Faute d'accord avec les fonds spéculatifs, l'Argentine se retrouve en défaut de paiement

 |   |  645  mots
Le ministre de l'Économie a attribué la responsabilité de cette situation inédite au juge Griesa. L'Argentine a payé, elle a de l'argent, elle va continuer à payer. C'est le juge Griesa le responsable, a-t-il martelé en référence à l'argent bloqué par le magistrat. (Photo : Reuters)
Le ministre de l'Économie a attribué la responsabilité de cette situation "inédite" au juge Griesa. "L'Argentine a payé, elle a de l'argent, elle va continuer à payer. C'est le juge Griesa le responsable", a-t-il martelé en référence à l'argent bloqué par le magistrat. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
L'agence de notation Standard and Poor's (S&P) avait abaissé la note de l'Argentine d'un cran à "défaut sélectif" un peu avant que le ministre argentin de l'Économie Axel Kicillof n'annonce à la presse depuis New York que les deux parties s'étaient séparées sans accord.

L'Argentine et les fonds spéculatifs américains n'ont finalement pas réussi à se mettre d'accord mercredi sur la dette de Buenos Aires, qui se retrouve désormais en situation de défaut de paiement, treize ans après celui de 2001.

L'agence de notation Standard and Poor's (S&P) avait abaissé la note de l'Argentine d'un cran à "défaut sélectif" un peu avant que le ministre argentin de l'Économie Axel Kicillof n'annonce à la presse depuis New York que les deux parties s'étaient séparées sans accord.

Un montant de 539 millions de dollars

Ce scénario a poussé mécaniquement l'Argentine au défaut de paiement sur un montant certes minime pour un État, de 539 millions de dollars, comparé aux 100 milliards de dollars de 2001, le plus important défaut de l'Histoire. La troisième économie d'Amérique latine n'était pas en situation de pouvoir payer cette somme avant jeudi matin (6h, heure française).

À l'issue de la réunion, le ministre argentin a assuré que les fonds spéculatifs avaient "essayé de [leur] imposer quelque chose d'illégal (...). L'Argentine est prête à dialoguer, à trouver un consensus. Nous allons chercher une solution juste, équilibrée et légale pour 100% de nos créanciers".

Trouver une "solution juste"

Buenos Aires "va rembourser" les porteurs de bons issus de la dette restructurée, mais "à des conditions raisonnables, sans tentative d'extorsion, sans pression, sans menace", a-t-il ajouté, niant que son pays soit en situation de défaut de paiement. "L'argent est là, bien évidemment si nous étions en défaut, il ne serait pas là", a-t-il expliqué avant de rentrer pour Buenos Aires.

L'Argentine avait obtenu un délai de 30 jours qui expirait mercredi pour régler les 539 millions de dollars à des créanciers ayant consenti une remise de dette de 70% après la crise économique de 2001.

Mais le juge américain Thomas Griesa a bloqué ce paiement, ordonnant à l'État argentin de payer d'abord 1,3 milliard de dollars à NML et Aurelius, deux fonds "vautours" spécialisés dans le rachat de dette à risque et détenteurs de moins de 1% de la dette concernée.

"L'Argentine a de l'argent et va continuer à payer"

Aussi le ministre de l'Economie n'a-t-il pas manqué d'attribuer la responsabilité de cette situation "inédite" au juge Griesa. "L'Argentine a payé, elle a de l'argent, elle va continuer à payer. C'est le juge Griesa le responsable", a-t-il martelé en référence à l'argent bloqué par le magistrat.

Pour la première fois les négociateurs argentins avaient rencontré directement les représentants de NML et Aurelius autour d'un médiateur à New York pour sortir de l'impasse, sans résultat:

"Nous leur avons fait une offre. Nous leur avons proposé de faire un gain de 300%. Ca n'a pas été accepté, parce qu'ils veulent plus et ils le veulent maintenant", a expliqué Axel Kicillof.

Or le juge Griesa s'est montré hermétique aux demandes du gouvernement argentin, refusant le sursis à exécution du jugement qui permettait à Buenos Aires de payer sans s'exposer à une avalanche de poursuites des autres créanciers.

Les banques privées à la rescousse ?

La directrice générale du FMI Christine Lagarde a pour sa part minimisé l'impact d'un défaut. "Même si un défaut est toujours regrettable, nous ne pensons pas qu'il aura des conséquences majeures en dehors" du pays, a-t-elle estimé.

Une des alternatives évoquées par la presse argentine durant les dernières heures des négociations pour sortir de la crise est l'intervention de banques privées argentines. Par le biais d'un montage complexe, elles verseraient l'argent dû par le gouvernement aux deux fonds en rachetant leurs créances puis elles s'arrangeraient avec celui-ci pour se faire rembourser.

Cette solution permettrait de contenter NML et Aurelius, et éviterait que les autres créanciers ne reviennent à la charge pour demander l'intégralité de leur dû.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2014 à 21:15 :
Les fonds vautours dans toutes leurs splendeurs : s'acharner sur les faibles pour faire de l'argent .C'est toujours le peuple qui va trinquer alors que ces fonds vautours vont se gaver sur la misère des autres Il faudra bien qu'un jour ce libéralisme soit supprimé et que s'acharner sur le faible pour spéculer soit interdit.
Réponse de le 31/07/2014 à 21:35 :
Ben bien sur!!!! Vous l'avez eu où votre Prix Nobel d Economie ?
Réponse de le 31/07/2014 à 21:51 :
Tout a fait d'accord. Les gens étaient bien plus hereux sous Mao, Staline et Polpot.
a écrit le 31/07/2014 à 20:48 :
A TOUS LES BOBO-LCHEVIQUES ROMANTIQUES QUI S'EXPRIMENT ICI :
- RANGEZ VOTRE ANTIAMERICANISME PRIMAIRE: là bas, la JUSTICE EST INDEPENDANTE (même Obama ne peut rien faire pour les argentins, qu'il a soutenu ouvertement puisque son administration a déclaré contre les fonds ("amicus curiae" déposé il y a quelques mois) !!!!
- REVISEZ VOTRE COMMON LAW (pour les ignares, = le droit anglo saxon). Si ce droit ne vous plait pas, et bien fallait pas emprunter sous loi US !!!! (loi de l'Etat de NY e l'occurrence) !!!!!
- RENSEIGNEZ VOUS SUR L'ARGENTINE et le bilan magnifique des Kirchner: corruption, violence, pressions sur la presse, expropriation au bénéfice d'amis, chômage, inflation, conflits ouverts avec tous les voisins (Chili, Uruguay, Brésil...), ET DES DIRIGEANTS ET LEURS AMIS MILLIARDAIRES ALORS QUE LE PEUPLE SOUFFRE!!!!!
a écrit le 31/07/2014 à 18:19 :
Qui signe un contrat le respecte. Et Kicilof peut faire son démago pour les médias et le populo qui ne connaissent pas une ligne du contrat signe, peu importe.
Réponse de le 31/07/2014 à 20:13 :
et la prise de risque de non remboursement, qui justifie les taux d’intérêts, qu'en pensez vous ?

Si il n'y a plus aucun risque d’être rembourser, comment justifier ces fameux taux d’intérêts ?

L’irresponsabilité est des deux coté...
Réponse de le 02/08/2014 à 19:54 :
"Si il n'y a plus aucun risque d’être rembourser, comment justifier ces fameux taux d’intérêts ? "

Votre patron peut vous payer dans 10 ans, sans intérêt, ou bien ??
a écrit le 31/07/2014 à 17:20 :
Euh non, si j'emprunte 100 à un taux d'intérêt de 4% par an, je devrai 104 l'année prochaine....
a écrit le 31/07/2014 à 17:10 :
Il est grand temps de suivre l'exemple de l'Argentine dans d'autres pays et de ne pas céder aux charognards de la finance.
Les fonds vautour ont joué.. et perdu. Leur faillite serait salutaire.
Quand à la "justice" américaine.....
a écrit le 31/07/2014 à 14:02 :
Argument stupide et d'une mauvaise foi totale du ministre Argentin : le juge est le responsable. En fait, non : le juge applique la loi. La loi est simple et globalement la même dans tous les pays : j'emprunte 100, je rembourse 100. Pas 30, pas 50 : 100. Si je ne suis pas capable de rembourser mon dû, je suis saisi (en l'espèce, le paiement bloqué par la justice Américaine). Par contre, si je ne veux pas rembourser, comme c'est le cas ici, je suis un voleur.
Et toutes les considérations pseudos-philosophiques sur les gentils mauvais-payeurs harcelés par les méchants créanciers n'y changeront rien !
Réponse de le 31/07/2014 à 16:37 :
on ne peut quand même laisser faire n'importe quoi à des montages plus ou moins mystérieux et après s'enquérir de la loi !
Réponse de le 31/07/2014 à 17:11 :
« le juge applique la loi ».
Qu’en savez-vous ? La dette argentine a été restructurée selon les règles admises par la communauté financière internationale (celles du Club de Paris). Et le juege US a manifestement décidé de s’asseoir sur ces règles (comme le font généralement les USA du droit international).
Et puis menez votre argumentation jusqu’au bout :
Les USA ont refusé en 1971 de rembourser leurs dollars papier contre de l’or comme prévu par les traités qu’ils avaient signés.
Ce sont donc « des voleurs » ! Il faut donc saisir tous les avoirs US en garantie…
Réponse de le 31/07/2014 à 20:03 :
"La dette argentine a été restructurée selon les règles admises par la communauté financière internationale ("

Sauf, justement, par ces fonds, d'ou LEUR DROIT, cqfd.


"Les USA ont refusé en 1971 de rembourser leurs dollars papier contre de l’or comme prévu par les traités qu’ils avaient signés."

C'est faux. Il ne s'agit pas de "rembourser", mais de lier $ et or, ce qui était devenu impossible à cause des dollars émis par l'EUROPE en grande quantité.


"Ce sont donc « des voleurs » ! Il faut donc saisir tous les avoirs US en garantie…"

Voleur de quoi ??
Réponse de le 31/07/2014 à 22:51 :
"C'est faux. Il ne s'agit pas de "rembourser", mais de lier $ et or, ce qui était devenu impossible à cause des dollars émis par l'EUROPE en grande quantité."

C'est nouveau l'Europe émet des dollars... c'est à se demander à quoi peut bien servir la FED?
a écrit le 31/07/2014 à 13:12 :
le fond vautour ETAT français c'est bien pire !
a écrit le 31/07/2014 à 13:10 :
L'Argentine toujours dans le deni de réalité !
Mais qu'es ce qu'il leur faut pour qu'ils se rendre compte que leur mode de pensée est encore perdant ? La picardia : le bon coup est leur mode de fonctionnement illusoire et l'anthithese du droit coutumier qui prevaut partout et qui suppose la collaboration de bonne foi entre le citoyen et l'Etat. A vouloir se prétendre joueur faut il etre le plus fort ou alors il faut accepter la défaite; apres tant d'echec dans leur agissements l'Argentine va s'enfoncer dans le coma., hélas !
a écrit le 31/07/2014 à 13:00 :
Ces fonds Vautour ont certainement racheté cette dette en s'endettant eux-mêmes, grâce aux taux ultra bas de la FED.
J'espère sincèrement qu'ils couleront.
a écrit le 31/07/2014 à 12:43 :
Question: L'Argentine ne pourrait pas payer en euros sa dette au Club de Paris au lieu de dollars,pour ne pas être obligée de passer par les Etats Unis et éviter ainsi le juge Griesa ou d'autres juges américains?.
Voyez ce qui s'est passé pour la BNP aux USA,elle a fait des opérations en dollars avec certains pays,ces opérations étaient légales en Europe mais pas aux Usa ,car il s'agissait des pays sous embargo américain.Du moment où les opérations se font en dollars , elles doivent être compensées sur le territoire américain.Si ces opérations s'étaient fait en euros,la BNP n'aurait pas payé 8.9 milliards d'euros d'amende
Réponse de le 31/07/2014 à 16:09 :
" L'Argentine ne pourrait pas payer en euros sa dette au Club de Paris au lieu de dollars"

Ils achètent des Ipad, donc faut des dollars !! ;-)
a écrit le 31/07/2014 à 12:01 :
On se réjouit dans nos médias atlantistes avec l'état dont se retrouve l'Argentine à ce moment mais, attention, cela peut un jour nous arriver, ne soyons pas trop naïfs de ne pas y croire. Les fonds vautours et les agences de notation sont américaines et tant que le monde se pliera à ce diktat US aucun pays n'est plus à l'abri.
Réponse de le 31/07/2014 à 12:05 :
"cela peut un jour nous arriver,"

Non, car nous nous allons rembourser notre dette, évidement.
Réponse de le 31/07/2014 à 13:48 :
En êtes-vous si sûr ?
Réponse de le 31/07/2014 à 14:49 :
Evidement.

Comme disait Louis le Grand "l'Etat demeurera toujours", donc il faut le laisser sans tâche.
Réponse de le 31/07/2014 à 15:15 :
@Nicolas: Vous avez fait ma journée, je vous en remercie. En espérant que vos propos étaient bien à prendre avec ironie...
Réponse de le 31/07/2014 à 16:08 :
Point du tout.

L'honneur du pays est plus important que quelques millier d'euros de plus ou de moins pour la population pour son avenir. Mais bon, le fait même de s'endetter sans mesure prouve que l'Etat sous la pression populaire gère à court terme. Donc j'imagine que penser un peu plus loin que son nombril (son nez ?) vous semble amusant ?
Réponse de le 31/07/2014 à 17:50 :
Vous raisonnez comme les supers économistes qui nous ont amenés là où nous sommes aujourd'hui. Merci bien ! @nicolas
Réponse de le 31/07/2014 à 20:04 :
"Vous raisonnez comme les supers économistes qui nous ont amenés là où nous sommes aujourd'hui. Merci bien ! "

Je ne suis pas du tout socialiste, donc je ne vois pas le rapport (??)
a écrit le 31/07/2014 à 11:40 :
Mais qui souhaite un tel rendement de son argent. Et puis un fond "vautour" ce n'est pas un fond créé pour tout un chacun. ceci explique que 1% de la population mondiale détient près de la moitié des richesses du monde et plus car ce 1% comme beaucoup d'autres ne déclareraient pas leur fortune à son réel niveau.
a écrit le 31/07/2014 à 11:14 :
Les fonds vautours n'ont qu'un objectif faire un maximum de rentabilité sur les états faibles . .ils sont sans pitié et pour eux un seul objectif : le rendement . peu importe les conséquences sur les gens ils s'en moquent pour eux seul compte l'argent
Réponse de le 31/07/2014 à 11:29 :
scandaleux!
Réponse de le 31/07/2014 à 12:49 :
Et nous des ets bancaires sont aux bords de manque de liquidite apres des placements a risques, septembre ne vat pas etre triste, idem pour le livret a et le pel qui servent a financers les rancons de liberation d'otage
a écrit le 31/07/2014 à 10:47 :
SUR LA PAILLE LES NARCO POPULISTES !
Bien fait :-)))))
MERCI AUX JUGES de rappeler qu'un contrat c'est un contrat; et pas une bidouille politique de crapules corrompues pour gagner des élections.
Réponse de le 31/07/2014 à 11:05 :
J'espère que les habitués du site auront remarqué au ton du commentaire et à son contenu profondément réfléchi qu'il ne s'agit que d'une coïncidence de prénoms. Merci José de ne pas entretenir l'amalgame.
Réponse de le 31/07/2014 à 13:26 :
SALUT A TOI CAMARADE BOL.CHEVIQUE !
J'ESPERE QUE TU ES FIER du résultats de tes idoles Kirchner, Chavez et Poutine.
Ils ont été élus sur la PROMESSE d'agir pour leur peuple, ils l'ont abruti, ruiné, violenté et sont aujourd'hui MILLIARDAIRES !!!
BRAVO! CONTINUEZ !!!!
Réponse de le 31/07/2014 à 15:06 :
Dieux reconnaîtra les siens
a écrit le 31/07/2014 à 10:21 :
De quel droit un juge américain s'arroge le pouvoir de juger un état C'est au FMI de décider pas à la justice américaine qui est au service des différents lobbies et qui prend souvent des décisions aberrantes en terme d'indemnisation. L'ordre doit être mondial pas américain sinon c'est la loi de la jungle c'est à dire la loi du plus fort.
Réponse de le 31/07/2014 à 12:04 :
"De quel droit un juge américain s'arroge le pouvoir de juger un état"

Lorsqu'un Etat se comporte comme une personne privé, il est soumis à la Loi privé, comme c'est le cas ici. Par ailleurs, pour éviter les magouilles, les contrat de prêts indique que la Loi et le Juge sont d'un Etat différent de celui du pays émetteur.
Par exemple, si l'Etat grec conteste, ce sera devant un juge Anglais, sous le droit Anglais. Visiblement, les emprunt argentins sont -et les fonctionnaires.élus argentins l'ont accepté- de droit US, soumis au jugement d'un juge US.
a écrit le 31/07/2014 à 10:03 :
Ca ne choque personne que le fond ultra spéculatif qui souhaite, pardon, qui exige une rentabilité à 3 chiffres soit finalement éventuellement payé par le FMI ....
La rentabilité rémunère un risque, or il est ou ce risque quand le FMI te couvre ? comment peut on avoir l'audace d'etre aussi gourmand ?
Réponse de le 31/07/2014 à 12:08 :
"Ca ne choque personne que le fond ultra spéculatif qui souhaite, pardon, qui exige une rentabilité à 3 chiffres "

Si l'argentin le dit, vu qu'il est TRES honnête, c'est sans doute vrai : il faut toujours croire la parole d'un argentin...


"La rentabilité rémunère un risque"

Non, un prêt.


"comment peut on avoir l'audace d'etre aussi gourmand ?"

On vous prête 1000, vous DEVEZ rembourser 1000, peut importe à qui, puisque c'est le contrat que vous avez librement choisi de respecter. Avec votre raisonnement, un locataire pourrait garder le logement qu'il loue si le propriétaire change ???
Réponse de le 31/07/2014 à 19:01 :
L'Argentine n'a pas vraiment eu le choix que d'accepter cette contrainte ... il est clair que ça ne mène à rien, et que la situation ne s'améliorera pas de cette manière.

la rentabilité d'un placement quel qu'il soit est généralement accompagné d'un risque adéquat. Le prêteur a joué, il perd, pas de chance ...

L'Agentine propose de rembourser non seulement les 1000 mais de donner en plus 3000 ... vous trouvez ça injuste ?
a écrit le 31/07/2014 à 10:00 :
L'oligarchie US est prise de rage hégémonique.
Tout ce qui échape à sa domination doit être détruit. Les néocons sont au pouvoir et ils détruisent tout ce qu'ils approchent.
Mais l'Histoire nous apprend que les pays pris de délire impérialiste, même s'ils infligent d'énormes pertes à leurs proies, finissent par s'effondrer.
a écrit le 31/07/2014 à 9:59 :
On préfère parler de "fonds vautour" plutôt que de l'unique individu à leur direction... quel courage journalistique!
a écrit le 31/07/2014 à 9:57 :
En quoi la justice américaine a des droits sur un pays souverains ?
Réponse de le 31/07/2014 à 10:09 :
La justice gère simplement un contentieux entre une entreprise américaine et l'état d'Argentine. La justice a été saisi par les fonds américains évidement.
Réponse de le 31/07/2014 à 10:43 :
Sauf qu'un Etat souverain n'a aucune obligation à se soumettre à une décision de justice prise par un tribunal étranger. C'est particulièrement vrai des USA qui n'ont jamais suivi l'arbitrage d'un tribunal non américain!
Réponse de le 31/07/2014 à 11:31 :
eh! oui, mais les Amerlocs ont droit à beaucoup de choses...
Réponse de le 31/07/2014 à 12:12 :
"particulièrement vrai des USA qui n'ont jamais suivi l'arbitrage d'un tribunal non américain!"

N'importe quoi.
Bon, je comprend : l'URSS et l'Allemagne Nazi vous manque..
Réponse de le 31/07/2014 à 13:54 :
Vous délirez et êtes à court d'argument, parce qu'il faut être à sec pour invoquer l'Allemagne nazie dans cette histoire....
Réponse de le 31/07/2014 à 14:56 :
"'il faut être à sec pour invoquer l'Allemagne nazie dans cette histoire...."

Hitler n'a jamais parler de la dette de l'Allemagne sans doute ?
Ok, c'était du pipo, elle n'existait plus, mais tout de même, il en a fait un outil de propagande, que vous reprenez, en prétendant ne pas la payer.
Idem pour le criminel contre l'humanité Lénine, qui entre deux génocides (18 millions de morts tout de même) a bien expliqué que jamais l'Etat ne rembourserait ses dette..
Vous êtes en charmante compagnie, donc..

Par ailleurs il est évident que dans la mondialisation, qui est aussi celle du droit, les Etats doivent de plus en plus reconnaitre les décisions de justice des autre Etats, si du moins la réciproque est vraie,- et que le système judiciaire ne suis pas vos idées.

Je vous rappel qu'un Etat agissant comme un particulier est assimilé à un particulier, plus à un Etat. C'est du simple bon sens, du reste, au delà du coté Juste de la chose.
Réponse de le 01/08/2014 à 9:31 :
@rémy : rien de mystérieux dans le montage : quand on s'endette sur les marchés, la dette peut changer de main.
@Tony : votre raisonnement me semble hors sujet : ce n'est pas parce qu'il y a eu d'autres mauvais payeurs dans l'Histoire que cela légitime tous les mauvais payeurs ! Sinon, je n'ai plus qu'à dire à mon banquier que je reprendrai mes échéances quand ma Grand-mère aura été payé de ses emprunts russes...
a écrit le 31/07/2014 à 9:56 :
ceux qui passent leur temps a dire qu'il ne faut pas payer ses dettes devraient regarder la situation de l'argentine depuis 2002 ( y compris les 40% d'inflation annuels)
a écrit le 31/07/2014 à 9:48 :
Voilà un avant-goût de ce qui va arriver en France dans quelques mois ou année avec la gestion socialiste. Merci à cette équipe de bras cassée.
Réponse de le 31/07/2014 à 11:17 :
Les bras cassés d'avant étaient pas mieux
Réponse de le 31/07/2014 à 12:05 :
L'équipe d'avant c'était 500 milliards de dettes en plus en seulement 5 ans (1200 à 1700 milliards). Question : où est passé cet argent ?
Réponse de le 31/07/2014 à 12:25 :
"L'équipe d'avant c'était 500 milliards de dettes en plus en seulement 5 ans "

7 MILLIONS de fonctionnaires. Certes, Sarkozy à, sous les insultes, réduit leur nombre de 30.000 ( a ce train là..) tandis que la gauche, qui cogérait la France, en embauchait 250.000....
a écrit le 31/07/2014 à 9:38 :
C'est pour ça que l'humanité n'a pas d'avenir. Trop de parasites vivent de et entretiennent la misère de la majorité.
a écrit le 31/07/2014 à 9:36 :
Si l'on veut éviter les fonds vautour, il faut éviter de lever de la dette sur les marchés....pas facile mais surtout il faut le faire à bon escient... ce qui manque à beaucoup de personnes politique car comment faire du clientélisme si l'on ne peut dépenser l'argent public en politiques ruineuses et parfois inutiles. Les pauvres argentins, ils vont voir leurs impôts et taxes monter en flèche.... ceci dit, en Europe, la France est le pays dont les taux de prélèvements sont les plus forts, et c'est démontré économiquement, donc inutile de polémiquer la dessus.
Réponse de le 31/07/2014 à 12:27 :
"Si l'on veut éviter les fonds vautour, il faut éviter de lever de la dette sur les marchés.."

C'est surtout que sauf en cas de guerre mondial, un Etat n'a PAS DU TOUT à s'endetter..
a écrit le 31/07/2014 à 9:34 :
Certains devraient se rappeler que l'Argentine est un état souverain et que les décisions de la justice des Etats Unis s'arrêtent à ses frontières. A moins d'accepter que les US gouvernent le monde.
Les relations entre alliés ne peuvent être basées que sur l'équilibre, sinon il s'agit de relations du dominant au dominé.
Réponse de le 31/07/2014 à 9:58 :
alors, on ressort sa petite rhetorique marxiste? vous vouliez dire ' de l'exploitant et de l'exploite', tres certainement
Réponse de le 31/07/2014 à 10:08 :
Et d'autres devraient se rappeler que les contrats ont été signés en droit américain (et non argentin). Rien d'étonnant à ce que la justice américaine (indépendante du gouvernement américain, même si ça en surprend plus d'un par ici) se prononce en matière de respect dudit droit américain (et non de considérations géopolitiques).
Réponse de le 31/07/2014 à 11:04 :
Sauf que le droit américain ne s'applique pas en Argentine. Donc les Argentins peuvent s’assoir sur cette décision s'ils le souhaitent.
Réponse de le 31/07/2014 à 12:34 :
"Sauf que le droit américain ne s'applique pas en Argentine."

Sauf que, visiblement, le droit argentin prévoie que l'on peut choisir le droit américain plutôt qu'argentin, et donc, appliquer ce droit US en argentine. Comme en France, quoi..
a écrit le 31/07/2014 à 9:31 :
Tout par en sucette ... l'argentine, la France vers une situation comme la Grèce ! Déflation en Europe !
a écrit le 31/07/2014 à 9:21 :
La politique populiste et irresponsable de Buenos Aires a conduit, une fois encore, ce beau pays qui ne manque pas d'atouts, droit dans le mur.
Réponse de le 31/07/2014 à 11:16 :
C'est peut-être bien vrai, mais ce n'est pas le sujet.
Réponse de le 31/07/2014 à 12:23 :
"La politique populiste et irresponsable de Buenos Aires a conduit, une fois encore,"

Oui, mais la populace doit être drôlement demeuré dans ce pays pour voter pour des démagos à quasi chaque fois..
a écrit le 31/07/2014 à 9:19 :
Les Argentins ne respectent pas leur parole donnée : il ne faut pas faire de bussiness avec ces voyous qui ne respect pas la morale des affaires.
Et tant mieux s'ils restent des sous développés.
Réponse de le 31/07/2014 à 9:29 :
En même temps ils ont fait 9% de croissance entre 2006 et 2010. Après la crise leur taux de croissance s'est effondré à 2-3%. On aimerait avoir le même genre d'effondrement en France ou l'on se traine à 0% depuis 5 ans!
Réponse de le 31/07/2014 à 11:01 :
@Nicolas
Vous avez lu l'article au moins? L'Argentine proposait aux fonds vautours une culbute de 300%, ce qui est déjà scandaleux vu la création de richesse absolument nulle de ces fonds, mais ça ne leur suffisait pas. Alors vous savez où vous mettre votre "morale".
Quant à l'appellation "fonds vautours", qu'attend le WWF pour saisir la justice au nom de ces volatiles qui n'ont pas mérité ça?
Réponse de le 31/07/2014 à 13:58 :
+ 100 Totalement vrai!
Réponse de le 31/07/2014 à 14:58 :
"L'Argentine proposait aux fonds vautours une culbute de 300%, ce qui est déjà scandaleux vu la création de richesse absolument nulle de ces fonds"

La Propriété est un DROIT, et pas du tout conditionné par des histoires de "création de richesse". L'Etat Argentin, qui n'en crée du reste aucune, doit rembourser ses dettes afin que chacun retrouve ce qui lui appartient.
a écrit le 31/07/2014 à 9:15 :
coup de grace pour certains ets bancaires francais
Réponse de le 31/07/2014 à 9:35 :
hors sujet
a écrit le 31/07/2014 à 9:13 :
Pouquoi n'y a t il aucune solidarité avec l'Argentine vis à vis des fonds vautours? En particulier de la part du FMI qui , devrait etre là pour réguler un peu tout ça?
On comprend qu'il s'agit de principe , puisque la somme à honorer est minime . On ne voit donc pas pourquoi ,des "grands"ne mettraient pas leur poids dans la balance pour faire cesser ce chantage et si besoin est la main au porte-feuille
a écrit le 31/07/2014 à 9:10 :
Il est sain que les mauvais payeurs soient mis en face de leurs responsabilités. Et il est malsain qu'un pays n'emprunte pas dans sa monnaie nationale.
Réponse de le 31/07/2014 à 11:13 :
Même motif, même punition. Apprenez à lire avant d'écrire, c'est un procédé qui a fait ses preuves.
a écrit le 31/07/2014 à 9:06 :
Bien fait pour ces fonds charognards. Ils n'auront finalement pas un centime!
Réponse de le 31/07/2014 à 9:37 :
Les fonds en questions sont les seuls qui ont prété...La preuve que personne ne leur fait confiance.

En gros vous aimez les voleurs
Réponse de le 31/07/2014 à 10:06 :
Ils n'ont aucunement prêté mais racheté de la dette au moment du défaut de paiement de l'argentine en 2001. Il ne faut pas tout confondre
Réponse de le 31/07/2014 à 10:06 :
Faudrait lire tout le sujet , ces fonds n'ont jamais prêté d'argent à l'Argentine. Ils ont juste racheté à celui qui avait prêté 1000 une dette en la payant 10 et il veulent touché 1000. L'argentine propose 300 comme aux autres créancier mais cela ne leur suffit pas.
qui est un voleurs ??
Réponse de le 31/07/2014 à 11:10 :
Merci à Attention et joker de mettre les points sur les i à ceux qui suivent l'actualité avec leur moelle épinière, mais qui n'en font pas moins l'opinion, malheureusement.
Réponse de le 31/07/2014 à 12:21 :
"Ils n'ont aucunement prêté mais racheté de la dette "


Et ?

On a prêté aux argentins CAR on pouvait vendre cette dette en bourse. Indirectement donc, ils ont prêté.

De toute façon, la n'est pas le sujet. Aucun patron ne divise le salaire de son salarié lorsque sa femme trouve du travail sous prétexte qu'il "a assez". Ce n'est pas la question, la seul étant de RESPECTER SA PAROLE.
a écrit le 31/07/2014 à 9:05 :
les Argentins ont raison, même si ça attirera des difficultés. Il faut aussi que les vautours meurent dans le piège qu'ils se sont tendu. Ils achètent au plus bas en spéculant, dans l'espoir qu'ils vont récupérer au plus haut moyennant des procédures . Ils rêvent .....ces inutiles vicieux.
a écrit le 31/07/2014 à 9:02 :
"Nous leur avons fait une offre. Nous leur avons proposé de faire un gain de 300%. Ca n'a pas été accepté, parce qu'ils veulent plus et ils le veulent maintenant",je vois que l'appellation de fond vautour n'est pas usurpé.Sachant que les actions ne valaient plus rien au moment de leur achat .Une belle culbute en perspective.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :