L'Ecosse vise une électricité 100% renouvelable en 2020

 |   |  414  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le pays n'envisage pas de construire de nouvelles centrales nucléaires. Selon les prévisions du ministère de l'Energie, la facture annuelle d'électricité verte sera inférieure à ce qu'elle est aujourd'hui.

Le ministre écossais de l'énergie Fergus Ewing a présenté lundi 5 mars une feuille de route concernant la production d'électricité, dont l'objectif le plus frappant vise 100 % d'électricité issues de sources d'énergie renouvelables en 2020.
Le même document prévoit d'équiper les centrales thermiques de systèmes de captage et stockage de CO2 (CSC) pour une production d'au moins 2 ,5 GW (gigawatts).
Il confirme par ailleurs que le nucléaire disparaîtra à moyen terme du mix énergétique écossais, et que le pays, qui  possède deux  centrales atomiques, n'en construira pas d'autre .
D'après le ministre, il s'agit surtout avec cette étude de démontrer la faisabilité d'une électricité  100 % verte. Car certains en doutent, notamment pour des raisons financières et industrielles. Fergus Ewing s'est pour sa part montré très déterminé pour atteindre cet objectif.
A rebours des critiques les plus fréquentes émises à l'encontre des énergies renouvelables, le rapport anticipe une facture d'électricité annuelle moyenne de 100 livres sterling inférieure au montant actuel.

S'affranchir de la tutelle anglaise

Mais l'un des points clés de la feuille de route consiste sans doute à élaborer et imposer pour les nouvelles centrales de production d'énergie, des standards d'émissions de CO2 propres à l'Ecosse et donc différents de ceux en vigueur dans le reste du Royaume-Uni. En Ecosse, les nouvelles centrales sont d'ores et déjà contraintes de s'équiper dès leur entrée en fonctionnement de systèmes de CSC capables d'absorber le CO2 correspondant à une capacité de production de 300 MW.
Ces déclarations ont reçu un bon accueil des producteurs d'énergie et du gestionnaire du réseau. Ils estiment en effet qu'elles leur donnent de la visibilité et qu'elles constituent une source de croissance économique et de création d'emplois.
Certains s'inquiètent néanmoins du risque que courrait une Ecosse indépendante au regard de ces enjeux. Elle perdrait dans l'opération une enveloppe de subventions dédiées aux énergies vertes estimée à 4 milliards de livres sterling (3,03 milliards d'euros), ce qui mettrait en danger la capacité du pays à opérer sa mutation vers une économie décarbonée.

Le gouvernement écossais a déjà rejeté ces arguments par le passé, évoquant d'autres études affirmant que l'Ecosse indépendante serait à même d'attirer les investissements nécessaires. C'est à espérer, car ses ambitieux projets en matière d'éolien maritime, l'un des principaux gisements d'énergies renouvelables,  exigent  des investissements conséquents.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2012 à 11:49 :
Je croyais que l'Ecosse n'était pas un pays...
Réponse de le 09/03/2012 à 18:13 :
C'set vrai .J'ai demandé quelle était la puissance disponible en Ecosse en KWH.
Personne n'a pu me répondre,et tout le monde fait des commentaires !
Avant de s'exprimer sur ce sujet ,les ordes de grandeurs sont à prendre en compte pour savoir comment et avec quel type de système on peut produire du courant. en Ecosse .Le réseau est-il connecté à l'Europe ?
a écrit le 08/03/2012 à 16:54 :
Ah enfin !
ça va finir par se savoir que le photovoltaïque sera bientôt l'énergie la moins cher.
Le prix des panneaux solaires ne cesse de chuter et des nouvelles technologies ne cotant quasiment rien comme le film photovoltaïque commencent à arriver :
http://www.filmphotovoltaique.com/photovoltaique-organique-tandem-efficacite-record-106/
Réponse de le 09/03/2012 à 12:20 :
Reste plus qu'à payer le coût du stockage de l'énergie. Ca risque de faire mal au budget des français
Réponse de le 09/03/2012 à 13:01 :
Surtout que les pics de conso, c'est pendant les grands froids en hiver, donc il y a un souci c'est sûr ... Sinon pour faire tourner la pompe à chaleur en été, c'est plutôt sympa les 100W au m2.
Réponse de le 09/03/2012 à 15:57 :
Paradoxalement, l'hiver si les températures sont assez basses, il fait beau et l'ensoleillement est là. C'est plus la période intermédiaire qui pose problème. en toute logique ce sont les périodes les plus venteuses. Mais il n'en demeure pas moins que ni l'une ni l'autre ne fonctionne 100% du temps. Ceci dit les centrales non plus car en réalité il y a les périodes dites "de maintenance prolongée". Donc au final toutes ces techniques marchent à temps partiels. En tout cas le solaire pour les périodes d'hiver, quand la témpérature est assez basse et qu'il ne peut plus y avoir de nuages, c'et loin d'être idiot, désolé pour vous.
Réponse de le 09/03/2012 à 15:59 :
Des centrales au gaz pourront servir de source d'énergie d'appoint l'hiver.
Par ailleurs, les batteries de stockages de l'énergie photovoltaïque à domicile se développent et permettront de décentraliser le stockage énergétique.
Réponse de le 10/03/2012 à 12:11 :
Et quid du stockage à l'air comprimé ? Par rapport à des batteries l'investissement est réduit et il n'est pas besoin de changer les réservoirs tous les 7 ans ...
Réponse de le 10/03/2012 à 23:54 :
@ Sub : pour avoir un bon rendement il faut récupérer la chaleur lors des changements de phase en ce qui concerne l'air comprimé. Cà concerne donc généralement des projets d'assez bonne taille (voir General Compression, Sustain X comme sociétés). Hormis les stations de pompage turbinage qui ont un très bon rendement et rapides à amortir, on peut stocker à faible prix sous forme d'hydrogène (Mc Phy Energy) ou de gaz de synthèse et utiliser le réseau qui permet environ 3 mois de stockage. A plus petite échelle les batteries devraient évoluer rapidement et voir leur capacités de stockage doubler (Envia etc), de même on va pouvoir stocker sous forme liquide donc comme s'agissant d'un carburant pour remplir un réservoir rapidement. On peut aussi stocker sous forme thermique (zeolites, sels fondus etc) et en réservoirs par forages pour des ensembles d'immeubles.
Réponse de le 11/03/2012 à 4:25 :
Le solaire thermique qui a un excellent rendement va se développer grâce au stockage thermochimique qui a lui même un très bon rendement, peu coûteux, fiable et durable et est basé sur plusieurs solutions pour différentes applications.
a écrit le 08/03/2012 à 11:05 :
Fergus Ewing ça sonne bien ça, ce patronyme c'est sur restera dans l'histoire des écossais et c'est pas du vent à la Cameron.
a écrit le 08/03/2012 à 11:02 :
Apres l'Allemagne, la Suisse et l'Espagne qui progressent dans cette direction, maintenant l'Ecosse, c'est une bonne nouvelle.

Maintenant je vous parie ce que vous voulez que nos gouvernants, enarques et x-mines vont continuer a se coller la tete dans le sable en niant les possibilites des EnR.

Grace a cette glorieuse elite, la France a et aura toujours une guerre de retard.
Réponse de le 09/03/2012 à 9:39 :
+1
a écrit le 08/03/2012 à 8:56 :
Bonjour,

En 2010 , c'était en 2025!

Il faut se donner des objectifs hauts, pour obtenir des résultats, mais sans atteindre l'objectif!

Sont-ils en position de faire les investissment nécessaires?

Cordialement,

giantpanda
a écrit le 08/03/2012 à 8:46 :
ca souffle, au large d'inverness ...
a écrit le 08/03/2012 à 8:04 :
je ne comprend rien à cet article

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :