La croissance turque freinée par la crise politique et les décisions de la Fed

 |   |  348  mots
Le taux de change de la livre turque a atteint en fin de semaine dernière un nouveau plus bas historique
Le taux de change de la livre turque a atteint en fin de semaine dernière un nouveau plus bas historique (Crédits : reuters.com)
La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) a abaissé ses prévisions de croissance pour la Turquie, qui subit une crise politique grave et les choix de la réserve monétaire américaine.

La crise politique que traverse la Turquie a plombé sa croissance. C'est l'une des leçons tirées du dernier rapport de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd), publiée ce mardi. La Berd a même abaissé de de 0,3 point à 3,3% sa prévision de croissance pour Ankara, en recul après les 3,7% estimés en 2013.

>>  Europe et inégalités... ferments d'un printemps turc qui ne dit pas son nom

Pression sur la monnaie

"La forte incertitude politique actuelle et la décision de la Fed de mettre fin progressivement à sa politique d'assouplissement quantitatif en décembre ont renouvelé les pressions sur la monnaie et augmenté la prime de risque supportée par le pays", estime la Berd.

Le taux de change de la livre turque a atteint en fin de semaine dernière un nouveau plus bas historique, un dollar s'échangeant contre 2.292 livres turques. Comme la Bourse d'Istanbul, la monnaie subit le contrecoup du scandale de corruption visant le Premier ministre conservateur Recep Tayyip Erdogan, présent lundi soir à Bruxelles pour défendre sa réforme judiciaire très contestée.

Risque d'assèchement des capitaux

Plus largement, en 2014, la Berd prévoit une croissance économique de 2,7% dans l'ensemble des pays d'Europe de l'Est, d'Asie centrale et du sud de la Méditerranée, à la hausse par rapport à 2013 (2%).

Erik Berglof, économiste en chef au sein de l'institution, estime toutefois que

"L'économie mondiale montre des signes de plus en plus positifs, en particulier dans les pays les plus avancés. Mais la région d'intervention de la Berd n'est pas sortie de l'auberge et reste confrontée à de nombreuses difficultés."

Craintes partagées par la Banque mondiale 

Depuis le mois de janvier, la Fed a commencé à réduire le montant de son soutien monétaire à l'économie, rompant avec cinq ans de soutien massif à l'économie américaine. Une situation qui a conduit la  Banque mondiale, et désormais, la Berd à lancer un avertissement en direction des pays émergents contre un risque d'assèchement des capitaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2014 à 10:45 :
Arretez de mentir! Toutes les prévisions disent que la Turquie aura la plus grande croissance sur 2014... avec plus de 4% et d'ailleurs la croissance de la Turquie est supérieur a n'importe quel pays européen... vous nous avez cassé la tête a critiquer leur gouvernement qui est islamiste et au final ils vous ont montré qu'ils sont meilleurs et qu'ils méritaient de rentrer dans l'euro plus que d'autres pays vraiment très fenian

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :