Japon : commandes de machines-outils à un niveau record

 |   |  252  mots
La hausse record des commandes de machines-outils pourrait n'être que provisoire et s'arrêter après la hausse de la taxe sur la consommation en avril. (Photo : Reuters)
La hausse record des commandes de machines-outils pourrait n'être que provisoire et s'arrêter après la hausse de la taxe sur la consommation en avril. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Les commandes de machines-outils, meilleur indicateur de l'investissement privé, a effectué sa plus forte progression en cinq ans en novembre. Un bon point pour les Abenomics, mais surtout encouragé par les anticipations de la hausse de la TVA au Japon.

Le signe de la reprise ou simple phénomène conjoncturel ? Le nombre des commandes de machine-outils, qui servent à la production industrielle, a bondi de 9,3% en un mois, et de 16,6% en un an, selon les données fournies jeudi par le gouvernement.

Plus forte hausse depuis cinq ans

C'est la plus forte hausse mensuelle depuis cinq ans et la cinquième hausse en rythme annuelle de tous les temps pour cet indicateur censé refléter le plus fidèlement l'investissement. De quoi apparemment confirmer le retour de la croissance sous l'effet des Abenomics de Shinzo Abe.

Jusque là, les efforts de Shinzo Abe, le premier ministre à l'origine des Abenomics, ne parvenait pas à faire repartir les investissements des entreprises nippones. Mais une progression régulière jusqu'à ce pic de la fin de l'année des commandes de machines outils a fait partie des signes encourageants.

Effet provisoire avant la hausse d'une taxe

Cette tendance à la hausse devrait se maintenir au cours du premier trimestre 2014, selon une note de Iwahara Kohei, de Natixis. Mais cette embellie ne pourrait être que provisoire. Car les commandes de machines outils sont tirées par une importante demande intérieure dopée par l'anticipation de mise en place d'une taxe sur la consommation au mois d'avril prochain.

"Après cette hausse, les entreprises seront probablement plus précautionneuse à cause d'incertitudes persistantes du renforcement de la demande privée", explique Iwahara Kohei dans sa note.

LIRE AUSSI

Les grands enjeux de 2014 : le choix du Japon, s'ouvrir ou souffrir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2014 à 14:37 :
Et pan, sur le nez des savants alchimistes de l'économie ; le Japon, tellement inorthodoxe à la loi anglo-saxone, se débrouille pas mal, avec ses sous, sans mendier auprès de l'étranger.
a écrit le 16/01/2014 à 11:13 :
Parce que les entreprises japonaises ne peuvent pas récupérer la TVA sur leurs achats ?
Merci Mr Renier ………..

Bonne journée

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :