est revenue sur le devant de la scène. Les six premières puissances économiques de l'Union européenne ont lancé la semaine dernière à Dublin une initiative pour lutter contre les paradis fiscaux et imposer une plus grande transparence bancaire, en Europe et au-delà. L'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie, l'Espagne et la Pologne, rejoints depuis par les Pays-Bas, la Belgique et la Roumanie, porteront le sujet en fin de semaine à Washington lors d'une réunion des ministres des Finances du G20, à laquelle participera Eveline Widmer-Schlumpf.

Singapour, Miami et îles Caïmans oubliés ?

Mais la Confédération helvétique se plaint régulièrement d'être soumise à un traitement particulier comparé à celui des centres financiers offshore que sont, par exemple, Singapour, Miami et les îles Caïmans. "Des révélations récentes ont conformé que divers centres financiers en Amérique et en Asie ne se conforment pas aux règles internationales", souligne la ministre suisse en faisant allusion aux données mises au jour par l'Offshore Leaks et portant sur des milliers de détenteurs de comptes bancaires secrets. Selon l'Association des banquiers suisses, sur les 120.000 établissements financiers pointés par ces documents, seuls 0,05% sont basés en Suisse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2013 à 15:28 :
certes, mais est ce que nos paradis du travail dans la fonction publique et les élus ne font pas plus de dégâts ???? les élus qui ne gèrent rien, toujours plus de dépenses et d'effectifs, du saupoudrage sans mesure d'efficacité, 80% de grévistes à l'assemblée, caisses noires des députés et des sénateurs, le mille feuille, idem fonction publique, 4% d'augmentation par an contre 1% dans le privé, 1700e de retraite contre 100h pour le privé, les 35h (max), pas d'objectifs, encore moins de résultats, aucune mesure d'efficacité, pas de paye au mérite (bien que les textes le prévoient), au contrire avancement d'échelons automatiques, les dizaines de milliers de permanents de syndicats qui font dans l'autogestion, qui nous coûtent 4,4 milliairsd ar an (rapport quele sdéputés ont solidairement censuré).... toute ce beau monde trés bien payés et d'autant plus en fonction de la gabegie créée, ce sont eux qui sont responsables de la crise en france en créant de toute pièce les 2000 milliards de dette et sa cohorte de conséquences : 100 milliards de déficit, 5 millions de chômeurs, merci qui ??? les paradis fiscaux à l'étranger ne sont rien en regard des dégats induits par les paradis du travail en france
Réponse de le 19/04/2013 à 0:14 :
+1, tout à l'envers, pas prests de s'en sortir !!
a écrit le 18/04/2013 à 9:32 :
à qui la faute?
a écrit le 18/04/2013 à 6:51 :
les suisses n'ont pas a s'inquiéter:a chaque attaque contre leur secret bancaire il leur suffira de faire fuiter un scandale du type cahuzac.ça calme très vite
a écrit le 18/04/2013 à 2:27 :
Je me demande si toutes ces négociations vont mener quelque part. Les banques de la planètes sont extrêmement puissantes, les plus gros hedge funds ont des actifs sous gestion pouvant aller jusqu'à 500 milliards d'euros soit plus que les grandes banques comme UBS ou BNPParibas par exemple, ces hedge funds ont besoin des paradis fiscaux notamment caraïbéens pour l'établissement de leurs fonds partenaires afin d'optimiser leurs montages légaux. Monsieur Hollande avait nommé clairement l'ennemi pendant sa campagne mais s"évertuait à rassurer les marchés financiers une fois président. Et si les marchés ou leurs opérateurs se mettaient à s'inquiéter ? Quant à la Suisse, elle a trop demander à ses banques pour satisfaire aux exigences euro-américaines jusqu'à fragiliser la stabilité légendaire de son système fiscal. Une place financière digne du nom doit avoir une fiscalité attractive et surtout parfaitement stable.
a écrit le 17/04/2013 à 23:26 :
La Suisse a raison: pourquoi toujours la montrer du doigt alors que d'autres paradis prospèrent avec la protection de grands pays! La Suisse est moins un paradis que la Grande-Bretagne, le Luxembourg, Jersey ou même l'état du Delaware! Cahuzac l'avait parfaitement compris en partant pour Singapour !
a écrit le 17/04/2013 à 21:18 :
Et Monaco?
a écrit le 17/04/2013 à 20:37 :
Et ces soit disant 0.05% représentent qu'elle masse de capitaux européen?
Réponse de le 18/04/2013 à 9:37 :
Personnellement si j'avais du fric je l'enterrerais au fond du jardin comme cela
j'aurai un paradis fiscal chez moi
Réponse de le 18/04/2013 à 12:06 :
pas bete guitou , et des fois que ca repousse ..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :