Ukraine : riposte violente du gouvernement de Kiev

Le gouvernement ukrainien a lancé une opération dans l'Est du pays pour déloger des "pro-russes" qui occupaient des bâtiments officiels. Il y aurait des morts et des blessés dans les deux camps.
La tension est montée d'un cran dans l'Est de l'Ukraine
La tension est montée d'un cran dans l'Est de l'Ukraine (Crédits : reuters.com)

Le gouvernement ukrainien pro-européen, confronté à des insurrections armées pro-russes faisant craindre l'éclatement du pays, a lancé dimanche une opération "antiterroriste" de reconquête qui a fait "des morts et des blessés", selon un ministre.

"Une opération antiterroriste a débuté à Slaviansk", une des villes de l'Est de l'Ukraine visées samedi 12 avril par les attaques de groupes armés pro-russes, a annoncé sur sa page Facebook Arsen Avakov, ministre de l'Intérieur du gouvernement intérimaire.

Des morts des deux côtés

Le ministre a ensuite fait état de "morts et blessés des deux côtés", un tué et cinq blessés côté loyalistes et "un nombre non déterminé" chez les séparatistes. Selon lui, les forces loyalistes "se regroupent".

Les assaillants, bien équipés et organisés mais ne portant aucun insigne et présentés comme des milices locales, avaient pris samedi le contrôle des bâtiments de la police et des services de sécurité.

Un photographe de l'AFP en ville n'a entendu aucun bruit de combat particulier dimanche matin et les séparatistes tenaient toujours à la mi-journée au moins le bâtiment de la police.

Des hélicoptères survolaient la localité de quelque 100.000 habitants à basse altitude. Des habitants, notamment des femmes, étaient massés dans le froid sous de fines averses devant les barricades proches du commissariat pour défendre les lieux. M. Avakov a pour sa part écrit que les assaillants "se cachent derrière les populations civiles utilisées comme boucliers humains".

 

- 'Cosaques du Terek' -

 

Un autre photographe a constaté que des séparatistes armés tenaient un pont à l'entrée de la ville. Certains se sont présentés comme des "cosaques du Terek", fleuve du Caucase russe.

Samedi soir, M. Avakov avait dénoncé une "agression" russe, après la série d'attaques visiblement cordonnées lancées tout au long de la journée contre des bâtiments publics dans l'Est russophone, frontalier de la Russie. Il avait évoqué des combats dans plusieurs localités, sans faire état de victimes.

A l'issue d'une première série de soulèvements le 6 avril, des insurgés pro-russes avaient proclamé à Donetsk, grande ville de l'Est, une "république souveraine", tout en ne contrôlant alors que deux bâtiments.

Ils réclament le rattachement à la Russie, ou au minimum une "fédéralisation" de la Constitution ukrainienne pour donner de grands pouvoirs aux régions. Le gouvernement de Kiev refuse, y voyant la porte ouverte à un éclatement du pays, et accepte seulement une "décentralisation".

Ces assauts, menées par des hommes en uniformes non marqués, armés et visiblement bien organisés, rappellent le scénario qui s'est déroulé en mars en Crimée, et ont fait craindre que la Russie, qui a massé jusqu'à 40.000 hommes à la frontière, ne se saisisse du prétexte de ces troubles pour intervenir sur le territoire de son voisin.

Les assaillants sont "équipés d'armes russes et des mêmes uniformes que ceux portés par les forces russes qui ont envahi la Crimée", a ainsi tweeté l'ambassadeur des Etats-Unis à Kiev, Geoffrey Pyatt.

Moscou n'a jamais reconnu le gouvernement provisoire pro-européen arrivé au pouvoir après le renversement fin février du président pro-russe Viktor Ianoukovitch suite à des manifestations sanglantes à Kiev. Et la Russie avait mis en garde samedi l'Ukraine contre tout recours à la force contre les insurgés.

 

- 'Fascistes' -

Le gouvernement ukrainien était par ailleurs pressé par les militants pro-européens ou nationalistes, dont ceux du Pravy Sektor (secteur droit) qualifiés de "fascistes" par Moscou, de réagir.

Washington a lancé samedi soir un avertissement aux Russes. Dénonçant des attaques "orchestrées et synchronisées", le secrétaire d'État John Kerry a averti son homologue Sergueï Lavrov que Moscou devrait faire face à des "conséquences supplémentaires" si la tension ne retombe pas et si les troupes russes ne se retirent pas de la frontière.

Dimanche, la France s'est aussi prononcée pour "de nouvelles sanctions en cas d'escalade militaire".

Moscou dément toute responsabilité dans les troubles et M. Lavrov a de nouveau affirmé samedi que Moscou n'avait aucune intention de rattacher à la Russie les régions orientales de l'Ukraine.

Se déclarant "très inquiet" face aux "risques croissants d'affrontements violents", le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a de son côté appelé tous les protagonistes à "faire preuve du maximum de retenue" et à dialoguer pour faire baisser la tension.

Des pourparlers Russie/Ukraine/Etats-Unis/Union européenne sont justement annoncés pour jeudi prochain à Genève, mais la Russie a douché samedi cette lueur d'optimisme en affirmant que rien n'était en fait arrêté, notamment le "format" des discussions. Moscou a insisté pour que les pro-russes puissent être représentés et exposer leurs "intérêts légitimes".

Le président russe Vladimir Poutine a fait encore monter cette semaine les enjeux de la crise, la pire entre Est et Ouest depuis la fin de la guerre froide, en avertissant qu'elle pourrait mettre en danger les approvisionnements en gaz de l'Europe.

Quelque 13% du gaz consommé par l'Union européenne transite en effet par l'Ukraine, qui a des milliards de dollars de dette gazière envers Moscou. M. Poutine a menacé de cesser les livraisons à l'Ukraine si ce sommes n'étaient pas réglées.

Pour sa part, le secrétaire d'État américain John Kerry a averti son homologue russe que Moscou devra faire face à des "conséquences supplémentaires" si la tension ne retombe pas avec l'Ukraine voisine et si les troupes russes ne se retirent pas de la frontière.

La cote de popularité de François Hollande a chuté de cinq points en avril, à 18%, le plus bas niveau jamais atteint depuis deux ans, tandis que celle de Manuel Valls, tout nouveau Premier ministre, s'affiche à 58%, selon le baromètre mensuel Ifop pour le Journal du dimanche.

Président le plus impopulaire de la Ve République, François Hollande n'était jamais tombé si bas, ses derniers plus mauvais scores étant les 20% enregistrés en novembre 2013 puis de nouveau en février 2014. Le mois dernier, sa cote de popularité s'était légèrement redressée à 23%, toujours selon ce baromètre.

Quant à Manuel Valls, testé pour la première fois en sa qualité de Premier ministre, ses 58% font de lui le chef de gouvernement le plus populaire en début de mandat (en prenant en compte les scores à leurs débuts des "deuxièmes" chefs de gouvernement d'un mandat présidentiel).

A titre de comparaison, Dominique de Villepin en juin 2005 enregistrait un indice de popularité de 44%, et Laurent Fabius de 29% en août 1984. Celui-ci venait alors de succéder au premier Premier ministre de François Mitterrand, Pierre Mauroy.

Surtout, relève l'Ifop, un tel écart de 40 points entre les cotes de popularité du président de la République et du Premier ministre n'a jamais été vu depuis 1958 (hors cohabitations). Le plus important jusqu'alors était le différentiel de 21 points enregistré entre Nicolas Sarkozy (37) et François Fillon (58) en mars 2008.

Dans le détail, 2% des sondés se disent "très satisfaits" de François Hollande comme président de la République (chiffre inchangé par rapport à mars), et 16% "plutôt satisfaits" (-5), tandis que 44% se disent "plutôt mécontents" (+6) et 38% "très mécontents" (idem). 0% ne se prononce pas.

Quant au Premier ministre, quelques jours après son installation à Matignon le 1er avril, 5% se disent "très satisfaits", 53% "plutôt satisfaits", 23% sont "plutôt mécontents" et 12% "très mécontents". 7% ne se prononcent pas.

Etude réalisée par téléphone du 4 au 12 avril auprès d'un échantillon de 1.909 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 91
à écrit le 15/04/2014 à 10:03
Signaler
et si tout cela n'avait que pour but d'annexer purement l'Ukraine de l'est et du sud et se rapprocher de la moldavie ou une province pro-russe réclame déjà a hauts cri son rattachement a la mère patrie très éloignée ? , en attendant les ukrainiens ne...

à écrit le 15/04/2014 à 0:23
Signaler
Poutine ne veut pas une Ukraine pro-européenne, parce qu'après l'Ukraine, vers l'Est, c'est la Russie. C'est chez lui, et il ne veut pas que l'Ukraine devienne une porte pour l'Ouest, l'Europe et les Américains. La partition de l'Ukraine est inévitab...

à écrit le 14/04/2014 à 11:09
Signaler
riposte violente du gouvernement de Kiev ....?! qui lui même est arrivé au pouvoir par la violence ...! et n'est en aucun cas représentatif d'un gouvernement élu... ce qui est inquiétant ....c'est l'UE n'a trouvé que ces fantoches à soutenir ...? ...

à écrit le 14/04/2014 à 10:57
Signaler
L’UE et Les USA se sont embarqués, en contradiction avec les principes universels qu’ils affichent par occasion ou en donneur de leçons aux autres, dans le soutien aveugle au pouvoir par intérim chauvin issu de soulèvement de Kiev, validé par les occ...

à écrit le 14/04/2014 à 5:45
Signaler
Poutine n'a cessé de réarmer ces dernières années, a envahi la Géorgie, placé des pions dans tous les pays de la Cei et en Ukraine, manipule désormais les médias en prétendant comme durant la guerre froide que c'est l'Europe et les Etats-Unis alors q...

le 14/04/2014 à 9:19
Signaler
Les dirigeants ukrainiens ont renversé un président élu et interdit de parler russe à des Russes habitant dans l'est du pays. Poutine est ce qu'il est, ce n'est pas un ange, mais le gouvernement non élu de Kiev n'est pas non plus composé d'enfants de...

le 14/04/2014 à 11:14
Signaler
bien vu....d'ailleurs l'on se demande pourquoi les politiques en pannes de l'UE , ont choisi de soutenir ce gouvernement fantoche...après la chute du mur de Berlin les pays ont bien le droit de se dé-soviétiser ...c'est une évolution naturelle...

le 14/04/2014 à 11:15
Signaler
Un gars avec le niveau de corruption de Ianou en France, je pense que vous seriez dans la rue pour le virer également ... Effectivement dans cette histoire le FN est complètement idiot.

le 14/04/2014 à 14:15
Signaler
A Marseille il y aussi des AK100, envoyez l'armée, les russes arrivent !

le 14/04/2014 à 15:05
Signaler
Timochenko est aussi honnete que Ianou, la famille de Timochenko dispose de 7 palais en Ukraine, ca rapporte la politique, et quand elle etait 1er ministre, la corruption ne s'est pas arretee pour autant.

à écrit le 14/04/2014 à 4:51
Signaler
L'UE et les US ont soufflé sur les braises au début de la contestation au lieu de canaliser et négocier avec les russes et maintenant????? des petites sanctions de grandes paroles qui tombent dans le vide etc etc . Les russes ont bien compris que l'U...

le 14/04/2014 à 5:56
Signaler
Poutine n'a jamais rien négocié car il voulait comme en Géorgie et tous les pays de la CEI dominer ses voisins se croyant encore en Urss. La Russie ne pouvait être compétitive avec les 28 européens, sinon elle se développerait autrement que majoritai...

le 14/04/2014 à 7:03
Signaler
Votre commentaire est intéressant mais parler de nation dans l'état actuel des frontières ukrainienne c'est faire fi de l'histoire. je suis d'accord avec vous mais négocier avec Poutine aurait au moins dès le début montrer l'attitude russe et peut-êt...

le 14/04/2014 à 16:44
Signaler
De l'intox pro-euro : "La volonté d'être proche de l'Europe est forte chez une grande part d'ukrainiens et doit être respectée"... Ben oui, évidement, chaque ralliement à l'Ouest se serait fait par affrontement, en 2004 puis en 2014, mais jamais démo...

à écrit le 14/04/2014 à 2:04
Signaler
Je pense qu'on peut défendre un fédéralisme pour des raison historiques comme par exemple la France qui en fait est une vraie fédération de régions. Car rappelons nous du temps ou la Bourgogne ou la Bretagne n'étaient que des régions certes puissante...

le 14/04/2014 à 6:08
Signaler
C'est faux car beaucoup de régions européennes ont des activités et problématiques similaires et peuvent parfaitement coopérer. A l'inverse dans chaque pays des régions n'ont aucun points communs ! L'Allemagne a choisi l'industrie et l'export et la F...

le 14/04/2014 à 13:28
Signaler
Le problème est du coté des présidents Français, pas du coté de Merkel... Pas de doute, en 1940, vous acclamez Pétain...

à écrit le 14/04/2014 à 0:21
Signaler
Visiblement le sionisme international n'a pas fini de manipuler les médias pour donner du grain à moudre à ses hedge funds... Combien de morts par balle aux USA (ou liés aux opérations extérieures de l'armée américaine) rapportés au nombre de tués en...

le 14/04/2014 à 6:14
Signaler
Cà ne tient pas vos arguments car les marchés européens tiennent très bien. C'est le RTS russe et le rouble qui tombent mais par fuite de capitaux russes. Quant à comparer les morts américains et russes, ceux de Staline et de l'invasion russes en Eur...

le 14/04/2014 à 12:53
Signaler
Les US nous envahi régulièrement, mais vous ne voyez absolument rien, la dernière invasion fut en 2007 quand leur crise nous a mis parterre (+600 milliards de dette en France, combien à l’échelle Européens? Plus ruineux qu'une vrai guerre !!), la pro...

à écrit le 13/04/2014 à 22:55
Signaler
Le problème clé de l'Ukraine c'est Poutine qui avec l'invasion de la Crimée, la mise en place de troupes aux frontières, l'agitation orchestrée etc tente de faire main basse sur plus de territoire ukrainien sous de faux prétextes. Celà démontre encor...

le 14/04/2014 à 2:32
Signaler
Ouvrez les yeux, et ne faites pas comme Le Pen ! L’Ukraine a ses problèmes internes, avec 2 révolutions sur les barricades en 10 ans, de la corruption a tout les niveaux, une économie atone et en faillite, une extrême droite présente au gouvernement,...

le 14/04/2014 à 6:19
Signaler
Poutine est effectivement le fauteur de troubles principal car l'invasion de la Crimée et le positionnement de troupes aux frontières, tout comme l'agitation dan sl'Est comme auparavant en Crimée avec des hommes de main disposant d'AK100 propres aux ...

le 14/04/2014 à 13:20
Signaler
Une invasion sans morts, et avec la bénédiction du parlement locale, ils sont fort ces Russes!!!!

à écrit le 13/04/2014 à 22:53
Signaler
Et Marine le Pen était à Moscou pour défendre le fédéralisme en Ukraine alors que le FN est contre une fédération européenne, dans le genre collabos on n'a pas vu pire que Marine le Pen, Jean Marie le Pen et le FN. Mais il faut bien que les partis sé...

le 13/04/2014 à 23:29
Signaler
Encore un europeiste béat qui veut la destruction d'une France qu'il déteste. Les européennes vont vous donner une sacrée raclée.

le 13/04/2014 à 23:35
Signaler
@Marine...: le plus amusant, c'est que j'ai envoyé hier un email dans ce sens à MLP sur son site. Je concluais en disant que son double langage est certes populiste mais contradictoire. Je n'avais jusque là aucune opinion quant au FN (parce qu'on ne ...

le 14/04/2014 à 2:28
Signaler
L'Europe, contrairement aux USA ou au Canada, n'a pas de structure fédérale et n 'en aura vraisemblablement pas pour de nombreuses raisons qui ne sont pas liées a MLP. Par ailleurs, qu'on le veuille ou non, n'oublions pas que les français se sont pro...

le 14/04/2014 à 2:37
Signaler
Le FN est contre une fédération européenne ? Apparemment en surface, mais il faut creuser un peu... JMLP voudrait réduire l'assemblé national de 80% car selon lui 80% des lois nous viennent de Bruxelles (Bourdin Direct le 19-03, les 5 dernières minut...

le 14/04/2014 à 2:56
Signaler
C'est vrai que non seulement l'Europe n'a pas les avantages d'une fédération mais en plus elle a tous les inconvénients de devoir se trainer les pays boulets de la périphérie de l'Europe avec leurs cortèges de non droit, d'archaïsme et de pauvreté. L...

le 14/04/2014 à 6:28
Signaler
Les dettes grecque, portugaise, espagnole et française sont de la responsabilité de leurs gouvernements respectifs, bien avant d’être celle de l’Europe. L’Europe pèche par une politique notoirement insuffisante en matière d’investissement, faute d’un...

le 14/04/2014 à 13:25
Signaler
Commencez a étudier les effets d'une monnaie unique sur une zone non-homogène puis on pourra débattre. Enfin pas sure, " l'Europe des Nations" .. "une nuisance et un frein à l'Europe"... Remplacer Europe par Reich et on vous lit aussi bien !!

à écrit le 13/04/2014 à 22:47
Signaler
Mes amis, je vous propose un nom pour sauver pas seulement l'Ukraine de la faillite mais aussi pour éviter une guerre nucléaire en Europe : lui, le grand Tarzan, le French Doctor, le fabuleux thaumaturge de France, le trois fois grand Bernard Kouchne...

à écrit le 13/04/2014 à 22:19
Signaler
Drôle d'article.... il commence par les émeutes en Ukraine et fini par la baisse de popularité de FH. Y a-t-il un rapport? il y a de "pro-Hollande" entre les pro-Russes ? ou c'est le contraire ?....

à écrit le 13/04/2014 à 22:04
Signaler
Si Balladure avait été président, il se serait insurgé en criant ; " je vous demande de vous arrêter ; je vous demande de vous arrêter". Mais bon, on a François Hollande...

à écrit le 13/04/2014 à 21:42
Signaler
Bizarre l'article se termine par celui de la baisse de popularité de François Hollande...Quel rapport avec l'article ???

à écrit le 13/04/2014 à 21:28
Signaler
C'est qui les "occidentaux" ? La troupe du "Project for a New American Century" les Néo-Cons sous l'égide de Rumsfeld? Mme. Nuland qui dit "Fuck the EU" et promet investir ses 5 milliards de pétrodollars investis en Ukraine mais rien n'en est fait ju...

le 13/04/2014 à 22:21
Signaler
Vos questions sont excellentes, bravo. Comme dirait un certain PPDA : "à réfléchir."

le 13/04/2014 à 22:58
Signaler
Pire que la propagande anti-poutine c'est la propagande pro-poutine et la vôtre en est un cas d'espèce uncle albert.

à écrit le 13/04/2014 à 21:19
Signaler
Est-ce raisonnable de cautionner quelqu'un qui se prénomme Arsenic?

le 14/04/2014 à 6:32
Signaler
Face à Poutine Polonium oui à 100% !

à écrit le 13/04/2014 à 21:05
Signaler
Les prorusses défendent leurs frontières avec les Russes, les pro européens défendent leur frontieres avec l'Otan. Quoi de plus normal. Il n'y a que l'Europe qui ne défend rien et qui se fait manipuler et qui se prend les pieds dans le tapis dans cet...

à écrit le 13/04/2014 à 19:47
Signaler
C'est bien les Ukrainiens font du bon boulot , il fallait faire la même chose en Crimée et on en serait pas là.

le 13/04/2014 à 20:23
Signaler
Oui et puis nettoyer aussi la France de la meme maniere, on n'en serait pas la non plus ! Prendre l'exemple sur l'Ukraine et karcheriser ...

le 13/04/2014 à 20:27
Signaler
Ben ils font du bon boulot les ukrainiens car ils ont 1/3 des ministres (dont celui de l'Interieur) sont de Svoboda ou de Pravy Sektor, 2 partis d'extreme droite qui prennent les choses en main et la situation sous controle plutot que de faire de bel...

le 13/04/2014 à 20:39
Signaler
Difficile en Crimée, c'est isolé et ils n'ont presque aucun soutien de la population. Là à part les soldats russes "incognito" la population est beaucoup plus neutre.

le 13/04/2014 à 20:48
Signaler
Vous avez vous en France des foules prendre et occuper des bâtiments officiels ?!? Redescendez sur terre svp.

le 14/04/2014 à 6:52
Signaler
@@tout à fait : oh que si a Toulouse il y a quelques mois le drapeau francais avait ete decroche par des jeunes qui avaient escalade la facade et remplace par un drapeau algerien !!

à écrit le 13/04/2014 à 18:13
Signaler
Question stratégie bravo les Russes ! Chez nous lors des insurrections pro Europe on appel ça "des peuples libérés"... et tout les autres sont des Fachos. Mais sur ce coup là les Fachos c'est nous, sinon pourquoi ces gens quitteraient notre belle E...

le 13/04/2014 à 18:45
Signaler
Oui, c'est magnifique, fouttre durablement en l'air son économie pour un bout de territoire qui ne vaut presque rien, c'est brillant. Même la Chine les a laissés tomber tellement c'est débile.

le 13/04/2014 à 20:25
Signaler
@Claude34 : Chine, Bresil et Argentine soutiennent la Russie. Au fait ce que fait la Russie n'est pas plus debile que ce qu'ont osé faire les USA au Chili, en Afghanistan, Irak, Guatemala ...

le 14/04/2014 à 9:45
Signaler
@Aux trolls de l'UE Et vous oubliez l'INDE qui est également du côté Russe !

à écrit le 13/04/2014 à 18:05
Signaler
Bravo les Russes, l'Europe est à l'agonie chez nous par exemple la seule chose valable c'est le mariage pour tous, mettre le périph à 70 pour bien faire du fric ... tout ça avec un président qui se barre tirer un ptit coup en moto !!! Vous avez tout ...

à écrit le 13/04/2014 à 18:00
Signaler
Une "opération antiterroriste" menée par un gouvernement de putschistes qui est arrivé au pouvoir grâce à l'aide (entre autres) de terroristes ça fait quand-même bizarre. En tout cas, l'Ukraine est déjà en faillite et son avenir s'annonce encore plus...

à écrit le 13/04/2014 à 16:57
Signaler
Les pro russes ne vous laissez pas faire défendez vous.

le 13/04/2014 à 17:16
Signaler
Qu'ils commencent par quitter les bâtiments officiels qu'ils ont pris d'assaut et vous verrez qu'ils n'auront pas de besoin de se défendre. L'incitation a se battre n'est pas une solution sage en l'occurrence.

à écrit le 13/04/2014 à 16:40
Signaler
Le français est-il à ce point amnésique qu'il y a deux ou trois ans au plus fort de la crise politique belge, plusieurs sondages donnaient une majorité de français favorables au rattachement de la Belgique francophone à la France en tant que nouvelle...

à écrit le 13/04/2014 à 16:25
Signaler
Les ukrainiens pro russes ou proeuropeens ont le droit de revendiquer certaines choses peu importe qu'ils soient rouges ou bleus, noirs ou blancs... Ils ont donc le droit de se défendre ou d'attaquer leurs adversaires de quelques bords qu'ils soient ...

le 13/04/2014 à 17:14
Signaler
En droit, le droit d'attaquer n'existe pas. Personne n'a le droit d'attaquer un autre pays ou peuple.

le 13/04/2014 à 18:30
Signaler
On a tout les droits quand une majorité pense être dans son droit, que l'on soit rouge, bleu ou jaune...Et la seule façon de dégager une majorité quand les limites sont dépassées, c'est de se défendre avec ce que l'on a sous la main jusqu'a ce qu il ...

à écrit le 13/04/2014 à 16:13
Signaler
On peut au moins se mettre d'accord pour constater que le gouvernement actuel Ukrainien, non élu, ne fait pas grand chose pour éviter l'affrontement. Nos dirigeants, rangés sans intelligence, derrière un homme dont personnellement je me méfie comme d...

le 13/04/2014 à 18:40
Signaler
Les ukrainiens n'ont pas réagi en Crimée face à l'agression poutinienne: ils ont eu des morts, perte d'une partie de leur territoire... et rebelote dans l'est !! ...et cette fois, vous leur reprochez de réagir ???

à écrit le 13/04/2014 à 15:51
Signaler
les pro-européens avaient le droit de renverser un gouvernement, mais pas les pro-russes

le 13/04/2014 à 19:00
Signaler
Personne n'a le droit de renverser un gouvernement autrement que par le vote.

le 14/04/2014 à 0:10
Signaler
@Ben Le vote des minorités... belle leçon de démocratie! Suivant votre sophisme la révolution française serait issue d'un mouvement terroriste...

à écrit le 13/04/2014 à 15:49
Signaler
Le gouvernement intérimaire de l'Ukraine ...prend des risques miliaires et politiques ....que l'UE ne peut pas cautionner ...!

à écrit le 13/04/2014 à 15:06
Signaler
le problème d'approvisionnement en gaz russe de l'Europe fera tourner les yeux vers l’Algérie, seul alternative possible et allié aux russes. Une manœuvre de déstabilisation de ce pays est à craindre.

le 13/04/2014 à 15:38
Signaler
Non, il y a d'autres pays, Canada, Kazakhstan, Norvège.

le 13/04/2014 à 17:01
Signaler
Et le Gaz de Schiste ! Attendez vous a des éloges soudaines et coordonnées pour démarrer l'exploitation partout où c'est possible si le problème d'approvisionnement se confirme...

à écrit le 13/04/2014 à 15:06
Signaler
Personne ne veut de l'Ukraine en Europe ! et personne n'empêche les pro Russe de se barrer en Russie. Allez hop ! exode massif des Russophile et phone pour se faire prendre en charge en Russie par la patrie mère qu'ils revendiquent et que Putin s'en ...

le 13/04/2014 à 17:03
Signaler
Le mot exode rappel les nettoyages ethniques lors de la guerre de Yougoslavie, et tant d'autre, faut être fasciste pour voir ça comme une solution !

le 13/04/2014 à 18:59
Signaler
Les exodes forces ne sont pas l'apanage des fascistes. Voir un exode comme une solution ne caractérise pas la personne comme fasciste.

le 13/04/2014 à 19:50
Signaler
OK Ben, il existe des exodes pour cause de famine ou de sécheresse, mais là, sans rire ? Il y a une extrême droite qui a pris le pouvoir (1/3 des ministres sont de svoboda ou de Pravy Sektor), ils décrètent diverses lois contre les Ukrainiens pro-rus...

à écrit le 13/04/2014 à 15:02
Signaler
comprenez mieux je pense maintenant cette empressement inexplicable de Bruxelles d’intégrer les pays de l'Est dans l'UE sans referendum, malgré tous les problèmes que cela nous pose à l'Ouest. C’était bien dans un souci d'obéissance à Washington et ...

à écrit le 13/04/2014 à 15:01
Signaler
L'UE c'est la guerre ou du moins sa recherche de conflit!

à écrit le 13/04/2014 à 14:57
Signaler
Que l'on ne me dise pas que l'UE n'a pas sa part de responsabilité dans cet affaire, elle a pris l'habitude de vouloir s'agrandir, au lieu de s'approfondir dans la convergence, au dépend des peuples qui la compose dans le but de dire qu'il n'y a pas ...

à écrit le 13/04/2014 à 14:56
Signaler
Quoi d’étonnant. Ceux qui ripostent sont ces putschistes qui ont pris le pouvoir à Kiev à quelques mois d’élections normales ( pourquoi d'ailleurs ) et tiré sur leur propre partisans par leur propre snipers afin de mettre cela sur le dos de la poli...

à écrit le 13/04/2014 à 14:53
Signaler
Tout cela, ça va faire un bon film dans quelques mois.

à écrit le 13/04/2014 à 14:42
Signaler
Ukraine Il y a eu soit disant 200 000 manifestants à Kiev sur la place de l’Indépendance qui ont occupé la rue pendant plusieurs semaines sur un pays de 55 millions d’habitants : les gouvernements occidentaux ont approuvé la prise de pouvoir d'une m...

à écrit le 13/04/2014 à 14:25
Signaler
On compatit pour vous : bosser un dimanche pour finir chez pôle emploi le 26 mai ...

le 13/04/2014 à 14:52
Signaler
Uaaarghhh !!! Colonel Trotman, vous avez raison, ça va chier...

à écrit le 13/04/2014 à 14:19
Signaler
Les Ukrainiens doivent défendre leur territoire. Boutez hors de l'Ukraine les pro-russes qui divisent ce pays.

le 13/04/2014 à 15:34
Signaler
Boutez hors d'Ukraine un tiers de sa population ? Bravo ;-) !

à écrit le 13/04/2014 à 13:39
Signaler
les US et l'OTAN.

à écrit le 13/04/2014 à 13:38
Signaler
Ça a foiré en Syrie, l'Ukraine sera le prétexte !

à écrit le 13/04/2014 à 13:31
Signaler
De toutes façons, s'il y a intervention, Poutine considèrera qu'il doit s'immiscer dans les affaires intérieures ukrainiennes,... et si l'Ukraine ne réagit pas, Poutine dénoncera une incapacité à intervenir !!! En attendant, les drapeaux sont russes,...

le 13/04/2014 à 13:40
Signaler
La guerre c'est autre chose que le lobbying pour obtenir une TVA réduite pour les gargotiers qui réchauffent au micro ondes...

le 13/04/2014 à 13:42
Signaler
L'UE et l'OTAN sont les agresseurs ! Ils ont une idée obsessionelle qu'ils veulent mettre en place au prix du sang des peupleqs qu'ils manipulent : encercler la Russie de bases militaires et la mettre a genoux !

le 13/04/2014 à 14:26
Signaler
Quelle mauvaise foi !

le 13/04/2014 à 16:23
Signaler
@dr Whos On ne reproche pas grand chose à Vladimir seulement la nationalisation du pétrole et des velléités de sacrifié le dollar au profit du rouble,on a planté Kadhafi pour la même chose.

le 13/04/2014 à 20:03
Signaler
@dr who: tu fais dans l'idéologie pure. La Crimée avait une certaine justification, mais le démantèlement de l'Ukraine est totalement inacceptable. Acceptera-t-on en France (ou ailleurs) un référendum pour le rattachement de certaines communautés de ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.