Fort ralentissement de l'inflation en Chine

 |   |  492  mots
Les autorités pourraient assouplir leur politique monétaire après les sévères coups de vis de l'an dernier, et adopter des mesures de relance pour stimuler une activité fléchissante. (Photo : Reuters)
Les autorités pourraient assouplir leur politique monétaire après les sévères coups de vis de l'an dernier, et adopter des mesures de relance pour stimuler une activité fléchissante. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
L'inflation s'est établie à 1,8% en Chine en avril sur un an, nourrissant les craintes de tensions déflationnistes. L'objectif fixé par Pékin est de 3,5%. En proie au ralentissement de son économie, la Chine pourrait rouvrir les vannes du crédit.

Encore un signe de ralentissement en provenance de Chine. La hausse des prix à la consommation, principale jauge de l'inflation en Chine, a connu un net ralentissement en avril, à 1,8% sur un an, a annoncé vendredi le Bureau national des statistiques (BNS), alimentant les craintes de tensions déflationnistes dans le pays. Favorisée par une forte modération des prix alimentaires, cette accalmie intervient après une accélération à 2,4% le mois précédent. L'inflation s'établit désormais à son plus bas niveau depuis octobre 2012. Elle se maintient par ailleurs très en-dessous du plafond de 3,5% d'inflation annuelle reconduit en mars par Pékin, soucieux d'endiguer toute flambée des prix pour prévenir les mécontentement sociaux.

Tensions déflationnistes

L'inflation en Chine s'était maintenue à 2,6% en 2013, soit le même niveau qu'en 2012. Mais les experts évoquent à présent des risques de tensions déflationnistes, sur fond de ralentissement de la deuxième économique mondiale.

"C'est une mauvaise nouvelle, parce qu'un taux d'inflation trop bas traduit une faiblesse de la demande, tant en termes de consommation que de besoins d'investissements", souligne Lu Ting, analyste de Bank of America Merrill Lynch.

Selon lui, la consommation a notamment été pénalisée par le ralentissement de la hausse des revenus, la morosité de la conjoncture économique et l'énergique campagne anti-corruption entamée l'an dernier par Pékin. Le soudain refroidissement du marché immobilier a également contribué à miner la confiance des consommateurs et investisseurs.

"Mais c'est également une bonne nouvelle, parce que la mise sous contrôle de la hausse des prix offre une marge de manoeuvre à la banque centrale (PBOC) pour maintenir des taux interbancaires à un niveau bas (...) et garantir une croissance stable du crédit", a ajouté Lu Ting.

>> Lire La Chine malade de son système bancaire

Vers une ouverture des vannes du crédit

Les autorités, qui ont récemment réitéré leur objectif de croissance économique de 7,5% pour 2014 en vue de garantir l'emploi, pourraient ainsi assouplir leur politique monétaire après les sévères coups de vis de l'an dernier, et adopter des mesures de relance pour stimuler une activité fléchissante.

"Ces assouplissements de la politique (monétaire) paraissent plus probables, alors que les dangers sur le marché immobilier se précisent et que l'inflation dégringole", abonde Zhang Zhiwei, de la banque Nomura.

Il continue donc de tabler sur un abaissement, d'ici à fin juin, des taux de réserves obligatoires imposés aux établissements financiers, afin des les inciter à prêter davantage aux ménages et entreprises.

"Une telle mesure, accompagnée par un ajustement des taux d'emprunt de référence tels que déterminés par la banque centrale, pourrait permettre d'améliorer de façon significative les conditions de crédit auxquelles font face les entreprises chinoises", ont observé les experts de la banque ANZ.

>> Lire La Chine va-t-elle rouvrir les vannes du crédit ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2014 à 18:19 :
La devise de la Chine doit évoluer fortement. Ce pays doit respecter le plan d'ouverture signé en secret avec les occidentaux (Qui peu en douter ?) Il n'est pas possible de prétendre lutter contre la "hot money" pour différer ce terme.
a écrit le 09/05/2014 à 14:23 :
Bêtise, la Chine vient d'avoir une croissance du trimestre supérieure à celle attendue. D'ailleurs le jour où les journaux économiques français deviendront moins un outil de propagande que des vrais véhicule sd'information, on aura certainement une idée plus fidèle des autres économies. Mais.... à qui profitera ce "crime" ?
a écrit le 09/05/2014 à 11:02 :
Comme tout le monde : rattrapés par la crise. Et ils ont la joie d'avoir aussi construit une magnifique bulle immobilière. Ca va être amusant.
a écrit le 09/05/2014 à 9:03 :
tiens , tiens , tiens ? , merrill lynch pose une bonne colle , une faible inflation participe a une érosion de la croissance et de la consommation ? , en europe on a cette politique européenne depuis plus de dix ans .. en france les budgets sont faux depuis 1992 .. ou la croissance fut maintes fois revue a la baisse en trimestres .. alors là chapeau de voir le lapin chez le chinois et pas en europe .. pour les chinois la fin du tout consommateur est arrivé ?.. cela commence a être la panique au casino mondial qui nous prend pour des vaches a lait ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :