Etats-Unis : l'investissement public chute à son plus bas niveau depuis 1947

 |   |  467  mots
L'administration n'a cessé de répéter que ces coupes étaient trop importantes pour une année et qu'ils n'y étaient pas favorables, a rappellé à l'AFP Joseph Gagnon, ancien responsable au Trésor américain.
"L'administration n'a cessé de répéter que ces coupes étaient trop importantes pour une année et qu'ils n'y étaient pas favorables", a rappellé à l'AFP Joseph Gagnon, ancien responsable au Trésor américain. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le niveau de l'investissement public a atteint 3,6% du PIB en 2013. Un taux qui tourne habituellement autour des 5%. De son côté, le déficit public a connu sa diminution la plus importante depuis près de cinquante ans.

L'investissement public aurait atteint son niveau le plus bas aux Etats-Unis depuis 1947 et la fin de l'effort de guerre après la fin de la Seconde Guerre mondiale. C'est ce qu'affirme le Financial Times selon qui le niveau de l'investissement public a atteint 3,6% du PIB sur l'exercice fiscal 2013, achevé fin septembre. Un taux qui tourne habituellement autour des 5%. Les postes les plus touchés étant l'armée et l'éducation.

"L'administration n'a cessé de répéter que ces coupes étaient trop importantes pour une année"

La raison ? Le "shutdown" provoqué par les républicains il y a quelques semaines qui a paralysé la dépense publique outre-Atlantique. Sans compter que depuis mars, les dépenses de l'État fédéral ont été amputées par des coupes automatiques massives conçues à l'été 2011 lors d'une précédente crise sur la dette. L'objectif était alors de forcer républicains et démocrates à s'entendre. Mais le compromis n'a jamais été trouvé à temps.

"L'administration n'a cessé de répéter que ces coupes étaient trop importantes pour une année et qu'ils n'y étaient pas favorables", a rappellé à l'AFP Joseph Gagnon, ancien responsable au Trésor américain.

Le déficit public s'est réduit de 37,5% en un an

Corollaire du shutdown également : la fonte du déficit public qui a atteint cette année une ampleur sans précédent depuis près de cinquante ans, a souligné l'AFP. Le trou des finances publiques américaines s'est réduit de 37,5% en un an, ramenant le déficit public des États-Unis de 7,0% à 4,1% du produit intérieur brut (PIB), d'après les chiffres publiés mercredi dernier à Washington. Un taux qui dépassait 10% en 2009,.

"Le déficit de la nation a reculé au cours des quatre années passées au rythme le plus rapide depuis la Deuxième Guerre mondiale"

L'administration Obama a toutefois fait profil bas. Le président américain a été lui-même peu prolixe sur la question. C'est son secrétaire au Trésor, Jacob Lew, qui est monté en première ligne pour affirmer que :

Sous le mandat du président (Barack) Obama, le déficit de la nation a reculé au cours des quatre années passées au rythme le plus rapide depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Les raisons de cette discrétion sont simples : le gouvernement ne souhaitait pas une diminution d'une telle ampleur en 2013, de crainte de gêner une croissance encore convalescente et de freiner également la reprise de l'emploi. Mais "shutdown" oblige, il n'a guère eu le choix.

A lire aussi :

>> Comment le "shutdown" risque de plomber davantage le marché de l'emploi américain

>> Obama lève le shutdown, le spectre du défaut s'éloigne... pour le moment

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2013 à 23:05 :
Le déficit français aussi est passé de 7% à 4% , mais nous n'avons pas eu droits de la part de nos journalistes a des éloges comme les USA ont droit: "le plus rapide depuis la deuxième guerre mondiale, une baisse de 37,5% !! " rendez vous compte bonne gens !!! Encore des gesticulations journalistiques qui consistent a faire croire aux braves gens qu'il y a de bonne nouvelles eux USA et qu'il faut investir la-bas (bon si il y a des pigeons pourquoi pas) alors que les USA sont les derniers a réajuster leur économie. Et l'investissement publique , qu'est ce que c'est ?? je n'en ai jamais entendu parlé pour la France. Mais ça a l'air très bien pour les USA. Soit nos élites manquent de communicants soit nos journalistes sont des cons vaincus.
a écrit le 04/11/2013 à 19:01 :
ça ne va pas arranger leurs infrastructures...
a écrit le 04/11/2013 à 13:30 :
Les elections generales US c'est encore loin ? Si les republicains ont tous les pouvoirs ,ils vont relancer ? Avec quoi ,du papier ? En demandant AUX ALLIES de payer leurs cotes parts de cette relance !Ils sont bien la locomotive ,les autres les wagons ........
a écrit le 04/11/2013 à 13:25 :
Les elections generales US c'est encore loin ? Si les republicains ont tous les pouvoirs ,ils vont relancer ? Avec quoi ,du papier ? En demandant AUX ALLIES de payer leurs cotes parts de cette relance !Ils sont bien la locomotive ,les autres les wagons ........
a écrit le 04/11/2013 à 13:24 :
Les elections generales US c'est encore loin ? Si les republicains ont tous les pouvoirs ,ils vont relancer ? Avec quoi ,du papier ? En demandant AUX ALLIES de payer leurs cotes parts de cette relance !Ils sont bien la locomotive ,les autres les wagons ........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :