MH370 : course contre la montre pour repérer les boites noires du Boeing de Malaysia Airlines

 |   |  627  mots
Les espoirs de retrouver la boîte noire du Boeing Malaysia sont très minces, d'autant qu'il ne lui reste en théorie qu'environ une semaine d'autonomie de batterie.
Les espoirs de retrouver la boîte noire du Boeing Malaysia sont très minces, d'autant qu'il ne lui reste en théorie qu'environ une semaine d'autonomie de batterie. (Crédits : reuters.com)
Le détecteur de boîtes noires fourni par l'US Navy a pris la mer. Aucun des débris repéré par satellite n'a encore été identifié comme provenant du Boeing.

Les jours sont comptés avant que la boîte noire ne puisse plus dévoiler les mystères du vol MH370. Avec un mince espoir de la retrouver, un "traqueur" de boîtes noires a enfin pris la mer mardi, faisant route vers la zone supposée du crash du vol MH370 dans le sud de l'océan Indien, ont annoncé les autorités australiennes.

Un bâtiment de la Marine australienne, l'Ocean Shield, a quitté Perth (ouest de l'Australie) lundi soir en emportant la sonde ultra-sophistiquée de 35 kilos, que leur avait fourni l'US Navy, attachée au bout d'un câble pour capter les émissions acoustiques des boîtes noires.

"Plus qu'une semaine environ"

Le navire devrait mettre jusqu'à trois jours pour atteindre la zone où ont été repérés de possibles débris de l'avion, soit quasiment à expiration de la durée théorique (30 jours) d'émission des boîtes noires du Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu le 8 mars avec 239 personnes à bord.

"Il nous reste environ une semaine, mais la durée de vie de la batterie (des boîtes noires) dépend de la température de l'eau, de la profondeur et de la pression", a souligné le ministre australien de la Défense, David Johnston.

Les recherches s'étendent sur une immense aire marine de 319.000 km2 (la surface de la Norvège) et même si un périmètre plus réduit est établi pour le sonar américain, celui-ci doit être tracté à 5 km/h pour qu'il puisse détecter des signaux.

Comparaison est souvent faite avec le vol 447 d'Air France qui avait disparu au-dessus de l'Atlantique en juin 2009. Les enquêteurs savaient alors où chercher et des morceaux de l'appareil avaient été retrouvés cinq jours plus tard. Mais il avait fallu 23 mois pour retrouver les boîtes noires et en savoir plus sur le drame qui avait coûté la vie à 228 personnes.

Dix avions et neufs bateaux en traque

Dans le cas du vol MH370, aucun débris répéré par satellite n'a encore été identifié comme provenant du Boeing, plus de trois semaines après sa disparition, malgré l'ampleur des moyens engagés. Des objets flottants récupérés ces derniers jours dans les zones ciblées se sont avérés être du matériel de pêche ou de simples déchets.

L'ancien chef de l'armée de l'Air australienne, qui coordonne les recherches depuis Perth, s'est lui aussi montré très prudent quant aux chances de l'enquête d'aboutir, ou d'aboutir rapidement.

"Le point de départ d'une opération de recherche et de secours est la dernière position connue du véhicule ou de l'aéronef. Dans ce cas particulier, la dernière position connue est loin, très loin de l'endroit où l'aéronef semble avoir disparu", a indiqué Angus Houston mardi.

Dix avions et neuf bateaux participaient aux recherches mardi. La zone d'exploration a été modifiée en fin de semaine dernière, après de nouveaux calculs sur la trajectoire de l'avion qui aurait volé plus rapidement que prévu et donc consommé plus de carburant et terminé son voyage plus au nord que les premières estimations.

Le 8 mars, le vol MH370 parti de Kuala Lumpur pour Pékin a mystérieusement dévié de son plan de vol et mis cap sur l'ouest, survolant la Malaisie péninsulaire, vers le détroit de Malacca. Les radars l'ont perdu à ce moment-là. L'avion a alors continué de voler pendant plusieurs heures vers le Sud, dans l'océan Indien. La Malaisie a officiellement annoncé le 25 mars qu'il avait "fini dans le sud de l'océan Indien" sans qu'aucun élément matériel n'ait confirmé ce scénario.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2014 à 12:26 :
Pourquoi avoir attendu un mois vu qu'en Amérique on disposer, d'un détecteur de boîtes noires fourni par l'US Navy qui a pris la mer. simplement maintenant, tout ceci n'est pas raisonnable du tout , surtout que la durée vit des batteries à un mois
Réponse de le 01/04/2014 à 15:59 :
Si vous aviez lu l'article et suivi un tant soit peu l'histoire vous n'auriez probablement pas posé cette question... ON NE SAIT PAS où l'avion s'est écrasé. On ne va pas envoyer un bateau à l'autonomie limité dans une zone équivalente à la superficie de l'Europe sans savoir où chercher précisemment. Comme indiqué le bateau ne peut qu'avancer à 5km/h pour pouvoir repérer les signaux des boites noires. Donc autant ne l'envoyer que quand on sait où chercher. C'est sur qu'il faut beaucoup réfléchir pour penser à ca....Que vous posiez la question, je le concois mais que vous émettiez un jugement de valeur ("tout ceci n'est pas raisonnable") est au mieux maladroit, au pire irrespectueux des centaines de personnes qui sont sur le dossier depuis le début.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :