Egypte : Europe et Etats-Unis s'interrogent sur la meilleure stratégie, le Caire les met au défi de suspendre leurs aides

 |   |  550  mots
La Russie et les pays arabes guettent le retrait des aides de l'UE et des Etats-Unis à l'Egypte
La Russie et les pays arabes guettent le retrait des aides de l'UE et des Etats-Unis à l'Egypte (Crédits : Reuters)
L'Egypte affirme que les Etats-Unis commettraient une erreur en suspendant leur aide militaire et économique au pays car la Russie serait toujours là pour aider. Cette sortie intervient alors qu'un débat sur le sujet a lieu aux Etats-Unis.

Les choses se compliquent pour les Occidentaux dans la gestion de la crise égyptienne. Le Premier ministre égyptien a en effet prévenu mardi les Etats-Unis qu'ils commettraient une erreur s'ils suspendaient leur aide militaire annuelle de 1,3 milliard de dollars, affirmant que Le Caire pourrait se débrouiller sans.

Gênant, mais la Russie est là pour aider

Si Washington devait geler ou couper son assistance militaire à l'Egypte, "cela serait un mauvais signal et cela affecterait l'armée pendant un certain temps", a concédé le chef par intérim du gouvernement égyptien soutenu par l'armée, Hazem Beblawi, dans un entretien à la télévision américaine ABC News.

Mais "n'oublions pas que l'Egypte a vécu avec le soutien militaire de la Russie et que nous avons survécu. Ce ne se serait donc pas la fin du monde et nous pouvons vivre dans des circonstances différentes", a-t-il mis en garde.

L'Egypte est depuis des décennies une alliée des Etats-Unis qui lui versent chaque année 1,3 milliard de dollars d'aide militaire et 250 millions de dollars d'assistance économique. Mais les rapports se sont tendus depuis le début de la crise égyptienne.

Campagne de lobbying contre l'aide américaine à l'Egypte

Ces déclarations surviennent en pleine campagne de lobbying de parlementaires et d'ONG aux Etats-Unis pour que l'administration de Barack Obama cesse d'aider les autorités égyptiennes en raison de la répression sanglante des manifestations des supporteurs de l'ancien président destitué par l'armée, Mohamed Morsi.

Le gouvernement américain a formellement démenti mardi avoir suspendu cette assistance, mais le président Obama a rencontré son équipe rapprochée pour discuter des conséquences des troubles civils qui ont fait 900 morts en une semaine.

"Beaucoup d'incompréhension" selon le Caire

Hazem Beblawi a dit regretter les actuelles tensions entre son pays et Washington, qui a jugé "lamentable" la répression par les forces de sécurité égyptiennes. "Il y a beaucoup d'incompréhension et je suis sûr que le temps passera et sera bénéfique" à l'Egypte et aux Etats-Unis, a dit le responsable.

A l'instar de la diplomatie américaine qui refuse de parler de "guerre civile" en Egypte, le Premier ministre égyptien a également assuré "ne pas craindre une guerre civile" dans son pays, lequel avance "dans la bonne direction".

Bruxelles fait face aussi à un cas de conscience

Une réunion sur le même sujet est prévue ce mercredi après midi à Bruxelles entre les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne. Les Européens vont chercher une solution pour faire pression sur le Caire sans compromettre l'avenir des relations avec l'Egypte, alors qu'ils avaient déjà eux aussi menacé de suspendre l'aide de 5 milliards d'euros pour la période 2012-2014 et que le pays est exsangue sur le plan économique.

>> Egypte : une grave crise se profile derrière les troubles politiques, celle du blé

En effet, si l'Union européenne venait à suspendre elle aussi son aide à l'Egypte, l'Arabie Saoudite a d'ores et déjà prévenu qu'elle pourrait prendre le relais. Ce qui rendrait inefficace la sanction et éloignerait le pays de l'Union européenne sur le plan diplomatique, alors que l'Egypte occupe une place importante dans la stratégie occidentale au Moyen-Orient.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/08/2013 à 18:17 :
Les hommes politiques occidentaux ont un sens angélique de la realpolitique.Ils crient au loup quand le front national gagne 22% aux élections présidentielles de 2002 et applaudissent frénétiquement la victoire des frères musulmans, qui ne représentent que 15% de la population égyptienne.Quelle sera leur perception si le FN devient le premier parti de France?
Réponse de le 22/08/2013 à 10:38 :
ILS S-Y FERONT! car c'est à souhaiter !
a écrit le 21/08/2013 à 16:34 :
L'occident n'a pas à s'immiscer dans l'affrontement entre le Qatar et l'Arabie Saoudite .De
même en Syrie . Et fi des droits de l'homme qui sont les caches sex de l'interventionniste
a écrit le 21/08/2013 à 15:24 :
La paradisiaque "way of life"américaine, à travers démocratisation et libéralisation financière a mobilisé un Occident forcément convaincu après son délabrement durant la seconde guerre mondiale ; la déconfiture de l'oligarchie soviétique a dégonflé la capacité de résistance russe à l'hégémonie américaine. Néanmoins, même cette hégémonie financière et militaire n'a pas suffi au Vietnam, en Irak, en Afghanistan, et ne change pas les fondamentaux de l'histoire des nations. Les interrogations d'une pseudo-Europe et surtout des Etats-Unis ne sont que posture médiatique. Quand le régime actuel égyptien aura achevé l'essentiel de son ouvrage, ces Etats interrogateurs retrouveront leurs certitudes et applaudiront des quatre fers. Rien ne change vraiment, quelle que soient les éphémères secousses.
a écrit le 21/08/2013 à 15:19 :
juste 3 lettres pour repondre a cette crise : B H L
a écrit le 21/08/2013 à 12:54 :
J'ai tenté a certains commentaires, sans succès
a écrit le 21/08/2013 à 12:54 :
Bien sûr, il y a les Droits de l'Homme, mais ils ne résisteront pas pas devant le mur de l'argent et le risque islamique. Les US continueront à verser des milliards de dollars, l'Europe des milliards d'euros, et nous continuerons de vendre à l'Egypte... des armes. Sauf que les américains sont plus malins, la moitié des milliards versés doit revenir aux US sous forme d'achat de biens américains. Comprenez: Armement. Poussé par le lobby juif, un autre choix est impossible, l'Egypte garantit la majeure partie de la sécurité d'Israël, ce qui ne serait pas le cas avec des financements Russes ou Saoudiens.
a écrit le 21/08/2013 à 12:31 :
Quelqu'un peut il m'expliquer comment l'Europe est capable de donner 5 milliards (en dons et en prêts) à l'Egypte alors qu'on nous écrase de taxe au nom de l'austérité?
a écrit le 21/08/2013 à 12:15 :
laison a cesart Ce qui apartient a cesart ? LAISON LES ARABES SE DEBROULLIEZ ENTRE EUX CAR LA MAJORITE NE VEULENT PAS DES ILAMISTES RADICAUX ,,???
a écrit le 21/08/2013 à 10:34 :
Les américains veulent couper leur aide militaire : les russes n'attendent que ça pour reprendre pied dans le plus grand pays arabe. L'UE veut couper son aide : l'Arabie Saoudite va compenser et on peut être sûr que les chinois viendront occuper le vide laissé sur le plan économique par les européens. Et tout ça pour soutenir le fascisme islamisme!!! Les dirigeants occidentaux sont décidément des grands stratèges!!!
a écrit le 21/08/2013 à 9:25 :
Le reprise en mains du pays par l'armée est le meilleur paravent contre la menace islamiste. Nous n'allons pas faire la fine bouche devant quelques centaines de morts...
Ou peut-être préférons nous que les morts soient européens, histoire de gagner un peu de temps?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :