Grâce à l'espionnage des réseaux sociaux, "1984" d'Orwell redevient un best-seller

 |   |  491  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le célèbre livre de science-fiction de George Orwell décriant une société totalitaire est la troisième meilleure vente chez Amazon. Un succès favorisé par le scandale entraîné par la révélation de PRISM, nom d'une opération d'espionnage à grande échelle des réseaux sociaux réalisée par les services de renseignements américains.

 Il y a des auteurs dont les ouvrages ont toujours effrayé en raison de leur aspect prémonitoire. Parmi ceux-là, 1984 de George Orwell - et son célèbre slogan "Big Brother is watching you" - est probablement l'un des romans les plus rédoutés par les démocrates du monde entier. Et ce n'est pas un hasard si depuis quelques jours, le livre s'est propulsé dans le top 3 des ventes de livres chez Amazon. Barnes & Noble, le plus grand libraire américain, a également constaté un "pic significatif" des ventes du roman. Plus intéressant, le Strand Book Store de New York, l'une des plus grandes librairies d'occasion du monde, a constaté elle aussi une hausse de 50% des ventes de ce livre. Il semblerait que les lecteurs soient intéressés par de vieilles éditions du livre publié en 1949.

Pas de vie à 100% privée d'après Barack Obama

Il faut dire que l'actualité plaide pour le romancier britannique. Depuis la semaine dernière, le gouvernement américain est plongé au c?ur d'un scandale planétaire. D'après un ancien salarié de la NSA, un service de renseignements américain, le gouvernement a mis en place une plateforme qui permet d'accéder aux contenus privés des réseaux sociaux de toute personne ne résidant pas aux Etats-Unis. La NSA a également obtenu de Verizon, un important opérateur télécom américain, la transmission quotidienne de données téléphoniques de millions d'abonnés. Barack Obama a justifié les atteintes à la vie privée de ce programme d'espionnage au nom de la sécurité nationale. "Vous ne pouvez pas avoir de la sécurité à 100% et votre vie privée respectée à 100% sans inconvénient" a-t-il déclaré dimanche.

Big Brother

C'est bien cette obsession sécuritaire qui justifiait la politique totalitaire des gouvernements dans 1984. Dans le monde imaginé par George Orwell, la vie privée a été complètement sacrifiée pour contrôler la population. "Big Brother", la figure de proue du pouvoir en place, est omniprésent: des caméras dans les habitations, des micros. Tout le monde est épié ou presque. Le seul fait de se savoir potentiellement surveillé suffit à museler les gens. Mais Big Brother ne veut pas seulement faire taire la population, il cherche à contrôler jusqu'à ses idées.

Heureusement, le monde réel n'en est pas encore là, mais l'inquiétude est réelle. Des grands auteurs de science-fiction de la première moitié du 20e siècle, George Orwell dispute probablement la première place avec Aldous Huxley, auteur du Meilleur des Mondes qui décrit une société où chaque individu a été programmé génétiquement avant d'être soumis à un conditionnement éducatif spécifique. Des ouvrages majeurs que le public doit se réapproprier au plus vite. D'après un sondage, 62% des Américains approuvent le programme d'espionnage de la NSA. Bonne lecture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2013 à 17:05 :
a voir aussi "V pour Vendetta" .....ca souleve des bonnes questions ....
a écrit le 12/06/2013 à 17:52 :
Lire aussi les Trois Lois des Réseaux Sociaux associé à Asimov ...
Big Data, intelligence artificielle et surveillance exhaustive de la vie privée peuvent devenir un cocktail explosif ou plus grave générer "l'effacement" de l'individu ...
a écrit le 12/06/2013 à 17:48 :
Pour bien s'imprégner de la chose ,il faut lire le livre de Peter Dale Scott Route vers le Nouveau Désordre Mondial,50 ans d'ambitions secrètes des États-Unis et ce monsieur n'a pas le profil d'un subversif au Etats Unis.Nous n'avons encore rien vu,moi je verrais bien d'ici peu des hordes de drones fondre sur le premier état qui ne serait pas content.ça Orwell l'a pas prévu, ils sont assez brut de fonderie les petits gars,on tape d'abord,on discute après ,c'est une théorie qui se défend.C'est de la psychologie qui a fait ses preuves.
a écrit le 12/06/2013 à 16:12 :
Il n'y a aucune fatalité technique ou légale à la goinfrerie actuelle d'informations personnelles sur les "profils utilisateurs", ni à l'utilisation de vrais noms plus ou moins imposée, etc. Et *aucun besoin d'ID unique* partagé entre les services par utilisateur pour que les choses fonctionnent "sans friction".(au contraire garantie d'échec, et à éviter à tout prix) Par contre besoin nouveau rôle, plusieurs organisations ds ce rôle, et séparation très claire des rôles. http://wp.me/p1q74G-5v
a écrit le 12/06/2013 à 15:59 :
3ème chez Amazon. 1984, on y est cette fois c'est vérifié. La guerre, c'est la paix. La librairie c'est Amazon.
a écrit le 12/06/2013 à 15:55 :
Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux.
Benjamin Franklin
Réponse de le 01/07/2013 à 17:09 :
belle citation d'un homme brillant... les péres fondateurs doivent se retourner dans leurs tombes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :