Vladimir Poutine dément l'implication de la Russie en Ukraine

 |  | 560 mots
Vladimir Poutine a accusé les Occidentaux d'avoir eu recours à des entraîneurs pour former les unités de combat, en référence aux contestataires de Maïden. (DR)
Vladimir Poutine a accusé les Occidentaux d'avoir eu recours à des "entraîneurs" pour former les "unités de combat", en référence aux contestataires de Maïden. (DR) (Crédits : reuters.com)
Le président russe Vladimir Poutine est sorti mardi de son silence pour nier l'implication russe en Ukraine et fustiger un "coup d'Etat" contre le "seul président légitime", Viktor Ianoukovitch, quelques heures après l'annonce par Washington de sanctions contre Moscou.

Il n'avait pas encore pris publiquement position. Alors que Washington vient de rompre toute coopération militaire avec Moscou, le président russe Vladimir Poutine est sorti de son silence pour nier l'implication russe en Ukraine et fustiger un "coup d'Etat" contre Viktor Ianoukovitch.

Dans la péninsule de Crimée, objet de l'attention de toutes les chancelleries des grandes puissances, le face-à-face se poursuit entre l'armée ukrainienne et des milliers de membres des forces russes qui les contiennent dans leurs casernes. Depuis plusieurs jours, responsables militaires ukrainiens et russes se livrent une guerre des nerfs à coups d'ultimatums sur un possible assaut des forces russes mais la situation est stable.

Menaces de sanctions

Sur le plan diplomatique, les chancelleries occidentales ont multiplié les appels au calme, en agitant pour certaines le spectre de sanctions économiques. "Le message que nous faisons passer aux Russes est que, s'ils continuent sur leur trajectoire actuelle, nous examinerons un ensemble de mesures économiques et diplomatiques qui isoleront la Russie", a ainsi déclaré Barack Obama.

>> Lire : "Des sanctions contre la Russie mèneront au krach du système financier américain"

Vladimir Poutine, silencieux depuis la destitution le 22 février du président Viktor Ianoukovitch après trois mois d'un mouvement de contestation qui a tourné à la confrontation violente se soldant par la mort de 98 personnes à travers le pays, a pris la parole. Il a nié que des forces russes opéraient en Crimée, affirmant que ce sont des "forces locales d'auto-défense" qui bloquent les bases ukrainiennes.

Envoi de troupes "pas nécessaire pour le moment"

Alors que les Ukrainiens et les Occidentaux craignaient une opération militaire de grande envergure en Ukraine, le chef de l'Etat russe a estimé que l'envoi de troupes russes supplémentaires n'était "pas nécessaire pour le moment".

"Mais cette possibilité existe", a-t-il ajouté, en précisant que la Russie se réservait le droit de recourir à "tous les moyens" pour protéger ses citoyens dans cette ancienne république soviétique, notamment en Crimée où la population est composée à 60% de citoyens russes.

"Coup d'Etat anti-constitutionnel"

Interrogé sur les nouvelles autorités au pouvoir en Ukraine, Vladimir Poutine a répété qu'il n'y avait "qu'un seul président légitime", Viktor Ianoukovitch. "Il ne peut y avoir qu'une seule appréciation sur ce qui s'est passé à Kiev et en Ukraine: il s'agit d'un coup d'Etat anti-constitutionnel, d'une prise de pouvoir par les armes", a martelé Vladimir Poutine.

>> Lire : Ukraine : menaces de sanctions contre la Russie, la tension monte

Il a enfin accusé les Occidentaux d'avoir eu recours à des "entraîneurs" pour former les "unités de combat", en référence aux contestataires ukrainiens.

Guerre de l'information

La guerre de l'information, et de la désinformation, que se livrent Kiev et Moscou par médias interposés, se double d'une guerre des nerfs sur le terrain. Pour la première fois, les forces russes qui encerclent la base aérienne ukrainienne de Belbek, en Crimée, ont tiré des coups de semonce sur les militaires ukrainiens qui tentaient de s'approcher.

Environ 6.000 membres des forces russes occupent la Crimée, une région stratégique pour Moscou et pour sa flotte militaire. Ils cernent la plupart des sites stratégiques (navires de guerre, casernes, bâtiments de l'administration).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2014 à 9:12 :
la guerre de l'information marche en russie où les médias sont bien plus controlés qu'en europe (où il le sont un peu aussi, faut pas être naif). Mais à l'heure d'internet, les multiples videos en lignes expliquent bien les manipulations: entre les comediennes qui parcourent l'ukraine en pleurant pour expliquer devant les cameras qu'elles sont persecutées, les militaires deguisés en manifestant qui tirent à simferopol, les soldats qui font les morts, l'origine des forces "locales" d'auto-defense qui fuitent et se revelent de Togliatti ou de diverses brigades russes...
a écrit le 05/03/2014 à 8:27 :
J'aime bien le côté Poutine qui dit sur le fond je vous emm.... et regarde les occidenttaux vociférer mais pas d'une m^me voix car après les gesticulation chacun se dit à m.... si je me fâche avec l'ours russe je vais perdre de l'argent. Dans toute cette cacophonie avec son côté marrant il y aussi le coté ridicule de la France qui comme pour la Syrie ouvre grande sa bouche mais elle n'pas de dents un peu comme pour la Géorgie car à la fin malgré le bombage de torse de la France de l'époque l'ours russe a mangé une partie de ce pays. Allez M. Poutine vous avez peu de risque alors profitez mais attention il y le grand chasseur d'ours français, non je rigole, M. BHL l'ours bêlant un nouvel animal pas dangereux mais pénible car après le déluge plus personne voir la Libye ou la Syrie.
a écrit le 04/03/2014 à 22:26 :
Occupation rampante et infiltration bien au-delà de la Crimée avec un accord de réciprocité avec les chinois qui rêvent de faire de même en mer de Chine et ailleurs. Obama qui vient d'annoncer une mise à la retraite d'une part significative de l'armée américaine a réveillé les apprentis envahisseurs. L'Europe des républiques baltes, des pays de l'Est tremble en silence en comprenant que l'Europe de la défense n'existe pas. Reste l'Otan?
Réponse de le 05/03/2014 à 6:54 :
500.000 enfants irakiens sont morts à cause des USA "droitdelhommistes". Vous pouvez raconter ce que vous voulez sur nos "amis", tout ce qu'ils font c'est piller allègrement la planète et détruire des nations ...
Réponse de le 05/03/2014 à 7:13 :
@@bb : Les 500.00 morts ne sont pas le fait des américains mais des conflits chiites sunnites et al Quaida. Quant à l'Irak de Sadam revoyez la longue histoire. Si vous regardez celle-ci de manière superficielle vous pouvez dire ce que vous voulez mais c'est de la propagande basique anti-américaine c'est tout.
a écrit le 04/03/2014 à 22:00 :
C'est un poker menteur , mais dans ce domaine c'est un virtuose avec Lavrov un tandem de la déclinaison de la vérité , d'ailleurs ils en rient aux éclats dans leurs libations.
a écrit le 04/03/2014 à 20:21 :
Il a raison d'essayer de nous faire prendre des vessies pour des lanternes et ses soldats pour des réverbères, plus c'est gros plus ça passe... Mais sur le fond personne n'est dupe. Ses troupes ont bel et bien violé le territoire d'un état souverain, en tout arbitraire, en toute illégalité.
a écrit le 04/03/2014 à 19:03 :
le Président V. Poutine a bien dit que " l'envoi de troupes n'étaient pas nécessaires pour le moment ". Il n'a jamais employé l'expression " troupes supplémentaires ".
Messieurs les journalistes vous etes pris encore en flagrant délit de mensonge. Vous avez l'habitude avec le russe qui n'est pas une langue très parlé et difficile à traduire, Quand vous avez prêté au Président Poutine les propos selon lesquels il " pousuivrait les terroristes jusque dans les chiottes " votre traduction n'était pas fidèle et a dérapé jusqu'à la trivialité.
Réponse de le 05/03/2014 à 9:08 :
"мы в сортире их замочим" ... vous le traduisez comment alors si vous êtes si malin ? Non seulement il l'a dit, mais c'est passé en boucle sur les télé russes car ça lui a fait gagné en popularité auprès du peuple.
a écrit le 04/03/2014 à 16:06 :
Ok, mais l'équipement des forces d'autodéfense en Crimée font baver un bon nombre d'armée du monde...Soit Mr POUTINE ne sait pas que désormais il y a des images de ce qui se passe derrière l'ancien mur de Berlin, soit il prend tout le monde pour des abrutis finis. Je vote la deuxième solution, parce qu'un gars comme lui, ça ose tout.
Réponse de le 04/03/2014 à 16:15 :
C'est une partie de poker menteur entre Russie et Europe-USA. On verra qui tiendra le plus longtemps mais entre temps ça risque quand même de péter. Les Européens + USA auront-ils les ... de tenir face à Poutine qui n'apprécie pas du tout que l'un de ses satellites (c'est sa vision) soit torpillé.
Réponse de le 04/03/2014 à 17:04 :
Enfin la c est plus du poker c est un gros gros mensonge, sans doute à visée interne, certes. Effectivement il veut garder l Ukraine dans son giron exclusif et au pire(pour lui) joue sa partition. Dans tous les cas il va y avoir un raidissement de tous ses voisins et de bons nombres de ses partenaires.
Réponse de le 04/03/2014 à 17:17 :
@nico Vladimir apprécie pas votre psoiiton et si vous et les autres continuent de le chatouiller, ça peut péter un petit coup, départ de 3/4 missiles totor, juste pour voir, comme au poker et hop la messe est dite...
Réponse de le 04/03/2014 à 17:22 :
@Nico : En même temps, nous, ce sont nos médias et les « dirigeants ukrainiens » (qui pour le coup, Poutine a raison en affirmant que « il s'agit d'un coup d'Etat anti-constitutionnel, d'une prise de pouvoir par les armes ») qui disent que ce sont des troupes Russes.
Comme ils sont encore plus dans la manipulation d’opinion, je ne fais confiance à personne et ne me fierai certainement pas à ce que j’entends dans les médias occidentaux pour me faire une idée.

Par contre, quand je vois que les Russes sont soutenus par la Chine, l’Inde et le Brésil, je commence à me poser des questions sur la position des dirigeants occidentaux dans cette histoire !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :