D'un défaut à l'autre, retour sur la crise argentine en 8 étapes

 |   |  887  mots
La justice américaine réclame que l'Argentine rembourse 1,3 milliards de dollars aux fonds vautours. (photo : Reuters)
La justice américaine réclame que l'Argentine rembourse 1,3 milliards de dollars aux fonds vautours. (photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
L'Argentine retient son souffle à quelques heures d'un possible défaut de paiement. Retour sur une affaire qui prend racine en 2001.

Fin du suspens ce mercredi pour l'Argentine, menacée d'un défaut de paiement suite à la décision de justice la forçant à rembourser 1,3 milliard de dollars à deux fonds vautours qui ont refusé de se soumettre aux restructurations de 2005 et de 2010. Retour sur une affaire qui prend racine en 2001, lors du défaut de paiement du pays.

2001 : défaut de paiement

Le pays est affaibli par les mesures drastiques du FMI qui ont accompagné les divers plans d'aide des années 90. Il  est en pleine récession et se situe dans une spirale déflationniste. Même si sa dette n'est pas particulièrement importante (53,9% du PIB), les mauvaises perspectives de l'économie viennent limiter la confiance des investisseurs qui exigent des primes de risque toujours plus élevées. Les taux d'intérêt des obligations passent de 10% au début de l'année 2001 à plus de 30% à la fin de l'année.

Au mois d'août, le FMI accorde une avance de 8 milliards de dollars à l'Argentine. Malgré des mesures d'austérité (baisse de 13% du revenu des fonctionnaires), le déficit dérape et atteint 4% du PIB. Au mois de décembre, le FMI suspend son aide. Le pays est en défaut de paiement.

2003-2008 : reprise de la croissance 

Après une année 2002 marquée par la récession, le chômage (23%) et la pauvreté (57%), l'économie argentine se redresse. Le programme de contrôle des capitaux instauré en 2001 est supprimé et la croissance bondit à 9%.

Entre 2003 et 2008, la croissance atteint même en moyenne 8,5%. Elle s'explique par l'augmentation de la demande intérieure et la baisse de valeur du peso qui a augmenté les exportations, notamment de produits agricoles comme le soja. La banque centrale a même pu accroître ses réserves de change et a réussi à conserver une quasi-stabilité avec le dollar (3 pesos pour un dollar)

2005 : première restructuration de la dette

Après le défaut de paiement de 2001, l'État argentin souhaite restructurer sa dette auprès de ses créanciers. En 2005, 75% des investisseurs acceptent la restructuration avec une décote de 70%. 

2008 : achat d'obligations par des fonds spéculatifs

Dans le but de réaliser des plus-values, des fonds spéculatifs dont NML Capital et Aurelius Capital Management font l'acquisition d'une partie de la dette argentine sur le marché secondaire. Du fait de la restructuration, l'acquisition de ces titres ne leur coûte presque rien. NML Capital s'en sort par exemple pour 50 millions de dollars.

2010 : seconde restructuration de la dette 

Lors de cette nouvelle restructuration, 18% des investisseurs initiaux, qui n'avaient pas accepté la première décote de 2005 se prêtent au jeu. Désormais, 93% des investisseurs initiaux ont accepté l'effort demandé par l'Argentine en échange d'une promesse de remboursement.

Mais 7% des investisseurs n'ont toujours pas accepté les restructurations et souhaitent être remboursées en totalité, parmi lesquels NML Capital et Aurelius Capital Management.

Ces derniers vont mener une action en justice auprès de la justice américaine pour être remboursés en intégralité et avec intérêts. Les obligations concernées sont en effet soumises à la juridiction de l'État de New York.

Août 2013 : la justice américaine donne raison aux fonds vautours

La Cour d'appel de New York condamne l'Argentine à rembourser 1,3 milliards de dollars aux deux principaux fonds spéculatifs qui ont refusé les deux étapes de restructuration. Ains, désormais, NML Capital doit recevoir 800 millions de dollars de l'État argentin, au lieu des 50 millions de dollars que lui ont coûté les titres de dette argentine.

Été 2014 : un dilemme pour l'Argentine

Fin juin 2014, la Cour suprême des États-Unis rejette le dernier recours de l'Argentine. Le pays doit payer. Mais elle s'y refuse. Le problème, c'est qu'elle doit faire face à un versement à ses créanciers restructurés de 500 millions de dollars avant le 31 août. Le versement a été effectué, mais le juge new yorkais Thomas Griesa en charge de faire exécuter le remboursement aux fonds vautour bloque la somme tant que le remboursement n'a pas eu lieu.

Autre problème : si l'Argentine rembourse les fonds vautours, elle s'expose ensuite à rembourser les autres investisseurs qui n'ont pas accepté la restructuration. La facture s'élèverait alors à plus de 10 milliards de dollars.

>>Lire : L'Argentine ne souhaite pas rembourser les fonds vautours

Et demain ?

Un effet boule de neige est à craindre. Car les détenteurs d'obligations qui ont accepté la restructuration peuvent faire valoir, avant la fin de l'année, la clause RUFO (Rights Upon Future Offers), contenue dans les accords de restructuration, qui empêche un créancier d'être privilégié par rapport à un autre. 

A cause de cette clause, l'Argentine pourrait être contrainte d'améliorer son offre pour tous ses créanciers qui ont vu leur créance restructurée. Dans ces conditions, la facture pourrait s'élever à 100 milliards de dollars. Cela ne serait pas soutenable pour l'Argentine dont les réserves ne dépassent pas les 30 milliards de dollars, et ne cessent de fondre depuis le début de l'année, alors que le pays se trouve à nouveau en pleine crise monétaire. Mais les dernières informations en provenance de New York, où Buenos Aires négocie actuellement avec les fonds vautours sous l'oeil du médiateur Daniel Pollack, font croire à un accord avant ce soir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2014 à 10:55 :
Le droit et la justice, ce n'est pas la même chose
C'est ce qui attend la France et les autres pays endettes quand les taux vont remonter.
A suivre
a écrit le 31/07/2014 à 7:37 :
L'Argentine a signé des contrats de prêts cessibles avec clause de pari passu et clause de compétence aux juridictions des Etats-unis. Par ailleurs l'administration Obama a pris le parti de l'Argentine devant les tribunaux américains. Que ceux qui n'y connaissent rien s'abstiennent de commenter.
Réponse de le 31/07/2014 à 9:59 :
Vous vous prenez pour un expert, encore un. Un métier en voie de développement. Est ce que le camembert va augmenter afin que j'achete des actions chez le fermier ou bien j'achète une centaine de bouteilles de lait que je pourrais revendre à prix d'or,
a écrit le 30/07/2014 à 15:47 :
Que risque l'Argentine si elle ne paie pas, si elle n'obéit pas à un tribunal étranger? Une invasion militaire des USA?
a écrit le 30/07/2014 à 14:31 :
Les USA sanctionnent la Russie, ils le font maintenant avec l'Argentine qui a rejoint les BRICS.
Mais où est donc passé Obama le donneur de leçons de morale. Il doit trouver normal que des fonds de pensions escrocs achètent de la dette pour ensuite lancer une action en justice (justice américaine) et rafler 15 fois plus ce qu'ils n'ont investi. Juteux business.
L'Argentine ne doit pas céder d'un pouce. C'est crucial.
a écrit le 30/07/2014 à 11:18 :
Le veau d'or, les vautours et tous les veaux de la terre vont à l'abattoir en chœur. La Grèce risque un retour de flamme. pour les africains la France "généreuse" efface la dette. juste une aide déguisée favorisant nos entreprises...enfin certaines.
a écrit le 30/07/2014 à 9:48 :
Le communisme est mort .... le capitalisme va suivre .... bref, une victoire à la Pyrrhus ! (je suis ne pas coco ... je constate simplement)
a écrit le 30/07/2014 à 9:25 :
SUR LA PAILLE LES NARCO BOL.CHEVIQUES !
Bien fait.
.
Merci M. le juge Griesa, un bon avertissement pour les Gouvernements corrompus de ce monde (Russie, Venezuela, Iran, etc...) !
Réponse de le 30/07/2014 à 11:45 :
Et tu crois que c'est le gouvernement argentin qui va être sur la paille ? qui va en souffrir ?

J'aimerais bien voir ta réaction envers ces mêmes juges si demain les taux de la France bondissait et qu'un juge américain nous demandent de rembourser des centaines de milliards d'euros qui seront financés par l'augmentation de tes impôts...
Réponse de le 30/07/2014 à 12:41 :
on devrai te faire un credit et te demander de rembourser 16 foi plus que ce que tu emprunte tu dirai pas des choses comme ca! les fond vautour c'est du vol de la part des investisseur le pays visé n'est même pas au courant que les créancier revende leur dettes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :