Canal de Panama : une révolution pour le commerce mondial en 10 dates

Le 15 août 1914, le canal de Panama est inauguré par les États-Unis. Une révolution pour le commerce: plus besoin de passer par le dangereux Cap Horn pour passer de l'atlantique au pacifique. Un siècle plus tard, il fait face à de nouveaux défis.

4 mn

Le navire américain SS Ancon devient le premier à passer de l'atlantique au pacifique via le canal de Panama. Une révolution pour le commerce international.
Le navire américain SS Ancon devient le premier à passer de l'atlantique au pacifique via le canal de Panama. Une révolution pour le commerce international. (Crédits : Panama Canal History Museum)

Plus besoin de passer par le Cap Horn! Le 15 août 1914, le canal de Panama est inauguré par le passage du navire américain SS Ancon sur les 80 kilomètres de longueur de l'isthme. Un véritable progrès technologique permettant de gagner du temps pour les échanges de marchandises. Retour sur un projet d'origine française, sa gestion américaine et son actualité panaméenne.

  • 1903: Traité Hay-Buneau-Varilla
    Ce traité stipule la concession à perpétuité de la zone du canal aux États-Unis, devenant de facto une colonie américaine.
  • 1904: Relance du projet par les États-Unis
    Quinze ans après la faillite de la Compagnie universelle du canal interocéanique, le projet est relancé grâce à un accord entre les États-Unis et l'État de Panama, fraîchement indépendant. Le corps des ingénieurs de l'armée américaine décide de faire un canal à écluses, contrairement au projet initial de Ferdinand de Lesseps.
  • 1964: Conflits
    Des émeutes éclatent car des panaméens souhaitent récupérer la souveraineté de la zone du canal. L'armée est déployée, une vingtaine de panaméens sont tués, des centaines d'autres, blessés. Panama coupe ses relations diplomatiques avec Washington. Mais ces émeutes restent en arrière-plan des élections panaméennes de 1968 et le canal reste sous contrôle américain.

  • 1977: Accord sur la rétrocession du canal à Panama
    Le général panaméen Omar Torrijos, chef de l'État depuis sa prise de pouvoir en 1969, signe un traité avec le président américain Jimmy Carter. Ce traité Torrijos-Carter stipule la rétrocession du canal de Panama à l'État de Panama au 31 décembre 1999.
  • 1988: état d'urgence
    Le général Manuel Noriega, au pouvoir depuis le milieu des années 1980, décrète l'état d'urgence, en raison de relations tendues avec la Maison-Blanche, soucieuse de l'instabilité du pays, dans une zone stratégique pour l'économie et l'armée américaine.

  • 1er janvier 2000: le canal est panaméen
    La rétrocession signée par les États-Unis lors du traité Torrijos-Carter est effective. L'Autorité du canal de Panama (ACP), régie autonome, gère désormais l'entretien du canal.

  • 2006: lancement du projet d'extension du canal
    Un projet d'extension du canal de Panama est planifié par le gouvernement panaméen. Son coût est estimé à plus de 3,7 milliards d'euros et son achèvement prévu pour son centenaire.
    Si le projet est mené à bien, avec l'installation de nouvelles écluses, l'isthme de Panama sera alors capable d'accueillir des porte-conteneurs "Post-Panamax" transportant jusqu'à 12.000 conteneurs. Ce qui permettrait de doubler le transit.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 15/08/2014 à 19:21
Signaler
et n'oublions pas le canal du Nicaragua si les Chinois mènent le proejt à bien :-)

à écrit le 15/08/2014 à 11:58
Signaler
Si, au lieu de routes sales et bruyantes, nous avions des canaux partout avec aéroglisseurs pédalos à turbines, il n'y aurait aucune pollution, aucun effet de serre, aucune maladie cardiaque et obésité grandissante, aucun déficit des états...! Chacun...

le 15/08/2014 à 15:13
Signaler
Pour les pédalos, nous avons déjà le capitaine !

le 15/08/2014 à 15:46
Signaler
"une parfaite santé à marcher" Non, s'il n'y a plus que des canaux, on ne sait pas marcher sur l'eau. C'est bien, vous avez supprimé toute maladie de la surface de la Terre, vive la marche et le pédalo, ça rend heureux. J'imagine la période des vaca...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.