Ukraine : 17 milliards de dollars d'aide du FMI et les forces armées en alerte

 |   |  700  mots
La Russie a aussitôt réagi en sommant Kiev d'arrêter immédiatement la rhétorique belliqueuse qui vise à intimider sa propre population. (Photo : Reuters)
La Russie a aussitôt réagi en sommant Kiev d'arrêter "immédiatement la rhétorique belliqueuse qui vise à intimider sa propre population". (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Kiev a mis mercredi ses forces armées en état d'alerte maximum pour tenter d'empêcher la propagation de l'insurrection pro-russe dans l'est de l'Ukraine, pays qui va bénéficier d'un plan d'aide de 17 milliards de dollars du FMI.

D'un côté, Kiev se voit accorder 17 milliards de dollars d'aide par le Fonds monétaire international (FMI), de l'autre les forces armées sont mises en état d'alerte afin d'endiguer les manifestations pro-ruesses dans lest du pays. Ce sont les deux informations en provenance d'Ukraine la nuit dernière.

Les 17 milliards d'aide, "une action urgente et nécessaire", selon Lagarde

"Une action urgente était nécessaire", a assuré la directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, à l'issue d'une réunion du conseil d'administration du FMI, qui représente ses 188 Etats-membres. Le feu vert de l'institution permet le déblocage "immédiat" d'un premier prêt de 3,2 milliards de dollars à Kiev et va donner un peu d'air à un pays au bord de l'asphyxie financière.

"Etat d'alerte total" à Kiev

Dans le même temps, les forces armées ukrainiennes se sont mises en "état d'alerte total" pour le combat face à la menace d'une intervention russe, a annoncé le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov.

La Russie a aussitôt réagi en sommant Kiev d'arrêter "immédiatement la rhétorique belliqueuse qui vise à intimider sa propre population".

Dans un geste qui devrait irriter encore davantage Moscou, le ministère ukrainien des Affaires étrangères a annoncé que l'attaché militaire russe à Kiev avait été "arrêté" mercredi et "déclaré persona non grata" suite à des "agissements incompatibles avec son statut". Il devrait être rapidement expulsé.

Cameron et Poutine parlent de "moyens pacifiques"

Au cours d'un entretien téléphonique, le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre britannique David Cameron ont convenu que la crise ukrainienne ne pourrait être résolue "qu'avec des moyens pacifiques", a indiqué le Kremlin. A Kiev, Oleksander Tourtchinov a quant à lui déclaré que l'"objectif numéro un (était) d'empêcher le terrorisme de s'étendre" des régions de Donetsk et de Lougansk, en proie à une insurrection pro-russe armée, à d'autres régions.

"Il y a des tentatives de déstabiliser la situation à Kharkiv (est), Odessa (sud), Dnipropetrovsk (est), Zaporijjia (sud-est), Kherson et Mykolaïev (sud)", a-t-il dit.

Progression des pro-russes à l'est

Les rebelles pro-russes, hostiles au pouvoir qui s'est mis en place à Kiev après le renversement du président Viktor Ianoukovitch, ont continué ces derniers jours d'étendre leur emprise sur une série de villes de l'Est ukrainien. Ils contrôlent des sites stratégiques (mairie, siège de la police et des services de sécurité) dans plus d'une douzaine de villes.

C'est le cas de Gorlivka depuis mercredi matin. Selon des médias ukrainiens, quelques dizaines de militants pro-russes ont également occupé mercredi la mairie d'Altchevsk (110.000 habitants), proche de Lougansk.

Les rebelles s'étaient emparé mardi de la plupart des bâtiments officiels de Lougansk, chef-lieu régional d'environ un demi-million d'habitants.

"Une guerre non déclarée" selon Ioulia Timochenko

"L'Ukraine est attaquée. La Russie a lancé une guerre non déclarée contre notre pays dans l'Est", a affirmé mercredi Ioulia Timochenko, ex-Premier ministre et candidate à l'élection présidentielle anticipée prévue le 25 mai.

"Je n'ai aucun doute sur le fait que le but de M. Poutine est d'avoir le contrôle total de l'Ukraine", a pour sa part déclaré mercredi le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

Incertitude pour les observateurs de l'OSCE 

Le sort des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) retenus depuis vendredi par des rebelles pro-russes à Slaviansk, bastion rebelle de l'Est, demeure incertain.

"Le dialogue est constructif, on se comprend les uns les autres", a déclaré mercredi le leader séparatiste de Slaviansk, Viatcheslav Ponomarev, qui a promis de "renvoyer (les observateurs) chez eux à la première occasion".

"Ils sont en bonne santé", a déclaré à Donetsk un porte-parole de l'OSCE, Michael Bociurkiw, qui n'a pas donné d'indications sur l'état des négociations. L'un des huit observateurs initialement retenus, un Suédois, a été autorisé à partir dimanche pour raison de santé. Le président Poutine a déclaré mardi soir "espérer" la libération prochaine de la mission de l'OSCE, sept étrangers et quatre Ukrainiens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2014 à 17:14 :
Voila qui arrive bien. Le pays doit 3.5 milliards à Gazprom et devra au 7 du mois payer par avance ses fournitures. Les prêts du FMI on le sait ne se font qu'avec une forte contrepartie. L'Ukraine n'est pas en mesure d'accepter cette folie mondialiste. L'argent si généreusement promis en "prêt" ne lui sera donc jamais avancé ou que très partiellement. Sachant d'ailleurs que le pays annonce le besoin de 35 milliards pour survivre normalement. L'usurpateur que l'on a mis au pouvoir a de fortes chances pour sa part de ne pas s'en sortir vivant, lui et son gouvernement. Il le sait et joue de façon désespérée la politique du pire. ce sont les ukrainiens qui ne lui pardonneront pas.
a écrit le 02/05/2014 à 12:57 :
17 milliards !! quelle l'aubaine, alors compte tenu de la corruption qui règne à défaut d'un vrai chef... UKRAINE VS RUSSIE qui va les pomper en premier ?
a écrit le 01/05/2014 à 23:26 :
Les Ukrainiens ont produit des photographies d'officiers identifiés comme des officiers du GRU, le service de renseignement de l'armée russe, dont un certain colonel Igor Ivanovitch Strelkov, présent en Géorgie en 2008, puis en Crimée et aujourd'hui à Sloviansk dans l'Est. Beaucoup des «petits hommes verts masqués et en treillis», rencontrés par les journalistes sur les lieux des troubles, parlent un russe parfait et se comportent en militaires aguerris. «Nous ne sommes pas des miliciens, nous sommes les forces spéciales du GRU», ont d'ailleurs fini par avouer trois combattants en treillis à l'envoyé spécial du journal russe indépendant Novaïa Gazeta, Pavel Kanygi. Poutine a mis en place dans son ex-empire, un plan de long terme, apparemment planifié de longue date. Lors de sa conversation télévisée de 4 heures avec la population russe, le chef du Kremlin a utilisé le mot Novorossia (nouvelle Russie), un terme de l'époque tsariste désignant les terres d'Ukraine orientale et méridionale. Ce n'était pas un hasard. Tout un groupe de conseillers officiels du Kremlin a théorisé l'idée d'une partition de l'Ukraine, susceptible de donner naissance à un nouvel État «Novorossia». Derrière le supposé projet de «fédéralisation» de l'Ukraine, c'est cette ambition que semble caresser Poutine Le ministre des Affaires étrangères polonais Radoslaw Sikorski confiait ce week-end que des parlementaires russes avaient offert à la Pologne de récupérer les terres occidentales ukrainiennes! «La Russie est devenue une puissance révisionniste prête à remettre en cause les frontières et le droit», prévient-il, alarmiste.
Réponse de le 01/05/2014 à 23:49 :
Dites, vous nous faites la même avec les visées d'Obama SVP ?
On vous demande pas les visées de la France, Obama devrait donc rester un exercice facile !
Réponse de le 02/05/2014 à 0:02 :
La stratégie du clan Poutine est en effet claire. Elle rappelle les méthodes utilisées par Mussolini dans sa montée au pouvoir.
Réponse de le 02/05/2014 à 0:12 :
OK les gars, vous vous répondez à vous même, enfin c'est pas Mussolini qui a écrit le livre "Le grand échiquier" !
Livre de 1997 où on peut y lire que pour le maintien de l'hégémonie américaine au 21ème sicle, il faudra retirer l'Ukraine de l'influance Russie, qu'elle qu'en soit le prix ! C'est un américain d'origine polonaise, Zbigniew Brzezinski.
Réponse de le 02/05/2014 à 0:15 :
Quel pays Obama a t-il durablement envahit ? Obama n'est ni Staline ni Poutine.
Réponse de le 02/05/2014 à 0:21 :
Mussolini a agit pas Brzezinski. Nous sommes dans le réel et le constats Gaston, pas dans les livres et théories.
Réponse de le 02/05/2014 à 0:29 :
Une hégémonie, une domination vous dis je, ça se fait sans envahir !
Mais pour autant, les peuples sont rarement gagnants, ni consentants si leurs élites n'étaient pas corrompus.
Depuis que les armes nucléaires sont ce qu'elle sont, le combat est économique, financier, monétaire. Et là, même un aveugle voit qui mène la danse !!
Réponse de le 02/05/2014 à 0:53 :
La concurrence existe depuis toujours mais c'est une chose d'être en compétition économique, financière etc et une aure d'être militairement et durablement envahis avec des gens supprimés et envoyés au goulag, des médias censurés, une justice aux ordres, un dictateur qui modifie la constitution pour conserver le pouvoir plus de 3 mandats etc.
Réponse de le 02/05/2014 à 0:54 :
La concurrence existe depuis toujours mais c'est une chose d'être en compétition économique, financière etc et une aure d'être militairement et durablement envahis avec des gens supprimés et envoyés au goulag, des médias censurés, une justice aux ordres, un dictateur qui modifie la constitution pour conserver le pouvoir plus de 3 mandats etc.
Réponse de le 02/05/2014 à 1:13 :
Toujours la même rhétorique, ce sera la domination des gentils anglo-saxons ou ce sera le Goulag du méchant Poutine. Les Français sont contre et encore libre !
a écrit le 01/05/2014 à 21:30 :
Déstabiliser un Etat puis chercher ensuite à le renflouer avec l'argent des contribuables pour mieux le soumettre et faire baisser les prix sur les marchés "nationaux" occidentaux, quelle stratégie !
Réponse de le 01/05/2014 à 23:27 :
Cà prouve seulement que votre analyse n'est pas la bonne.
Réponse de le 01/05/2014 à 23:48 :
On contraire très pertinent !
Réponse de le 02/05/2014 à 0:18 :
Démontrez alors
Réponse de le 02/05/2014 à 0:34 :
Démontrez alors
a écrit le 01/05/2014 à 20:17 :
Quelle heureux hasard de recevoir un financement au moment où l'on veut provoquer une guerre, ou l'on recherche à réarmer l'Ukraine et enrôler dans l'armée les jeunes!
Réponse de le 01/05/2014 à 23:31 :
C'est sûr qu'il va falloir 48 heures pour réarmer l'Ukraine lol. Par contre c'est immédiat en Corée du Nord : MOSCOU, 30 avril - RIA Novosti/La Voix de la Russie La Russie annulera 90% de la dette nord-coréenne qui se monte à 10,94 milliards de dollars, et investit les 10% restants en Corée du Nord conformément à un accord bilatéral ratifié mardi par le Conseil de la Fédération.
a écrit le 01/05/2014 à 18:38 :
Un assaut général des postes de contrôle et bâtiments occupés par les protestataires dans le sud-est de l'Ukraine aura lieu le 2 mai, a fait savoir l'état-major interarmées ukrainien.
Et dire que quelques morts chez les protestataires place Maidan avait tant ému, attendez vous à x10, x100, x1000 morts dans les prochains jours...
Réponse de le 01/05/2014 à 23:36 :
Ce sont les conséquences des manipulations du GRU et invasion russe orchestrée par Poutine. Un expert en "dentelle" depuis la Tchétchénie et la Géorgie entre autres.
Réponse de le 02/05/2014 à 0:07 :
Je comprends pas, l'état-major interarmées ukrainien va lancer un assaut contre sa propre population à l'Est, et Poutine quoi ? C'est lui qui va tenir les fusils aussi ?
Réponse de le 02/05/2014 à 0:28 :
Elle est très bien organisée votre "population" si vous mettez vos lunettes pour regarder et analyser Gaston. Sans les citer tous, il est en vacances le colonel Igor Strelkov ?
a écrit le 01/05/2014 à 18:29 :
Poutine va encore pouvoir augmenter le prix du gaz ! Qui a investi massivement dans les banques ukrainiennes ? les mêmes comme d' habitude ....
Réponse de le 01/05/2014 à 23:38 :
Les russes ont en effet le plus investi dans les banques ukrainiennes. Par ailleurs très bonne chose que le prix du gaz augmente, on peut désormais s'en passer rapidement et il serait temps.
a écrit le 01/05/2014 à 17:31 :
Maintenant on comprend mieux l'empressement des États occidentaux pour "la cause ukrainienne" : encore une bonne affaire pour nos banques. Décidément, un cadeau grec pour un pays déjà en faillite. Poutine doit frotter les mains, le malin !....
Réponse de le 01/05/2014 à 21:29 :
Excusez-moi mais si l'Otan envahit la Russie il y aura beaucoup de morts parmi les français ? ça m'inquiète, on est à la veille du mondial de foot.
Réponse de le 01/05/2014 à 23:41 :
Les banques russes sont les plus impliquées en Ukraine et l'argent du FMI ne va pas aux banques.
a écrit le 01/05/2014 à 16:48 :
Les ukrainiens vont maintenant tater du fouet du FMI, le reveil va etre brutal pour eux : disette et grande mise au menu avec des hausses de prix fulgurantes, une inflation galopante et adieu aux services a taux preferentiels.
Réponse de le 01/05/2014 à 23:44 :
Vous voulez parler des ukrainiens de l'Est qui vont être gérés par les bandes mafieuses dont le chef est Poutine, comme dans les parties occupées de Géorgie, Moldavie et désormais Crimée. Cà va en faire des machines à sous pour le blanchiement d'argent comme à Vladivostock.
Réponse de le 02/05/2014 à 0:03 :
L'Ukraine de l'Est, qui commerce avec la Russie, est bien plus riche que les arriérés à l'Ouest, qui ne font que cultiver la terre.
Réponse de le 02/05/2014 à 0:43 :
Vous connaissez bien mal l'Ukraine pour faire ce raccourci simpliste. A l'Est beaucoup d'entreprises datent de l'ère soviétique et sont obsolètes.
a écrit le 01/05/2014 à 16:01 :
La Slovaquie et l'Ukraine sont parvenues à un accord sur les livraisons à Kiev du gaz en provenance de l'Europe occidentale, censé réduire la dépendance de l'Ukraine envers la Russie. « Les deux pays sont parvenus à un accord qui aidera l'Ukraine à recevoir des livraisons de gaz », a déclaré le ministre Tomas Malatinsky. En vertu de cet accord les fournisseurs occidentaux pourront livrer du gaz à l'Ukraine par le biais du vieux gazoduc de réserve de Vojany en Slovaquie orientale, jusqu'ici inutilisé. « L'opérateur du réseau de transit de gaz slovaque, Eustream, va procéder à des adaptations technologiques pour permettre un lancement rapide des livraisons de gaz en sens inverse, et pour augmenter sa capacité ». JUSQU'À 10 MILLIARDS DE MÈTRES CUBES Le gazoduc de Vojany pourra être lancé en octobre, avec une capacité initiale de 3 milliards de mètres cubes par an, qui pourra être portée à 10 milliards de mètres cubes à partir de mars 2015, a déclaré plus tôt cette semaine le porte-parole d'Eustream, Vahram Chuguryam.
Réponse de le 01/05/2014 à 16:20 :
Bravo pour l’interconnexion du vieux, mais le Gaz, il viendra d’où, QUI VA LE PAYER?
Ces dernières années, on connait l'Ukraine pour leur tendance à ne pas payer le Gaz livré (puisqu’en cas de coupure, c"est nous qui en souffriront), donc pas sûre que ce soit les tuyaux vers l'Ukraine le problème mais plutôt les tuyaux vers la CE !!!
NON a la fourniture de Gaz aux Ukrainiens aux frais des contribuables Européens !!
Réponse de le 01/05/2014 à 16:40 :
Bon exemple et en effet bonne solution que d'isoler un pays au pouvoir trop agressif et expantionniste, celui de Poutine, sans oublier de s'armer en conséquence.
Réponse de le 01/05/2014 à 17:52 :
Jacques, c'est sympa de nous dire quoi penser !!
Vous êtes aussi pour qu'on crache au bassiné en payants les factures de Gaz aux Ukrainiens ? L'Europe va si bien pour avoir cette générosité ?
Réponse de le 01/05/2014 à 23:49 :
Le FMI et la banque mondiale financent la partie Ouest de l'Ukraine sous conditions et sous forme de prêt. Il ne faut par ailleurs pas croire que le pays manque totalement de ressources. La part d'argent européen est faible. L'Ukraine n'est pas destinée enfin à être définitivement en difficultée. Les crises ne durent pas si longtemps.
Réponse de le 02/05/2014 à 0:14 :
Oui, les crises durent pas si longtemps, comme celle venu des USA en 2007-2008, dont on voit pas le bout !!
Réponse de le 02/05/2014 à 0:34 :
Vous auriez préféré une gestion comme celle de 29 ? Et faites la distinction entre crise de 2008 et autres impacts, mondialisation etc. La crise de l'Uraine et plus, elle vient de Poutine cette fois.
a écrit le 01/05/2014 à 15:57 :
Poutine détiendrait pas moins de 40 milliards de dollars en actions et en liquide. Une fortune colossale amassée grâce à des participations dans Gazprom et d'autres groupes d'hydrocarbures. Il possèderait ainsi 4,5% du géant gazier Gazprom (dirigé par son ancien adjoint à la mairie) et au moins 50% de la plus importante société privée d'exportation du pétrole russe, Gunvor gérée par Guennadi Timchenko, observe la spécialiste de la Russie Françoise Daucé. Vladimir Poutine entreposerait en Suisse une partie de son pactole. Les Etats-Unis pourraient demander la coopération de la Suisse pour identifier des placements faits sous des prête-nom. Le Kremlin a toujours démenti l'ampleur de la fortune du président, qualifiant ces chiffres d'"absurdes". "Vladimir Poutine a construit son image sur la probité, la relative modestie et la promiscuité avec le peuple, rappelle Françoise Daucé. De telles révélations seraient donc très mauvaises pour son image". "D'ailleurs, assure la spécialiste, depuis son accession au pouvoir, aucun journaliste russe n'a réussi à enquêter sur la question des biens personnels de Vladimir Poutine sans avoir de très gros ennuis". La fortune du président reste, pour l'instant, le secret le mieux gardé de Moscou.
Réponse de le 01/05/2014 à 21:47 :
Le roi du copié-coller venant encore de sévir vers 16h, voilà la même réponse :
Si vous voulez dénoncer la centaine de personne qui possède autant que 3 milliards d'humains, be my guest !
Mais je crains que dans ce lot les Américains soient aussi très bien représenté !!!
Réponse de le 01/05/2014 à 23:58 :
Là il s'agit d'un chef d'Etat d'un pays qui est en plus encore émergent malgré ses ressources. Obama n'a pas ce pactole. Un peu d'honnêteté Gaston.
a écrit le 01/05/2014 à 15:47 :
Comme avec le FN séparatiste en France, les liens du Jobbik parti d'extrême droite hongrois avec Moscou n'ont cessé de se renforcer, selon l'analyse publiée, sous le titre The Russian Connection, par le Political Capital Institute de Budapest. Moscou passe pour le principal mécène du parti de M. Vona, en vertu de ce que la « doctrine eurasienne » de M. Poutine, exposée en 2011 dans le quotidien russe Izvestia, appelle les « moyens actifs » pour soutenir les partis « amis » dans toute l'Europe.
Réponse de le 01/05/2014 à 16:43 :
C'est important de souligner et rappeler cela en effet car les agissements du dictateur Poutine ne se limitent pas, loin s'en faut, à l'invasion de Ukraine.
Réponse de le 01/05/2014 à 18:39 :
Et son homologue en Europe, le Barroso (qui n'a JAMAIS ete elu) n'est pas mal non plus notamment en refusant le resultat des referendums de 2005 aux Hollandais, Francais et Irlandais qui avaient ose voter non et ainsi ridiculiser la caste de ces technocrates. Bientot les elections europeennes, ca va swinger dans les urnes et au parlement europeen !
Réponse de le 01/05/2014 à 21:31 :
C'était pas Poutine qui a dit "Moi président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit en chaque instant exemplaire" ??
Réponse de le 02/05/2014 à 1:13 :
Pour l'histoire plutôt que la propagande politicienne séparatiste du FN, le référendum de 2005 était le 3e d'une série après Maastricht. Il concernait 17 pays dont la majorité avait déjà voté favorablement. Il a été modifié puis voté par l'Assemblée. Ce n'était pas un simple référendum mais un texte lourd et impliquant tous les pays européens d'alors et après déjà une série de 3 référendums. Quant à Barroso on voit mal pourquoi 510 millions d'européens de 28 pays auraient à l'élire puisque nous sommes encore dans une Europe des Nations mais pas confédérale ni fédérale. Mais il est vrai que les le Pen et le FN parti séparatiste soutenu par Poutine comme bcp d'autres partis séparatistes en Europe afin d'affaiblir cette dernière au bénéfice de l'Eurasie de Poutine, promeut le Fédéralisme en Ukraine mais le séparatisme en Europe ! Pour le pouvoir tout est bon même se contredire à longueur de temps.
Réponse de le 02/05/2014 à 1:39 :
FN pas beau, Poutine pas beau, Barroso ouiiii, ouiii; encore !
We want Europe to be one so we can give it to America !
a écrit le 01/05/2014 à 14:29 :
Messieurs les journalistes, et si au lieu 'd'aide du FMI, on parlait de prêt du FMI ?

Aide a une connotation humanitaire qui est très éloignée des actes du FMI...
a écrit le 01/05/2014 à 13:05 :
MOSCOU, 30 avril - RIA Novosti/La Voix de la Russie La Russie annulera 90% de la dette nord-coréenne qui se monte à 10,94 milliards de dollars, et investit les 10% restants en Corée du Nord conformément à un accord bilatéral ratifié mardi par le Conseil de la Fédération.
Réponse de le 01/05/2014 à 13:09 :
A l'UE tout est fermé, 1er mai oblige. Seuls œuvrent les trolls précaires en CDD, qui en sont réduits à recommencer leur copier-coller, faute de fonctionnaires eurocrates disponibles pour leur fournir les éléments de langage du jour ...en revanche sur le site "les crises" de Berruyer, ça bosse : 5 remarquables chapitres sur l'histoire, les langues, les religions de l'Ukraine !
Réponse de le 01/05/2014 à 16:22 :
Faut croire que ce ne sont pas des Trolls EU, mais OTAN.
L'EU se fout de la Corée du Nord.
a écrit le 01/05/2014 à 12:25 :
Sur ces 17 milliards, combien seront destinés à aider les ukrainiens ? Combien dans les poches de Timochenko ?
Réponse de le 01/05/2014 à 21:51 :
La questions est surtout combien de milliards perdu venant de nos poches !!
Perdu - au final - car pour la décence, c'est actuellement présenté comme un prêt, viendra ensuite la restructuration...
a écrit le 01/05/2014 à 12:09 :
Depuis les Lumières et Voltaire, l'Europe perpétue la tradition d'une amitié avec la Russie. Au siècle dernier, plusieurs intellectuels européens - Pablo Neruda, André Gide, Jean-Paul Sartre, entre autres - ont joué un rôle que Lénine a décrit comme celui d'"idiots utiles". Aujourd'hui, le flambeau a été repris par certains éditorialistes et politiciens, et en particulier des hommes politiques allemands, comme l'ancien chancelier Helmut Schmidt ou des gens comme "Gaston", "Gisèle", "Yvan" etc les trolls poutiniens sur la Tribune.
Réponse de le 01/05/2014 à 12:33 :
, Il y a les idiots de Poutine ", il y a aussi les " idiots d'Obama " Le mieux c'est quand même de n'être " l'idiot de personne " ce qui nécessite, j'en conviens, un peu plus de discernement et de courage.
Réponse de le 01/05/2014 à 12:43 :
En tous les cas, les dindons de la farce sont les peuples européens trahis par leurs élites qui les détestent, au point que ces dernières veulent dissoudre les nations dans le gloubi boulga du mondialisme oligarchique ! Ne pas oublier que Poutine est membre d'honneur de la City est qu'Obama prend ses consignes chez les banksters de Wall Street !
a écrit le 01/05/2014 à 12:05 :
Alors l'Ukraine peut déjà payer une partie de sa dette de gaz à la Russie.
Réponse de le 01/05/2014 à 14:29 :
En fait ces 17 millards c'est seulement une promesse conditionnée à nombre d'exigences envers le pouvoir autoproclamé de Kiev. Dans l'immédiat le versement ne sera que de 3.2 millards. Une nouvelle Grèce est en train de naître en Ukraine, pauvres gens...
Réponse de le 01/05/2014 à 16:35 :
Normal qu'il y ait des contreparties vu l'état dans lequel le pion de Poutine, Yanoukovitch a mis l'Ukraine. Elle avait un taux de croissance de 12% il y a encore quelques années. Si vous voulez voir les résultats quand Poutine passe, allez dans les territoires pris en Géorgie et voyez déjà la situation en Crimée. Regardez les voyous qu'il uitilise et les députés de la Douma qui ont des intérêts dans les casinos de Vladivostock etc.
Réponse de le 01/05/2014 à 22:20 :
L’Ukraine avait encore un taux de croissance de 12% il y a encore quelques années... Vous voulez dire vers 2004, avant la révolution Orange ? Ben zut alors, pourquoi ont ils fait cette révolution là si avait une croissance de 12%, dites, ils étaient rongés par le désespoir ?? Ou certain aime bien organiser des révolutions ?
Réponse de le 02/05/2014 à 1:19 :
Le taux de croissance de l'Ukraine a été élevé jusqu'en 2007. La révolution Orange de 2004 est liée aux tricheries du clan Poutine avec Yaoukovitch. Gaston refait l'histoire comme d'habitude !
Réponse de le 02/05/2014 à 2:07 :
Vous confirmez que la croissance était forte en 2004, chacun comprendra.
Vos collègues vous ont pas informé que la CIA avait fait un documentaire sur l'organisation des révolutions coloré ? C'est même disponible sur YouTube, avec 51.000 vues !
www.youtube.com/watch?v=1zUg9NrkcAQ Faut se mettre à la page !
a écrit le 01/05/2014 à 11:57 :
Les services de renseignement européens ne sont pas dupe de la soi-disant «non-ingérence» des services du Kremlin dans les troubles à l'est de l'Ukraine: la liste de 15 noms publiée mardi matin par l’Europe inclut pour la première fois des responsables du renseignement militaire russe (GRU), dont l'un «a été impliqué dans des incidents à Sloviansk». L'UE met directement en cause la responsabilité de l'armée russe - et plus particulièrement le GRU, sa redoutable direction du renseignement - dans la multiplication des coups de force à l'est de l'Ukraine. Au sommet de cette hiérarchie, Valeri Guerassimov, chef d'état-major de la Fédération de Russie et Igor Sergoun, directeur général du renseignement militaire et «responsable des activités des agents du GRU dans l'est de l'Ukraine», qui font leur entrée sur la liste noire. De même 5 chefs de guerre en Ukraine: Guerman Prokopiv, leader de la «Garde de Lougansk», Valeri Bolotov, meneur de l'«Armée du Sud-Est», Tsyplakov Guennadevitch, meneur de la «Milice populaire du Donbass», Andriy Pourguine, responsable de la «République de Donetsk», et bien sûr, Denis Pouchiline, figure de proue des irréductibles dans la capitale du Donbass. Et ce n’est qu’un début.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :