New-York : un nouveau maire pour la 13ème économie mondiale

 |   |  815  mots
Plus sûre, plus verte, NYC est désormais plus attrayante. Ce qui favorise le tourisme dans une ville qui vit déjà au son des 170 langues qui y sont parlées.
Plus sûre, plus verte, NYC est désormais plus attrayante. Ce qui favorise le tourisme dans une ville qui vit déjà au son des 170 langues qui y sont parlées. (Crédits : Daniel Schwen)
Bill de Blasio, nouveau maire de New York, a désormais sous sa responsabilité la 13ème économie mondiale, dynamisée par la finance et diversifiée par son prédécesseur, Michael Bloomberg. La ville est aussi traversée par de très grandes inégalités.

C'est une lourde responsabilité qu'ont confié les New Yorkais à l'iconoclaste Bill de Blasio, le nouveau maire de New York. Car si la métropole était un pays, elle se classerait ni plus ni moins qu'au 13ème rang des économies mondiales. En effet, avec un PIB supérieur à celui de l'Espagne, l'aire urbaine de cette "ville-monde" est bien plus qu'une grosse agglomération. C'est une économie pleinement ancrée dans la mondialisation, avec ses forces, mais aussi ses faiblesses.

  • La finance, force historique de New York

La finance est au cœur du dynamisme de la Grosse Pomme. Grande pourvoyeuse d'emplois, elle a pour principaux poumons le New York Stock Exchange, situé à Wall Street, et le Nasdaq, où sont listées les plus importantes valeurs technologiques telles qu'Apple ou Microsoft. Les deux sont respectivement la première et la deuxième place boursière au monde en termes de volumes échangés.

New York est aussi le siège décisionnel des plus grandes banques au monde, comme Goldman Sachs, Citigroup ou encore JP Morgan Chase. Sévèrement ébranlée par la crise des subprimes, dont elle portait une grande responsabilité, la finance new-yorkaise s'est depuis refaite grâce aux programmes de rachats d'actifs massifs de la Fed, qui a elle-même son siège située dans la capitale économique des Etats-Unis.

  • Une économie plus diversifiée grâce à l'action de Michael Bloomberg

Mais "la ville qui ne dort jamais" ne vit pas que de la finance. En effet, la ville a bien d'autres atouts, développés notamment par Michael Bloomberg, qui vient de céder son trône, qu'il occupait depuis douze ans. En effet, la métropole, qui était autrefois très dépendante de la finance a vu son économie se diversifier sous la coupe de l'homme d'affaires indépendant de tout parti politique et qui pouvait nommer ses congénères pour leurs compétences et non pour des raisons purement politiciennes, expliquent certains observateurs. Ainsi la ville a-t-elle subi de profonds changements.

  • Le tourisme : un moyen de faire rentrer facilement de l'argent

Plus sûre, plus verte, la ville est désormais plus attrayante. Ce qui favorise le tourisme dans une ville qui vit déjà au son des 170 langues qui y sont parlées. Fin 2012, Michael Bloomberg avait lui-même annoncé que la ville de New York avait battu son nombre record de visiteurs avec 52 millions de touristes venus des quatre coins du monde, grâce, selon lui, à la qualité de ses sites culturels, mais aussi à l'amélioration de la sécurité, qui était devenu un vrai problème. Il affichait alors un objectif de 55 millions de visiteurs annuels d'ici à 2015. Par comparaison, la ville de Paris accueille chaque année un peu moins de 30 millions de touristes.

  • Les nouvelles technologies : un moyen de se tourner vers l'avenir

Historiquement, le cœur des nouvelles technologies aux Etats-Unis se situe en Californie, dans la Silicon Valley. Mais depuis quatre ou cinq ans, un vent californien souffle aussi sur les rives de l'Hudson River, depuis que Michael Bloomberg a mis en place un plan de 45 millions de dollars pour encourager les naufragés de Wall Street suite à la crise des subprimes à se lancer dans la high-tech. A cette époque est née à New York la Silicon Alley, pendant de sa grande sœur de l'ouest.

Au départ il s'agissait d'un simple quartier regroupant quelques start-up autour de l'immeuble Flat Iron, à Manhattan. Aujourd'hui répartie sur trois quartiers elle regroupe des grands noms tels que Tumblr, Gilt, Google, ou encore Facebook (ces deux derniers y ont installé des bureaux). Depuis le début de l'année 2013, 2 milliards de dollars ont été investis dans les start-up new yorkaises.

  • Entre richesse extrême et extrême pauvreté

Mais là où Michael Bloomberg a échoué, c'est sur la question des inégalités grandissantes qui sévissent dans la métropole la plus riche des Etats-Unis. Car, si ce poumon du monde compte 400.000 millionaires, 21% de sa population vit encore sous le seuil de pauvreté. Et les prix anormalement élevés de l'immobilier, tirés en partie par une population aux revenus élevés issue de la finance, des professions juridiques et du conseil, mais aussi par la spéculation, posent de graves problèmes de logement jusqu'aux classes moyennes.

C'est, selon les observateurs, ce qui a amené la population de la ville à plébisciter le démocrate fantasque et ses mesures en faveur de la réduction des inégalités. Ce dernier propose notamment de construire des dizaines de milliers de logements sociaux à destination des classes moyennes, le tout financé par une taxation plus importante des hauts revenus. Une façon, selon lui, de faire profiter un nombre plus important de new yorkais du dynamisme de leur cité.

>> Lire aussi : New-York va-t-elle se choisir un maire qui penche fortement à gauche

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2013 à 22:19 :
Pauvreté, inégalités, pillage des ressources naturelles sont autant de maux contre lesquels les politiques économiques et sociales des États, comme des collectivités qui les composent, ne peuvent avoir de sens que si sont pris en compte les fondamentaux de la démographie mondiale et les problèmes de surpopulation qu'elle génère inexorablement, au détriment d'une planète mutilée de toutes parts et par voie de conséquence, des espèces qui la peuplent.
Quels que soient les indicateurs et autres indices inventés ici ou là, au gré des idéologies dominantes, si la pauvreté augmente, si les inégalités se creusent, les raisons en sont avant tout l'augmentation considérable de la population et de la richesse globale que cette même population génère par son activité, avec l'aide du progrès ; le partage de cette richesse étant une toute autre affaire.
Chaque jour, plus de 220 000 êtres humains s'ajoutent à la population terrestre. Par l'effet de la structure de la société et du sort qui les a fait naître ainsi ; produits des taux de natalité les plus élevés, les pauvres qui représentent la grande majorité de ces nouveaux arrivants vont s'ajouter à ceux qui occupent déjà la base atrophiée d'une pyramide sociale dont le sommet s'élève inexorablement, accentuant chaque jour les écarts qui y règnent.
Évolution démographique à l'origine de tous nos maux, mais sujet tabou que bien peu d'experts osent aborder.
Et ceux qui, dans de grands élans de générosité inspirés aussi bien du marxisme que du christianisme et autres idéologies et religions, veulent imposer la dictature du prolétariat ou pour le moins leur vision si compassionnelle de la pauvreté, sont en réalité les promoteurs de celle-ci, au détriment premier de ceux qui en souffrent. Croyant ou prétendant lutter pour ces derniers, ne s'obstinent-ils pas, dans une lutte des classes dont les avatars prouvent dorénavant l'archaïsme, moins à partager les richesses du monde qu'à rejeter sommairement sur la seule collectivité, la responsabilité du destin des pauvres ?
Quel que soit le sort de chacun, il est d'abord dû à sa naissance, et vouloir l'ignorer ne fait que retourner la colère des plus déshérités contre eux-mêmes, les enfonçant toujours plus dans leur condition en perdant de vue qu'elle est avant tout héréditaire et que c'est par conséquent sur ce terrain qu'il faut la combattre.
Pour approfondir cette réaction, voir le blog de Claudec : Abominable pyramide sociale. Les articles et commentaires qui y sont publiés sont accompagnés de schémas et tableaux, à l’intention des visiteurs que découragerait la lecture.
a écrit le 07/11/2013 à 1:52 :
Un socialo en phase avec le socialo Obama.Les US sont termines,il faut se tourner vers la Chine et la Russie qui eux s'eclatent dans le liberalisme.
Réponse de le 07/11/2013 à 11:25 :
Bientôt vous serez obligé d'aller sur la Lune pour vous éclater tout seul dans le libéralisme
a écrit le 06/11/2013 à 21:39 :
La 13e économie mondiale c'est l'agglomération de NY de 20+ mil hab et la ville que va diriger de Blasio compte 8 mil. (même si ça en est le coeur ça serait comme réduire le poids de la région parisienne = de mémoire égal au PIB des Pays-Bas donc 17e économie mondiale au seul Paris intramuros).
Autre précision, la Fed c'est à DC mais c'est une union de plusieurs banques régionales dont une qui est à NYC (un peu comme la BCE et la Banque de France ans l'eurosytème)
Réponse de le 08/11/2013 à 20:20 :
Merci pour ces précisions pertinentes. Encore une fois, heureusement qu'il y a les commentaires pour pallier aux insuffisances des articles ( il n'y a pas que LT dans ce cas, les 2 grands titres de la presse généraliste quotidienne sont champions en la matière ) .
a écrit le 06/11/2013 à 20:13 :
La ville-monde par excellence, Multi-tout, non les nouilles yorkais ne verront pas de grands changements à part l'accroissement des inégalités et la fausse repentance de wall street, well business as usual......... la big apple brille mais le ver est dans la pomme !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :