Ukraine : risque d'un "point de non-retour" selon l'Union européenne

 |   |  185  mots
Kiev accuse des soldats russes d'avoir détruit un village à l'Est de l'Ukraine.
Kiev accuse des soldats russes d'avoir détruit un village à l'Est de l'Ukraine. (Crédits : reuters.com)
A quelques heures du Conseil européen, qui doit aborder la crise ukrainienne à Bruxelles, Kiev accuse l’armée russe d’avoir attaqué un village de l’est du pays. Le président de la Commission, José Manuel Barrosso, a mis en garde contre « une situation de non-retour. »

Des « centaines de blindés étrangers » et des « milliers de soldats étrangers » se trouvent sur le sol ukrainien et ces chars russes ont détruit un village de l'Est du pays, selon Petro Porochenko, le président ukrainien. Il s'exprimait en fin de matinée lors d'une conférence de presse à Bruxelles avant l'ouverture du Conseil européen qui doit aborder la crise ukrainienne samedi après-midi. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a de son côté estimé que la situation dans ce pays risquait d'atteindre « un point de non-retour. »

Durcissement des sanctions contre la Russie en perspective

 A Paris, le Président François Hollande a déclaré que les sanctions de l'Union européenne contre la Russie seraient sans doute augmentées. « Il est clair qu'après cette intervention russe en Ukraine (...) les dirigeants de l'Union européenne vont sans doute demander à la Commission européenne de préparer le prochain niveau de sanctions » a également considéré le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel, de passage à Paris où se tient la rencontre des leaders socio-démocrates européens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2014 à 22:33 :
Pourquoi, quand je lis les commentaires des articles sur le conflit ukrainien, j'ai a chaque fois la sensation de lire une succession de commentaires pro-russes qui nous vante les mérite de la mère patrie russe qui vient sauver l'Ukraine des méchant nazi extrémiste je ne sait quoi? Les russes font donc de la propagande jusque dans les site de news européen?
Réponse de le 01/09/2014 à 0:39 :
Il semblerai que vous vous intéressé au sujet que très récemment, faut creuser un peu pour connaitre la vérité (et on trafique pas des centaines de vidéo comme ça)
Réponse de le 01/09/2014 à 8:47 :
C'est marant, j'ai la même impression que vous mais à l'inverse. Dans tous les média, on prône la raison occidentale et la folie russe. Heureusement qu'il y a un bon sens des lecteurs pour contredire ces inepties. Informez-vous mieux si vous en avez le temps.
a écrit le 31/08/2014 à 20:11 :
J.M. Barroso lance l’UE dans la course à la guerre « Point de non-retour » !. Après le coup d’état de Kiev organisé par les Etats-Unis (Confère la conversation téléphonique entre la sous-secrétaire d’Etat Victoria Nuland et son ambassadeur américain à Kiev sur youtube, au cours de laquelle elle lui indique quels doivent être les nouveaux dirigeants ukrainiens choisis par Washington. Le coup d’Etat proprement dit a lieu fin février 2014 après le coup de fil, preuve que ce sont bien les Etats-Unis les commanditaires et qu’ils dirigent l’UE, voir les conférences sur la collusion Etats-Unis/Commission européenne à ce sujet sur upr.fr.), J.M. Barroso poursuit leur objectif de déstabilisation et de mainmise sur l’Ukraine, et confirme qui l’emploie réellement (Cf Qui gouverne l’Europe de François Asselineau).
Les Etats-Unis utilisent cette méthode de soutien des coups d’état de par le monde depuis la seconde guerre mondiale afin d’imposer par la dictature et la force le modèle économique de l’ultralibéralisme développé par l’Ecole de Chicago à l’instar de Milton Friedman. Naomi Klein fournit les faits et les preuves dans son livre La stratégie du choc. L’analyse géopolique de F.Asselineau de l’upr sur News360x confirme ce constat notamment avec le cas méconnu mais récent du Kirghizistan. Hollande doit refuser toute implication belligérante comme l’y oblige l’article 14 du préambule de la constitution du 27 octobre 1946, et donc sortir de l’UE et de l’Otan par l’article 50 du tue.
a écrit le 31/08/2014 à 17:32 :
Le "point of no return" a été déjà dépassé : Kiev est déjà effectivement sous une dictature militaire américaine implantée avec le soutien des principaux pays de la zone euro. L'Allemagne payera le prix en euros et en sang pour sa lâcheté, la trahison et des crimes de guerre qui sont et qui seront commis par la suite en Ukraine. Donbass prépare son avenir en prennant distance des néonazis qui à ce moment gouvernent une partie du pays et qui sortent dans la rue à Kiev. Les allemands pensent-ils que Moscou permettra aux néo-nazis d'occuper Saur Mogila et installer des missiles nucléaires dans Kharkiv ? Les allemands pensent-ils que '"le berceau" de la Russie sera sous l'occupation nazie permanentement ? Les allemands ont maintenant déjà perdu une génération à cause de leur folie. Ils auront de la chance pour ne pas perdre encore plus. Ou alors seront chanceux de ne pas survivre à la génération actuelle.
Réponse de le 31/08/2014 à 18:34 :
Excellent John, tout à fait d'accord avec votre post.
a écrit le 31/08/2014 à 12:45 :
Il est impératif d'éviter le point de non-retour et d'arrêter de penser vis à vis de la Russie comme on pense à l'égard de nos voisins embourgeoisés, sinon on va vers une catastrophe! Que se passera t il si l'on continue sur cette voie? L'Etat ukrainien va se désagréger, c'est évident, car nous n'avons pas la volonté ni les moyens de stabiliser les choses, seule la Russie le peut, même si son rôle est trouble! Et les conséquences pour les ukrainiens seront terribles avec des répercussions sévères chez nous : immigration ciminalité, etc.... J'ai beaucoup de sympathie pour nos petits voisins baltes, mais il serait bien plus réaliste de leur part d'en avoir aussi pour leur voisin russe. Qu'un pays comme l'Estonie ait 30 % de sa population russophone devrait l'inciter à reconnaître cette population dans sa langue et sa culture. Les élites lithuaniennes vivent dans un délire pour provoquer la Russie, en espérant qu'une simple annonce de protection des etats-Unis ou de l'Europe suffise... Quant à l'UE, je ne préfère même pas en parler....
Réponse de le 31/08/2014 à 17:33 :
Le "point of no return" a été déjà dépassé : Kiev est déjà effectivement sous une dictature militaire américaine implantée avec le soutien des principaux pays de la zone euro. L'Allemagne payera le prix en euros et en sang pour sa lâcheté, la trahison et des crimes de guerre qui sont et qui seront commis par la suite en Ukraine. Donbass prépare son avenir en prennant distance des néonazis qui à ce moment gouvernent une partie du pays et qui sortent dans la rue à Kiev. Les allemands pensent-ils que Moscou permettra aux néo-nazis d'occuper Saur Mogila et installer des missiles nucléaires dans Kharkiv ? Les allemands pensent-ils que '"le berceau" de la Russie sera sous l'occupation nazie permanentement ? Les allemands ont maintenant déjà perdu une génération à cause de leur folie. Ils auront de la chance pour ne pas perdre encore plus. Ou alors seront chanceux de ne pas survivre à la génération actuelle.
a écrit le 31/08/2014 à 12:34 :
L’enfant turbulent, atteint de délires à douze ans, subitement privé de foot et de jouer la pétanque, a eu la chance de découvrir qu’avec ses diatribes de gosse, il parvenait à extérioriser sa joie ou calmer les tourments propres à l’exaltation de sa jeunesse sympathisante aux chemises brunes. Une thérapie naturelle pour un adolescent encouragé par un prix de Troll Anti-Poutine de la presse française. De son corps désavantagé, naîtra la volonté d’apprivoiser la différence. L’apprentissage de la hargne, de l'anti-communisme primaire et d'une foi aveugle (et aveuglante) dans les valeurs les plus pourries de ce monde (Otan, Bilderberg, zionisme, FN, etc etc) et en suivant des cours de "bashing" contre tout ce qui y était contraire à ces dogmes pourris, il présentera finalement son sujet de prédilection dans nos forums, et qu’il étendra à toutes les autres sujets confondus englobant la haine et la mauvaise foi : la propagande anti-Poutine. Pathétique, certes, mais incurable.
a écrit le 31/08/2014 à 11:50 :
Quelle tristesse, quant on pense qu'aucun de ces nombreux satellites espions, avions de surveillance et autres drones de nos maîtres américains n'est parvenu à produire des images de ces multiples incursions massives de l'armée de la Fédération de Russie régulièrement annoncées par M. Porochenko. Qu'à cela ne tienne, je suis certain que les Russes interviennent d'une façon ou d'une autre en Ukraine pour y défendre, comme nous, leurs intérêts. Appliquons leur des sanctions pour les en dissuader, même si cela doit nous mettre un peu plus au fond du trou.
Réponse de le 01/09/2014 à 8:52 :
Et vous ne trouvez pas ça bizarre vous qu'aucune image comme vous le dites nous parviennent avec tous les moyens qui existent? Ou bien vous êtes nâïf, ou bien vous êtes un inconditionnel atlantiste.
a écrit le 31/08/2014 à 11:17 :
Un malentendu entre Russes et Occidentaux ? (!) Mais quel malentendu ? ! Quand les Russes ont quitté la RDA et les autres pays du pacte de Varsovie, il avait été convenu que l’OTAN ne franchirait pas les limites qu’elle avait atteintes en 1990. Puis la Russie s’est séparée de son empire colonial à ses marches du Sud. Qu’ont fait les Américains ? ( puisque les Européens ne sont que des pantins )
Ils se sont empressés de violer leurs engagements et ont opéré un encerclement de la Russie, puis ils ont essayé de piller les richesses pétrolières et gazières grâce à leur homme de paille, Boris Eltsine. Cette tactique n’ayant pas fonctionné pour cause d’arrivée d’un certain Poutine, ils ont investi des sommes énormes pour déstabiliser l’Ukraine qui était une création russe du temps de l’empire soviétique. Maintenant les Américains s’aperçoivent que les Ukrainiens n’ont pas du tout envie de s’entretuer et encore moins de faire la guerre à la Russie puisque la quasi totalité des cadres de l’armée ukrainienne a choisi de rejoindre le camp russe. Comme en Syrie ou en Libye ou même en Irak les Américains entretiennent une armée de mercenaires sanguinaires qu’ils protègent de toute action judiciaire. Les Ukrainiens savent bien que des sionistes se sont alliés avec des nazis grâce à la bienveillance des USA et d’Israël qui tire les ficelles de cette sinistre partie d’échecs. Les Ukrainiens savent que les Américains après avoir promu un califat en Irak pour mettre enfin la main sur le pétrole que le gouvernement irakien n’était plus disposé à leur donner, en créer un autre en Libye avec l’objectif d’exploser l’Algérie et pourrir la France définitivement. Alors l’auteur de l’article parle de MALENTENDU ? C’est un incroyable foutage de gueule ! ! ! Et puis quelle bonne blague que de dire les ” Occidentaux “.. Ce sont des voyous de la politique et de la finance qui en Occident fomentent guerres et chaos contre la volonté des populations européennes écoeurées qui ne sont évidemment jamais consultées ! ! Et bien si c’est cela être ” occidental ” et bien, je ne suis plus occidental !
Réponse de le 31/08/2014 à 11:31 :
Tout a fait raison, c'est qui ceux qui pousse pour la guerre ? les patins mis par les US au Conseille de l’Europe, non seulement je ne suis plus occidentale mais aussi plus européen. Avant tout je suis Français et je reste Français uniquement.
a écrit le 31/08/2014 à 11:17 :
Question: engagé dans le conflit bosniaque au milieu des années 90, nous avons séparé le Kosovo de la Serbie sous prétexte que celui-ci était peuplé en majorité d'Albanais et en minorité de Serbes. Pourquoi ne pas appliquer le même principe et accorder l'indépendance aux régions ukrainiennes peuplées en majorité de Russophones puisque c'est ce qu'ils désirent. Ah j'oubliais que le français à la mémoire courte, et les médias nationaux aussi manipulateurs que leurs homologues russes...
a écrit le 31/08/2014 à 9:17 :
Le point de non-retour ? Mais il y en a déjà eu deux en Ukraine : la suppression du russe comme langue officielle dans l'est du pays puis la signature du traité d'association avec l'Union Européenne ! Et maintenant nos dirigeants lancent un ultimatum à la Russie : si elle ne change pas de politique d'ici une semaine... Des fous.
a écrit le 31/08/2014 à 8:47 :
L'Amérique qui tient l'Otan et l'Europe ou plus exactement qui tient les assujettis européens observe avec effroi la Russie, la Chine, l' Inde et qqes autres créer un contre pouvoir au dieu dollar pour régler dans leurs monnaies nationales d'abord leurs échanges en pétrole, insupportable pour cette Amérique déjà au bord de l'asphyxie économique qui ne tient encore que par une création monétaire effrénée- qui voit donc arriver à moyen terme son déclassement ! L'instant des jeux de Sotchi a permis de déstabiliser l' Ukraine et dresser l'Europe aux ordres de son maitre en guéguerre maladroite car contre productive contre la Russie, l'Europe cocue, vient de s'apercevoir que les Russes sont aussi capables de sanctions économiques et réalisent, mais un peu tard, qu'ils se sont tirés une jolie balle dans le pied pour suivre les intentions belliqueuses US ! La rengaine propagandiste européo-atlantiste de tous les instants dans les médias achève de décrédibiliser cette petite entreprise s'appuyant sur le mode agitation, déstabilisation, renversement, changement de régime pour plus...favorable. Rien ne se serait jamais passé dans cette Europe là si les manettes appartenaient véritablement aux européens et si elle n'était entretenue dans un dysfonctionnement délibéré pour laisser la main aux US sur tous les sujets, économiques et politiques notamment, CQFD!
Réponse de le 31/08/2014 à 9:43 :
EXELENTE ANALYSE? SORTONT DE L OTANT L EUROPE PEUT ET DOIT AVOIR UN DESTIN DIFERANT ET DEVENIR NEUTRE DES AMERICAINS ??? UN PEUT DE COURAGES POLITIQUE LES EUROPEENS???
Réponse de le 31/08/2014 à 11:24 :
Encore l'occupation de l'Allemagne après 69 ans de la fin IIW indique que les dirigeants Allemand sont au ordres des US, nos deux derniers présidents sont été mis en place par les US, parler de l'indépendance politique de l'Europe est un euphémisme.
a écrit le 31/08/2014 à 7:01 :
Staline avait bien prévu son coup en déplaçant des populations entières. Il savait que pour le futur cela poserait des problèmes si des états de l'union soviétique cherchait un jour à retrouver leur indépendance.
a écrit le 31/08/2014 à 5:16 :
et voilà les usa et l'europe (otan) qui sont le bras armé de la politique israelo sioniste, nous mène dans le mur..merci ces élites corrompues.
a écrit le 31/08/2014 à 4:49 :
Les habitants Mariupol se précipitent vers les bureaux de recrutement de l'armée exprimant le désir de défendre leur ville de l'armée russe d'invasion. La contribution à l'aide humanitaire à la population locale dans Lugansk est essentiellement démonstrative : la nourriture est distribuée devant les caméras des journalistes russes. Après leur départ, le processus de fournir une assistance cesse immédiatement.
Réponse de le 31/08/2014 à 11:24 :
Puisque le point de non retour est atteint faut il envoyer les troupes de l'OTAN en Ukraine afin de bouter hors de se pays les troupes Russes?
ou à la demande de l'Ukraine , l'OTAN pourrai très bien détruire deux ou trois véhicules de l'armée Russe qui se trouvent en Ukraine ,afin de montrer qu'il y a réellement des troupes russes en Ukraine ,les Russes ne pouvant répliquer puisqu'ils annoncent qu'ils n'ont pas de troupes en Ukraine.
Mais tout simplement le président Ukrainien pourrai décréter un cessez le feu unilatéral et demander une négociation avec les Pro Russes sur l'avenir de cette partie de l'Ukraine sous l'égide de l'OSCE.
Réponse de le 31/08/2014 à 11:33 :
Il serait temps que les pays limitrophes de la Russie prévoit l'expulsion de tous les citoyens russes de leur territoire pour eviter le renouvellement des invasions russes : pays Baltes, Pologne, etc !!!
Réponse de le 31/08/2014 à 11:40 :
Vous ne faîtes que répétez la propagande de Poutine. L'Ukraine s'est soulevée y compris à l'Est contre la corruption de Yanoukovitch élu par des urnes bourrés à l'Est et pleinement soutenu par Poutine. Aucune influence externe n'aurait pu obtenir ce résultat. Et dans les influences externes le Kremlin est très présent en Ukraine. Quant aux soit disant rebelles, le décompte des départs et les constats démontrent qu'il y a beaucoup de milices russes, de russes venus de Russie dont militaires (soi-disant en permission) et beaucoup de témoignages de gens que l'ont a forcé à s'impliquer. On a aussi vu des vidéos de gens battus voir abattus pour résister à ces milices russes. Strelkov, Borodaï sont des spécialistes de ce type de manipulations et agitations.Ils ne voulaient nullement que leur région devienne indépendante ou se rattache à la Russie dans leur grande majorité. D'ailleurs i Poutine est obligé d'intervenir, c'est bien la preuve que les choses n'allaient pas dans la direction qu'il a souhaité. Il se plaint d'une éventuelle intervantion américaine en Syrie sans passer apr l'Onu. Mais il fait exactement cela sauf que là ce n'est pas contre des islamistes intégristes mais pour envahir un pays souverain, l'Ukraine.
a écrit le 31/08/2014 à 0:05 :
La France est classée parmis les seules quelques marines "d’eau bleue" capable de projeter des forces importantes et l’ensemble de son matériel sur la quasi totalité du globe. La Russie ne figure pas dans cette liste (Il n’y a que 4 marines dans le monde présente dans cette catégorie). De même la France est capable de projeter plus de 30.000 hommes lors de situations de crise. Si nous n’avons envoyé que 4000 hommes au Mali, c’est que la menace ne nécessitait pas un envoi massif de troupes. 30 000 hommes à plusieurs milliers de kilomètres du territoire , c’est précisément ce que ne peut pas faire l’armée russe… à part chez ses voisins comme la Géorgie ou la tchétchénie bien sur… De ce fait, la Russie peut se classer parmis les grandes puissance militaires au meme titre que l’Inde: Deux très grandes forces armées, assurant sans aucuns soucis la défense de leur territoire mais dans l’incapacité technique et financière de se projeter sur un théâtre d’opération étranger.
Réponse de le 31/08/2014 à 3:03 :
La Russie a du matos mauvais, électronique et transmissions très moyennes.
Matos statique et non pas dynamique, une vision limitée.
Elle n'a que sa force de frappe nucléaire, c'est bien pour cela que l'on doit garder la notre pour gerder notre indépendance par rapport à la Russie, les USA, la Chine et l'Inde.
Les BPC l'intéressent pour les systèmes de commandement SIC et de gestion de combat SENIT et c'est bien pour cela que Sarko a deconné!
Réponse de le 31/08/2014 à 5:19 :
arrête ton blabla, si la russie s'énerve tu peux dire bye bye à la france.
Réponse de le 31/08/2014 à 8:21 :
arretez votre blabla.
France avec une majuscule.
200 vecteurs dont chacun fait 10 fois la puissance d'Hiroshima.
Visualisez la chose, vous comprendrez, la France et la Russie auraient une gueule lunaire! Mauvais choix
Réponse de le 31/08/2014 à 9:57 :
majuscule ou minuscule, on s'en fiche, en face on a un pays qui ne reculera jamais, que ce soit 200 ou un million de vecteurs, ils s'en fichent, ces gens là ont battus les nazis et la gueule lunaire, ils s'en fichent aussi, alors la france ferait mieux d'arreter la polique israelo américaine et de se plier à l'impérialisme de l'otan et des usa bras armé du sionisme, sinon vous connaissez la suite...
Réponse de le 31/08/2014 à 11:22 :
Vos commentaires sont du n'importe quoi. Barroso en chef de guerre, c'est Hollande en président....De la niaque du charisme , des convictions fortes , un sens politique hors du commun, qui en fait une personne adulée, et d'une popularité énorme au prés des foules enthousiastes....Vous avez oublié (ou vraisemblablement vous ne le savez pas !) que c'était Barroso, qui, avec W. Bush, Blair et Aznar, a envoyé les Irakiens en enfer, s’est autorisé à menacer la Russie de ses foudres. Votre cocorico reste à la hauteur de vos connaissances sur la Russie, c-à-d, au ras des pâquerettes !
Réponse de le 31/08/2014 à 18:59 :
Rapport Israël/ Russie?
A part que certains pats occidentaux ne veulent plus livrer d'armes à Israël et que c'est la Russie qui va maintenant fournir de armes à Israël, après lui avoir fourni des colons pour grignoter la Palestine.
Oups!
a écrit le 31/08/2014 à 0:02 :
Poutine est responsable de centaines de milliers de morts en Syrie par son veto à une intervention de séparation des bélligérants proposée à majorité par l'Onu au début du conflit. Il a éradiqué la Tchétchénie, mis le chaos en Géorgie ne respectant pas sa souveraineté, et à présent fait de même en Ukraine en ayant envahi la Crimée et en faisant de même dans l'Est de l'Ukraine ce qui prolonge la guerre et ne permet pas un règlement du conflit.
Réponse de le 31/08/2014 à 0:03 :
L'UPR dans votre ligne de mire, je me marre
Réponse de le 31/08/2014 à 0:09 :
Pleinement d'accord
Réponse de le 31/08/2014 à 0:27 :
C'est effectivement trop d'honneur pour une succursale de parti collabo !
Réponse de le 31/08/2014 à 11:25 :
Je viens de regarder un reportage de CNN. Ils sont aller hier dans le zones contrôlées par les forces armées de Donetsk, notamment autour de Marioupol et à Novoazovsk. Là ou Kiev clame qu'il y a une invasion de l'armée Russe.
Ils ont beau eu chercher toute la journée, ils n'ont pas vu un seul soldat de l'armée Russe, seulement des combattants locaux et quelques volontaires étrangers dont des Russes.
Alors, qui se couvre de ridicule ?
a écrit le 31/08/2014 à 0:00 :
Syrie : les USA décident des vols de reconnaissance, Moscou préoccupé "Moscou a appris avec préoccupation la décision de Washington de procéder à des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie. Les Etats-Unis l'argumentent par la nécessité de contrer la menace pour ses ressortissants à l'étranger de la part des extrémistes islamistes. Certains médias l'interprètent cependant comme la préparation à des frappes aériennes contre les positions des djihadistes de l'Etat islamique (EI) sur le territoire syrien", lit-on vendredi dans le communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.Moscou rappelle que, selon les normes du droit international, si l'Etat concerné n'avalise pas des opérations militaires sur son territoire, l'autorisation ne peut en être délivrée que par le Conseil de sécurité des Nations unies. Ils ne manquent pas d'humour au FSB compte tenu des troupes qu'ils envoient depuis le début en Ukraine !
Réponse de le 31/08/2014 à 11:27 :
Je suis tout a fait contre la position et l'attitude de l'UE et des US. La Russie n'a rien envahit du tout, l'UE/US cherchent un pretexte inexistant pour faire la guerre, comme d'habitude. Les peuples sont desormais au courant de leurs methodes immorales et surtout anti-chretiennes.
Les Russes sont nos vrais amis, pas les US.
a écrit le 30/08/2014 à 23:58 :
Préparez vos mouchoirs, la guerre est en route. Fallait il attendre un signe pour s'y résigner ? Celui-ci est énorme. Plus bêtement anti-russe que les Polonais, je ne connais pas. [Canard VC]
Réponse de le 31/08/2014 à 0:08 :
Les suédois, finlandais, baltes, polonais etc sont très lucides sur Poutine et ont vu dès le départ que c'était un envahisseur. Les faits confirment pleinement. Ils ne se sont pas trompés si vous avez suivi leurs déclaratiojns depuis des mois.
Réponse de le 31/08/2014 à 11:30 :
Toute cette affaire démontre ce que les occidentaux veulent oublier. La crédibilité et la liberté d'action d'un pays n'est pas seulement le fruit de l'économie. Il y faut aussi, avec une diplomatie imaginative, un outil militaire crédible, combinant Moyens et volonté de s'en servir. Les Européens pensent avoir inventé une autre expression de la puissance. Poutine leur rappelle leurs erreurs. Sachons en tenir compte. L'inconscience des dirigeants européens est en tout point blâmable.

Vous n'avez aucune connaissance de ce que vous écrivez, c'est de la rhétorique creuse des médias qui oeuvrent pour Bilderberg et rien d'autre. Fallacieux ces commentaires, de très bas niveau.
Réponse de le 31/08/2014 à 11:34 :
En 91 la Crimée a voté à 54% pour le rattachement à l'Ukraine. Et en 2013 les institut russes ont dévoilé par erreur que le taux de participation au référendum bidon sous la menace de l'armée d'invasion russe n'était que de 15% et seulement 30% voulaient le rattachement. Par ailleurs impossible d'avoir 90% de votes en faveur d'un rattachement vu les % de Tatars et d'ukrainiens.
a écrit le 30/08/2014 à 23:52 :
reconnaître que la Russie est en Europe serait plus utile . Sébastopol est une terre russe et Poutine ne peut pas laisser des populations frères se faire massacrer par des ukrainiens manipulés par le prix Nobel .
Réponse de le 30/08/2014 à 23:58 :
Ridicule le concept de "population frère" c'est la propagande du FSB. La réalité dans les faits est que Poutine n'en a rien à faire, il a envahi la Crimée et maintenant l'Ukraine et massacre des milliers de personnes alors que sans lui le conflit était terminé depuis des mois. Il suit les traces de Staline.
Réponse de le 31/08/2014 à 0:12 :
L'opinion en vidéo d'un des soldats russes arrêté sur l'invasion russe en Ukraine : «J’estime que l’Ukraine est un pays indépendant, s’il y a des problèmes internes, ils doivent les résoudre eux-mêmes». «On nous bourre le crâne, la vérité n’est pas ce qu’on dit à la télévision russe, poursuit le jeune soldat. On sert de chair à canon». «Ce n’est pas notre guerre. Si nous n’étions pas là, il ne se passerait rien», explique cet autre prisonnier, Alexeï Generalov, capturé lundi aussi sur le sol ukrainien. «N’envoyez pas de gens par ici», implore-t-il à l’adresse des dirigeants russes. «J’ai une fille, qu’est-ce qu’elle va dire? Papa a fait la guerre, mais pourquoi as-tu fait la guerre?» Ivan Romanstev raconte quant à lui comment il a quitté son régiment de Kostroma, près de Moscou le 16 août pour être envoyé «en mission» près de la frontière ukrainienne où lui et ses camarades ont dû masquer les plaques d’immatriculation de leurs véhicules. «Notre propagande télévisée ne correspond pas à la réalité, explique-t-il. Les Ukrainiens défendent leur terre».
a écrit le 30/08/2014 à 23:42 :
Très bon post de Victor que je me permets de reprendre ici car il change des post prapagandistes poutiniens basiques sans intérêt. Quels plans pour la Russie après la Crimé? (le 20 mars donc très bon pronostic !) Andrei Illarionov, un ancien conseiller de Poutine, a mis en garde dans une interview avec la télévision ukrainienne (reprise par Forbes et Ukrainskaya Pravda) de l'existence d'une stratégie russe ambitieuse par rapport à l'Ukraine, dont la Crimée n'est qu'une première étape. D'après Illarionov, cette stratégie a été murie de longue date, et le Président russe a choisi un moment opportun pour la mettre à exécution. Le but de la Russie est de renforcer son controle sur l'Ukraine - cela passe par le rattachement à la Russie d'autres régions du pays, et par l'installation à Kiev d'un gouvernement fantoche pro-Russe.

D'après Illarionov, le Kremlin voudrait la fédéralisation de l'Ukraine, permettant ainsi aux régions d'avoir leur propre politique extérieure et donc de se rapprocher de, voire de se rattacher à, la Russie. Poutine voudrait aussi la démilitarisation de l'Ukraine et une renonciation permanente à rejoindre l'OTAN, ce qui est parfois appelé la "finlandisation" de l'Ukraine, en référence au statut neutre de la Finlande, qui sert en quelque sorte de "tampon" entre la Russie et l'Union Européenne. D'après Le Monde, ces exigences russes sont en ce moment le sujet de négociations, et les pays occidentaux feraient pression sur l'Ukraine pour accepter les termes russes, bien que la fédéralisation aboutira à une déstabilisation du pays, et risque à terme de mener au rattachement de certaines régions de l'Est et du Sud à la Russie.

Illarionov a en outre affirmé que la faible réponse de l'Occident, ne s'en tenant qu'à des mesures symboliques, est perçue au Kremlin comme un accord tacite pour cette politique. Il a dit enfin que la stratégie de " résistance pacifique " choisie par l'Ukraine a peu de chances de fonctionner, si l'on regarde l'histoire - la Finlande (après la Première Guerre mondiale) et la Géorgie en 2008 ont toutes les deux résisté, ce qui leur a permis de garder leur souveraineté. Par contre, la Tchécoslovaquie de 1938, qui ne s'est défendue que par des moyens pacifiques, a perdu beaucoup à la suite des accords de Munich.

Pourquoi l'Ukraine est-elle si importante pour la Russie ?

Outre la propagande que le gouvernement russe nous répète depuis des semaines sur la nécessité de protéger les " Russes ethniques " situés en dehors des frontières russes, et en dehors de la base navale russe de Crimée, il y a d'après moi trois raisons principales qui expliquent l'agression russe en Ukraine. Une de ces raisons est politique - Maidan, une révolution populaire qui a abouti au renversement d'un pouvoir oligarchique corrompu, est le mal absolu pour Poutine, car ce type de mouvement pourrait inspirer la société civile russe, surtout à un moment où l'économie russe est en berne. Maidan pourrait aussi être repris dans d'autres états de l'ex-URSS, mettant à mal l'hégémonie russe. Il faut donc l'écraser de façon impitoyable et en faire un exemple.

La seconde raison est d'ordre économique et industrielle. Comme expliqué dans cet article (voir la carte), l'Ukraine est riche - il y aurait du gaz et du pétrole dans la Mer Noir (la Crimée, et l'annexion du sud de l'Ukraine donneraient les droits sur ces territoires maritimes) ainsi que dans l'Est de l'Ukraine. Le sud et l'est de l'Ukraine sont riches en charbon, magnésium, et en fer, et sont industrialisés, avec notamment des ports importants comme Odessa, des usines chimiques et métallurgiques, des centrales électriques... Enfin, le contrôle de ces régions permettrait à Poutine de contrôler les gazoducs et lui permettrait d'économiser beaucoup pour son projet de gazoduc sud (distance plus courte).

La troisième raison est d'ordre stratégique et militaire. Aslund rappelle en effet que 40% des exports ukrainiens vers la Russie concernent la défense et l'équipement. D'après l'analyse de Vladimir Voronov, un journaliste russe spécialisé dans les questions militaires, la Russie est engagée dans un vaste programme de modernisation et d'armement sur 2011-2020, et la seule industrie de défense russe ne pourrait permettre d'en atteindre les objectifs ambitieux. Ce plan aurait besoin des entreprises ukrainiennes, comme Motor Sich (production de moteurs pour hélicoptères), ainsi que des chantiers navals ukrainiens comme ceux de Nikolaev. En outre, les missiles, satellites et vaisseaux spatiaux russes utilisent beaucoup de components et de technologie ukrainienne (un héritage soviétique). D'après Voronov, sans l'industrie de défense ukrainienne, le plan d'armement 2011-2020 russe a peu de chance d'aboutir. Ces entreprises ukrainiennes sont basées dans l'est et le sud, mais aussi à Kiev.

Etant donné ces raisons économiques et stratégiques, pour que la stratégie de sanctions économiques de l'Occident ait des chances de fonctionner, il faudrait que les coûts infligés à la Russie soient supérieurs aux bénéfices escomptés de l'opération ukrainienne pour la Russie.

On comprend donc mieux l'intérêt de Poutine pour l'Ukraine, et pourquoi Poutine ne compte sans doute pas s'arrêter à la Crimée. Les déclarations d'Illarionov sont inquiétantes, et l'Occident devrait en prendre la mesure afin d'adopter des réponses appropriées et d'endiguer la crise. Un échec en Ukraine renforcerait la Russie et encouragerait Poutine à continuer sa mission de faire renaitre l'URSS de ses cendres, aux dépends d'autres nations. (Clément Ch)
Réponse de le 31/08/2014 à 0:00 :
C'est Poutine qui a envoyé un carton d'invitation à BHL en Février aussi ?
Réponse de le 31/08/2014 à 0:13 :
Excellent effectivement et conforme aux faits.
Réponse de le 31/08/2014 à 11:35 :
Poutine est un joueur d'échecs qui n'aime pas l'échec, il n'a pas peur des pions-sanctions des occidentaux qui eux, par contre, on peur de faire bouger les tours, les chevaux et les fous.... Quant Poutine aura encaissé tous les pions-sanctions, sans en avoir perdu de son côté, l'orientation finale de la partie s'amorcera... Avez-vous entendu ses messages guerriers à la télévision hier concernant le déploiement de ses forces nucléaires ? Il fait avancer sa reine....
Réponse de le 31/08/2014 à 11:46 :
Si je regarde l'heure écrite par c'est commentaires, ils sont bien écrit par la NSA
a écrit le 30/08/2014 à 23:39 :
La propagande russe, relayée par une partie de la classe politique et économique bulgare et certains médias nationaux, met la sécurité énergétique et économique du pays à rude épreuve, selon un rapport du ministère de la Défense bulgare. Le ministère de la Défense de Bulgarie vient de mettre en ligne un rapport de 14 pages, intitulé «Vision 2020 ». Il aborde les questions de la défense nationale sur le plan économique ou énergétique dans les années à venir. Le président bulgare, Rossen Plevneliev, et le ministre par intérim de la Défense, Velizar Shalamanov, présenteront ce rapport lors du sommet de l'OTAN du 4 et 5 septembre qui se tiendra à Cardiff, au pays de Galles, à en croire le quotidien bulgare Dnevnik, partenaire d'EurActiv. Selon le rapport, l'un des principaux risques que court la Bulgarie est celui « d'une nouvelle guerre hybride, qui combinerait des méthodes conventionnelles avec celles de guérilla, de guerre d'information et de la cybernétique ». « Les relations particulièrement tendues entre d’une part Moscou et d’autre part Kiev, l'Union européenne, les États-Unis et l'OTAN, mettent à rude épreuve la sécurité économique et énergétique de notre pays et nos capacités défensives s'en trouvent dégradées », précisent les auteurs du document.
En effet, Moscou fait pression sur Sofia pour que la Bulgarie mette en branle des projets de grande envergure dans le domaine énergétique, tels que le gazoduc South Stream, la centrale nucléaire de Béléné, ou encore l’oléoduc entre Bourgas et Alexandroúpolis. Au contraire, les États-Unis et les autres pays partenaires occidentaux tentent de dissuader la Bulgarie d'accroitre sa dépendance énergétique et économique vis-à-vis de la Russie. Résultat : tous ces projets sont au point mort.
a écrit le 30/08/2014 à 23:00 :
1/ Une « révolution » d’un orange douteux, fortement inspirée, soutenue, subventionnée et instrumentalisée par l’Occident, chasse le président régulièrement élu mais indiscutablement impopulaire. Une des premières décisions du gouvernement issu de l’émeute est de retirer au russe son statut de deuxième langue officielle de l’Ukraine. Avantage à l’Occident.

2/ Les régions géographiquement, historiquement, culturellement, économiquement, ethniquement et politiquement les plus proches de la Russie se soulèvent contre les nouveaux oligarques de Kiev. Les séparatistes du Donbass, encouragés, soutenus, armés par Moscou, contestent la légitimité et récusent l’autorité du gouvernement de Kiev Ils prennent le contrôle des oblasts de Louhansk, Slaviansk et Donetsk. Avantage à la Russie.

3/ Après avoir hésité, tergiversé, procrastiné, le nouveau président ukrainien, élu dans des conditions d’une opacité chocolatière, décide de régler la question par la force. L’Ukraine, financièrement exsangue et affectivement divisée, lance pourtant l’assaut contre la « République populaire du Donbass ». L’armée ukrainienne, ressurgie du néant, met en difficulté puis en déroute les sécessionnistes. La liquidation de l’insurrection pro-russe semble n’être plus qu’une question d’heures. La Russie, méprisée, sanctionnée, mise à l’index, injuriée, calomniée par les gouvernements et les médias occidentaux, est fermement invitée à ne pas se mêler des affaires du pays voisin, qui sont l’affaire de Washington, de Bruxelles, de Varsovie et de Paris. Avantage à l’Occident.

4/ Comme on pouvait aisément le prévoir, Vladimir Poutine ne se résigne pas à laisser succomber, l’arme au pied, ceux qui se réclament de l’éternelle Russie et le supplient d’intervenir. L’intervention russe renverse le cours des événements et les forces loyalistes, stoppées, contrées, puis encerclées, prises au piège, sont menacées d’anéantissement. Avantage à la Russie.

5/ L’Ukraine, riveraine, comme chacun sait, des rives de l’Atlantique, sollicite son admission dans l’OTAN ! L’Union européenne et les Etats-Unis annoncent de nouvelles mesures de représailles contre la Russie. Là où il était possible et souhaitable de décentraliser, de fédéraliser, de finlandiser un pays dont l’unité nationale est une fiction, on a laissé les affrontements dégénérer en guerre fratricide puis on a internationalisé un conflit qui n’en méritait pas tant. Alors que les métastases du fondamentalisme islamiste s’étendent à l’ensemble du Proche et du Moyen-Orient, les aveugles et les somnambules dont nous dépendons pour notre malheur sont en train de créer, cent ans après Sarajevo, les conditions d’une troisième guerre mondiale.
Réponse de le 30/08/2014 à 23:23 :
Historique faux et qui ne s'est pas déroulé ainsi. Vous oubliez qu'entre temps Poutine a envahi la Crimpée et que le pays se soulevait contre Yanoukovitch pion mis en place par Poutine qui a pillé le pays.
Réponse de le 30/08/2014 à 23:31 :
Aujourd'hui, c'est un détail - quand à Yanoukovitch, il a pas été élu, c'est ça?
Comme W Bush en 2000, ou en pire ??
Réponse de le 31/08/2014 à 0:32 :
La Crimée n'est nullement un détail c'est une invasion de Poutine et le départ de tous les problèmes. Yanoukovitch a été élu suite à d'importantes tricheries. Pas besoin d'aller chercher Bush pour tenter de camoufler la réalité sur Yanoukovitch et les invasions de Poutine. Le sujet est l'Ukraine.
Réponse de le 31/08/2014 à 1:13 :
Ukraine : des centaines d’enlèvements et des actes de tortures
L'essentiel des enlèvements sont attribués aux séparatistes armés, et les victimes sont souvent soumises à des passages à tabac et à des actes de torture à vous retourner l'estomac. Il semble également que les forces pro-Kiev soient responsables d'abus, en nombre plus restreint.
Il n'existe pas de chiffres complets ou fiables sur le nombre d'enlèvements, mais le ministère ukrainien de l'Intérieur a fait état de près de 500 cas entre avril et juin 2014. La mission de surveillance des droits de l'homme des Nations unies en Ukraine a enregistré 222 cas d'enlèvement au cours des trois derniers mois.

Nous avons également rencontré plusieurs comités ad hoc ayant recueilli des informations sur la multiplication des enlèvements. Notre quipe de chercheurs a obtenu une liste de plus de 100 civils retenus captifs. Des allégations de torture ont été faites dans la majorité des cas.

Des enlèvements ont eu lieu à travers l'est de l'Ukraine, dans les régions de Donetsk et de Louhansk. Figurent parmi les victimes non seulement des policiers, des soldats et des représentants locaux des autorités, mais également des journalistes, des politiciens, des militants, des membres de commissions électorales et des hommes d'affaires.

LES MILITANTS PRO-UKRAINE PRIS POUR CIBLE

Hanna, une militante pro-Ukraine, nous a expliqué qu'elle a été enlevée par des hommes armés dans la ville de Donetsk (est du pays) le 27 mai. Elle a été retenue captive pendant six jours avant d'être relâchée dans le cadre d'un échange de prisonniers. Elle nous a décrit l'interrogatoire brutal qu'elle a subi.

« Il m'a fracassé le visage à coups de poing, il essayait de me frapper partout, je me protégeais avec les mains [...] j'étais recroquevillée dans un coin, roulée en boule avec les mains autour des genoux. Ça le mettait en colère que j'essaie de me protéger. Il est sorti et est revenu avec un couteau. »

Hanna nous a montré les cicatrices laissées par la lame sur son cou, ses bras et ses jambes : son tortionnaire lui a mis un coup de couteau dans le genou, et son index droit reste recouvert d'un bandage dans une attelle en plastique.

Elle a également expliqué que son interrogateur lui a fait écrire un slogan séparatiste sur le mur avec son propre sang.

OBJECTIFS : SEMER LA TERREUR ET DEMANDER DES RANÇONS
Si la plupart des enlèvements semblent avoir une motivation politique, il apparaît clairement que les enlèvements et les actes de torture sont utilisés par les groupes armés pour répandre la peur et contrôler les populations locales. Certains ravisseurs demandent par ailleurs une rançon.

Sasha, 19 ans, militant pro-Ukraine, a fui à Kiev après avoir été enlevé par des séparatistes qui l'avaient menacé d'une arme à Louhansk. Il a dit avoir été frappé à de multiples reprises sur une période de 24 heures.

« Ils m'ont mis des coups de poing, frappé avec une chaise, avec tout ce qui leur tombait sous la main. Ils m'ont écrasé des cigarettes sur la jambe et m'ont administré des décharges électriques. Ça a duré tellement longtemps que je ne sentais plus rien, j'ai perdu connaissance », a-t-il dit à Amnesty International.

Il a finalement été relâché après que son père a payé une rançon d'environ 44 000 euros.
?
Réponse de le 31/08/2014 à 11:06 :
D. Jamet, Un des derniers journalistes libres, ça fait du bien !
"Il est un des rares, très rares, trop rares journalistes dont on peut écrire, sans risque d’être démenti, qu’il a du talent, des idées et du courage. Qu’il a toujours préféré ses opinions à son confort, ses convictions à sa réputation. Rencontre avec un journaliste libre, tout simplement libre", un avis de Revue-médias.com
a écrit le 30/08/2014 à 21:52 :
Le Royaume-Uni vient d'annoncer hier la création d'une force expéditionnaire d'élite de 10.000 soldats avant 2016. Regroupant des pays tels que la Norvège, la Hollande, le Canada, la Lituanie, l'Estonie, le Danemark et la Norvège. Le Royaume-Uni est fidèle à sa stratégie d'équilibre des puissances en Europe continentale. L'Allemagne va également augmenter sa force militaire pour faire face à l’expansionnisme russe. La France à la traine...
Réponse de le 30/08/2014 à 22:30 :
2016 ? a oui !! pour une intervention rapide, c'est une intervention rapide ... donc l'Ukraine aura été liquidée et on n'aura plus besoin de cette force , sauf peut-être pour la prochaine victime des USA , la France peut-être ?
Réponse de le 30/08/2014 à 23:02 :
La France à la traine... on a l'énergie nucléaire, qu'est ce qu'on s'en fout du Gaz Russe ? C'est pas notre conflit.
Réponse de le 30/08/2014 à 23:25 :
@ Coq : bien sur que c'est le conflit de tous en Europe, çà change les équilibres.
Réponse de le 31/08/2014 à 0:02 :
Votre rêve, la guerre de tous contre tous... Ce qui est dingue, c'est que ce genre de connerie n'arrivent que lorsque l'ensemble des acteurs sont en faillite. Faudrait inventer un reset virtuel.
Réponse de le 31/08/2014 à 0:35 :
Relisez l'histoire vous verrez que le "je m'enfoutisme" conduit à bien pire. La Syrie est un des exemples aussi. On ferme les yeux depuis plus de 3 ans, regardez à présent le billan et la propagation du problème... Poutine a mis sont droit de veto il y a près de 3 ans, quelle erreur.
Réponse de le 31/08/2014 à 17:45 :
on s'en doutait...
a écrit le 30/08/2014 à 21:05 :
Que tous ces pays Européens acheteurs de F35 ....ce retournent vers l' oncle Sam , en lui demandant de s' impliquer un peu plus . Après tout les Baltes , Finlandais et autres Polonais ne veulent pas entendre parler d' Europe de la défense . Angela va faire le Job
ya ya.....
Réponse de le 30/08/2014 à 22:32 :
une fois qu'ils seront tous équipés de F35 , on pourra aller leur déclarer la guerre avec des lance-pierre, en tout cas ce n'est pas avec ça qu'ils pourront affronter les russes :-)
Réponse de le 30/08/2014 à 23:26 :
Les russes ne font pas le poids face à l'Otan.
a écrit le 30/08/2014 à 21:00 :
Plutôt que de proposer la guerre en Europe, la meilleure chose serait que l'UE se dissolve.
Un thriller politique passionnant à lire: "La France sort de l'euro".
L'auteur, un président de la France du futur, retrace comment il en est venu à décider que de quitter l'euro et l'UE constituait la meilleure décision économique et politique à prendre. Un livre captivant. lepresident.jimdo.com
Réponse de le 30/08/2014 à 21:08 :
Marine préconise cela!!
Réponse de le 30/08/2014 à 22:29 :
à force de faire des âneries, l'UE va finir par exploser , c'est plutôt une bonne nouvelle de se dire que cette monstrueuse structure étatique ( comme si les états n'étaient pas déjà obèses .. ) va disparaitre.
Réponse de le 30/08/2014 à 23:06 :
Oui, explosion de la Russie; ou explosion de l'EU, rien n'est jouer d'avance. Moi j'aime quand Emanuel Todd (renseignez vous sur le personnage, c'est pas du temps perdu) déclare "L'Europe est allée cherché sa mort en Ukraine"
Réponse de le 30/08/2014 à 23:29 :
C'est une très bonne occasion au contraire de renforcer l'Europe et l'euro, ceux qui souhaitent le contraire sont des collabos de Poutine.
Réponse de le 31/08/2014 à 0:05 :
Attrape le rhume, c'est Poutine aussi, ou pas... ?
Réponse de le 31/08/2014 à 0:36 :
Vous avez raison il faut se mettre la tete dans le sable et espérer que l'orage passe ... Finalement le meilleur allié de poutine en France reste le coté pétochard de notre peuple.
En voyant les commentaires au moins je constate que l'esprit de collabo n'a pas disparu du peuple francais. Pleutre et lache en 1940, pleutre et lache en 2014
a écrit le 30/08/2014 à 19:54 :
J'ai connu l'est en 1960 et plus je vous souhaite du plaisir,en militaire bien sur,!!!!!
Réponse de le 30/08/2014 à 23:07 :
D'ailleurs les Allemands Nazi en 40-45 n'en sont jamais revenu !
a écrit le 30/08/2014 à 19:42 :
Les dirigeants européens, incités par les USA, ont commis l'erreur d'intervenir dans ce conflit et maintenant, ils s'inquiètent d'un risque de point de non-retour ? Quelle surprise !

Malheureusement pour nous, ce ne sont pas ces messieurs bien à l'abri physiquement et financièrement qui vont en faire les frais. Vivement que cette UE se casse la gueule !
Réponse de le 30/08/2014 à 23:31 :
Les européens ne sont en rien responsables. C'est Poutine qui avait placé Yanoukovitch en Ukraine, un corronpu dont le pays entier ne voulait plus. Et c'est Poutine qui a envahi la Crimée et désormais le reste de l'Ukraine. Il ne faut pas inverser l'histoire au prétexte d'aimer lécher les bottes des dictateurs comme Poutine.
Réponse de le 31/08/2014 à 11:36 :
Outre la propagande que le gouvernement américain nous répète depuis des semaines sur la nécessité de protéger les " peuplades ethniques " situés en dehors des frontières russes, et en dehors de la base navale russe de Crimée, il y a d'après moi trois raisons principales qui expliquent l'agression occidentale en Ukraine. Une de ces raisons est politique - Maidan, une révolution programmée par Washington qui a abouti au renversement d'un pouvoir démocratique élu, est le mal absolu pour les sionistes américains (dont je fais partie), car ce type de mouvement pourrait inspirer la société civile russe, surtout à un moment où l'économie russe était en ascension. Maidan pourrait aussi être repris dans d'autres états de l'UE, mettant à mal l'hégémonie americano-sioniste. Il faut donc l'écraser de façon impitoyable et en faire un exemple.
Réponse de le 31/08/2014 à 11:59 :
@Poutine.. : Permettez-moi de ne pas avoir les mêmes lectures que les vôtres et d'être un peu plus critique sur le sujet que vous ne semblez l'être. Mais si vous préférez affirmer que c'est de la faute de la Russie si elle est implantée aux milieux des bases de l'OTAN, libre à vous !
a écrit le 30/08/2014 à 19:28 :
L'Ukraine est un pays qui est une zone de convergence de plusieurs cultures qui se chevauchent. Au début il y a les Rus, peuple slave dont la capitale est Kiev. Cet empire se décompose en principautés et s'effondre et il est ainsi coupé en 3, une partie vit sous l'empire polonais( ils deviennent ruthènes ou ukrainiens), une autre partie vit sous l'empire lituanien( ils deviennent biélorusses), les autres restent simplement russes.
Depuis le départ, les rebelles demandent la fédéralisation pour préserver les intérêts de russophiles, Kiev refuse, Kiev refuse même de rencontrer les représentants des rebelles. Les rebelles sont l'expression d'une réelle inquiétude populaire chez les populations russes d'Ukraine. La présence au pouvoir de groupes néo-nazie originaires de l'extrême-ouest de l'Ukraine( la partie composée de polonais), car les slaves russes comme les juifs étaient voués à être exterminés par les néo-nazis.
Si Kiev veut continuer la guerre qu'elle a enclenché au lieu de discuter, les rebelles seront obligés d'aller jusqu'à Kiev pour faire tomber cette alliance de milliardaires, et le point de non-retour, car la guerre dure depuis 6 mois, c'est que les rebelles sont en train de gagner leur liberté sur le terrain, ils ont déjà repris la moitié du Donbass, cela leur donne une légitimité. Et plus la guerre dure et plus le pays se coupe en deux, la solution de la fédéralisation se réduit d'heure en heure, il n'y aura bientôt plus comme solution de paix que la sécession directe, et pour éviter que dans le futur Kiev ne recherche à tout reprendre et crée une dé-russification forcée( grande peur chez les rebelles), les rebelles n'auront pas d'autre choix que prendre tout le sud du pays, ce qu'on nommait autrefois nouvelle-russie.
Réponse de le 30/08/2014 à 23:36 :
Vous n'avez rien compris à ce conflit. C'est seulement Poutine qui tient à l'Ukraine pour ses richesses et ses accès maritimes entre autres Eurasie. Ce ne sont pas les ukrainiens de l'Est qui voulaient l'indépendance mais des agitateurs et miliciens comme Strelkov et Borodaï des russes envoyés par Poutne. Désormais ce sont d'ailleurs des russes venus de Russie qui sont principalement sur place puisque les ukrainiens ont en grande partie quitté plusieurs villes de l'Est.
a écrit le 30/08/2014 à 18:56 :
L'histoire est sans fin.
Victoire un jour, revanche et défaite un autre.
Ainsi va la vie!
La goumandise est un vilain défaut?
Et l'ours est glouton, trop, peut-être?
a écrit le 30/08/2014 à 18:45 :
Va-t-on vraiment entrer en guerre avec la Russie?
Vladimir Poutine a envahi l’Ukraine. Est-ce fou de se préparer à une guerre totale avec la Russie? Ou est-ce naïf de ne pas le faire?

De Varsovie, Pologne. Encore et encore – à travers toute ma vie d’adulte, ou du moins j’en ai l’impression – on m’a montré des photo polonaises du bel été 1939: les enfants jouaient dans la lumière du soleil, les femmes élégantes déambulaient dans Cracovie. J’ai même vu la photo d’un mariage de famille qui se déroula en juin 1939, dans le jardin d’une maison de campagne de Pologne qui m’appartient aujourd’hui. Toutes ces photos donnent le sentiment d’une tragédie à venir, parce que l’on sait ce qui arriva ensuite.
Septembre 1939 amena l’invasion de l’Est et de l’Ouest, l’occupation, le chaos, la destruction, le génocide. La plupart des gens qui assistèrent au mariage, ce mois de juin 1939, furent bientôt morts ou exilés. Aucun d’entre eux ne remit jamais les pieds dans la maison de campagne.

Rétrospectivement, ils ont aujourd’hui tous l’air naïfs. Au lieu de célébrer des mariages, ils auraient dû tout laisser tomber, se mobiliser, se préparer pour une guerre totale, tant que c’était encore possible. Et je dois maintenant poser la question: est-ce que les ukrainiens, cet été 2014, devraient le faire aussi? Est-ce que les habitants d’Europe centrale devraient se joindre à eux?

Je me rends bien compte que cette question a l’air folle, et bêtement apocalyptique pour des lecteurs Américains ou d’Europe de l’Ouest. Mais écoutez-moi, ne serait-ce que parce que c’est une conversation que beaucoup de gens en Europe de l’Est ont en ce moment.

Novorossia, la création d'un pays
Au cours des derniers jours, des troupes russes, portant le drapeau d’un pays européen jusqu’à présent inconnu, Novorossia (Nouvelle Russie), ont traversé la frontière sur Sud Est de l’Ukraine. L’académie des Sciences russe a récemment annoncé qu’elle publierait à l’automne une Histoire de la Novorossia, probablement pour retracer ses origines jusqu’à Catherine II de Russie. Différentes cartes de la Novorossia, circulent apparemment à Moscou. Certaines incluent Kharkov et Dnipropetrovsk, des villes qui sont encore à des centaines de kilomètres des combats actuels.

Certains placent même la Novorossia le long de la côte, de manière à ce qu’elle connecte la Russie à la Crimée, et à la fin la Transnistrie, la province occupée par la Russie de Moldavie. Même si elle ne commence que comme un rebut d’Etat, pas reconnu—l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, des «Etats» que la Russie a façonné à partir de la Géorgie, sont ici les modèles—la Novorussie peut grossir avec le temps.

Les soldats russes devront créer cet Etat —leur succès dépendra de la virulence avec laquelle l’Ukraine combattra, et de l’aide qu’ils recevront—mais à la fin, la Russie aura besoin de plus que de simples soldats pour protéger son territoire.

La Novorossia ne sera pas stable tant qu’elle sera habitée par des Ukrainiens qui veulent rester ukrainiens. Il y a bien une solution familière à ce problème. Il y a quelques jours, Alexander Dugin, un nationaliste extrémiste dont les vues ont contribué à former celles du président russe, a émis un communiqué extraordinaire. «L’Ukraine doit être nettoyée de ses idiots» a-t-il écrit—il a ensuite appelé au «génocide» de la «race des bâtards.»

Mais la Novorossia sera aussi difficile à maintenir si elle a des opposants à l’Ouest.

Des solutions possibles à ce problème sont en cours de discussion. Il y a peu de temps, Vladimir Zhirinovsky—membre russe du Parlement, et sorte de bouffon du roi se permettant de dire des choses que ceux au pouvoir ne peuvent pas— a expliqué à la télévision que la Russie devrait utiliser des armes nucléaires pour bombarder la Pologne et les pays de la Baltique —«des Etats nains» les a-t-il appelés —et ainsi montrer qui a vraiment le pouvoir en Europe: «Rien ne menace l’Amérique, c’est loin. Mais les pays d’Europe de l’Est vont se placer sous la menace de l’annihilation totale» a-t-il déclaré. Vladimir Poutine encourage ces commentaires: les déclarations de Zhirinovsky ne sont pas la politique officielle, a expliqué le président russe, mais elles «démarrent les festivités».

Une personne bien plus sérieuse, le dissident russe et analyste Andrei Piontkovsky, a publié récemment un article assurant, dans une logique qui faisait écho aux menaces de Zhirinovsky, que Poutine évalue réellement la possibilité de frappes nucléaires limitées—peut-être contre des capitales de la Baltique, peut-être une ville polonaise—pour prouver que l’OTAN n’est qu’une entité creuse, dénuée de sens, qui n’osera jamais répliquer de peur d’une plus grande catastrophe. En effet, dans des exercices militaires en 2009 et 2013, l’armée russe s’est ouvertement «entraînée» pour une attaque nucléaire sur Varsovie.

Est-ce que tout ça n’est rien de plus que le charabia de fous furieux? Peut-être bien. Et peut-être que Poutine est trop faible pour faire quoi que ce soit de tout ça, et peut-être qu’il ne s’agit que de tactiques d’intimidation, et peut-être que les oligarques le freineront.

Mais Mein Kampf avait aussi l’air complètement fou, pour des lecteurs d’Europe de l’Ouest, ou d’Allemagne, en 1933. Les ordres de Staline de «liquider» des classes et groupes sociaux entiers au sein de l’URSS aurait eu l’air tout aussi fou à l’époque, si nous avions été là pour les entendre.

Mais Staline fut fidèle à ses promesses et mit ses menaces à exécution, pas parce qu’il était fou, mais parce qu’il suivait sa propre logique jusqu’aux conclusions ultimes et avec un dévouement intense—et parce que personne ne l’arrêtait. Aujourd’hui, personne n’est capable d’arrêter Poutine non plus. Donc est-ce hystérique de se préparer pour une guerre totale? Ou est-ce naïf de ne pas le faire?

Anne Applebaum
Réponse de le 30/08/2014 à 19:49 :
Faire une guerre avec la Russie c'est de la folie pure, tout simplement. L'Otan n'est pas en mesure de le faire et elle le sait, mais la folie la plus meurtrière vient de Washington. La Russie ne se laissera pas faire et elle a les moyens de vendre cher, très cher la peau de l'ours, détrompez-vous.
Réponse de le 30/08/2014 à 19:55 :
Ce sont toujours les autres pays qui ont envahi la russie , et non l'inverse , il ne faut pas se tromper d'envahisseur !
Réponse de le 30/08/2014 à 22:37 :
l'objectif des USA n'était pas de déclencher une guerre totale , juste briser toute forme de coopération UE-Russie et affaiblir la Russie en déstabilisant l'Ukraine.
les sanctions ne sont qu'une façon de faire d'une pierre deux coups en nuisant aux économies européennes et russes.
la Russie résiste , ce qui me désole c'est l'asservissement de l'Europe. La bonne nouvelle c'est l'éclatement probable de l'UE
Réponse de le 30/08/2014 à 23:34 :
Vous êtes trop complaisant. Depuis quand les US maitrise ce qu'ils font ? Vous croyez que la situation en Irak aujourd'hui a été planifié. Certainement pas, ce sont des va t'en guerre qui ne maitrise pas les concéquences...
Réponse de le 30/08/2014 à 23:48 :
Très bon post de Casque à pointe furtif. C'est une éventualité à ne pas sous estimer. D'où la grande nécessité de renforcer l'Europe et l'OTAN. Ceux qui veulent les démantelr comme le FBN ou l'Upr etc sont des collabos de Poutine.
Réponse de le 31/08/2014 à 11:12 :
Effectivement, quand après Maïdan, les russes dits "ethniques d'ukraine" ont vu des néo-nazis associés( provenant de lvov la partie culturellement polonaise d'ukraine) au nouveau pouvoir avec une hystérie voulant la dérussification forcée du pays, ils ont pris très peur et se sont rappelés la seconde guerre mondiale où les russes étaient sur la liste à génocide, au même titre que les juifs tziganes homosexuels déficients mentaux etc.. Ils ont perçu cela comme un putch et ont répondu de même en créant une résistance exigeant une fédéralisation du pays pour ne plus dépendre des fous de Kiev, dont les suicides étranges ou démissions en série plus tard ont confirmé que ce nouveau pouvoir n'était pas moins corrompu que le précédent.
a écrit le 30/08/2014 à 18:39 :
Aucune confiance en tous les pouvoirs!seule la voix du plus grand nombre compte car d'intérêt non financier mais général !mon constat un peuple qui vote sans arme pour un régime (bon ou mauvais )et bim extrémiste populiste ect ect .....menteur qui????
a écrit le 30/08/2014 à 17:54 :
Merci à Mme Merkel pour sa tentative de médiation. Hypocrite !! Mais derrière Kiev il y a Washington et derrière Washington il y a les multinationales et leurs réseaux. Le pouvoir à Kiev n'est pas en mains du Président, mais en mains des oligarques qui financent les bataillons, d'entente avec les partis néo-nazis liés à Pravy sektor. Que voulez-vous faire contre ces gens-là, Mme Merkel et son valet de chambre Barroso? Avez-vous proposé une force d'intervention? Avez-vous proposé une aide humanitaire?
Réponse de le 30/08/2014 à 23:53 :
Vous racontez n'importe quoi car il y avait moins de 2% de votes nazis en Ukraine aux élections. Par contre les vrais nazis et en nombre sont au Kremlin et le fauteur de troubles est bien Poutine qui ne cesse d'envahir l'Ukraine après la Crimée (et la Géorgie etc)
a écrit le 30/08/2014 à 17:35 :
Quand on dit à ceux qui soutiennent comme des moutons de Panurge Poutine que la Russie soutient militairement les insurgés ce n est que propagande mensonges des médias occidentaux à la solde dont ne sait qui (pas le cas des médias russes, d une grande probité morale et indépendance bien sûr-)... quand le mensonge de Poutine n est plus soutenable et qu'on s aperçoit que la Russie veut purement annexer une partie de l Ukraine (même si cela leur déplaît c est bien le cas), ils ressortent inlassablement le discours anti américain de base et justifie l'intervention des russes par les erreurs américaines dans d autres régions du monde ou de leur mode de vie critiquable (pourquoi pas d ailleurs mais c est le cas de tous les pays).

Mais comprenez vous que ce n est pas parce que les américains ont eu une attitude injustifiable dans nombre de situations que cela permet aux russes de faire n importe quoi, de violer les frontières et d avoir un soit disant droit moral de le faire avec un sentiment d impunité au nom des erreurs américaines. Par ailleurs ce n'est pas insultant de dire que les forces Novorussia sont à la botte de Poutine c est la réalité, ils demandent d ailleurs a être dans le futur directement à la botte de la Russie en s y rattachant, sous une forme directe ou indirecte. C'est le retour à l'URSS, arrêtons-le !!!
Réponse de le 30/08/2014 à 18:11 :
Qu'es ce que vous racontez !Les russes sont majoritaires dans l'est de l'Ukraine et il est tout a fait normal que ces territoires rejoignent la Russie .Vous voulez que je vous racontes l'histoire de France et des USA pour voir !Ils ont entierement raison et de plus en plus de français vont s'engager là bas .On attend que des français aillent s'engager au coté des ukrainiens pour voir .......
Réponse de le 30/08/2014 à 21:58 :
@Clement Ch : Désolé, mais vous ne comprenez pas la chronologie, les acteurs du conflit et la situation dans les pays ce qui est pardonnable parce que la qualité de travail des média n’est pas au top. De plus tous font une approximation : la Russie = l’URSS, un pays strictement géré, monolithe et très puissant, tandis que la réalité est très différente. La Russie est un conglomérat des clans oligarchiques avec les intérêts très différents où Poutine est un modérateur puissant (en Ukraine pareil, mais l’Etat est bien plus faible et pas de modérateur), dans les nombreux domaines stratégiques il y a une ingérence totale. La politique dans les pays de l’ex-URSS était un exemple d’incompétence, quand on donne les subventions énormes à tous sans rien recevoir en échange et en essuyant les crachats (un vrai impérialisme, quoi). En réalité même Ianoukovich n’était pas pro-russe, il suffit de rappeler les guerres gazières de son époque. Aussi les gens ne font pas la différence dès le début du conflit, pour eux un fédéraliste ukrainien=pro-russe= agent de Poutine=volontaire de Russie (je ne vais pas citer ici les mots utilisés par certains réels volontaires envers Poutine, trop gros). A ce moment la Russie soutient les rebelles en les envoyant l’armement lourd etc., mais est-ce que c’était le cas avant ? Au niveau d’armement lourd pour moi plutôt non avant le juillet. A propos, je regarde beaucoup de photos de la zone du conflit, les premières images qui prouvent les livraisons d’armes datent de cette semaine, tout ce qui a été avant, c’était bidon. Je voudrais attirer aussi votre attention qu’il n’est pas par hasard que la plupart des gens qui ont commencé la rébellion, ne sont plus en tête. Les vrais volontaires de la Russie existent et ils sont assez nombreux et ne sont pas tous les agents de Poutine, loin de là. D’après mes propres sources bien informées, les premiers qui sont arrivés à l’Est, ne représentaient pas l’Etat russe même indirectement. La participation directe des troupes russes actuellement? J’en doute parce qu’il soit inutile et contre-productive à ce moment. Vous n’avez pas fait attention, mais l’armée ukrainienne a commencé à subir les défaites et les pertes importantes depuis un mois et demie, l’échec d’aujourd’hui a été visible depuis un bon moment déjà pour ceux qui observent la situation attentivement. En tous cas telles accusations sérieuses doivent être basées sur les preuves solides et avec les preuves il y a des problèmes. Souvenez-vous le flux des mensonges à propos de la Russie dernièrement ? L’intervention militaire pendant Maidan, l’invasion en avril, l’abattage de Boeing (j’espère, il est claire maintenant que ce sont les ukrainiens qui l’ont abattu) etc. et tout cela sans preuve ou avec les preuves fabriquées. Donc, il n’y a rien d’étonnant que les gens défendent les arguments russes. Moi aussi, malgré que mon avis de Poutine est mauvais, mais bien meilleure que sur les autorités ukrainiennes. Vous savez, j’ai vécu dans les années 90 en Russie et l’ex-URSS et cru que je sais les limites de la stupidité et la bassesse de la classe politique, mais les élites ukrainiennes actuelles ont pu m’étonner. Désolé pour une réponse si emberlificoté, mais le sujet est trop complexe pour répondre correctement dans un simple commentaire et je suis prêt de donner les précisions.
Réponse de le 31/08/2014 à 0:25 :
Ridicule ex-Moscovite. depuis le début Poutine a envoyé des armes et des milices dont Strelkov et Borodaï qui ne l'ont pas caché du tout. Ces gens sont très bien vus à Moscou et nombre de leurs échanges attestent du soutien catégorique du Kremlin. La même chose avait eu lieu en Géorgie. On agite d'abord avec des milices appuyées par quelques militaires mais on fournit des équipements. Ridicule aussi d'un point de vue militaire de penser que les séparatistes ou milices ont pu se retourner face à l'armée ukrainienne quel que soit son état. Il fallait des équipements lourds. D'ailleurs on a bien pris des soldats russes et le nombre de vidéos et photos etc de convois attestent partout de la présence russe avec des équipents récents. On voit que vous n'avez aucune connaissance militaire pour faire l'analyse que vous faites partial et toujours en faveur de Poutine qui n'est autre qu'un envahiseur. Si c'étaient les américains qui avaient envahi l'Ukraine on l'aurait entendu.
a écrit le 30/08/2014 à 15:48 :
1. Toujours aucune preuve, ce n’est pas étrange ? 2. Le fait, que Kiev bombardent les villes à l’Est depuis des mois, n’inquiète personne. 3. Les sanctions sont une arme double tranchant comme on a déjà vu et frappent pas seulement la Russie, mais aussi l’UE. Pourquoi est-ce que les européens doivent souffrir à cause des intérêts américains plus que douteux ? 4. La collaboration sérieuse avec les autorités de Kiev, c’est une mauvaise idée, parce que ce sont des incapables. Ils n’ont rien fait du bon depuis le février et même sont en train de perdre la guerre en ayant initialement beaucoup plus de forces par rapport aux rebelles. A quoi cela sert les écouter et soutenir ?
Réponse de le 30/08/2014 à 16:02 :
les rebelles doivent se soumettre où partir en Russie et bon débarras !
Réponse de le 30/08/2014 à 16:31 :
@ @: Bravo! C'est à cause de la logique comme la vôtre, les guerres civiles commencent. Donc, pour vous les citoyens de l'Ukraine doivent partir de l'Ukraine, parce qu'ils ne sont pas d'accord avec un gouvernement non-légitime et une idéologie plus que douteuse et agressive et tout cela dans un Etat en faillite. C’est un pays qui prétend d’entrer à l’UE ou le Khalifat Islamique ? La majorité absolue des rebelles sont les citoyens de l'Ukraine, au début c'étaient uniquement les citoyens de l’Ukraine, les volontaires de la Russie ont commencé à arriver bien plus tard.
Réponse de le 31/08/2014 à 0:50 :
@ Ex-Moscovite : vous ne faîtes que répétez la propagande de Poutine. L'Ukraine s'est soulevée y compris à l'Est contre la corruption de Yanoukovitch élu par des urnes bourrés à l'Est et pleinement soutenu par Poutine. Aucune influence externe n'aurait pu obtenir ce résultat. Et dans les influences externes le Kremlin est très présent en Ukraine. Quant aux soit disant rebelles, le décompte des départs et les constats démontrent qu'il y a beaucoup de milices russes, de russes venus de Russie dont militaires (soi-disant en permission) et beaucoup de témoignages de gens que l'ont a forcé à s'impliquer. On a aussi vu des vidéos de gens battus voir abattus pour résister à ces milices russes. Strelkov, Borodaï sont des spécialistes de ce type de manipulations et agitations.Ils ne voulaient nullement que leur région devienne indépendante ou se rattache à la Russie dans leur grande majorité. D'ailleurs i Poutine est obligé d'intervenir, c'est bien la preuve que les choses n'allaient pas dans la direction qu'il a souhaité. Il se plaint d'une éventuelle intervantion américaine en Syrie sans passer apr l'Onu. Mais il fait exactement cela sauf que là ce n'est pas contre des islamistes intégristes mais pour envahir un pays souverain, l'Ukraine.
Réponse de le 31/08/2014 à 11:38 :
Il y a eu des erreurs de diplomatie à l'égard des russes. Mais si l'Otan avançait il était aussi question d'intégrer la Russie ! Tout en réduisant les forces globales et le rôle de l'Otan. Et çà avait d'ailleurs commencé puisqu'il y a des partenariats Otan/Russie. Le problème de fond est donc plus une question d'évolution et de compréhension des visions mutuelles. Mais à présent le prétexte de l'Otan pour l'invasion de l'Ukraine par la Russie est sans fondement. Les armes actuelles ne nécessitent pas de zones tampons particulières et des pays de l'Otan jouxtent la Russie. On peut comprendre la vision russe mais çà n'empêche pas que Poutine va trop loin et crée un exemple pour d'autres. D'ailleurs il a improvisé dans le cas de l'Ukraine qui n'était pas prévu et il ne fait que prolonger la guerre, les morts et les dégâts. Tout comme avec son droit de veto en Syrie au départ, alors qu'une solution majoritaire avait été trouvée et valait mieux que près de 200.000 morts. La faute est à Poutine mais aussi à Hollande et Merkel.
a écrit le 30/08/2014 à 15:47 :
J'ai surtout l'impression que les commentaires des articles sur le sujet sont pris en otage par des pro-russes au discours tout droit sorti d'une plaquette du KGB.

Si personne n'est tout blanc ou tout noir dans ce coin, constamment mettre sur le tapis la frange extrémiste du gouvernement ukrainien en la généralisant à tous les pro-ukrainiens, c'est comme si on traitait Poutine de Staline. Un peu excessif et loin de la vérité.

Ce qui est sûr, c'est qu'au petit jeu des sanctions économiques, la Russie a plus à perdre et perd déjà. Au petit jeu de la guerre, on perdra tous.
Réponse de le 30/08/2014 à 17:19 :
@ Magik : Je crois qu’il vous manque de l’information sur les évènements que se passent là-bas. On peut être critique envers Poutine, mais les autorités ukrainiennes (et les américains qui sont derrière nombreux politiciens ukrainiens) sont indéfendables dans tous les cas. Si vous les trouvez défendables, je me limite à vous demander : 1. Est-ce qu’elles ont montrés une fois la volonté de négocier avec les rebelles ? 2. comment se déroulent les renseignements des tueries des opposants à Odessa, des civiles à Mariupol et de la tuerie de Maidan (vous croyez toujours que la dernière était sous ordre d’Ianoukovich qui a déjà perdu à ce moment?). C’est une petite partie de leurs bêtises et crimes. Concernant la comparaison de Poutine et Staline, c’est une bêtise propagandiste basée sur les mythes médiatiques, presque rien de commun. Si on prend de mauvais côtés de Staline, Poutine est meilleure, si on prend de bons côtés, Poutine est bien pire.
Réponse de le 31/08/2014 à 0:56 :
Vous rigolez ex Moscovite. Comment le gouvernement élu ukrainien pouvait négocier alors que Poutine a envahi la Crimée et avait placé ses milices dont Borodaï et Strelkov en Ukraine ? Il avait raision de vouloir régler d'abord la situation, mettre dehors les envahisseurs sous les ordres de Poutine et négocier ensuite. Négocier avec un envahisseur c'est la meilleure blague de l'année.
a écrit le 30/08/2014 à 14:57 :
L'Ukraine est un pays qui est une zone de convergence de plusieurs cultures qui se chevauchent. Au début il y a les Rus, peuple slave dont la capitale est Kiev. Cet empire se décompose en principautés et s'effondre et il est ainsi coupé en 3, une partie vit sous l'empire polonais( ils deviennent ruthènes ou ukrainiens), une autre partie vit sous l'empire lituanien( ils deviennent biélorusses), les autres restent simplement russes.
Depuis le départ, les rebelles demandent la fédéralisation pour préserver les intérêts de russophiles, Kiev refuse, Kiev refuse même de rencontrer les représentants des rebelles. Les rebelles sont l'expression d'une réelle inquiétude populaire chez les populations russes d'Ukraine. La présence au pouvoir de groupes néo-nazie originaires de l'extrême-ouest de l'Ukraine( la partie composée de polonais), car les slaves russes comme les juifs étaient voués à être exterminés par les néo-nazis.
Si Kiev veut continuer la guerre qu'elle a enclenché au lieu de discuter, les rebelles seront obligés d'aller jusqu'à Kiev pour faire tomber cette alliance de milliardaires, et le point de non-retour, la guerre dure depuis 6 mois, les rebelles sont en train de gagner leur liberté sur le terrain, ils ont déjà repris la moitié du Donbass, cela leur donne une légitimité. Et plus la guerre dure et plus le pays se coupe en deux, la solution de la fédéralisation se réduit d'heure en heure, il n'y aura bientôt plus comme solution de paix que la sécession directe, et pour éviter que dans le futur Kiev ne recherche à tout reprendre et crée une dé-russification forcée( grande peur chez les rebelles), les rebelles n'auront pas d'autre choix que prendre tout le sud du pays, ce qu'on nommait autrefois nouvelle-russie.
Réponse de le 31/08/2014 à 0:59 :
Vous n'avez rien compris à ce conflit. C'est seulement Poutine qui tient à l'Ukraine pour ses richesses et ses accès maritimes entre autres Eurasie. Ce ne sont pas les ukrainiens de l'Est qui voulaient l'indépendance mais des agitateurs et miliciens comme Strelkov et Borodaï des russes envoyés par Poutne. Désormais ce sont d'ailleurs des russes venus de Russie qui sont principalement sur place puisque les ukrainiens ont en grande partie quitté plusieurs villes de l'Est.
a écrit le 30/08/2014 à 14:50 :
Wolkswagen encore mêlé à une affaire de corruption en Chine, ça tombe juste aujourd'hui, mais c'est pas dans cette presse qu'on risque d'en entendre parler...
Réponse de le 30/08/2014 à 15:37 :
Certes, la Chine, enfin ... les dirigeants chinois, ont peur de perdre leur pouvoir et font une propagande d'enfer contre la "corruption". Dont ils sont passés maîtres. (la preuve : ils sont au pouvoir) (comme un paquet de dirigeants occidentaux, et aussi mondiaux). Cela montre, une fois aussi de plus que les BRICS jettent les US dehors, ce que nous n'avons pas eu le courage de faire...
Réponse de le 31/08/2014 à 1:02 :
N'importe quoi Yvan. VW est allemand et pas américain et personne ne jette les américains, sauf Poutine et encore ! (voir accord avec Exxon Chevron etc en Russie)
a écrit le 30/08/2014 à 14:32 :
King chocolate (qui gouverne avec l'aval des néo nazis et des milices d'extrême droite misent en place par les USA et l'UE) dont les vaillantes forces armées se prennent une rouste mémorable essaye à tout prix de déclencher un conflit dont l'issue serait certainement plus que dramatique pour l'humanité.
Dites Mr les journalistes, avez-vous des nouvelles du MH17 ? parce que de ce côté la, nous ne vous entendons plus guère !
Réponse de le 31/08/2014 à 1:06 :
Vous vous répétez Papy, les enquêtes sur les différents vols dont celui d'Air Algérie au Mali ne seront pas terminées avant plusieurs mois. Délai normal, surtout quand les milices russes en Ukraine étaient sur place durant 4 jours pour enlever tous les objets compromettants pour elles concernant le MH 17 !
a écrit le 30/08/2014 à 14:28 :
Oui c'est bon on a compris. Les Russes vont annexer un territoire peuplé de Russes, qui faisait partie intégrante de la Russie depuis plusieurs siècles. et alors? Je dis ça sur le ton de la provocation mais au fond les chancelleries occidentales se contrefichent de l'Ukraine. C'est juste que bataille d'influence entre les USA et l'UE d'un côté et les Russes de l'autre. Tout ça sous les yeux des Chinois, Brésiliens, Indiens et consorts qui regardent comment va résister ou s'affaiblir l'ordre mondial américain né de l'après guerre froide.
Réponse de le 30/08/2014 à 14:49 :
Toute cette manipulation politique c'est pour annexer le pétrole russe au pays de l'oncle Sam qui ne produit plus rien sinon de la spéculation à découvert sur l'économie européenne.
Réponse de le 31/08/2014 à 1:08 :
Quels plans pour la Russie après la Crimé? (le 20 mars)
Andrei Illarionov, un ancien conseiller de Poutine, a mis en garde dans une interview avec la télévision ukrainienne (reprise par Forbes et Ukrainskaya Pravda) de l'existence d'une stratégie russe ambitieuse par rapport à l'Ukraine, dont la Crimée n'est qu'une première étape. D'après Illarionov, cette stratégie a été murie de longue date, et le Président russe a choisi un moment opportun pour la mettre à exécution. Le but de la Russie est de renforcer son controle sur l'Ukraine - cela passe par le rattachement à la Russie d'autres régions du pays, et par l'installation à Kiev d'un gouvernement fantoche pro-Russe.

D'après Illarionov, le Kremlin voudrait la fédéralisation de l'Ukraine, permettant ainsi aux régions d'avoir leur propre politique extérieure et donc de se rapprocher de, voire de se rattacher à, la Russie. Poutine voudrait aussi la démilitarisation de l'Ukraine et une renonciation permanente à rejoindre l'OTAN, ce qui est parfois appelé la "finlandisation" de l'Ukraine, en référence au statut neutre de la Finlande, qui sert en quelque sorte de "tampon" entre la Russie et l'Union Européenne. D'après Le Monde, ces exigences russes sont en ce moment le sujet de négociations, et les pays occidentaux feraient pression sur l'Ukraine pour accepter les termes russes, bien que la fédéralisation aboutira à une déstabilisation du pays, et risque à terme de mener au rattachement de certaines régions de l'Est et du Sud à la Russie.

Illarionov a en outre affirmé que la faible réponse de l'Occident, ne s'en tenant qu'à des mesures symboliques, est perçue au Kremlin comme un accord tacite pour cette politique. Il a dit enfin que la stratégie de " résistance pacifique " choisie par l'Ukraine a peu de chances de fonctionner, si l'on regarde l'histoire - la Finlande (après la Première Guerre mondiale) et la Géorgie en 2008 ont toutes les deux résisté, ce qui leur a permis de garder leur souveraineté. Par contre, la Tchécoslovaquie de 1938, qui ne s'est défendue que par des moyens pacifiques, a perdu beaucoup à la suite des accords de Munich.

Pourquoi l'Ukraine est-elle si importante pour la Russie ?

Outre la propagande que le gouvernement russe nous répète depuis des semaines sur la nécessité de protéger les " Russes ethniques " situés en dehors des frontières russes, et en dehors de la base navale russe de Crimée, il y a d'après moi trois raisons principales qui expliquent l'agression russe en Ukraine. Une de ces raisons est politique - Maidan, une révolution populaire qui a abouti au renversement d'un pouvoir oligarchique corrompu, est le mal absolu pour Poutine, car ce type de mouvement pourrait inspirer la société civile russe, surtout à un moment où l'économie russe est en berne. Maidan pourrait aussi être repris dans d'autres états de l'ex-URSS, mettant à mal l'hégémonie russe. Il faut donc l'écraser de façon impitoyable et en faire un exemple.

La seconde raison est d'ordre économique et industrielle. Comme expliqué dans cet article (voir la carte), l'Ukraine est riche - il y aurait du gaz et du pétrole dans la Mer Noir (la Crimée, et l'annexion du sud de l'Ukraine donneraient les droits sur ces territoires maritimes) ainsi que dans l'Est de l'Ukraine. Le sud et l'est de l'Ukraine sont riches en charbon, magnésium, et en fer, et sont industrialisés, avec notamment des ports importants comme Odessa, des usines chimiques et métallurgiques, des centrales électriques... Enfin, le contrôle de ces régions permettrait à Poutine de contrôler les gazoducs et lui permettrait d'économiser beaucoup pour son projet de gazoduc sud (distance plus courte).

La troisième raison est d'ordre stratégique et militaire. Aslund rappelle en effet que 40% des exports ukrainiens vers la Russie concernent la défense et l'équipement. D'après l'analyse de Vladimir Voronov, un journaliste russe spécialisé dans les questions militaires, la Russie est engagée dans un vaste programme de modernisation et d'armement sur 2011-2020, et la seule industrie de défense russe ne pourrait permettre d'en atteindre les objectifs ambitieux. Ce plan aurait besoin des entreprises ukrainiennes, comme Motor Sich (production de moteurs pour hélicoptères), ainsi que des chantiers navals ukrainiens comme ceux de Nikolaev. En outre, les missiles, satellites et vaisseaux spatiaux russes utilisent beaucoup de components et de technologie ukrainienne (un héritage soviétique). D'après Voronov, sans l'industrie de défense ukrainienne, le plan d'armement 2011-2020 russe a peu de chance d'aboutir. Ces entreprises ukrainiennes sont basées dans l'est et le sud, mais aussi à Kiev.

Etant donné ces raisons économiques et stratégiques, pour que la stratégie de sanctions économiques de l'Occident ait des chances de fonctionner, il faudrait que les coûts infligés à la Russie soient supérieurs aux bénéfices escomptés de l'opération ukrainienne pour la Russie.

On comprend donc mieux l'intérêt de Poutine pour l'Ukraine, et pourquoi Poutine ne compte sans doute pas s'arrêter à la Crimée. Les déclarations d'Illarionov sont inquiétantes, et l'Occident devrait en prendre la mesure afin d'adopter des réponses appropriées et d'endiguer la crise. Un échec en Ukraine renforcerait la Russie et encouragerait Poutine à continuer sa mission de faire renaitre l'URSS de ses cendres, aux dépends d'autres nations. (Clément Ch)
a écrit le 30/08/2014 à 14:27 :
Clair que le point de non-retour a été franchi : NOUS leur avons DONNE 17 milliards que nous ne reverrons plus. Tout ça pour qu'ils s'arment.
Réponse de le 30/08/2014 à 14:41 :
eh! bien, maintenant qu'ils se de'mmerdent TOUS! parce que faire le tri dans cette chienlit, Bonjour !!!!
a écrit le 30/08/2014 à 14:25 :
Pour rappel :
L’Ukraine ne fait pas partie de l'union européenne et de l'OTAN. Donc nous n'avons nullement besoin de prendre de positions martiales concernant la Russie. Tout au plus nous devons négocier politiquement.
Il y a énormément d'assertions et de propagande sans preuve de part et d'autre.
Il faut dépassionner, envoyer des enquêteur sous l'égide de l'ONU et continuer la négociation avec les séparatistes.
La Russie possède la 3ème armée de la planète, est une puissance nucléaire et spatiale, possède des ressources stratégiques pour nous et a un pouvoir de nuisance et de destruction bien plus important que notre Union Européenne.
Alors on va se calmer faire descendre la vapeur et éviter de continuer dans cette escalade inutile et dangereuse.
Réponse de le 30/08/2014 à 14:31 :
Sauf que cette escalade SERT les US...
Réponse de le 30/08/2014 à 15:35 :
Certes c'est une vérit de lapalisse, tout le monde le voit ... .
Mais on oublie coté politique européenne que nous ne sommes PAS américains ... .
Donc il faut calmer le jeux et réfléchir sereinement sur une résolution pacifique de cette crise. De plus cautionner le gouvernement illégitime et contestable d’extrême droite au pouvoir en Ukraine ne peux se justifier d'un point de vue idéologique comme politique.
Il faut vraiment que l'Europe se calme ... . L'Ukraine n'est même pas un allié ou un véritable partenaire économique donc calmos du coté de Bruxelles ... .
a écrit le 30/08/2014 à 14:09 :
Moscou et une force nucléaires ...juste un petit rappel...et on ne bougera pas plus que ça !
Réponse de le 30/08/2014 à 14:15 :
C'est pour cela que nous en avons une aussi, créée parce que Moscou nous avait menacé (Canal de Suez).
Réponse de le 30/08/2014 à 14:18 :
Prenez pas votre façon de pensée comme une réalité ! la situation est plus complexe et Poutine est un petit joueur d'échec limité à la stratégie du berger , normal une formation du KGB est forcément limitée à un petit secteur .
a écrit le 30/08/2014 à 14:02 :
le president Ukrainien se croit tout permis à cause des declarations idiotes d'OBAMA Qui ne veut regler ses problemes avec la russie par personnes interposées comme ces politicars europeens qui ne respectent pas la volonté du peuple qu'ils font souffrir avec des embargos qui ne resoudrons rien
Réponse de le 30/08/2014 à 14:20 :
Ukraine : des centaines d’enlèvements et des actes de tortures
DES CENTAINES D'ENLÈVEMENTS

L'essentiel des enlèvements sont attribués aux séparatistes armés, et les victimes sont souvent soumises à des passages à tabac et à des actes de torture à vous retourner l'estomac. Il semble également que les forces pro-Kiev soient responsables d'abus, en nombre plus restreint.

Il n'existe pas de chiffres complets ou fiables sur le nombre d'enlèvements, mais le ministère ukrainien de l'Intérieur a fait état de près de 500 cas entre avril et juin 2014. La mission de surveillance des droits de l'homme des Nations unies en Ukraine a enregistré 222 cas d'enlèvement au cours des trois derniers mois.

Nous avons également rencontré plusieurs comités ad hoc ayant recueilli des informations sur la multiplication des enlèvements. Notre quipe de chercheurs a obtenu une liste de plus de 100 civils retenus captifs. Des allégations de torture ont été faites dans la majorité des cas.

Des enlèvements ont eu lieu à travers l'est de l'Ukraine, dans les régions de Donetsk et de Louhansk. Figurent parmi les victimes non seulement des policiers, des soldats et des représentants locaux des autorités, mais également des journalistes, des politiciens, des militants, des membres de commissions électorales et des hommes d'affaires.

LES MILITANTS PRO-UKRAINE PRIS POUR CIBLE
Hanna, une militante pro-Ukraine, nous a expliqué qu'elle a été enlevée par des hommes armés dans la ville de Donetsk (est du pays) le 27 mai. Elle a été retenue captive pendant six jours avant d'être relâchée dans le cadre d'un échange de prisonniers. Elle nous a décrit l'interrogatoire brutal qu'elle a subi.

« Il m'a fracassé le visage à coups de poing, il essayait de me frapper partout, je me protégeais avec les mains [...] j'étais recroquevillée dans un coin, roulée en boule avec les mains autour des genoux. Ça le mettait en colère que j'essaie de me protéger. Il est sorti et est revenu avec un couteau. »

Hanna nous a montré les cicatrices laissées par la lame sur son cou, ses bras et ses jambes : son tortionnaire lui a mis un coup de couteau dans le genou, et son index droit reste recouvert d'un bandage dans une attelle en plastique.

Elle a également expliqué que son interrogateur lui a fait écrire un slogan séparatiste sur le mur avec son propre sang.

OBJECTIFS : SEMER LA TERREUR ET DEMANDER DES RANÇONS
Si la plupart des enlèvements semblent avoir une motivation politique, il apparaît clairement que les enlèvements et les actes de torture sont utilisés par les groupes armés pour répandre la peur et contrôler les populations locales. Certains ravisseurs demandent par ailleurs une rançon.

Sasha, 19 ans, militant pro-Ukraine, a fui à Kiev après avoir été enlevé par des séparatistes qui l'avaient menacé d'une arme à Louhansk. Il a dit avoir été frappé à de multiples reprises sur une période de 24 heures.

« Ils m'ont mis des coups de poing, frappé avec une chaise, avec tout ce qui leur tombait sous la main. Ils m'ont écrasé des cigarettes sur la jambe et m'ont administré des décharges électriques. Ça a duré tellement longtemps que je ne sentais plus rien, j'ai perdu connaissance », a-t-il dit à Amnesty International.

Il a finalement été relâché après que son père a payé une rançon d'environ 44 000 euros.
?
Réponse de le 30/08/2014 à 15:02 :
Nombre de meurtres par an aux USA = environ 16000 (voir le site planetoscope). Largement supérieur aux nombre de morts en Ukraine, et pourtant y pas la guerre aux USA.
Il faut savoir qu'au XXeme siècle beaucoup de communistes américains ont été assassinés, et qu'aujourd'hui il est obligatoire de déclarer sa tendance politique communiste quand on passe la douane américaine. Il faut savoir relativiser...
Réponse de le 30/08/2014 à 17:37 :
@ @matheo: Votre vision est très sélective. Vous avez oublié de mentionner la tuerie des dizaines d’opposants à Odessa et Mariupol, les disparitions des militants-fédéralistes et les actes des tortures envers eux, les bombardements par l’armée ukrainienne des villes et des objets d’infrastructure à l’Est, souvent sans nécessité militaire, l’interdiction des partis politiques etc. Concernant les enlèvements pour rançons et d’autre activité criminelle 1. Cela existe des deux côtés (voir les rapports d’OSCE) 2. C’est malheureusement une situation typique pour les guerres civiles quand les délinquants rejoignent à l’un des côtés pour mieux profiter. Il suffit de dire que commandant d’un des bataillons volontaires ukrainien est un grand délinquant (Rostislav Onischenko).3. Certains commandants rebelles en particulier, Strelkov(Girkin) n’hésitaient pas d’exécuter les criminels pour ce genre d’affaire.
Réponse de le 30/08/2014 à 17:37 :
C'est raté pour l'Otan, il n'y aura pas de bases militaires américaines en Ukraine.
L'Amérique a des bases militaires dans presque tous les pays d'Europe; mais, à vrai dire, l'Europe n'a aucune base militaire aux USA.
D'ailleurs, aucun pays dans le monde a une base militaire dans un état américain. Mais ce pays s'installe militairement dans beaucoup pays pour des prétextes souvent abusifs.
Par conséquent, la Russie occupe beaucoup moins militairement des pays que l'Amérique. C'est l'Amérique le garnd envahisseur de la planète et pas Poutine. Point barre.
Réponse de le 31/08/2014 à 0:12 :
vision pas selective mais réaliste. Que les fachos du FSB qui ont mis un méga bordel rentre chez Poutine
Réponse de le 31/08/2014 à 13:09 :
@ @Ex-Moscovite: Je pensait que les fachos sont ceux qui brulent vivant les opposants y compris les femmes et tirent sur les civiles non armés, mais pour vous ce sont ceux qui les opposent. Avec les défenseurs comme vous, les ukrainiens nationalistes n’ont aucun besoin d’ennemi.
a écrit le 30/08/2014 à 13:30 :
Il est surtout évident que le prochain train de sanctions DE LA RUSSIE sera autrement plus douloureux! Les russes se contrefoutent de nos sanctions, mais les leurs sont beaucoup plus efficaces.
Les USA ordonnent des sanctions, mais, eux-mêmes n'en subissent aucune conséquence! Ils cherchent à affaiblir l'Europe en la mettant en difficulté avec les russes.
Y a t-il un seul dirigeant européen lucide, honnête et clairvoyant vis à vis des manigances américaines??
Réponse de le 30/08/2014 à 13:48 :
C'est clair que les US NOUS mettent mal. Car ils sont en difficulté au niveau économique et mondial.
Réponse de le 30/08/2014 à 13:49 :
Rappelez-moi le nombre de bases US sur la planète..?? Hitler n'aurait pas fait mieux.
Réponse de le 30/08/2014 à 14:18 :
Vous vous répétez d'article en article?
Ce n'est pas lassant?
Réponse de le 30/08/2014 à 15:32 :
Aussi lassant que la propagande pro-US...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :