Où étudier coûte-t-il le plus cher... hors de France ?

 |   |  562  mots
Selon les calculs de la banque HSBC, l'Australie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni sont les pays où étudier revient le plus cher. Mais dans certains marchés émergents, les frais de scolarité et le coût de la vie sont plus élevés que dans d'autres pays européens. La France n'est pourtant pas mentionnée.

Si vous envisagiez d'envoyer vos enfants faire leurs études en Australie, pensez-y deux fois ! Ce serait en effet le pays le plus cher pour les étudiants étrangers, selon des calculs effectués par HSBC. La banque a analysé le coût de la vie ainsi que les frais moyens d'inscription pour les étudiants internationaux dans les 10 principaux établissements de treize pays (n'incluant pas la France), en tenant compte de l'inflation et du taux de change. L'Australie se retrouve en tête de liste, avec un coût moyen total de 38500 dollars américains par an.

L'éducation n'est pas bien plus accessible aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, deux destinations qui pourtant, selon des données de l'Unesco citées par HSBC, attireraient trois étudiants internationaux sur dix. Les États-Unis figurent à la deuxième place des pays les plus chers, avec des frais universitaires et quotidiens combinés atteignant presque 36000 dollars par an en moyenne: des coûts pouvant d'ailleurs être de 67% supérieurs dans les huit universités privées les plus prestigieuses (celles constituant la «Ivy League»), où la moyenne est de 59000 dollars par an. Le Royaume-Uni, avec ses 30000 dollars de frais annuels cumulés, vient en troisième position.

Avec les coupes dans les subventions publiques des «anciennes démocraties», pas de quoi s'attendre à une diminution de ces coûts, bien au contraire, souligne d'ailleurs HSBC. Alors, autant éviter les pays industrialisés pour les études de ses enfants? Pas forcément. Le pays le moins cher dans le classement est en effet l'Allemagne, où les étudiants internationaux payent en moyenne six fois moins qu'en Australie: 6285 dollars par an, dont «seulement» 635 de frais de scolarité. Dans certains marchés émergents, d'ailleurs, les coûts peuvent être aussi assez élevés, comme aux Émirats arabes unis, à Singapour et à Hongkong, où ils dépassent largement les 20.000 dollars annuels.

Un marché juteux et compétitif

Il n'empêche que la question des coûts risquera de jouer dans la compétition croissante qui commence à hanter les universités occidentales. Prévoyant le rôle économique que joueront les marchés émergents dans les prochaines années, certains pays occidentaux encouragent déjà leurs jeunes à aller y faire leurs études. HSBC cite notamment le British Council, qui voudrait multiplier par plus de quatre le nombre d'étudiants britanniques étudiant à l'étranger en 2011. Sept universités asiatiques figurent d'ailleurs dans le classement des 50 meilleures du monde établi en 2013 par The Times Higher Education.

Le marché serait d'ailleurs juteux. En multipliant ses efforts pour attirer des étudiants étrangers (par la promotion d'accords de coopération avec les pays asiatiques, une réforme de la politique des visas etc.), l'Australie se serait enrichie de 16 milliards de dollars australiens en 2011 et aurait pu créer 100.000 emplois. Le nombre de jeunes effectuant leurs études supérieures à l'étranger, déjà estimé à plus de 3 millions, devrait d'ailleurs encore s'accroître selon HSBC: la compétitivité et l'internationalisation croissantes du marché du travail, combinées avec l'augmentation des patrimoines dans les pays en développement, devraient avoir gain de cause sur la difficulté persistante de faire reconnaître ses diplômes.

D'où l'importance pour les familles de choisir en connaissance de cause, ainsi que d'anticiper financièrement un investissement dont le nombre d'années est heureusement défini… et peut-être aussi l'intérêt de la banque de les orienter.

classement du coût des études dans 13 pays

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/08/2013 à 13:17 :
La plupart des étudiants français qui partent à l'étranger le font sur un an seulement et dans le cadre d'échanges. Hors, dans ce cas, les frais d'inscription sont ceux de l'école ou de l'université française d'origine. Cela change beaucoup de choses!
a écrit le 14/08/2013 à 22:53 :
en conséquence, il faut poser la question : parle on d'enseignement ou de business ? je connais des écoles de commerce qui sont chères en france, par contre, j'ai de forts doutes sur le niveau de sortie vu le cursus, la fréquentation... il s'agit plutôt de s'acheter un diplome, y compris pour des écoles qu'on dit "cotées". La france a choisi de faire payer le contribuable plutôt que le cleint, car il y a toujours quelqu'un qui paye. Le problème majeur pour la france est que le niveau est en chute libre, pas étonnant vu ce qui se passe dans les collèges et lycées, ça prépare mal pour la suite ..et la solution n'est pas dans le recrutement massif (20 000 enseignant n'ont jamais enseigné, pourquoi le Tadjikistan a un taux illettrisme inférieur à la france, la honte absolue !!) mais dans un travail de fond sur l'efficacité !! un vaste changement de culture, en commençant par le ministre !!
Réponse de le 15/08/2013 à 18:04 :
totalement d'accord, il faut prendre le problème à la racine. ca commence mal avec les collège set lycées, de plus en plus d'élèves difficiles (certains diraient des racailles), trafic de drogue, baisse des niveaux permanents. les enseignants ne sont pas formés à tenir de telles classes, c'est un cauchemar pour eux et pour les élèves ! neparlons de l'objectif stupide de 100% de bacheliers qui fait que certains dontla place est en apprentissage s'ennuient et dissipent les classes!!! bilan stupéfiant : on a un taux d'illétrisme supérieur à celui du tajikistant !! la honte pour notre armée de fonctionnaires et le plus gros budget de l'état !! ce n'est pas un problème de moyens mais d'efficacité !! de quoi vous dites ?? discours de chinois pour ceux qui ont supprimé la prime au mérite, on travaille, on travaille pas, payés pareils... mal partis dès le départ...
a écrit le 14/08/2013 à 19:01 :
Cette étude ne mentionne pas la France car les études n'y sont pas assez chères pour que ce soit un marché pour que HSBC "fourgue" des pr?ts étudiants aux elèves ou aux parents. C'est pareil pour l'Allemagne mais cela n'aurait pas fait sérieux de ne mettre ni France ni Allemagne. L'allemagne n'etant pas une destination touristique mieux vallait arbitrer en faveur de l'Allemagne pour minimiser le nombre d'etudiants interesses. Je suis vraiment un papa très chancpeux avec un enfant a l'UTC (une bonne école d'ingénieur française sur un modèle universitaire), qui fait un Erasmus en Allemagne ou le logement n'est pas cher. Et je ne suis vraiment pas du tout inquiet pour son avenir. Pas besoin d'aller voir le banquier mieux vaut garder tout son salaire a la sortie !
Réponse de le 15/08/2013 à 21:39 :
Ces calculs solt complètement erronés.
En France les études sont payées toute la vie par les impots que chacun paye ou devrait payer.
Le budget de l'éducation nationale est la moitié du budget de l'état. A cela il faut ajouter les écoles financées par différents ministères : la défense, l'industrie, la culture...
Faites le compte annuel et multipliez par le nombre d'années, 60, 80 ou plus..( sauf pour les étrangers qui ne payent pas d'impot, pour eux c'est réellement gratuit).
Cela coûte beaucoup plus cher que dans les pays ou l'on ne paye que ses années d'étude.
a écrit le 14/08/2013 à 17:13 :
moi je n ai que mon certificat d études et mon brevet sportif,par contre les bacs + 5 et autres vous devriez repasser le certif ,car vous êtes nuls en français
a écrit le 14/08/2013 à 15:05 :
Il me semble que B. Obama continue de payer ses études de droit à plus de 50 ans.
a écrit le 14/08/2013 à 9:07 :
Comme l'ont dit leag, wilfrid, les études de coûts ont une prix, il y a des choix à faire, même si la France est dans le top 5 des destinations (mais avec des origines très restreintes). Mais nous pouvons tout de même réfléchir un peu, avant de tirer des conclusions : il y a deux moyennes de coûts pour les étudiants étrangers . Pour ceux qui sont européen (UE), les coûts sont les mêmes que pour un français,c'est a dire pour les "fees" entre 500 et 15000 euros /ans ; plein pot pour les autres (parfois ce sont les états qui payent la France comme l'Algérie, ...) donc entre 8000 et 20000 euros par an (le vrai coûts de études en France) + le coût de la vie qui est parmi le haut dans le monde selon HSBC à Paris pour les expatriés, du moins : il est comme celui de mOscou ou de Singapour. Risquons nous à une extrapolation : 8000 usd pour vivre à Paris par an (entre Singapour et la Russie) me semble une approximation raisonnable, au vu de mon expérience; 5000 usd dans un logement étudiant ou avec APL (pour l'UE). A la louche fait entre 16000 et 26000 usd (une minorité payant leurs masters comptant) pour ceux qui ne sont pas de l'UE et entre 6000 usd (car il ont droits aux résidences étudiantes, APL, ...) et 20000 usd (une minorité allant dans les divers Sup de Co) pour ceux qui sont de l'UE. Nous sommes a peu près entre 6000 (fac) et 9000 (école d'ingénieurs) usd en moyennes, a peu près comme l'Allemagne/Taiwain/Russie, avec des disparités très importantes : les classes prépa étant gratuites et sur le régime du lycée (pensionnat à 100 usd /mois, soit 1000 usd maximum dans l'année, accessibles à tous les étudiants de l'UE ) et INSEAD du niveaux de l'IVY league (90000 usd /an). Quand à la qualité, Michel, n'oubliez pas que le MGU de Moscou porte le nom d'un autodidacte (Lomonossov) et que la moitiés de étudiants sortant de facs françaises sont paumés,... La qualité de l'enseignement réside dans les élèves et leurs profs, ce qui s'apprécie qu'avec une connaissance exhaustive et rigoureuse du terrain.
a écrit le 14/08/2013 à 0:05 :
Quid de qualité? Malgré leurs célèbres et très chères universités, les USA sont grand consommateur de cerveaux étrangers...
Réponse de le 14/08/2013 à 9:09 :
@Michel
"les USA sont grand consommateur de cerveaux étrangers..."

La France aussi, on ne prend pas les meilleurs et on ne les fait pas payer !
a écrit le 14/08/2013 à 0:01 :
Ce n'est pas avec ce prix de 35K USD que vous offrirez une top school a vos enfants aux etats-unis.
Qt a la France qui defend ses etudes "dites" gratuites...bien sur !! il faut que quelqu'un paye les profs et l'entretien des batiments qui ressemblent a des tombes antiques...quant aux structures sportives en France c'est a pleurer....Vive les etudes payantes pour ceux qui veulent le meilleur pour leurs enfants
Réponse de le 14/08/2013 à 9:17 :
Pour ceux qui sont bons (vraiment bons) il y a les INSA, les ENI et les INP qui proposent sports études / Musique - études depuis des années : R. D. - INPG : top 50 des skieurs de fond mondiaux, N. C. - ENI : top 3 des rameurs français, F. G. - INSA : vainqueur Vendée globe, A. Le C. - INSA : skyper pro , J. B. et T; C. - INSA : , joueur de rugby à XV français dont l'un d'entre eux avec plus de 50 sélections, ...
a écrit le 13/08/2013 à 20:42 :
Je défend une scolarité à faible coût aussi, mais la France n'est pas dans le classement car elle n'était tout simplement pas inclue dans l'étude:
"La banque a analysé le coût de la vie ainsi que les frais moyens d'inscription pour les étudiants internationaux dans les 10 principaux établissements de treize pays (n'incluant pas la France)"
a écrit le 13/08/2013 à 20:34 :
Etude interessante mais limitee par le fait qu elle ne concerne pas tous les principaux pays. La france et l italie recoivent aussi beaucoup d etudiants etrangers.

Toute etude a un cout et des choix geographiques doivent etre faits . Malgre tout, le fait que la france qui est dans le top 5 des destinations d etudiants etrangers n y soit pas, a clairement une signification.
Réponse de le 13/08/2013 à 21:28 :
En France, les frais de scolarité (annual fees) vont de 400 euros (fac) à 14500 euros (3ème année HEC, Essec) en passant par 1000 euros pour les écoles d'ingénieurs publiques et 5000 euros pour les privées.
Réponse de le 14/08/2013 à 0:03 :
c'est faux car vos taxes payent les profs donc vous avez aussi a prendre ce prix en consideration.
Réponse de le 14/08/2013 à 8:58 :
L'étude HSBC porte sur les frais et les coûts vus de l'étudiant (et de ses parents) et non de l'Etat.
Juste une remarque pour ceux qui dénigrent les écoles de commerce, les étudiant payent plein pot leurs études (35000 euros sur 3 ans) sans rien demander à la collectivité, ce qui n'est pas le cas des écoles d'ingénieurs et de médecine.
Réponse de le 14/08/2013 à 9:07 :
@Bubu

pour rappel, l'éducation c'est 60 milliards d'euros par an, loin d'être gratuit !
Réponse de le 14/08/2013 à 9:48 :
@ vitefait: je sais que c'est pas gratuit, je fait partie de la moitié de ménages payant l'IR et dans une tranche élevée...
Encore une fois, il faut distinguer les coûts des études pour les étudiants et ceux pour la collectivité. Les études "gratuites" style prépas + Polytechnique/ENS et médecine sont celles qui coûtent le plus aux contribuables. Si l'on regarde le rapport résultat/coût, le gâchis des universités est énorme.
Réponse de le 14/08/2013 à 11:23 :
@ Bubu
exact ! mais le français lambda a tendance a croire que tout est (presque) gratuit ;-)
Le plus gros gâchis étant que nous exportons nos diplomés alors que nous avons un centre de coût énorme : il faudrait faire un système d'entrée gratuite et sortie payante, comme à l'X ou l'on doit 10 ans a l'état sinon racheter sa scolarité, ou encore les cadets d'air France. Trop simple sinon, certains médecins se plaignent qu'ils seraient mieux payés en angleterre, ils oublient qu'ils auraient payés leurs études la bas !

PS : nous sommes au moins 2 sur ce forum a payer l'IR dans la tranche haute
a écrit le 13/08/2013 à 20:13 :
La France ne figure meme pas dans la classement preuve que nous sommes en dessous des universités russes chinoises et cie.
Avoir une université gratuire socialoecologratuite c'est bien.
Avoir une université performante c'est mieux.
Réponse de le 13/08/2013 à 21:19 :
Vous êtes bidon avec votre "pseudo-conclusion".
Vous auriez tout aussi bien put dire que c'était la faute des juifs, des arabes, ou de je-ne-sais quelle minorité.
Vous devirez lire le figaro plutot.
Réponse de le 14/08/2013 à 9:05 :
@Pfff
arrêtez d'etre con et de faire semblant de ne pas comprendre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :