Le parlement de Crimée veut un rattachement de la péninsule à la Russie, Kiev demande sa dissolution

 |   |  570  mots
Les députés ont décidé d'adhérer à la Fédération de Russie avec les droits d'un sujet de la Fédération de Russie. (DR)
Les députés ont décidé "d'adhérer à la Fédération de Russie avec les droits d'un sujet de la Fédération de Russie". (DR) (Crédits : reuters.com)
Le parlement de Crimée, région russophone d'Ukraine au cœur de la crise entre Moscou et Kiev, a voté le rattachement de la région à la Russie jeudi. La décision doit être soumise à la population le 16 mars prochain. Le parlement compte également nationaliser les biens d'État de la région.

Le plus vaste pays du monde va-t-il l'être encore un peu plus ? Le parlement de Crimée, province ukrainienne, s'est prononcé jeudi à l'unanimité en faveur du rattachement de la région à la Fédération de Russie, rapporte l'agence de presse russe RIA.

Le président ukrainien par intérim, Olexandre Tourtchinov, a réagi dans l'après-midi, expliquant que le Parlement ukrainien va engager une procédure de dissolution du Parlement de la Crimée. La tenue du référendum est "une farce, un crime contre l'Ukraine commis par les militaires russes", a-t-il ajouté.

D'après des propos tenus par le vice-Premier ministre criméen, Roustam Temourgaliev et rapporté par l'agence Interfax, la Crimée pourrait également adopter la monnaie nationale rousse, le rouble.  

"Toutes les entreprises nationales ukrainiennes [locales] seront nationalisées et deviendront propriété de la Crimée autonome", a également déclaré le vice-Premier ministre.

Le Kremlin "informé"

Les députés du Parlement de Crimée ont décidé "d'adhérer à la Fédération de Russie avec les droits d'un sujet de la Fédération de Russie", lit-on dans le texte approuvé. Le parlement local, dominé par des pro-russes, a demandé à Vladimir Poutine le rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie et annoncé l'organisation d'un référendum le 16 mars pour le valider. 

Le Kremlin a aussitôt confirmé que le président russe avait été informé de la demande du Parlement local de Crimée. "Cette information (sur la demande du Parlement local de Crimée) vient tout juste de nous parvenir, le président en a été informé", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l'agence officielle Itar-Tass.

>> Lire : Ukraine: la Russie place ses pions en Crimée

Référendum avancé de 15 jours

Un peu plus tôt, le vice-Premier ministre de Crimée Roustam Temirgaliev avait annoncé qu'un référendum sur le statut de la péninsule aurait lieu dès le 16 mars, et que les électeurs seraient appelés à dire s'ils souhaitent le maintien au sein de l'Ukraine - avec renforcement de l'autonomie - ou le rattachement à la Russie, a précisé le député Grigori Ioffe.

L'assemblée de Crimée avait jusqu'à présent prévu l'organisation le 30 mars d'un référendum prévoyant simplement un renforcement de son autonomie. République autonome de deux millions d'habitants, en majorité d'origine russe, la Crimée est contrôlée de facto par des forces russes depuis le 28 février.

>> Lire : Vladimir Poutine dément l'implication de la Russie en Ukraine

 

Occupation russe

La veille, le parlement local avait été occupé par des hommes armés pro-russes et avait nommé alors à sa tête, dans des conditions contestées par Kiev, un nouveau Premier ministre, Serguiï Axionov.

Le parquet général ukrainien a annoncé mercredi le lancement de poursuites contre ce dernier, ainsi que contre le président du parlement local Volodymyr Konstantinov, pour "atteinte à l'intégrité" de l'Ukraine. Ils encourent jusqu'à dix ans de prison. 

La Crimée, qui a été cédée dans les années 1950 à l'Ukraine par le dirigeant soviétique d'alors Nikita Khrouchtchev, qui était ukrainien, est peuplée majoritairement de russophones. Cette péninsule est depuis la semaine dernière au coeur de la crise qui oppose Kiev à Moscou.

 

Article publié le 06/03 à 12h20 et mis à jour à 14h31.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2014 à 15:34 :
la russie a de grandes bases en crimée, le peuple local est pour le rattachement à la russie, il n'y a pas de solution si ce n'est la scission. Poutine a renié sa signature, il ment sur l'absence de troupes, il n'est pas fiable et il faudra en tirer les enseignements...mais il passe en force et la démocratie cherche une solution démocratique à ne pas parler d'invasion....pauvres diplomates énarques encore à coté de la plaque..le rapport de force est à l'avantage des forts, qui s'en étonnera ?
a écrit le 08/03/2014 à 9:54 :
Notre grand guerrier Président de la France oublie le droit des peuples à l'autodétermination. Belle pensée du socialisme en voulant imposer ses idées gangrener et antisociales. Il se croit au XIX° siècle avec des idées coloniales
a écrit le 07/03/2014 à 17:52 :
Mascarade : quel parlement?? Etant donné qu'il est occupé et que même les membres les plus radicaux ne sont pas au courant du vote ( https://twitter.com/louis_imbert/status/441532064085835776.)

C'est étonnant de voir des gens "pro-anexion" et formant réellement le parlement ne pas avoir été consulté. Qui est ce parlement fantoche du coup??
a écrit le 07/03/2014 à 11:00 :
L’UE et les USA s’empêtrent dans leurs propres contradictions dans le cas de l’Ukraine : Ils défendent l’autodétermination et le soutiennent dans le cas du Kossovo, observent le silence lorsque l’Ecosse ou la Catalogne veulent réaliser leurs propres référendums et affichent de l’hostilité contre la Crimée territoire autonome à 90% russophone et à l’histoire tumultueuse et complexe depuis les Ottomans en faisant pour une période partie de la Russie pour être cédée sous Khrotchov à l’Ukraine dans les années 50. Les Occidentaux ont oublié leurs beaux principes dans le cas du massacre des civiles en Syrie certains n’hésitent pas à soutenir le terrorisme des Frères Qotbyne en Egypte vont jusqu’à refuser d’admettre la révolution de plus de 30 Millions d’égyptiens qui a éjecté la dictature du pantin de Morsi et sa secte de politico-théologiens fascistes alors qu’ils valident le soulèvement de quelques dizaines de milliers de manifestants à Kiev en violation de l’accord signé le 21/2/2014 stipulant des élections et révision de la constitution. La situation en Ukraine est très complexe façonnée et sculptée par son histoire, sa géographie et ses conditions socio-économiques qui font que son pouvoir politique ne peut être unilatéral à savoir du ressort exclusif des pro de l’U.E ou des Russes, sa solution doit émaner d’une vision à LT des occidentaux avec pour base partage du pouvoir entre ses entités. L’agitation des européennes et leurs cris dans les médias de sanctions anti Russe comme si ce pays est la Somalie qui ne dispose pas de cartes maitresses à jouer et d’Alliés comme la Chine qui peut entrer dans la scène en agitant seulement sa possibilité de retirer une partie de ses avoirs massifs dans les banques USA ne vont qu’envenimer la situation et pousser à la partition de l’Ukraine. Le mieux pour l’UE est d’œuvrer dans le calme à l’entente entre de nouveaux représentants des composantes de la société Ukrainienne au lieu de souffler sur les braises en ne soutenant que la partie pro UE avec les risques que cela va engendrer.
a écrit le 07/03/2014 à 9:40 :
L'intégrité territoriale d'un Etat ne peut être modifiée que par une décision nationale.
Que diriez-vous si la riche Ile de France décidait que son destin serait meilleur sans les autres régions ou si l'Est de la France décidait que son avenir serait meilleur sous le giron allemand ?
Cela n'est qu'un exemple à titre d'illustration car l'Alsace et la Lorraine ont suffisamment souffert pour montrer leur attachement à la France.
Réponse de le 07/03/2014 à 10:01 :
L'histoire a montré c'est possible en Europe. C'est le cas des pays comme Kosovo, Slovénie et Croatie. et pourquoi pas avec La Crimée et d'autre région en France ou Espagne voir aux États Unis.
Réponse de le 07/03/2014 à 14:02 :
Il y a une différence entre demander son indépendance et se faire rattacher à la russie dons les chars sont déjà dans les rues....De plus quitte à être juste avec l'histoire je propose de rendre aux tatars leur pays confisqué par les russes au 18ème s., et donné par les russes aux ukrainien au XXème s. et donc de déporter en Russie tous ces russes qui crient qu'ils veulent être en Russie et déporter tous les ukrainiens de Crimée en Ukraine
a écrit le 07/03/2014 à 7:47 :
Donc les nationalistes renversent pas la force un président élu, c'est la libération des peuples et une région organise un référendum pour laisser libre court à l'autodétermination et là c'est une manipulation du méchant russe pour asservir un territoire...

Un peu d'objectivité... Il y a des intérêts des deux camps, et ce sont les populations locoales qui souffriront au final. Si on les écoutait?
a écrit le 07/03/2014 à 3:39 :
1) Poutine déclare : les forces en Crimée sont « des groupes de défense des citoyens et non des forces russes qui ont saisi l'infrastructure et des installations militaires en Crimée ». Les faits : Bien que ces unités portent des uniformes sans insigne, ils conduisent des véhicules blindés, des chars russes et équipements récents avec des plaques d'immatriculation militaires russes et s'identifient librement aux forces de sécurité russes auprès des médias internationaux et de l'armée ukrainienne. Ils sont armés avec des armes pas disponibles pour les civils.
2) Poutine déclare : les actions de la Russie entrent dans le cadre du Traité d'amitié de 1997 entre l'Ukraine et la Fédération de Russie Les faits: l'accord de 1997 impose à la Russie de respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine. Les actions militaires de la Russie en Ukraine, qui leur ont donné le contrôle opérationnel de la Crimée, sont en violation flagrante de l'intégrité territoriale et de la souveraineté de l'Ukraine. De plus les ukrainiens ont abandonné en 91 leur importante quantité d’ogives nucléaires en échange d’une protection notamment russe et du respect entres autres par la Russie de ses frontières.
Réponse de le 07/03/2014 à 6:35 :
Obama ment tout autant en se prétendant défenseur des pauvres, de la veuve et de l'orphelin alors qu'il est un valet de wall street et de l'oligarchie impérialiste comme le prouve son "bilan" : surveillance généralisée des états (et de son propre peuple), déstabilisation du Sahel, destruction de la Libye, soutien inconditionnel au dernier état suprémaciste pratiquant l'apartheid, destruction de l'environnement avec la poursuite d'une politique énergétique folle...
Réponse de le 07/03/2014 à 7:23 :
@ Obama : vous noyez le poisson en mélangeant différents sujets faute d'arguments. "Poutine ment" apporte des éleménts précis sur le sujet. Essayez de faire de même car votre discours ressemble à de la propagande.
Réponse de le 07/03/2014 à 8:17 :
Et vous : où sont vos arguments face à des faits historiques ? Par exemple le mensonge sur les armes de destruction massives ?
a écrit le 07/03/2014 à 1:36 :
En droit français dans la déclaration des droits de l'homme
Article 5 : La Loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n'est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.
Autrement dit dans les cas de vide juridique il n'y a pas d'interdiction , reste à prouver le caractére nuisible d'une action. Ainsi peut être évalué le vote prévu en Crimée.
Article 3. Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.
Donc en droit français nos textes fondateurs indiquent bien que toute souveraineté doit émaner de la nation ; en rapprochant celà de l'Ukraine celà veut dire qu'une région ou une collectivité souveraine doit émaner de la nation donc par décision ou vote de toute la nation ou de ses représentants suivant les régles établies par cette même nation .
Maintenant l'Ukraine n'est pas forcément batie sur notre modèle et c'est là où nous ne pouvons pas nous ériger en juge de la constitutionalité de leurs choix et actions. A mon avis en toute logique , Poutine n'est pas non plus compétent en droit pour juger à la place des organes judiciaires ukrainiens .
Dans le cas du Parlement de Crimée en cas de vide juridique que décider , pour moi c'est au peuple ukrainien de choisir et pas à des personnes ou communautés humaines extérieures. Aussi Hollande a raison de dire que la territorialié d'un pays est sacrée au niveau inernational , tout celà est une affaire interne à l'Ukraine ; les criméens peuvent tout à fait organiser un vote sa validité doit s'apprécier par rapport à la constitution ukrainienne . Si cette constitution est incomplète l'Ukraine est en droit pour moi d'organiser une votation à la suisse pour prendre l'avis de tout le peuple et de la compléter ; la consultation du peuple est nettement plus valable que d'entretenir un climat détestable entre communautés humaines ; c'est là aussi où a un sens le mot de fraternité dans notre devise : liberté égalité fraternité . De toute façon la démocratie celà se construit et on la fait vivre , celà est vrai aussi chez nous la démocratie peut aussi se dégrader si nous n'y prenons pas garde
a écrit le 06/03/2014 à 22:46 :
l' Ukraine c'est un joli bazar et les raisons de se diviser ne vont pas manquées : économiques , politiques , religieuses , linguistiques . La Crimée n'est qu'un amuse gueule .; derrière le menu est copieux
a écrit le 06/03/2014 à 20:54 :
C'est ce qui s'appelle une annexion pure et simple comme pour les Sudètes avec Hitler et n'est pas du tout légal puisque la Crimée est en Ukraine. Si la demande est acceptée par La Russie, les tchétchènes et bien d'autres peuvent en faire de même, tout comme les tibétains en Chine et d'ailleurs la Chine n'a pas apprécié à l'Onu ni suivi les russes sur cette dérive du droit.
Réponse de le 06/03/2014 à 21:30 :
Commentaire décalé. Les occidentaux ont donné l'indépendance au Kosovo face à la Serbie sous prétexte que les albanais y étaient majoritaires. Pourquoi la Crimée peuplée majoritairement de russes (58%) ne pourrait elle pas retourner dans le giron de Moscou qu'elle n'a quitté d'ailleurs que depuis quelques décennies? Aurions-nous la mémoire courte?
Réponse de le 07/03/2014 à 3:27 :
Le Kosovo était dans une guerre et il y avait des génocides. Rien à voir avec la Crimée. De plus la Russie avait des accords de protection et surtout pas d'intervention, en contrepartie de dénucléarisation de l'Ukraine (accords de 91) sans parler de ceux de 97. Bref vos comparaisons n'ont aucun sens.
Réponse de le 07/03/2014 à 6:27 :
Pour le Kosovo il y avait guerre depuis des années et génocides, donc pas de points communs. Pourquoi la Tchétchénie ne pourrait-elle pas prendre son indépendance également tout comme le Tibet ??
Réponse de le 07/03/2014 à 6:28 :
et en UE on s'y connait en référendum sans valeur ...
Avant tout ce bazar l'UE n'était pas foutu d'aligner 1 milliard pour l'Ukraine. Après le coup d'état que l'on a organisé avec les cow-boys, on peut en aligner 11 ! Cherchez l'erreur. Et pendant ce temps, le chômage augmente encore en Grèce.
Les grecs sont sûrement amateurs de référendums !
Réponse de le 07/03/2014 à 6:41 :
Vous racontez n'importe quoi en misant sur l'inculture historique des lecteurs... Il suffit pourtant d'observer une carte du monde et de se rappeler des faits d'armes de vos "amis" US : débâcle du système financier à cause de la dérégulation , destruction de la Yougoslavie, du Liban, de l'Irak, Afghanistan, Libye, Syrie ... (Tiens ! Que des pays gênants pour " l'entité suprémaciste pratiquant l'apartheid" au moyen orient...) . L'oligarchie des banksters a déclenché la 3ème guerre mondiale, elle est juste de basse intensité , pour le moment...
Réponse de le 07/03/2014 à 6:46 :
Faux le chômage commence à diminuer en Grèce et l'économie repart doucement avec des retours de personnes. Pour l'Ukraine logique de soutenir car les laisser tomber c'est l'effondrement assuré avec les conséquences et effet domino à nos portes. Et c'est du fait que Poutine ne soutient plus, fait la guerre et augmente le prix du gaz. Et il faudra expliquer comment vous arrivez à faire un coup d'état et entraîner tout un pays et des centaines de milliers de personnes dans les rues dont des grand-mères qui enlèvent des pavés. En 68 on disait que c'était la Chine. Et les blindés et chars de Poutine en Ukraine dont vous avez une photo ci-dessus avec un drapeau russe, ils sont en papier et virtuels ?
Réponse de le 07/03/2014 à 8:19 :
La Grèce repart ? C'est la meilleure de l'années ! Quel joyeux drille : un pays qui mendie à nouveau des milliards pour tenir juste quelques semaines ...
a écrit le 06/03/2014 à 20:40 :
C'est la moins mauvaise solution
Réponse de le 06/03/2014 à 21:00 :
La Crimée dépend de l'Ukraine pour son eau et électricité donc déjà point critique. Il y a plus de 200.000 Tatars donc s'il y a du terrorisme à terme tant pis pour les russes. Et de toutes façons c'est totalement illégal et ne sera par reconnu comme pour l'annexion militaire de parties de la Géorgie. C'est ce qui s'appelle mettre le chaos dans monde à chaque fois qu'il y a des souhaits d'indépendance et ils sont multiples donc augmentation de conflits.
Réponse de le 06/03/2014 à 21:49 :
@un référendum: la moindre des choses serait en effet de laisser les peuples disposer d'eux-mêmes. Mais, il est vrai qu'on a chez nous un bon exemple de notre façon de voir. Ceux qui n'ont pas la mémoire courte se souviendront que nous avions voté contre le Traité européen, mais que Sarko a fait revoter par les députés quand il avait la majorité :-)
Réponse de le 07/03/2014 à 3:29 :
aucun rapport. Par ailleurs la Crimée est en Ukraine.
Réponse de le 07/03/2014 à 6:30 :
aucun rapport quand ça nous arrange pas ...
L'Ukraine n'a aucun rapport non plus avec l'UE !
Réponse de le 07/03/2014 à 7:02 :
Faux : l'Ukraine a une histoire européenne (viking, Pologne etc) et est notre voisin tout comme la Russie. L'Europe n'y envoie pas de troupes ni chars contrairement à votre ami poutine l'envahisseur comme Staline.
a écrit le 06/03/2014 à 19:44 :
Un référendum entre pro-russes uniquement pour être sûr du résultat.
Réponse de le 06/03/2014 à 21:55 :
@démoncratie: c'est vrai que chez nous, un type qui obtient entre 20 et 25% (que ce soit Hollande, Sarko, Chriac ou d'autres avant eux) des voix des inscrits au 1er tour est nettement plus démocratique qu'un Poutine qui obtient 63% :-) On devrait obliger les Criméens à voter Obama et comme cela le problème serait réglé, non :-)
Réponse de le 07/03/2014 à 0:28 :
C'est vrai ça, faisons leur la leçon de démocratie.

Avec les 54.68% du NON au référendum sur la constitution Européenne en 2005 et l'adoption du traité de Lisbonne 2 ans plus tard en 2007, on peut seulement leur expliquer ce que c'est !!
Réponse de le 07/03/2014 à 3:32 :
Poutine obtient 63% mais il n'y a aucune opposition puisqu'il met des candidats fantôches et boucle les médias et les manifestations et modifie la constitution pour se faire réelire 4 fois et plus en jouant avec Medvedev. Dans la plus grande mauvaise foi Patrick vous excellez, mais pas dans l'objectivité.
a écrit le 06/03/2014 à 19:08 :
L'Occident pourra gesticuler, s'en offusquer, la Crimée devrait être une république membre de la Fédération de Russie d'ici quelques semaines.... Et ça sans un coup de feu. Trop fort ce Poutine!
Réponse de le 06/03/2014 à 20:21 :
Comme avec Depardieu, Poutine sait y faire pour distribuer des passeports !
Réponse de le 06/03/2014 à 21:03 :
Stupide au contraire si vous réflechissez un peu plus et faîtes un bilan global de ce qui est gagné comparativement à ce qui va être perdu.
a écrit le 06/03/2014 à 18:24 :
L'affaire était entendue depuis le début, la Russie n'abandonnera jamais la Crimée et le port de Sébastopol, c'est un peu comme si les chagossiens de Diego Garcia ou Maurice obtenaient des droits sur l'île de Diego Garcia, de quoi faire réagir promptement les USA. La Russie possèdent 4 bases navales stratégiques Mourmansk , Kaliningrad , Vladivostok et Sébastopol et une autre d' importance à Tartous en Syrie, et il se trouve qu'en moins de 2 ans la Russie a faillit perdre le contrôle de Tartous et de Sébastopol de quoi devenir paranoïaque au Kremlin. Continuer de menacer la Russie sur la Crimée ne changera rien sauf à envenimer la situation en Ukraine.
Réponse de le 06/03/2014 à 20:27 :
Tout est dans le livre "Le grand échiquier" de Zbigniew Brzezinski (conseillé spécial aux USA), comme tout était dans Mein Kampf 75 ans plus tôt... Pourvu que ça se termine différemment!
a écrit le 06/03/2014 à 16:46 :
Rien de faire, de rechercher l'historique de la Crimée, elle a appartenu à tous les peuples au gré des aléas des envahisseurs , mais dans la réalité historique se sont les peuples slaves plutôt Ukrainiens qui l'ont habité majoritairement pendant des siècles . C'est pour cette raison que Kroutchev par mesure de justice l'a rendue à l'Ukraine étant lui-même de même Nationalité.
a écrit le 06/03/2014 à 16:05 :
Ce Poutine est vraiment tres fort. Un champion aux echecs face aux gamins occidentaux.
a écrit le 06/03/2014 à 15:01 :
La Crimée n'a été rattachée à l'Ukraine qu'il y a peu. Comme l'immense majorité du pays et des Ukrainiens, elle est résolument tournée vers la Russie pour des raisons historiques, culturelles, linguistiques, économiques, ... Les Ukrainiens, dans leur immense majorité, ne veulent pas de l'europe, malgré ce qu'ont tenté d'imposer des hordes criminelles qui ont mis Kiev à feu et à sang et qui ont terrorisé la population. ce qui ne doit pas faire force de loi, malgré la notion très élastique et particulière que les américains et leurs serviles vassaux européens ont de la démocratie. Une démocratie à géométrie variable en foncton des impératifs financiers et économiques des bnaksters et industriels mafieux qui contrôlent les politiciens us et européens. Et n'oublions pas que, jusqu'au renversement de Ianoukovitch, l'Ukraine était un pays souverain et que son psdt était légitimement, légalement et démocratiquement élu. ce qui ne fait pas sourciller le duo diabolique usa-europe. Pourquoi ne pas réserver un sort identique aux Merkel, Obama, Hollande, Cameron, ... qui bafouent chaque jour la démocratie, truandent leurs populations, asservissent leurs peuples et, en fin de compte, sont certainement encore moins démocrates que tous les Ianoukovitch et Poutine réunis ? Et une question : où les européens et les américains vont-ils puiser les milliards d'"aide" qu'ils vont accorder à l'Ukraine ? dans vos poches !
Réponse de le 06/03/2014 à 15:39 :
C'est ça, les gentils démocrate russe élu par le peuple contre la pourriture capitaliste...30 ans après la chutte du mur, c'est beau d'y croire.
Votre solde, elle est en rouble ou en euros ?
Réponse de le 06/03/2014 à 16:46 :
@retour à la normal a parfaitement raison. Mais chez nous si les résultats d'un référendum ne conviennent pas on s'assoit sur la volonté du peuple. La représentation de ce même peuple à l'assemblée est à géométrie variable. Il y a des français qui sont représentés, d'autres pas ou presque pas malgré le nombre importants des électeurs. C'est cela la belle démocratie en Europe.
Réponse de le 06/03/2014 à 17:49 :
elle est belle la democratie en europe , on a volé ma voix lors
du referendum sur le traite de Lisbonne , je ne le pardonnerais jamais
Réponse de le 06/03/2014 à 19:12 :
D'accord avec "retour à la normalité". On est parfois bien arrogant sur la vitalité de la démocratie en Occident. La chose que nous avons de bien, c'est que le recours à la violence physique est inexistant grâce à l'Etat de droit. Je me souviens de prof à sciences po qui disait: la démocratie est le meilleur régime car c'est le seul qui permet de virer des incompétents ou de changer de dirigeants sans violence. Et c'est déjà un énorme progrès dans l'Histoire.
Réponse de le 06/03/2014 à 20:31 :
Merci Jeff, on arrive parfois a déprimer et à ne plus voir les bonnes choses, vous avez fait rayonner ma journée ! RDV aux élections européennes !!
Réponse de le 06/03/2014 à 21:10 :
Pour ceux qui critiquent l'Europe, allez vivre en Russie, on ne vous regrettera pas du tout.
Réponse de le 07/03/2014 à 0:56 :
@dehors les collabos: et dehors les collabos des US. C'est une Grande Europe qu'il nous faut, pas des idéologues béotiens qui ne font que répéter ce que leur dit leur maitre à penser :-)
Réponse de le 07/03/2014 à 6:37 :
Pour rappel ce sont les européens qui votent pour des partis qui démantèlent l'Europe et qui collaborent avec Poutine en étant sur la même ligne comme le FN qui a les mêmes positions sur la Syrie, Lybie, Ukraine etc. Pour les Etats-Unis ils sont venu nous délivrer en 44 et nous avons une histoire commune. Ils n'ont pas envahi l'Europe, par contre Staline oui et Poutine idem. L'idée que nous serions aux bottes des US est encore de la propagande poutinienne. Bien des mesures ont été prises en Europe à l'encontre du point de vue des américains comme l'euro, Airbus etc.
a écrit le 06/03/2014 à 14:35 :
Perso je m'en contrefiche. Si une province peuplée de Russes veut rejoindre la Russie, grand bien leur fasse!
Réponse de le 06/03/2014 à 15:06 :
clairé, pertinent, avisé et percutant, comme com'.. digne du pseudo. Bravo !
a écrit le 06/03/2014 à 14:14 :
Et voilà les choses sont claires.. les européens pressés de parler sur l'intégrité de l'Ukraine sont bien avancés..la seule chose dont il faut parler aujourd'hui est la tenue irréprochable du referndum.. mais les résultats sont connus d'avance..poutine le sait depuis le premier jour, et fera en sorte que le scrutin puisse s'opérer. Evidemment, voir une Russie plus forte n'est peut-être pas du goût, et de l'intérêt de tous, mais on ne peut à la fois tenir des discours sur la démocratie, le droit des peuples, et contester ce processus. et la faute de cette scission revient évidemment aux Ukrainiens et leurs dirigeants, incapables de faire progresser leur économie depuis plus de 20 ans!
Réponse de le 07/03/2014 à 7:06 :
@ Bill hari : Une fois les accords passés avec l'Europe vous verrez l'Ukraine progresser. Avec Poutine c'est l'inverse, par contre ses copains maffieux s'enrichissent comme à Sotchi etc
a écrit le 06/03/2014 à 13:39 :
La démocratie selon les russes: on fait un reférendum alors que l'armé russe controle la crimé. Le referendum sera bien sur pas truqué et tout le monde pourra y participer!
Réponse de le 06/03/2014 à 14:26 :
Sauf que les habitants de crimée sont pro-russes et que ça se savait avant la crise en ukraine.
Réponse de le 06/03/2014 à 15:14 :
La démocratie selon les européens : on fomente des troubles, on remonte des hordes criminelles pour qu'elles mettent Kiev à feu et à sang, on renverse un psdt légalement, légitimement et démocratiquement élu, ... juste pour faire main basse sur le marché ukrainien. En ne travaillant que pour une poignée de banksters, d'industriels occidentaux et mafieux, et de multinationales occidentales véreuses, les européens ont-ils vraiment des leçons de démocratie à donner ? Pas sûr ! Quant au référendums.. N'oubliez pas qu'ils sont purement et simplement interdits dans plusieurs états européens, démocratie oblige ! t que plusieurs d'entre eux ont été bafoués par les politiciens européens : comme les citoyens n'avaient pas voté dans le "bon" sens, ils ont contraints quasiment manu militari ces citoyens particulièrement bornés à refaire un référendum... jusqu'à obtention du résultat désiré par ces "bons démocrates" européens. les usa, première nation terroriste du monde, et leurs vassaux européens n'ont de leçon de démocratie à donner à pmersonne. t leurs politiciens méritent le même sort que les Ianoukovitch (par ailleurs démocratiquement et légalement élu) .
Réponse de le 06/03/2014 à 17:09 :
Vous avez oublié le pays qui est tout à coup en faillite et demande l'aide des occidentaux pour le sauver de la banqueroute, bizarrement juste après que les gentils auto-proclamés aient débarqué les méchants du pouvoir.
Réponse de le 06/03/2014 à 20:34 :
Démocratie en Europe : On fait un référendum sur la constitution Européenne, et .. on s'assoie sur le résultat en le renommant Traité de Lisbonne, magnifique en effet!!!
Réponse de le 07/03/2014 à 7:11 :
on voit les poutiniens réciter la leçon de leur maître. Ils sont forts ces américains pour avoir fait se soulever des millions d'ukrainiens dont des grand mères que j'ai vu enlever des pavés. En 68 on disait que c'était les chinois. Aucune preuve contre les américains, par contre les chars et blindés russes çà on les voit bien.
Réponse de le 09/03/2014 à 11:56 :
En fait, ne pas penser "comme on vous dit" c'est faire de la propagande poutinienne? Ne pensez pas ratisser large avec ça, faudrait des arguments tangible quand même.
a écrit le 06/03/2014 à 13:32 :
Laissons le peuple décider de son avenir...

La "perte" de la Crimée pour l'Ukraine, ce serait finalement un boulet de moins à gérer, et permettrait enfin à ce pays de pouvoir redémarrer dans de bonnes conditions.
Réponse de le 06/03/2014 à 15:34 :
Dans cette situation il faut se garder d'une attitude manichéenne : vu de notre lunette de français nous pouvons difficilement dire ceux ci sont les gentils et les autres les méchants ; l'interprétation de la constitution ukrainienne est du ressort des citoyens de ce pays ; si le parlement de crimée demande un changement d'appartenance de leur territoire c'est leur affaire pas la notre s'il ya un vote c'est aussi leur affaire ; le souci c'est quand même les conditions de ce vote que toutes les opinions soient respectées sans faire pression sur le citoyen de base ; il nous semble souhaitable que les pros et les contre de chaque camp se calment un peu car il semble quand même que des citoyens d'origine trés diverses arrivent bien à vivre ensemble et c'est quand même celà qu'il faudrait préserver ; dans le cas contraire les régions d'Ukraine deviendront un no man's land pour le tourisme et les travailleurs intéressés à s'y installer et se refermeront sur elle même ; aprés tout c'est aussi un choix possible on a vu ce que celà donne pour les 'printemps arabes' en Afrique du Nord
a écrit le 06/03/2014 à 13:31 :
Le vote d'un parlement placé sous la menace des mitraillettes russes n'a pas une grande légitimité et un vote populaire dans les mêmes conditions n'est pas plus convaincant. Mais si Poutine respectait la démocratie ca se saurait (et il n'y aurait pas autant d'opposants dans les neo-goulags russes). Un vote d'autodetermination de la Crimée serait tout a fait envisageable et reconnu internationalement mais pas dans les conditions actuelles. J'ajoute que l'Ukraine occidentale devra aussi évidement valider son nouveau gouvernement de façon indubitable et il serait bien que ce soit fait avant que l'UE ne verse un euro d'aide.
Réponse de le 06/03/2014 à 15:16 :
la formation d'un gvt non élu à la tête d'une Ukraine illégitime n'a pas grande légitimité non plus. Contrairement à ianoukovith qui, à la tête d'un pays souverain, a été élu démocratiquement et légalement. Une légitimité dont les européens et américains n'ont eu que faire comme d'habitude. La cRimée est russophone et doit retourner à la Russie. Ce ne sont pas des hordes criminelles, voire terroristes, soigneusement manipulées depuis les capitales us et européennes, qui doivent faire la loi.
Réponse de le 06/03/2014 à 21:19 :
Le parlement de Kiev était élu et a démissionné Yanoukovitch c'est légal. Le gouvernement nommé est de transition. L'important c'est le vote de tous les ukrainiens. La crimée par contre n'était pas en droit d'organiser un référendum, en outre mais tant pis pour Poutine, c'est un très mauvais exemple pour la Tchétchénie, le Tibet et bien d'autres exemples dans le monde donc pas très malin de la part de ce dernier. Vous verrez que çà entraînera des conséquences négatives. Les chinois d'ailleurs n'apprécient pas du tout (voir leur vote à l'Onu etc)
a écrit le 06/03/2014 à 12:52 :
J'attends avec délectation les commentaires des trolls européistes. Ils vont se scandaliser de la sécession de la Crimée historiquement russe et majoritairement russophone alors qu'ils ont précédemment accepté que la province historiquement serbe du Kosovo devienne un état indépendant (et maffieux) sous prétexte qu'elle était majoritairement composé d'albanophones... Que les bobos de gôôôche des beaux quartiers sont drôles !
Réponse de le 06/03/2014 à 14:53 :
Difficile d'entasser plus de poncifs naïfs dans un seul post.
Réponse de le 06/03/2014 à 20:51 :
Je me sentirais plutôt de " gôôôche " comme vous dites, pourtant je partage totalement votre opinion, comme quoi, faut pas tout ramener au clivage droite :gauche
Réponse de le 06/03/2014 à 21:22 :
Le Kosovo était un problème de GENOCIDE. Il y un génocide en Crimée ??????
Réponse de le 07/03/2014 à 11:46 :
Il n'y a pas eu de génocide au Kosovo. Ca, c'était le montage propagandiste soigneusement édifié pour justifier le bombardement de la Serbie, créer un Etat mafieux au plein coeur de l'Europe, où les trafiquants de drogue, d'êtres humains et même d'organes s'en donnent à coeur joie avec la protection des Américains (Camp Bondsteel) et de Kouchner... Oui, bravo.
a écrit le 06/03/2014 à 12:47 :
je ne suis pas fan de Poutine loin s en faut mais faut lui reconnaitre un vrai don pour la stratégie L arrivée de l armée Russe en Crimé était prévisible c est un lieu hautement stratégique pour la Russie ne serait ce que par ce que Sebastopol est l un des seul (en tous les cas le principal) port en eau libre de la flotte de surface russe .Par contre la ou il fait fort c est qu il profite du chaos qui sévit en Ukraine pour graver dans le marbre son rattachement à "la mére patrie" Et on que va t on lui dire ? c est la population qui va voter son accord l Ukraine comme la Serbie avec le Kosovo n aura pas son mot a dire on a ouvert avec cette derniére affaire (Serbie /Kosovo ) un précédent juridique dans le droit international Poutine s en est servi pour l annexation de territoires en Georgie il remet ca avec la Crimé Moralement discutable stratégiquement parfait rien a redire Poutine se sert d une faille qu on a nous même (occidentaux) crée ...
Réponse de le 06/03/2014 à 21:28 :
Au Kosovo c'était un problème de génocide, rien à voir avec la Crimée. La flotte en mer Noire c'est près de 40% de la flotte russe. Il suffit de bloquer les Dardanelles et elle est coincée. La Crimée n'a aucun intérêt et dépend à 60% de l'Ukraine. Par contre tout le monde a compris y compris les chinois qui ont voté contre cette méthode et on comprend pourquoi. Effectivement stratégie brillante...le bénéfice est bien inférieur aux pertes à terme.
Réponse de le 07/03/2014 à 6:17 :
Il y avait un génocide au Kosovo ? Ah ouais ? Un génocide des lois alors vu ce qu'est devenu cette ancienne province serbe : une zone maffieuse dont les points forts sont trafics de drogues et exportation de prostituées ...
Réponse de le 07/03/2014 à 7:19 :
@ amateur : Historien a entièrement raison, je confirme, il y avait génocide des albanais au Kosovo, viols etc. il fallait stopper çà et faire vite. Je me souviens de reportages terribles et on doit pouvoir aisément les retrouver. Pour la situation actuelle vous faîtes un cliché c'est sans objectivité et partisan, donc votre commentaire n'apporte rien, informez vous mieux avant d'écrire sans connaître.
Réponse de le 07/03/2014 à 11:53 :
Non, il n'y avait pas de génocide. Des crimes de guerres, oui, et perpétrés AUSSI par l'UCK.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :