Ukraine : les sanctions américaines viseront l'industrie de défense russe

 |   |  317  mots
Les sanctions qui seront annoncées ce lundi par la Maison Blanche contre la Russie viseront les exportations d'équipements de haute technologie dans le secteur de la défense et chercheront à atteindre le premier cercle de Vladimir Poutine. (Photo : Reuters)
Les sanctions qui seront annoncées ce lundi par la Maison Blanche contre la Russie viseront les exportations d'équipements de haute technologie dans le secteur de la défense et chercheront à atteindre le premier cercle de Vladimir Poutine. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
De nouvelles sanctions contre la Russie dans le cadre de la crise ukrainienne seront annoncées lundi par Washington. Celles-ci viseront le premier cercle de Vladimir Poutine et l'industrie de défense russe.

Les États-Unis imposeront de nouvelles sanctions à la Russie lundi et ces mesures porteront notamment sur les équipements de haute technologie fournis à l'industrie russe de la défense, a déclaré dimanche un responsable de la Maison blanche.

Viser le premier cercle de Poutine

Washington accuse la Russie de ne pas respecter son engagement d'oeuvrer en faveur d'un apaisement de la situation dans l'Est de l'Ukraine et la Maison blanche avait déjà annoncé que des proches du président russe Vladimir Poutine et leurs entreprises seraient visés par ces sanctions.

"Nous allons garder quelques annonces pour lundi mais je peux vous dire ceci", a déclaré Tony Blinken, conseiller adjoint de Barack Obama à la sécurité nationale, au cours de l'émission dominicale "Face the Nation" sur CBS.

"Nous allons nous efforcer de désigner des gens de son premier cercle, qui ont un poids important dans l'économie russe. Nous allons nous efforcer de désigner des entreprises qu'ils et que d'autres membres de ce premier cercle contrôlent", a-t-il poursuivi.

"Nous allons aussi considérer des mesures relatives aux exportations d'équipements de haute technologie vers leur industrie de défense. Tout cela mis ensemble aura un impact", a-t-il ajouté sans plus de précision.

Impact des sanctions sur l'économie russe

Selon Tony Blinken, la première série de sanctions prises en mars par les Etats-Unis après l'absorption de la Crimée par la Russie a déjà produit des effets sur l'économie russe.

"Nous avons déjà constaté que la pression que nous avons exercée sur la Russie ces dernières semaines avait eu un impact important. Leurs marchés financiers ont baissé de 22% depuis le début de l'année, le rouble n'a jamais été aussi bas", a dit ce collaborateur du président américain.

>> Lire Ukraine : Obama hausse le ton face à la Russie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2014 à 16:20 :
Les USA sont d'un ridicule dans cette affaire. En fait ils saisissent l'occasion d'apparaître encore comme une puissance de poids. Par ailleurs les russes n'ont pas l'intention d'annexer cette région de l'Ukraine (qui était en plus toujours russe). Et enfin, tenter encore de faire apparaître l'Occident libéral comme un progrès, ça marchait peut-être dans les années 1980 (et c'était approprié à l'époque, en face des dictatures soviétiques) mais maintenant c'est un peu éculé, non ?
a écrit le 29/04/2014 à 6:18 :
Vladimir Poutine détiendrait pas moins de 40 milliards de dollars en actions et en liquide. Une fortune colossale amassée grâce à des participations dans Gazprom et d'autres groupes d'hydrocarbures. Il possèderait ainsi 4,5% du géant gazier Gazprom (dirigé par son ancien adjoint à la mairie) et au moins 50% de la plus importante société privée d'exportation du pétrole russe, Gunvor gérée par Guennadi Timchenko, observe la spécialiste de la Russie Françoise Daucé. Vladimir Poutine entreposerait en Suisse une partie de son pactole. Les Etats-Unis pourraient demander la coopération de la Suisse pour identifier des placements faits sous des prête-nom.
Le Kremlin a toujours démenti l'ampleur de la fortune du président, qualifiant ces chiffres d'"absurdes". "Vladimir Poutine a construit son image sur la probité, la relative modestie et la promiscuité avec le peuple, rappelle Françoise Daucé. De telles révélations seraient donc très mauvaises pour son image". "D'ailleurs, assure la spécialiste, depuis son accession au pouvoir, aucun journaliste russe n'a réussi à enquêter sur la question des biens personnels de Vladimir Poutine sans avoir de très gros ennuis". La fortune du président reste, pour l'instant, le secret le mieux gardé de Moscou.
Réponse de le 29/04/2014 à 19:31 :
Si vous voulez dénoncer la centaine de personne qui possède autant que 3 milliards d'humains, be my guest !
Mais je crains que dans ce lot les Américains soient sur-représenté !!!
a écrit le 29/04/2014 à 6:16 :
Il est effectivement essentiel que les mesures touchent l'industrie de la défense face à un dictateur qui réarme sans cesse et envahit ses voisins. C'est une bêtise d'avoir commercé avec Poutine dans ce domaine comme dans celui de l'énergie dont on peut de plus en plus se passer et de plus durablement.
a écrit le 28/04/2014 à 16:16 :
Il serait surtout urgent d'en venir dans cette affaire, à la phase "crise transatlantique mesurée", comme cela avait d'ailleurs déjà été le cas lors de la construction gazoduc transsibérien : "The efforts by the U.S. pressure to prevent the construction of the pipeline, and its export embargo of supplies for the pipeline (1980–1984) constituted one of the most severe transatlantic crises of the Cold War."(wiki en)

ou 27:50

https://www.youtube.com/watch?v=fQJ-0jAr3LQ

Plus possible?Terminé? coup US comme une lettre à la poste?
a écrit le 28/04/2014 à 15:55 :
...des sanctions, des sanctions, des sanctions, des sanctions, des sanctions, des sanctions.... la barbe quoi !!
Réponse de le 28/04/2014 à 16:53 :
... je rigole, je rigole, je rigole, ... et je fais ce que je veux. Ce n'est pas un état terroriste en faillite complète (les USA) qui doivent dicter la (mauvaise) marche du monde.
a écrit le 28/04/2014 à 15:41 :
Je pense que le Département d'État US se trouve probablement sous un terrible stress à ce moment. L'enjeu unique c'est de sauver la face et pour cela Obama ne cesse pas d'envoyer de sanctions à l'encontre de la Russie, des sanctions du genre tigres de papier et qui ne seront jamais suivies à la lettre, ne soyons pas dupes. Le récent tour en Asie de Obama, censé d'être un incroyable tour de cérémonies où le Président US devrait signer plusieurs accords commerciaux, n'en était rien et il a même fini par jouer du foot avec des robots à Tokyo. Et pourquoi cela ? Parce que son agenda commercial échoue où il va. Ainsi comme celle de François Hollande. Et donc, nous voyons Barack Obama étant encore une fois une marionnette pressée par les néoconservateurs – et qui sont toujours derrière lui – une administration qui voit simplement tout comme étant mal en Russie. C'est tout à fait clair ce que Sergueï Lavrov a dit et a répété plusieurs fois, pour que Obama essaye tout pour encourager les gens à désarmer et donc, pour agir dans le but d'essayer d'apaiser la situation ukrainienne de manière efficace. Cependant, le monde entier se voit presque obligé de reconnaître que Obama et Kerry échouent à montrer les qualités de leadership exigées pour régler la question ukrainienne. Sur le terrain, la situation piétine mais M. Obama ne cesse d'envoyer des sanctions de tous bords à une Russie qui, ne soyons pas dupes, peut s'en sortir avec totale aisance.
Réponse de le 28/04/2014 à 16:10 :
@Patrick le vieux: les US ne peuvent en effet pas faire grand chose, si ce n'est menacer de sanctions. Poutine entretient les troubles en Ukraine et après son annexion de la Crimée, qui sait où il va s'arrêter...et c'est là le danger pour nous, Européens :-) Dans sa logique, peut-être va-t-il aussi déclarer qu'il y a des Russes à Paris et que donc il doit nous envahir !!! Cela semble de premier abord farfelu, mais c'est la pensée Poutine actuelle :-)
Réponse de le 28/04/2014 à 17:11 :
Vous faites fausse route, le danger pour nous (et les faits le prouvent !) c'est plutôt les US et leur politique de monopole global que la Russie. De loin plus malins que les Européens, les Américains ne se content pas d'élargir leur bras armée dans le monde, ils veulent aussi gober les économies à commencer par la notre. Et nos dirigeants que font-ils ? posent souriants pour la photo avec Obama, font des petits tours à la Maison-Blanche et se compliquent en visant la Russie avec des sanctions "boomerang". Détrompez-vous, l'ours est de loin moins dangereux que les cowboys.
Réponse de le 29/04/2014 à 5:58 :
A la différence de Poutine les Etats-Unis n'envahissent pas leurs voisins. A choisir je préfère les américains à Poutine qui ne cesse de réarmer et encercler l'Europe.
Réponse de le 29/04/2014 à 19:42 :
Les Américains font pire ! Ce sont l'Armée (l'OTAN, dont nous dépendons intégralement dorénavant) et n'encercle pas, mais pire, sont au sein de l'Oligarchie Européennes (voir les conférences de Asselineau). Au moins Poutine est en dehors, il est donc plus facile de l'y maintenir.
Réponse de le 29/04/2014 à 21:55 :
@ Alice: les Américains n'ont pas besoin d'envahir personne, ils tiennent déjà le monde sous leurs bottes par la contrainte et par le racket tout court. Les USA n'ont pas le moindre intérêt de planter leur drapeau au Japon, ni au Mexique, ni en Europe car ces pays suivent à la lettre tout ce qu'ils veulent, tout ce qu'ils leur imposent, soit militairement (OTAN, Asia Force) ou commercialement (tous les produits et services made in USA). À la clé, ils espionnent le monde entier sous l'alibi de lutte anti-terroriste pour devancer toujours les autres pays en question de concurrence et de contrats. Mais vous pouvez bien continuer à les idolâtrer, somme toute, on ne doit pas interférer dans des questions de coeur....
a écrit le 28/04/2014 à 13:17 :
Les technocrates non élus de l'UE (pendant que l'attention des peuples est détournée sur l'Ukraine) "négocient" tranquillement le traité transatlantique... (négocier : synonyme de "se soumettre" dans le dialecte eurocrate de Bruxelles)
Réponse de le 28/04/2014 à 13:51 :
Bien d'accords avec vous ! Non au traité qui mets les intérêts privés au-dessus des Etats, des peuples. Ce serait la fin des démocraties, un retour à la féodalité !!!!
Réponse de le 28/04/2014 à 14:27 :
@Gisèle. Mais ce serait aussi le prétexte pour déclencher une nouvelle révolution, afin d'exclure des organes dirigeants tous ces profiteurs incapables d'avoir un projet féeérateur et de long terme...
Réponse de le 29/04/2014 à 6:01 :
Le traité a reçu mandat pour être négocié, c'est normal. Il sera ensuite présenté devant le parlement. Rien d'anormal dans la démarche. C'est aux parlementaires ensuite de signaler les points inacceptables.
Réponse de le 29/04/2014 à 19:38 :
"C'est aux parlementaires ensuite de signaler les points inacceptables. "
EXACTEMENT, Les parlementaires jugent inacceptables de ne pouvoir comprendre ce qui se négocie, ce n'est qu'a la fin qu'ils pourront dire OUI, comme les Français en 2005. Car voyez vous les parlementaires ne sont en aucun cas impliqués, et ils s'inquiètent de ne pouvoir changer des point inacceptables. D'ailleurs je note que vous utilisez le verbe "signaler", c'est dire si vous souhaitez qu'ils aient un mot à dire !!!
a écrit le 28/04/2014 à 13:11 :
Vladimlir Poutine est guidé dans ses actes par la nostalgie de la puissante URSS qu'il voudrait retrouver. Et si les sanctions économiques na'vaient pas eu d'éffet , cela fait longtemps que l'Ukraine serait envahie. Dans la mondialisation,les économies soient inter dépendantes ,la question est donc plutôt de savoir qui pourra tenir la distance le plus longtemps possible en cas de sanctions réciproques et surtout qui aura de son côté un maximum de pays pour le soutenir. A ce jeu là c'est quand même les USA qui gagent!
Réponse de le 28/04/2014 à 13:54 :
Ben dites, pourquoi la Russie a attendu 23 ans alors, car les US étaient trop occupé avec l’Afghanistan et l'Irak?
Réponse de le 28/04/2014 à 16:54 :
Et la Serbie et la Libye et le Venezuela et la Syrie etc. Bref toutes les immondes sal..... dont est capable Uncle Sam sous le prétexte de la démocratie ...
a écrit le 28/04/2014 à 12:32 :
Les quatre commentaires pertinents ci-dessous (à partir de Fred) montrent bien que la propagande US marche de moins en moins bien. Pour info complémentaire, tout conflit occidental dans le monde a besoin des Russes pour le transport aérien de troupes...
a écrit le 28/04/2014 à 11:56 :
Décidément ils nous prennent vraiment pour des cons ,comme si les russes avaient besoin de la technologie occidentale en matiere d'armement.Par exemple en matiere de missiles anti marine et anti aérien .Moi si j'étais les russes rien que pour emmerder les americains je vendrais à l'Iran des systemes ST 300 et ST 400 ainsi que des missiles tueurs de porte avions et ceci en grande quantité .Aprés on verra si l'aviation americaine tentera quelque chose .....Un avion americain c'est au bas mot pour le moins chers 100 millions de $.Avec 1000 fois moins les russes fabriquent un missile pour le descendre .De plus ,les russes pourraient mettre l'embargo sur le titane qu'ils exportent en occident, ils ont plus de 90 % des reserves mondiales .Or pas de titane ,pas d'avion performant, pas de réacteur civil ou militaire performant; pas de missile performant,pas de satellite et fusée performant .Ce n'est qu'un exemple .
Réponse de le 28/04/2014 à 12:10 :
Vous avez parfaitement raison, Fred. Certains esprits récalcitrants préfèrent cependant le genre de commentaire à faire périr d'ennui le médecin de l'Archevêque quand il l'entend pour la millième fois, plutôt qu'un débat à la régulière sur un sujet, n'ayons pas peur de le dire, nauséabond et plutôt rabâché. Vous savez, il y a des gens qui ne savent pas écouter.
Réponse de le 28/04/2014 à 14:19 :
Vous n'avez pas tord... En aviation, ils ont des avions plus lourds, mais beaucoup plus réactifs. J'avoue ne pas être certain (c'est un euphémisme) que la chasse US gagnerait. En aviation de transport, on utilise des Antonov (qui sont ukrainiens, et non pas russes, même si les Russes pensent le contraire). Mais en marine (sur et sous les mers), ils sont un peu dépassés... Et là, la France s'est présentée... Et plof, les US lancent des sanctions dans ce domaine... Surprenant, non? (sic!)
Réponse de le 28/04/2014 à 15:14 :
"on utilise des Antonov (qui sont ukrainiens, et non pas russes, même si les Russes pensent le contraire)."

Si vous remplacez les mots Antonov par "Airbus", ukrainiens par "Européens" et russes par "Français" on va mieux comprendre la vraie paternité de ces avions.
Réponse de le 28/04/2014 à 16:32 :
Ce ne sera pas des sanctions de la part de la russie, mais un retour de bation
Les russes pensent
faire un espace économique eurasiatique
Exiger le paiement le pétrole et du gz en roubles et non en $
remplacer le système visa/mastercard, dont le paiement est désactivé en temps de crise politique (bel exemple d'influence du public sur des entreprises privées américaines)
Réponse de le 28/04/2014 à 19:25 :
En réponse à @ALEX_CEI : je ne sais pas si vous êtes du milieu aéronautique ou non, moi oui... Et j'ai vu et piloté les avions Antonov, et je peux vous dire qu'Aib n'est pour rien dans les avions de transports de masse d'Antonov... Nous avons eu des projets de modernisation des motorisations, avec du matériel occidental, sur certains des avions de la CEI, et de longues discussions, depuis 1991, sur plusieurs sujets de coopération... Pour les derniers avions et parties de moteurs, qui sont de belles réussites, et où la coopération a été très belle, même si longue à mettre en place, je peux dire que les ingénieurs des deux côtés ont travaillé ensemble, et que ce fut super!
Très belle soirée à chacun.
a écrit le 28/04/2014 à 10:15 :
Surprenant de voir comment les sanctions américaines semblent viser les coopérations franco-russes... Pas le projet Boeing dans l'aviation civile, par exemple. Pas les projets dans les domaines miniers non plus... Ou sidérurgie ou énergie (US, Allemands).
Est-ce que M Obama n'aime pas notre président "normal"? est-ce qu'il jouerait au "billard à 3 bandes", profitant de la crise russe pour toucher aussi les industriels européens concurrents?
Très belle journée à chacune et à chacun.
Réponse de le 28/04/2014 à 11:37 :
rien de personnel dans tout cela, Obama défend d'abord les intérêts économiques de son pays, en polissant accessoirement une image de défenseur des libertés. Nos élus en sont encore à polir leur image personnelle tout en ruinant notre industrie.
Réponse de le 28/04/2014 à 14:13 :
Je comprends que mon second degré n'était pas tout-à-fait compréhensible tout de suite... Effectivement, je pense comme vous que les US se servent de la crise entre la Russie et l'Ukraine pour virer leurs adversaires de ce territoire... Alors que, comme vous le dites très bien, nos élus en sont encore à "polir leur image" en fonction des courants politiques de leur camp!
Réponse de le 29/04/2014 à 6:24 :
Il est normal de cibler la défense face à un envahisseur qui réarme. Les échanges français dans ce domaine avec Poutine sont peu importants. L'énergie est également visée tout comme la finance. Ce sont des éléments clés, il n'y a rien de spécifiquement ciblé puisqu'il s'agit d'accords entre alliés anti-Poutine.
a écrit le 28/04/2014 à 9:52 :
Les deux bâtiments BPI en construction à St Nazaire ont du souci à se faire. Encore une claque pour notre industrie de la Défense (et de la construction navale) que personne ne semble prêt à... défendre dans ce gouvernement. On va peut-être récupérer le 1er bâtiment qui est en phase de finition !
Réponse de le 29/04/2014 à 6:30 :
Ils ne devraient pas avoir de mal à trouver des clients vues les tensions accrues dans le monde en raison des visées expantionnistes de Poutine.
a écrit le 28/04/2014 à 9:24 :
Boutons de robinets sphériques et lisses, impossibles à tourner quand on a les mains mouillées et savonneuses, conçus par des designers assis à leur bureau au frais et au sec. Les boutons à ailettes, c'était trop pratique. Idem pour certaines cuisinières. L'Europe ne veut pas de sanctions contre Poutine mais elle a peur des forces noires. Changeons de sujet, doucement...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :