Espionnage : Merkel veut plus de transparence des Américains pour avancer dans les négociations sur le libre-échange

 |  | 232 mots
En octobre, le Spiegel révélait que le mobile d'Angela Merkel avait été espionné par les Etats-Unis. Une information partiellement démentie par Barack Obama. (Photo Reuters)
En octobre, le Spiegel révélait que le mobile d'Angela Merkel avait été espionné par les Etats-Unis. Une information partiellement démentie par Barack Obama. (Photo Reuters) (Crédits : Reuters)
La chancelière allemande estime que les négociations sur le libre-échange sont “mises à l’épreuve“ par le scandale de la surveillance électronique des États-Unis, qui l'a notamment visée.

Contre les Etats-Unis, Angela Merkel semble toujours en colère. Près d'un mois après les révélations sur la surveillance dont aurait fait objet son propre téléphone portable par les services secrets américains, la chancelière a de nouveau haussé le ton. Cette fois, elle a explicitement fait le lien entre l'affaire de la NSA, et les négociations sur le traité de libre-échange qui viennent tout juste de reprendre.

Les relations avec les Etats-Unis "mises à l'épreuve"

Devant les parlementaires allemands, Angela Merkel a ainsi déclaré lundi 18 octobre :

 "Actuellement, les relations avec les Etats-Unis et la négociation de l'accord de libre-échange sont sans doute mises à l'épreuve par les accusations qui ont été portées à l'attention du public contre les Etats-Unis à propos de la collecte de millions de données".

 Code de bonne conduite

C'était la première fois que la chancelière s'exprimait officiellement devant le Parlement depuis que cette affaire dans l'affaire a éclaté en octobre. Elle avait cependant plusieurs fois publiquement exigé davantage de transparence de la part de Washington. A ce propos, les Européens se sont accordés pour demander aux Etats-Unis de s'engager sur un "code de bonne conduite".  

A lire aussi :

>> NSA : du téléphone de Merkel aux demi démentis de Washington, le ping-pong diplomatique tourne à la comédie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2013 à 14:49 :
Le libre échange n'existe pas, c'est toujours la loi du plus fort qui prévaut, et pour l'instant la loi des lobbies à Bruxelles ce ramassis d'incapables qui mènent l'Europe tout droit à sa perte.
a écrit le 19/11/2013 à 11:36 :
Et elle estime que son avis compte..??? De la transparence !! bonne blague : j'ai bien ri.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :