Le gouvernement égyptien a démissionné

 |   |  264  mots
La décision a été prise à l'issue d'un très rapide conseil des ministres, auquel assistait en tant que ministre de la Défense le général Abdel Fattah Al-Sissi, qui devrait briguer la présidence du pays lors des prochaines élections
La décision a été prise à l'issue d'un très rapide conseil des ministres, auquel assistait en tant que ministre de la Défense le général Abdel Fattah Al-Sissi, qui devrait briguer la présidence du pays lors des prochaines élections (Crédits : reuters.com)
Cette annonce ouvre un peu plus la voie au maréchal Abdel Fattah Al-Sissi en vue de la prochaine élection présidentielle.

Annoncée sur le site internet du quotidien officiel Al Ahram lundi matin, le premier ministre égyptien Hazem el Beblaoui a confirmé la nouvelle : le gouvernement a démissionné.

"Aujourd'hui, le cabinet a pris la décision de présenter sa démission au président de la République", a déclaré Hazem el Beblaoui lors d'une allocution télévisée, sans fournir davantage d'explications. Le premier ministre avait été nommé à la tête du gouvernement après l'éviction du président Mohamed Morsi, déposé le 3 juillet par l'armée.

Elections présidentielles d'ici avril

La décision a été prise à l'issue d'un conseil des ministres qui aurait duré seulement 15 minutes, précise Al Ahram. Le très populaire maréchal Abdel Fattah Al-Sissi, numéro un de l'armée, qui y assistait en tant que ministre de la Défense, va désormais briguer la présidence.

Une élection présidentielle doit être convoquée d'ici la mi-avril. Les conditions d'éligibilité à cette dernière imposent entre autres au général de ne plus figurer comme membre du gouvernement, et de quitter ou prendre sa retraite de l'armée.

Le 18 janvier dernier, le succès du référendum sur la Constitution égyptienne (98,1% de "oui") avait permis au nouveau pouvoir de légitimer la destitution de Mohammed Morsi, tout en pavant la voie vers la présidence au général Abdel Fattah Al-Sissi. Ce dernier avait alors ouvertement lié son sort à l'issue du scrutin.

 

Lire aussi : 

>> En Egypte, la vraie bombe à retardement, c'est l'économie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2014 à 16:35 :
ça devrait donner des idées au nôtre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :