Poutine évoque la création d'un Etat dans l'est de l'Ukraine

 |   |  468  mots
(Crédits : reuters.com)
Jusqu'à présent, la Russie avait seulement demandé que les régions orientales de l'Ukraine, majoritairement russophones, aient davantage d'autonomie dans un système fédéral moins centralisé.

La création d'un Etat doit être abordée dans les discussions sur la fin du conflit dans l'est de l'Ukraine, a déclaré dimanche le président russe Vladimir Poutine, évoquant pour la première fois un tel statut pour les régions où s'affrontent loyalistes et rebelles prorusses.

"Nous devons commencer immédiatement des discussions substantielles (...) sur des questions touchant à l'organisation politique de la société et la création d'un Etat pour le sud-est de l'Ukraine afin de protéger les intérêts légitimes des personnes qui y vivent", a dit le président Poutine, lors d'une émission télévisée et cité par les médias russes.

Jusqu'à présent, la Russie avait seulement demandé que les régions orientales de l'Ukraine, majoritairement russophones, aient davantage d'autonomie dans un système fédéral moins centralisé.

Un état vassal

Comme plusieurs analystes l'ont rappelé ces derniers jours, le président russe Vladimir Poutine se montre déterminé à voir le Donbass (est de l'Ukraine) échapper à l'influence de Kiev.

L'apparition de signes d'implication directe sur le terrain pourrait montrer que Moscou verrait d'un bon oeil l'apparition dans le Donbass (bassin industriel russophone dans l'est de l'Ukraine) d'une enclave prorusse hors du contrôle de Kiev à l'image de la Transdniestrie, a estimé cette semaine Holger Schmieding, chef économiste de Berenberg Bank. Cette région séparatiste russophone de la Moldavie, qui concentre l'essentiel de l'industrie de cette ex-république soviétique, comme le Donbass en Ukraine, est de facto contrôlée par Moscou.  L'expert Konstantin Kalatchev le confirme : Vladimir Poutine, décidé à punir Kiev pour son orientation proeuropéenne, "a besoin d'un Etat vassal".

Menaces de l'UE

Vladimir Poutine, qui s'exprimait dans une émission télévisée enregistrée vendredi, n'a pas évoqué la question de la menace de sanctions accrues contre Moscou brandie par les Occidentaux qui accusent la Russie d'engagement militaire en Ukraine.

Réunis samedi à Bruxelles, les dirigeants de l'Union européenne ont donné une semaine à la Russie pour changer de cap, sous peine de nouvelles sanctions.

Le numéro un du Kremlin a toutefois estimé que les Occidentaux portaient la responsabilité de la crise ukrainienne parce qu'ils avaient soutenu le mouvement de protestation ayant conduit en février au "coup d'Etat" contre le président prorusse Viktor Ianoukovitch sans penser qu'un conflit s'ensuivrait.

"Ils auraient dû savoir que la Russie ne pouvait pas rester à l'écart quand des gens se font tirer dessus presque à bout portant", a dit Vladimir Poutine, précisant parler non "de l'Etat russe, mais du peuple russe."

Moscou a jusqu'ici toujours démenti avoir envoyé des soldats en Ukraine pour soutenir la rébellion prorusse qui combat les troupes loyalistes dans l'Est depuis plusieurs mois et désormais aussi dans le sud-est du pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2014 à 14:29 :
@ l’ex Moscovite. Je répond pour vous présenter mes excuses; je n’ai pas eu l’intention de vous vexer, je n’ai jamais rencontre des russes pour pouvoir affirmer que je les connais, je connais seulement le mode d’agir de leurs gouvernants parce que en tant que roumain (de Transylvanie, pas de Moldavie) d’un certain age j’ai souffert avec mes compatriotes et tous les est-europeens les conséquences de leurs actes. Actes qui confirment des propos comme ce de Leontieff, que j’ai amende d’ailleurs. D’autre part, chaque nation a des auteurs qui critiques leurs concitoyens (Céline en France, Cioran chez nous, par l’exemple) et je peux affirmer qu’ils sont necessaires, avec toutes leurs exagérations, pour la santé des nations.
Pour le reste, il serait très difficile d'être d’accord avec vous.
L’URSS a traite tous les pays occupes par ses troupes a la fin de la deuxième guerre mondiale en colonies. Des fabriques entières ont été démontés afin d’être reconstruites sur le territoire de l’Union, la politique intérieure de ces pays était dictée de Moscou. Vous êtes, je suppose, encore jeune, vous ne connaissez pas le plan Valev, par l’exemple. Ni les souffrances de vos concitoyens qui, eux aussi ont peuple le Goulag.
Je croyais ces temps revolus, mais les mentalites changent a peine. Les gouvernants ont tout interet pour garder le people en ignorance. La democratie, il faut l’apprendre et elle a des regles a respecter.
La Republique de la Moldavie est une partie de l’une des trois provinces historiques de la Roumanie, dont le nom est – la Moldavie. Mais la Roumanie a reconnu l’Etat moldave et les frontieres de l’Ukraine qui detient aussi une partie du territoire moldave. On a choisi la democratie et on esperait que les gens de meme nationalite purriont vivre ensemble dans le cadre d’une Europe dont les frontieres deviendront plus permeables, une Europe ouverte aussi pour les russes. Malheureusement l’Europe occidentale se trouve dans une grave crise spirituelle et, d’autre part, Poutine se comporte comme un chef oriental d’autrefois, menacant avec ses armes nucleaires comme le fait, de temps en temps, son voisin de l’Extreme Orient, le Nord-coreen. Les perspectives sont tres sombres pour tous: pour nous, pour le reste de l’Europe et finalement pour la Russie meme.
C’est ca le tres grave probleme actuel, beaucoup plus grave que ce que les habitants d’un pays ne connaissaient les regles de la democratie en 1990 apres un demi siècle de dictature pour les appliquer dans une region occupee par une armee etrangere loin d’etre equidistante. Et la pauvrete, on peut vivre honnetement avec, la misere morale – ca, c’est catastrophique.
a écrit le 01/09/2014 à 19:51 :
Quand on regarde Poutine on le verrai bien chef de service aux relations humaines , mais dans la vraie vie, il décape plutôt !
a écrit le 01/09/2014 à 13:36 :
Mesdames, Messieurs, il faut ovrir les yeux à l'evidence : l'Ukraine n'existe plus.
a écrit le 01/09/2014 à 9:31 :
Vous ne faîtes que répétez la propagande de Poutine. L'Ukraine s'est soulevée y compris à l'Est contre la corruption de Yanoukovitch élu par des urnes bourrés à l'Est et pleinement soutenu par Poutine. Aucune influence externe n'aurait pu obtenir ce résultat. Et dans les influences externes le Kremlin est très présent en Ukraine. Quant aux soit disant rebelles, le décompte des départs et les constats démontrent qu'il y a beaucoup de milices russes, de russes venus de Russie dont militaires (soi-disant en permission) et beaucoup de témoignages de gens que l'ont a forcé à s'impliquer. On a aussi vu des vidéos de gens battus voir abattus pour résister à ces milices russes. Strelkov, Borodaï sont des spécialistes de ce type de manipulations et agitations.Ils ne voulaient nullement que leur région devienne indépendante ou se rattache à la Russie dans leur grande majorité. D'ailleurs Poutine est obligé d'intervenir, c'est bien la preuve que les choses n'allaient pas dans la direction qu'il a souhaité. Il se plaint d'une éventuelle intervantion américaine en Syrie sans passer apr l'Onu. Mais il fait exactement cela sauf que là ce n'est pas contre des islamistes intégristes mais pour envahir un pays souverain, l'Ukraine.
Réponse de le 01/09/2014 à 11:53 :
Apparemment le KGB manque d'idées, propos vides de sens ! donc = non recevable !
a écrit le 01/09/2014 à 9:24 :
J.M. Barroso lance l’UE dans la course à la guerre « Point de non-retour » !. Après le coup d’état de Kiev organisé par les Etats-Unis (Confère la conversation téléphonique entre la sous-secrétaire d’Etat Victoria Nuland et son ambassadeur américain à Kiev sur youtube, au cours de laquelle elle lui indique quels doivent être les nouveaux dirigeants ukrainiens choisis par Washington. Le coup d’Etat proprement dit a lieu fin février 2014 après le coup de fil, preuve que ce sont bien les Etats-Unis les commanditaires et qu’ils dirigent l’UE, voir les conférences sur la collusion Etats-Unis/Commission européenne à ce sujet sur upr.fr.), J.M. Barroso poursuit leur objectif de déstabilisation et de mainmise sur l’Ukraine, et confirme qui l’emploie réellement (Cf Qui gouverne l’Europe de François Asselineau).
Les Etats-Unis utilisent cette méthode de soutien des coups d’état de par le monde depuis la seconde guerre mondiale afin d’imposer par la dictature et la force le modèle économique de l’ultralibéralisme développé par l’Ecole de Chicago à l’instar de Milton Friedman. Naomi Klein fournit les faits et les preuves dans son livre La stratégie du choc. L’analyse géopolique de F.Asselineau de l’upr sur News360x confirme ce constat notamment avec le cas méconnu mais récent du Kirghizistan. Hollande doit refuser toute implication belligérante comme l’y oblige l’article 14 du préambule de la constitution du 27 octobre 1946, et donc sortir de l’UE et de l’Otan par l’article 50 du TUE.
a écrit le 01/09/2014 à 8:09 :
L'Amérique qui tient l'Otan et l'Europe ou plus exactement qui tient les assujettis européens observe avec effroi la Russie, la Chine, l' Inde et qqes autres créer un contre pouvoir au dieu dollar pour régler dans leurs monnaies nationales d'abord leurs échanges en pétrole, insupportable pour cette Amérique déjà au bord de l'asphyxie économique qui ne tient encore que par une création monétaire effrénée- qui voit donc arriver à moyen terme son déclassement ! L'instant des jeux de Sotchi a permis de déstabiliser l' Ukraine et dresser l'Europe aux ordres de son maitre en guéguerre maladroite car contre productive contre la Russie, l'Europe cocue, vient de s'apercevoir que les Russes sont aussi capables de sanctions économiques et réalisent, mais un peu tard, qu'ils se sont tirés une jolie balle dans le pied pour suivre les intentions belliqueuses US ! La rengaine propagandiste européo-atlantiste de tous les instants dans les médias achève de décrédibiliser cette petite entreprise s'appuyant sur le mode agitation, déstabilisation, renversement, changement de régime pour plus...favorable. Rien ne se serait jamais passé dans cette Europe là si les manettes appartenaient véritablement aux européens et si elle n'était entretenue dans un dysfonctionnement délibéré pour laisser la main aux US sur tous les sujets, économiques et politiques notamment, CQFD!
a écrit le 01/09/2014 à 5:52 :
LA VOIE DE LA RUSSIE 15 FEVRIER 2014 AVANT L'INTERVENTION EN CRIMEE
(La voie de son maitre)
La crise en Ukraine illustre parfaitement la faiblesse de l'Etat ukrainien. Même si l’administration du président ukrainien actuel Viktor Ianoukovitch survit à cette crise, l’Ukraine n’en sortira pas renforcée.

Actuellement, le pays est confronté à des troubles qui risquent de dégénérer en une destruction des infrastructures et une redistribution des biens.

Cela soulève de nombreuses interrogations, notamment de la part des entreprises du complexe militaro-industriel russe et chinois qui ont des programmes de coopération avec l’Ukraine. Leur principal partenaire en Ukraine, l’usine Motor Sich, est le principal fabricant de moteurs pour les hélicoptères russes. L’usine fournit également les moteurs pour les avions de formation et de transport, ainsi que pour un certain nombre d’appareils sans pilote et des missiles de croisière.

Le président de cette société Viatcheslav Bogouslaev est une personnalité de premier plan au sein du parti des Régions, dirigé par Viktor Ianoukovitch. A Zaporojie, où est située la société, l’opposition n’a pas réussi à s’emparer de l’administration locale. Ceci est probablement lié au fait que Motor Sich soit orientée sur le marché russe. Mais qui sait ce qui peut arriver à l’usine en cas de changement de pouvoir et de changement de propriétaire ? Un scénario pessimiste est assez plausible : les cadres dirigeants pourraient bien être licenciés et l’usine deviendrait alors la propriété d’un entrepreneur fidèle à l’opposition. Des scénarios semblables avaient déjà eu lieu après la « révolution orange » en 2004. Mais à ce moment là, les contradictions entre les groupes politiques ukrainiens n’étaient pas aussi fortes qu’à l’heure actuelle.

L'influence croissante des États-Unis pourrait également conduire au blocage de l’exportation d’un certain nombre d’armements et de technologies vers la Chine, comme ce fut déjà le cas pour l’UE et Israël.

Outre les moteurs fabriqués à Motor Sich, utilisés notamment dans la fabrication des avions d'entraînement chinois L-15 et russes Yak-130, ainsi que des hélicoptères Mi-17, largement utilisés en Russie et en Chine, d’autres contrats de coopération pourraient être menacés. Par exemple les livraisons des moteurs diésel pour les chars chinois MBT-2000 destinés à l’exportation. Certains domaines de coopération, notamment en ce qui concerne la livraison des centrales électriques, les équipements radar, et les systèmes électroniques de la défense, pourraient également se retrouver gelés.

L'Ukraine était un bassin industriel important pour le complexe militaro-industriel à l’époque de l’URSS. Après l'effondrement de l'Union soviétique, tous les types d’armes stratégiques que fabriquait la Russie dépendaient des composantes ukrainiennes. Il a fallu plusieurs années à Moscou pour se doter d’une certaine indépendance par rapport aux livraisons d’Ukraine. En modifiant progressivement les modèles de coopération industrielle, l’industrie de la défense russe continue à l’heure actuelle à devenir moins dépendante de l’industrie militaro-industrielle ukrainienne, mais elle est encore très loin de son indépendance complète. Malgré le lancement d’une usine des moteurs pour hélicoptères près de Saint-Pétersbourg, le rôle de Motor Sich dans la demande russe reste très important.

La Chine cherche également à surmonter sa dépendance des livraisons ukrainiennes des moteurs diésel de 1200 CV de puissance pour ses chars destinés à l’exportation. Mais malgré les tests réussis du nouveau char MBT-3000, ce travail est loin d’être achevé.

La nouvelle crise politique à Kiev oblige donc la Russie et la Chine à réfléchir à nouveau aux risques éventuels qu’elle comporte. Et Moscou, tout comme Pékin, vont probablement redoubler leurs efforts pour surmonter la dépendance qu’ils ont par rapport au secteur militaro-industriel ukrainien.
Réponse de le 01/09/2014 à 9:19 :
Le problème avec le troll de l'Otan c'est qu'il utilise le plus mauvais traducteur qu'il a pu trouver sur internet. LOL
a écrit le 01/09/2014 à 3:51 :
Andrei Illarionov, un ancien conseiller de Poutine, a mis en garde dans une interview avec la télévision ukrainienne (reprise par Forbes et Ukrainskaya Pravda) de l'existence d'une stratégie russe ambitieuse par rapport à l'Ukraine, dont la Crimée n'est qu'une première étape. D'après Illarionov, cette stratégie a été murie de longue date, et le Président russe a choisi un moment opportun pour la mettre à exécution. Le but de la Russie est de renforcer son controle sur l'Ukraine - cela passe par le rattachement à la Russie d'autres régions du pays, et par l'installation à Kiev d'un gouvernement fantoche pro-Russe.
D'après Illarionov, le Kremlin voudrait la fédéralisation de l'Ukraine, permettant ainsi aux régions d'avoir leur propre politique extérieure et donc de se rapprocher de, voire de se rattacher à, la Russie. Poutine voudrait aussi la démilitarisation de l'Ukraine et une renonciation permanente à rejoindre l'OTAN, ce qui est parfois appelé la "finlandisation" de l'Ukraine, en référence au statut neutre de la Finlande, qui sert en quelque sorte de "tampon" entre la Russie et l'Union Européenne. D'après Le Monde, ces exigences russes sont en ce moment le sujet de négociations, et les pays occidentaux feraient pression sur l'Ukraine pour accepter les termes russes, bien que la fédéralisation aboutira à une déstabilisation du pays, et risque à terme de mener au rattachement de certaines régions de l'Est et du Sud à la Russie. Illarionov a en outre affirmé que la faible réponse de l'Occident, ne s'en tenant qu'à des mesures symboliques, est perçue au Kremlin comme un accord tacite pour cette politique. Il a dit enfin que la stratégie de " résistance pacifique " choisie par l'Ukraine a peu de chances de fonctionner, si l'on regarde l'histoire - la Finlande (après la Première Guerre mondiale) et la Géorgie en 2008 ont toutes les deux résisté, ce qui leur a permis de garder leur souveraineté. Par contre, la Tchécoslovaquie de 1938, qui ne s'est défendue que par des moyens pacifiques, a perdu beaucoup à la suite des accords de Munich. Pourquoi l'Ukraine est-elle si importante pour la Russie ? Outre la propagande que le gouvernement russe nous répète depuis des semaines sur la nécessité de protéger les " Russes ethniques " situés en dehors des frontières russes, et en dehors de la base navale russe de Crimée, il y a d'après moi trois raisons principales qui expliquent l'agression russe en Ukraine. Une de ces raisons est politique - Maidan, une révolution populaire qui a abouti au renversement d'un pouvoir oligarchique corrompu, est le mal absolu pour Poutine, car ce type de mouvement pourrait inspirer la société civile russe, surtout à un moment où l'économie russe est en berne. Maidan pourrait aussi être repris dans d'autres états de l'ex-URSS, mettant à mal l'hégémonie russe. Il faut donc l'écraser de façon impitoyable et en faire un exemple. La seconde raison est d'ordre économique et industrielle. Comme expliqué dans cet article l'Ukraine est riche - il y aurait du gaz et du pétrole dans la Mer Noir (la Crimée, et l'annexion du sud de l'Ukraine donneraient les droits sur ces territoires maritimes) ainsi que dans l'Est de l'Ukraine. Le sud et l'est de l'Ukraine sont riches en charbon, magnésium, et en fer, et sont industrialisés, avec notamment des ports importants comme Odessa, des usines chimiques et métallurgiques, des centrales électriques... Enfin, le contrôle de ces régions permettrait à Poutine de contrôler les gazoducs et lui permettrait d'économiser beaucoup pour son projet de gazoduc sud (distance plus courte). La troisième raison est d'ordre stratégique et militaire. Aslund rappelle en effet que 40% des exports ukrainiens vers la Russie concernent la défense et l'équipement. D'après l'analyse de Vladimir Voronov, un journaliste russe spécialisé dans les questions militaires, la Russie est engagée dans un vaste programme de modernisation et d'armement sur 2011-2020, et la seule industrie de défense russe ne pourrait permettre d'en atteindre les objectifs ambitieux. Ce plan aurait besoin des entreprises ukrainiennes, comme Motor Sich (production de moteurs pour hélicoptères), ainsi que des chantiers navals ukrainiens comme ceux de Nikolaev. En outre, les missiles, satellites et vaisseaux spatiaux russes utilisent beaucoup de components et de technologie ukrainienne (un héritage soviétique). D'après Voronov, sans l'industrie de défense ukrainienne, le plan d'armement 2011-2020 russe a peu de chance d'aboutir. Ces entreprises ukrainiennes sont basées dans l'est et le sud, mais aussi à Kiev. Etant donné ces raisons économiques et stratégiques, pour que la stratégie de sanctions économiques de l'Occident ait des chances de fonctionner, il faudrait que les coûts infligés à la Russie soient supérieurs aux bénéfices escomptés de l'opération ukrainienne pour la Russie. On comprend donc mieux l'intérêt de Poutine pour l'Ukraine, et pourquoi Poutine ne compte sans doute pas s'arrêter à la Crimée. Les déclarations d'Illarionov sont inquiétantes, et l'Occident devrait en prendre la mesure afin d'adopter des réponses appropriées et d'endiguer la crise. Un échec en Ukraine renforcerait la Russie et encouragerait Poutine à continuer sa mission de faire renaitre l'URSS de ses cendres, aux dépends d'autres nations.
Réponse de le 01/09/2014 à 9:26 :
L’enfant turbulent, atteint de délires à douze ans, subitement privé de foot et de jouer la pétanque, a eu la chance de découvrir qu’avec ses diatribes de gosse, il parvenait à extérioriser sa joie ou calmer les tourments propres à l’exaltation de sa jeunesse sympathisante aux chemises brunes. Une thérapie naturelle pour un adolescent encouragé par un prix de Troll Anti-Poutine de la presse française. De son corps désavantagé, naîtra la volonté d’apprivoiser la différence. L’apprentissage de la hargne, de l'anti-communisme primaire et d'une foi aveugle (et aveuglante) dans les valeurs les plus pourries de ce monde (Otan, Bilderberg, zionisme, FN, etc etc) et en suivant des cours de "bashing" contre tout ce qui y était contraire à ces dogmes pourris, il présentera finalement son sujet de prédilection dans nos forums, et qu’il étendra à toutes les autres sujets confondus englobant la haine et la mauvaise foi : la propagande anti-Poutine. Pathétique, certes, mais incurable.
Réponse de le 01/09/2014 à 9:28 :
Il faut donner la parole à tous et pas seulement à celui qui fait de la propagande anti-Poutine. La France rste (encore et peniblement) un pays démocratique. Merci.
a écrit le 01/09/2014 à 0:30 :
Quelques mots à propos de la Transnistrie et « l’état vassal ». Les experts mentionnés dans l’article ne sont pas des exemples de compétence. Quelques thèses : 1. La guerre civile et la séparation de la Transnistrie n’ont rien à voir avec la volonté de Moscou qui a trahi tous et tout, même ses propres intérêts à cette époque. La situation était similaire : la réaction contre les actions des ultra-nationalistes moldaves. 2. La Transnistrie était pas si mal gérée, surtout si on compare avec la Moldavie, un typique « failed state » d’ex-URSS, le plus pauvre pays de l’Europe, d’où au moins 40% de la population active ont émigré. Malgré le blocage international, la Transnistrie a un niveau de PIB per capita supérieure à la Moldavie et le niveau de vie réel bien supérieure à la dernière. La Transnistrie possède une armée assez sérieuse pour sa taille et sa situation, la Moldavie n’a aucune chance de sortir vainqueur dans le cas d’un conflit militaire hypothétique. 3. Concernant l’Etat vassal, oui, la Transnistrie dépend largement de la Russie, mais il faut poser deux questions : est-ce que cela signifie que la Russie règne définitivement là-bas ? Est-ce qu’il existe une possibilité de compter sur un autre pays pour la Transnistrie? Il faut répondre négativement aux deux questions. Pour la Transnistrie il n’y a pas d’autre pays ou une structure internationale qui peut l’aider. Si l’UE l’avait reconnu ou au moins fait des propositions raisonnables, l’influence russe, qui n’est pas du tout totale à ce moment, peut être largement diminuée. Mais la diplomatie de l’UE les propose de se soumettre à la Moldavie tandis que: a. il y a eu une guerre sanglante entre eux, b. dans cette situation les capables doivent se soumettre aux incapables (voir ci-dessus). Les gens s’y associent souvent à la Russie en général, pas au gouvernement russe. Si on les propose une vraie indépendance reconnue, cela peut changer. En réalité les relations entre le Kremlin et les nouvelles autorités (il y a eu une élection du nouveau président à 2011) n’étaient pas du tout chaleureuses. Le changement du pouvoir dans la Transnistrie était contre les intérêts de certains puissants clans à Moscou. Je précise : j’ai reçu cette information d’une personne qui connait personnellement le nouveau président et les membres du gouvernement de la Transnistrie. Pour moi cette information est faible, mais elle date d’avant les évènements en Ukraine.
Réponse de le 01/09/2014 à 0:34 :
Zut! dans la dernière ligne "faible"="fiable". Pardon pour les fautes.
a écrit le 31/08/2014 à 22:10 :
Ça avait plus de gueule au checkpoint allemand quand un char lourd russe faisait face à un char lourd américain. C'était de la diplomatie claire et nette.
Pas de bla-bla-bla inutile.
Chacun savait jusqu'où il ne fallait pas aller.
Les occidentaux s'amusent beaucoup en Afrique et au Moyen Orient mais les règles du jeu n'ont pas changé en Europe de l'est. Quand on vous aligne un char, il faut aligner 2 chars. Et pas des sommets coûteux et inutiles.
Réponse de le 01/09/2014 à 5:59 :
correction:
1 Leclerc = 3 T90
1 Léopard2 = 2 T90
Réponse de le 01/09/2014 à 9:49 :
Ton commentaire plutôt décousu m'a fait penser à ce mot immortel de Coluche : "De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent."

Allez, on te verra bientôt au front Est de l'Ukraine, ou à Berlin, vitrifié ? ;)
Réponse de le 01/09/2014 à 11:59 :
Ta réplique m'a fait gagner ma journée, merci. mdr
a écrit le 31/08/2014 à 21:07 :
En promettant l’info fleurie
A tous les lecteurs qui souffrent,
Cœur sombres et vaguement épris
De la nuit et du gouffre !

Trolls, vils et sombres orateurs,
Ames nauséabondes et noires !
Du soldat qui gémit et meurt
Vous cachez les victoires

Vous vous cachez en attendant
L’heure ténébreuse et fourbe
Où l'OTAN ronge avec sa dent
La création dans sa tombe !

Trolls, revenez à la nuit,
Et revenez à l’abîme !
Au nom de Poutine qui reluit
Dans le progrès le plus sublime !

Arsenyi de Yalta
Réponse de le 01/09/2014 à 13:34 :
J'ai eu l'impression pour un instant du deja vu. Mais il me semble que dans l'avant-dernier verse il figurait Staline.
a écrit le 31/08/2014 à 20:52 :
1. Personne n’a remarqué que le Kremlin (et aussi l’oligarque ukrainien R. Akhmetov) avait empêché la création des structures officielles des républiques pendant une longue période (pas la création, mais un fonctionnement normal). C’est à propos de la qualité de l’analyse de la presse. 2. Presque tous les gens qui ont commencé le soulèvement à l’Est ne sont plus en tête, soit éloignés, soit sur les postes moins importantes : ni ceux de la Russie, ni les locaux (Strelkov, Borodai, Gubarev, Bolotov, Pushilin etc.). C’est à propos de l’inspiration de Moscou. On peut supposer que récemment (fin-juillet-début d’aout) les gens de Kremlin et certains oligarques ukrainiens ont trouvé un accord, ainsi les gens extérieurs ont été éloignés. On verra ce que cela va donner. Même les intérêts de Poroshenko peuvent coïncider avec les intérêts de la Novorossie, par exemple, l’extermination des nationalistes radicaux et des troupes financés par l’oligarque ukrainien I. Kolomoiskiy dans les combats. 3. J’ai regardé spécialement les média officieux russes pour voir l’orientation (je ne les regarde presque jamais) : l’accent est très anti-américain, mais pas du tout anti-UE. A réfléchir.
Réponse de le 31/08/2014 à 21:14 :
Mais cela a toujours été la ligne des médias russes (je les regarde depuis plus de 20 ans), on n'y trouve point de hostilité envers les Européens. Ce sont les Américains, dont les buts de faire la mainmise sur la Russie est déjà avoué, qui ont planté des taupes à la tête des institutions européennes pour faire croire aux populations que les Russes sont une menace pour l'Europe. Rien de plus faux. Cependant, en retournant de St-Petersbourg tout récemment, j'ai remarqué que le sentiment anti-américain est croissant, visiblement croissant.
Réponse de le 31/08/2014 à 21:31 :
C'est logique, les russes vivaient leur vie en commerce normal avec les européens et tout d'un coup les cowboys et leurs poodles de Bruxelles inventent un coup d'Etat en Ukraine avec des néonazis pour s'emparar des bases navales russes en Crimée, que devraient ils fassent ? imaginez le même avec les cowboys en s'alliant aux italiens pour s'emparar de la Corse par exemple. C'est la même chose et encore plus grave car nos bases navales en Corse ne sont pas comparables aux russes en Crimée. Cette Europe là va payer cher ce coup de Jarnac porté à la Russie c'est certain.
Réponse de le 01/09/2014 à 4:05 :
La Russie a signé le pacte Ribbentrop Staline, a envahi l'Europe et l'a occupé en grande partie pendant près de 60 ans ce qui n'a cessé que par l'effondrement de son système. Elle continue les invasions à présent avec la Crimé, l'Ukraine, la Géorgie etc. Ces invasions ont amené de Gaulle à participé à la création de l'Europe et de l'OTAN en 49 qu'il a quitté en 67 pour des motifs bien précis mais en ne cessant jamais d'y coopérer (bases françaises toutes disponibles etc). L'Union européenne, l'OTAN sont indispensables face aux invasions régulières de gouvernements régulièrement dictatoriaux, impérialistes, nationalistes et colonialistes de la Russie.
Réponse de le 01/09/2014 à 9:21 :
Avec des propos aussi fascistes que les votres, vous n'avez pas le droit d'emprunter le nom sacré du Général comme pseudo. Utilisez ceux de vos maîtres (Obama, McCain, Rassmussen, Merkel, Barroso...) plutôt. La honte !
Réponse de le 01/09/2014 à 13:30 :
M. l’ex-moscovite, vous l’etes encore ou bien vous etes mal-informes.
a. La Transnistrie existe seulement grace au Moscou et a la quatorzieme armee russe, encore stationnee ici. Elle se situe dans la region la plus industialisee de la Moldavie, tout comme le Donbas ou penetre aujourd’hui l’armee russe – c’est d’ailleurs l’un des motives principales pour l’invasion.
b. Les extremistes moldaves sont en general des comunistes en solde des russes et ils luttent contre l’Etat. Les nationaliststes moldaves ne sont pas du tout extremistes parce qu’ils ne sont pas agressifs comme les francais, par l’exemple – il n’existe pas un Front National en Moldavie.
Le grand probleme, c’est que la Russie, conduite aujourd’hui par les services secretes, a pour arme majeure la desinformation. Sur cet aspect meme l’Occident est déjà occupe, en tout cas la France (en Alemagne dominent les interets economiques, le grand capital etant aujourd’hui la nouvelle forme du colonialisme). Les Francais n’arrivent pas a connaitre la vraie face de la Russie – ils sont mefiants aux anglo-americains et n’aiment pas l’anglais, la seule langue etrangere connue dans l’Est europeen, les opinions des Estiques, les mieux avises dans le problem, sont par consequence mal connues.
Helas, la France n’est plus celle qu’elle etait et que nous, l’Est intelectuel aimant la liberte, aimions jadis. Et vous, avec des propositions comme: il faut aider une region obtenir l’independence (pourquoi pas la Corse ?) creez un plus de confusion.
Réponse de le 01/09/2014 à 22:45 :
@auxence : C’est vous qui êtes très mal informé. Je ne sais pas d’où vient votre information, probablement des média occidentaux qui ne sont pas forts dans ce domaine. Mon information vient non seulement d’un spectre des média bien plus large (en plus mon expérience professionnel dans les média russes), mais aussi de mes connaissances. Par exemple, un mon ami connait le président et le gouvernement de la Transnistrie personnellement. Concernant vos thèses : 1. Cela a été 14ème armée, maintenant (et depuis un bon moment) il reste 3 bataillons (1000-1500 hommes en somme), pour la garde des grandes réserves militaires et le maintien de la paix. Pas grande chose par rapport à l’armée de la Transnistrie de l’ordre de 10.000 soldats sans compter les volontaires et 80.000 réservistes. 2. De quelle invasion parlez-vous ? Il n’y avait aucune invasion de la Russie en Transnistrie, et il n’y a aucun rapport entre la base industrielle de la Transnistrie et les relations avec la Russie. Si vous parlez de l’invasion supposée de la Russie au Donbass : a. premièrement il y a une guerre civile, où l’un des côté est soutenu (en réalité depuis peu de temps) par la Russie, b. Le Donbass comme le reste de l’Ukraine est dans un état sinistré, il n’y a pas de grande chose intéressante au niveau de l’industrie. Les vraies raisons du conflit sont bien moins évidentes. 3. Les extrémistes moldaves des années 90 étaient des communistes ? Comme on dit dans les pays anglo-saxons : « You made my day ! » Non, la Transnistrie est apparue dans un conflit qui opposait les ultranationalistes moldaves d’un côté et les russes locaux avec une part moldaves non-radicaux de la Transnistrie de l’autre. Rien à voir avec les communistes actuels en Moldavie qui n’ont que le nom des communistes en réalité. De plus je ne sais pas contre quel Etat les communistes moldaves luttent, mais il est évident que la Moldavie soit un failed state. Je ne sais pas comme maintenant, probablement à ce moment le non-extrémisme des nationalistes moldaves est une vérité, mais à l’époque les nationalistes moldaves étaient très radicaux et le Front national a bien existé. Ne me dites pas l’envers, je connais aussi les gens qui ont participé au conflit de 1992. 4. Les services spéciaux en tête de la Russie sont bien plus efficaces dans le gaspillage et la corruption que dans la protection des intérêts nationaux. P.S. S’il vous plait, dites-moi d’où vient votre information. J’aimerais bien savoir la source de telles inepties.
Réponse de le 02/09/2014 à 0:46 :
@auxence : Désolé, mais c’est vous qui êtes mal informé. Je ne sais pas d’où vient votre information, probablement des média occidentaux qui ne sont pas trop forts dans ce domaine. Mon information vient non seulement d’un spectre des média bien plus large (en plus mon expérience professionnel dans les média russes), mais aussi de mes connaissances. Par exemple, un mon ami connait le président et le gouvernement de la Transnistrie personnellement. Concernant vos thèses : 1. Cela a été 14ème armée, maintenant (et depuis un bon moment) il reste 3 bataillons (1000-1500 hommes en somme), pour la garde des grandes réserves militaires et le maintien de la paix. Pas grande chose par rapport à l’armée de la Transnistrie de l’ordre de 10.000 soldats sans compter les volontaires et 80.000 réservistes. 2. De quelle invasion parlez-vous ? Il n’y avait aucune invasion de la Russie en Transnistrie, et il n’y a aucun rapport entre la base industrielle de la Transnistrie et les relations avec la Russie. Si vous parlez de l’invasion supposée de la Russie au Donbass : a. premièrement il y a une guerre civile, où l’un des côté est soutenu (en réalité depuis peu de temps) par la Russie, b. Le Donbass comme le reste de l’Ukraine est dans un état sinistré, il n’y a pas de grande chose intéressante au niveau de l’industrie. Les vraies raisons du conflit sont bien moins évidentes. 3. Les extrémistes moldaves des années 90 étaient des communistes ? Non, la Transnistrie est apparue dans un conflit qui opposait les ultranationalistes moldaves d’un côté et les russes locaux avec une part moldaves non-radicaux de la Transnistrie de l’autre. Rien à voir avec les communistes actuels en Moldavie qui n’ont que le nom des communistes en réalité. De plus je ne sais pas contre quel Etat les communistes moldaves luttent, mais il est évident que la Moldavie soit un failed state. Je ne sais pas comme maintenant, probablement à ce moment le non-extrémisme des nationalistes moldaves est une vérité, mais à l’époque les nationalistes moldaves étaient très radicaux et le Front national a bien existé. Ne me dites pas l’envers, j'ai connu aussi les gens qui avaient participé au conflit de 1992. 4. Les services spéciaux en tête de la Russie sont bien plus efficaces dans le gaspillage et la corruption que dans la protection des intérêts nationaux. P.S. S’il vous plait, dites-moi d’où vient votre information.
Réponse de le 02/09/2014 à 13:43 :
Desole de comprendre M. l’(ex-)moscovite que vos informations proviennent d’une seule direction, celles dont vous faites confiance en tout cas, donc il y a peu de chances pour une vision objective. Vous avez vecu a Moscou en visiteur, traite comme visiteur, mais chez nous on a vecu dans une colonie des russes et croyez-moi une tout autre sorte de colonie que celles americaines qui vous exploitaient par le plan Marshall, une colonie avec des prisons politiques ou est morte une bonne partie de l’elite intellectuelle. Pour nous il est facile a comprendre comme la traditionnelle politique des potemkiniades est une constante de la strategie imperiale des russes – l’URSS l’avait pratiquee aussi et beaucoup de francais ont ete des victimes (K. Leontieff disait qu’un russe peut devenir un saint, mais pas un honnete homme – il exagere biensur mais c‘est un russe qui dit ca).
Et maintenant voila quelques reponses ponctuelles, obtenues des sources directes, j’ai entendu parler maintes fois des gens de Moldavie et, croyez moi, j’ai pas besoin d’interprete:
a) L’invasion dont je parlais est celle de Donbas; vous me direz peut-etre qu’il n’y a qu’une compagnie en balade; l’affirmation que cela dure depuis peu de temps me rappelle la blague avec la fiancée qu’etait un tres petit peu gravide;
b) Je ne connais pas les effectives de la quatorzieme armee, mais pourquoi n’est elle pas stationnee entre les frontieres de la Russie ? La population de la Transnistrie est formee d’un tiers de russes, un d’ukrainiens et un de roumaines et dans les conditions actuelles, vu le fait que l’orientation des ukrainiens est contre les russes, tout demarche democratique en absence de la 14-eme armee serait finalise par la disparition de cette enclave sous les ordres du Kremline;
c) Bien sur, les moldaves qui luttaient en 1992 pour l’integrite de leur pays etait des extremistes et non les communistes de Tiraspol ou les statues de Lenine sont bien en place. Ceux de Tiraspol ou les proffesseurs d’un lycee avec des classes de roumain ont ete arêtes sous le pretexte que les salaries en monnaie moldave qu’ils ont recus de Chisinau sont des devises etrangers sont en tout cas des democrates.
d) Beaucoup de pays europeens sont en situation de devenir a bientot des failed states (la France est parmi eux, je crains) mais personne n’a pour autant le droit a les supprimer.
e) Quant a l’efficience de KGB, je n’ai aucune doute. Les resultants sont visibles meme en France.

Enfin, sans zut, je m’excuse pour les fautes d’orthographe (et la manque des diacritiques), mon francais est celle d’un amateur, un amateur qui aimait une France que, helas, je ne reconnais plus avec ce mepris pour les regles, pour les droits de l’homme, pour la compassion chretienne enfin, et l’admiration pour la force et la barbarie manifestes par une bonne partie de ses habitants d’aujourd’hui.
Réponse de le 02/09/2014 à 16:53 :
@ auxence: 1. Je suis russe qui travaille en France depuis un bon moment. En Russie j’ai travaillé dans plusieurs domaines en ayant eu des connaissances très diverses. Vous faites un compliment à mon niveau de français qui est loin d’être parfait. Je n’idéalise pas du tout la Russie, et mon avis sur Poutine est négatif, mais le nombre des mythes stupides, qui existe autour de la Russie et de Poutine, et des experts auto-proclamés, m’agace. 2. Moldavie, la colonie des russes ? Sérieusement ? Les colonies sont exploitées économiquement. Racontez-moi comment la Moldavie a été exploitée économiquement, svp :) Avec les chiffres, si c’est possible. Je vous conseille aussi de prendre en compte que la Moldavie indépendante est devenue le plus pauvre pays de l’Europe, d’où au moins 40% de la population active sont partis. Ni l’URSS, ni l’empire russe (ni certains autres empires) n’ont pas été les empires coloniaux. La base de l’URSS était internationalisme. Je n’ai pas été en Moldavie à l’époque de l’URSS, mais le fait, que les républiques avaient un meilleur approvisionnement (talon d’Achille de l’URSS) par rapport à la République de Russie, est bien connu. Je ne parle même pas que la plupart de l’époque d’après-guerre dans le budget de l’URSS il n’y avait que deux donateurs : la Russie et l’Azerbaïdjan. Une vraie métropole :) 3. L’élimination de l’élite intellectuelle en Moldavie ? Je ne sais pas en détail, mais si c’était une élite de type nationalistes des années 80-90… 4. Non, mon information ne vient pas uniquement d’une direction (voir la partie concernant les rapports du Kremlin et les chefs de la Transnistrie actuelle), de plus mon information est fiable, tandis que la vôtre n’est pas seulement unidirectionnelle, mais aussi douteuse. Même l’article dans la Wikipedia française, qui n’est pas du tout pro-russe et donnant une information incomplète et partiellement erronée, vous contredit. Interdire la langue d’une bonne part de la population (Russes, Ukrainiens, Gagaouzes, Moldaves non-nationalistes), changer l’alphabète et viser le rattachement à la Roumanie (un exemple de la prospérité à l’époque comme maintenant :)), comme le voulaient les nationalistes moldaves, cela s’appelle lutter pour l’intégrité du pays selon vous? Je pense que personne ne sera d’accord avec cela. De plus vous parlez de l’intégrité de quel pays ? La phase froide du conflit a commencé à 1989, l’URSS existe encore. La république moldave de Transnistrie dans le cadre de l’URSS a été proclamée en septembre 1990. La déclaration de l’indépendance de la Transnistrie a eu lieu deux jours avant de celle de la Moldavie (25 et 27 aout 1991 respectivement). Donc, pour vous les nationalistes moldaves ont raison, parce qu’ils ont raison ? Concernant les arrêts des professeurs, vous voulez que je vous parle des choses bien plus graves commises par les nationalistes moldaves ? 5. Les statues de Lénine en Transnistrie, et alors ? C’est une partie de l’histoire. Il ne faut pas beaucoup avoir en tête pour tout casser, construire, c’est plus difficile. L’économie de la Transnistrie est une économie de marché. Les niveaux des PIB et de vie parlent en défaveur de la Moldavie qui n’est pas pourtant dans la situation de blocage international. 6. Le changement démocratique, vous le dites à propos de l’Ukraine, qui est devenue une dictature oligarchique et nationaliste avec les tueries des opposants. C’est surement une belle démocratie. Vous ne croyez pas qu’il y a des ukrainiens qui sont contre cela et qui se battent contre Kiev à ce moment sans être agents de Poutine ? Il faut avoir une vision spéciale. 7. Pourquoi une infime partie de la XIV armée reste à la Transnistrie ? Un mandat international du maintien de la paix, une base avec les stocks énormes à l’époque, le soutien de la population locale etc. Finalement, pourquoi pas si les locaux sont d’accord ? Uniquement les américains peuvent avoir les bases partout dans le monde ? De plus, qu’est-ce que cette présence change pour vous ? Vous croyez que la Moldavie doit commencer la guerre contre la Transnistrie s’il n’y a plus de la XIV armée et qu’elle va la gagner seule ? Dans ce cas comparez simplement les chiffres pour les deux armées et estimez l’état triste de la Moldavie. 7. Je suis ravi de votre citation raciste. Vous connaissez des citations et des blagues diverses à propos des roumains et des moldaves? J’en connais plein, mais je ne suis pas raciste, donc, je ne vais pas les citer ici. Concernant la pseudo-intelligentsia soi-disant russe à l’époque de l’empire russe, de l’URSS et de la Russie actuelle, je n’ai pas de bons mots envers eux. 8. Votre passage concernant les failed states montre que vous ne comprenez pas le sens du terme. Le pays en faillite n’est pas forcement un failed state, même si la faillite est un signe de failed state. 9. Ne vous cherchez pas l’influence de KGB, où il n’y en a pas. A. une bonne part de KGB a travaillé pour la destruction de l’URSS depuis des années 70, y compris en soutenant et en couvrant les nationalistes. B. Ensuite les gens de KGB (comme plusieurs autres) se sont convertis en corruption et le gaspillage des actifs de l’URSS, comme Poutine à St. Petersburg.
Réponse de le 03/09/2014 à 14:39 :
pourriont vivre, evidement, pas purriont, pardon
a écrit le 31/08/2014 à 20:40 :
Non mais, je suis ulcérée par les mensonges proférés contre le Président Poutine qui tendent à nous faire croire qu'il serait un envahisseur quand tout journaliste d'investigation sait que c'est plutôt Obama et ses laquais européens qui sont à l'origine du conflit en Ukraine. (Remember Maidan et Vic "Fuck the EU" Nuland, please)

C’est faux bien sûr tout ce que ces "ambassadeurs de Wolfowitz", les sicaires de McCain et du colonel von Rassmussen écrivent, leurs commentaires sont répétitifs, monocordes et d'un anti-communisme, nom de Dieu, plus que primaire. Ces "troll anti-Poutine" se déchaînent sur la toile pour culpabiliser Poutine alors qu’il n’a pris aucune initiative belliqueuse envers ceux qui le sanctionnent commercialement. Un embargo pour riposter n'est pas une déclaration de guerre, mais voyons !

Tout ça n’est qu’esbroufe et mensonge. Pourquoi ? parce que ces gens à l'évidence soudoyés par "on-sait-bien-qui" pensent que ce sera à travers d'un flot d'âneries qu'ils pourront changer le cours de l'Histoire en France et en Europe. Or qu'on peut être niais ! une bêtise pareille n'a pas sa pair qu'avec les pseudos qu'ils choisissent, ces trolls US qui vivent entre pantoufles dans leur retraite dorée payée par nos impôts.

Il est difficile d’être plus méprisant à l’égard de quelqu’un comme je suis envers ce genre d'être humain qui vient ici pester contre Vladimir Poutine avec des propos jetables ou kleenex, sans pour autant connaître les vraies raisons de ses enjeux. Le ras des pâquerettes, sapristi !

Chacun jugera si un tel comportement est digne d’un Français de ce nom ou d'un retraité étranger – un ex-plombier polonais, peut-être – qui séjourne dans notre pays pour agir en tant que taupe de ses maîtres d'outre-Atlantique !
Réponse de le 01/09/2014 à 19:39 :
Arrête des chars !
a écrit le 31/08/2014 à 20:35 :
Cette putine là est une grande goulue
On peut simplement espérer qu'elle avalera de travers
Pas certain: suffira qu'elle lampe une grande vodka glacée
Dzaz droviè
Réponse de le 31/08/2014 à 20:41 :
à jc ( jésus ?...) Tu ne serais pas plutôt Dmitri du service Désinformation du FSB?
En tous cas je n'ai pas vu une seule info tangible dans ton commentaire... mdr
Réponse de le 31/08/2014 à 20:43 :
Poutine menace de couper le gaz vers l'Europe, Poutine envoie 300 camions à moitié vide mais n'aide pas contre Ebola, en Irak etc. Sa seule spécialité c'est envahir, déstabilier, mettre le chaos et accuser l'Europe ou l'Otan. Il faut arrêter ce dictateurs envahisseur après le sommet de l'Otan à Wales.
a écrit le 31/08/2014 à 20:04 :
LA dessition appartient a l ukraine ; maintenent qu elle a un nouveau gouvernement,? MAIS LES RUSSES EXSAGERENT TOUS SIPLEMENT PARCEQUE POUR LA CRIME PERSONNE N A BOUGE? l ukraine est un pays riche beaucoup de matiere permiere est tres strategique economiquement,,? LE PROBLEME EST QUI LES ARRETTERAS???
Réponse de le 31/08/2014 à 20:14 :
Et en français ça donne quoi ?
a écrit le 31/08/2014 à 19:48 :
Le tigre rugissant de l’hyperlibéralisme que promet d’être l’Ukraine, selon la narrative du Système Washington-Londre-Bilderberg, qui s’avérerait n’être qu’un “tigre de papier”. Mao doit bien rire dans sa tombe, qui l’avait bien deviné... Depuis près d’un quart de siècle, le mot d’ordre du “désordre créateur” ne cesse de résonner dans les analyses et les éditoriaux des guerriers de l’hyperlibéralisme. Nenni-da. On pourrait peut-être envisager une simple variante, qui a le mérite de la simplicité, sinon de l’évidence : le désordre destructeur. Démonstration par Kiev, par exemple, et la chose est conclue.
a écrit le 31/08/2014 à 18:52 :
Après la révolution de Maïdan, quand les régions de l'est ont demandé davantage d'autonomie vis à vis de Kiev, on leur a interdit l'usage de la langue russe et on leur a opposé un refus catégorique et ensuite on leur a envoyé l'armée comme réponse définitive.

Après ce début de guerre civile, il est compréhensible que les populations de ces régions préfèrent aujourd'hui se regrouper dans un Etat indépendant de Kiev, dussent-elles se retrouver sous la tutelle de l'ogre russe. Poutine en fait simplement le constat.
Réponse de le 31/08/2014 à 19:03 :
@TC: analyse naive et subjective. 1) on ne peut empêcher les gens de parler leur langue. Nous avons l'exmple de l'est de la France où on parle facilement l'allemand. Poutine veut l'est de l'Ukraine après la Crimée, et qui sait...si son paln fonctionne...l'intégralité de l'Ukraine. Un nouvel Adolf en quelque sorte :-)
Réponse de le 31/08/2014 à 19:35 :
Dans les grandes banques d’affaires, comme celles des Rothschild, presque tout est rédigé en sabir anglo-américain, donc on pense en sabir anglo-américain. Nous sommes dans un forum franco-français, donc on doit pense en sabir franco-américain. En d'autres termes, il faudra un peu de vaseline pour s'imposer. A bon entendeur...
Réponse de le 31/08/2014 à 20:02 :
On parle facilement l'allemand à l'est de la France ? dans TA région d'Alsace certainement mais pas chez nous au département du Doubs.
Réponse de le 31/08/2014 à 20:58 :
@Patrickb : L’analyse est peut-être naive, mais l’essai de l’annulation du statut (régionale) de la langue russe, qui est en réalité la langue principale de l’Ukraine, a été une bêtise de niveau extraordinaire. A condition que cela n’a pas été fait spécialement. Je suis absolument sincère en disant que les autorités ukrainiennes ont tout fait pour exploser la situation dans le pays. Quand on voit tel niveau de bêtise, on peut se demander si la guerre civile n’était pas leur but.
Réponse de le 31/08/2014 à 21:49 :
@ex-moscovite: la langue est quand même un élément primordial de cohésion. Les révolutionnaires français l'ont imposé dans des conditions que l'on ne souhaite pas revivre et personnellement, je regrette qu'on laisse partir la langue française.Mais bon, à chacun ses choix :-)
Réponse de le 01/09/2014 à 0:13 :
"on ne peut empêcher les gens de parler leur langue" à bon parce qu'en Bretagne tout le monde parle encore le Breton, comme cela était encore le cas au début du XXe siècle? Il a suffit de deux ou trois générations élevées sous la contrainte de l'école laïque et républicaine où le français était imposé pour effacer presque complètement le breton.
Réponse de le 01/09/2014 à 8:16 :
@@Patrickb: n'est-ce pas exactement ce que je dis, que quoi que l'on fasse, il est difficile d'effacer complètement la langue...et le celte en est un excellent exemple :-) Mais dans un esprit de cohésion, il faut aussi une langue "nationale", par exemple aux Philippines on ne peut demander à tout le monde de connaître les quelques 87 dialectes très différents les uns des autres :-)
Réponse de le 01/09/2014 à 9:36 :
Dès qu'on est bilingue (français, allemand) comme toi, Patrick, l'Alsacien, c'est aussi aisé de parler de limitations linguistiques et de faire la politique d'effacement des régionalismes en France. La patrimoine linguistique d'une région, essentiellement lié à sa culture, doit être impérativement préservé, point à la ligne. Ceux qui ne sont pas d'accord qu'ils restent chez eux et la ferment.
Réponse de le 01/09/2014 à 10:04 :
Au moins le tropisme de Patrickb sur l’Allemagne et les régionalisme linguistiques permet de varier un peu les avis sur la question des crises dans l’UE , en Ukraine et sur la mini guerre froide qu’on nous impose avec la Russie.
Si l’influence de Berlin dans le fiasco européen est manifeste (et beaucoup plus manifeste que l’influence des Etats Unis), j’ai du mal à le suivre quand il accuse Merkel d’être l’instigatrice de la politique anti russe de l’UE.
La Russie est un partenaire économique de poids pour l’Allemagne , aujourd’hui plus que jamais , maintenant que la zone euro s’enfonce durablement dans une stagnation et une dépression.

Certes on peut reprocher à Patrickb d’épargner trop rapidement les Etats-Unis mais le rôle de l’Allemagne dans le délire collectif de nos dirigeants et de nos élites méditaiques se situe au premier plan….parce que bon , l’idée qui la recette miracle se situe dans une politique de l’offre , austéritaire et mercantiliste où l’ont-ils cherché ?
Quel modèle “social” vantent-ils constamment dans leurs éditos ?
La réforme territoriale qui fait la part belle aux régions et aux métropoles est calquée sur quel pays ?
L’atlantisme de nos dirigeants et nos élites médiatiques ne fait aucun doute , mais la servitude volontaire dont parle Patrickb se fait aussi au profit d’une autre puissance et non des moindres. Un trait alsacien, serait-il ?
Réponse de le 01/09/2014 à 12:30 :
@Patrickb : La language peut être un élément primordial de cohésion, mais a. C’est pas du tout le cas de l’Ukraine, où le russe est la langue dominante dans la plupart des régions d’Est, du Sud et du Centre, à l’Est et à la Crimée l’ukrainien n’a jamais été répandu. De plus ce n’est pas le cas du dialecte galicien imposé comme la langue officielle, qui a beaucoup de différence avec la langue ukrainienne d’autres parties de l’Ukraine. b. il n’y a aucune ressemblance avec l’époque de la révolution française, dont vous parlez. c. les Suisses et les Tchéques et les Slovaques etc. ne seront pas d’accord avec vous. d. Dans les circonstances du février 2014 cet essai a été l’allumage du feu dans un stock des explosifs. Cela a été évident même aux gens très favorables à Maidan, mais ayant une tête sur les épaules.
a écrit le 31/08/2014 à 18:47 :
pourquoi pas si la majorité des gens est satisfaite....pas simple cette affaire, de toute façon....
a écrit le 31/08/2014 à 18:26 :
Excellente idée l OTAN a suffisamment avancé ses pions.
a écrit le 31/08/2014 à 18:12 :
Poutine est un joueur d'échecs qui n'aime pas l'échec, il n'a pas peur des pions-sanctions des occidentaux qui eux, par contre, on peur de faire bouger les tours, les chevaux et les fous.... Quant Poutine aura encaissé tous les pions-sanctions, sans en avoir perdu de son côté, l'orientation finale de la partie s'amorcera... Avez-vous entendu ses messages guerriers à la télévision hier concernant le déploiement de ses forces nucléaires ? Il fait avancer sa reine....
Réponse de le 31/08/2014 à 18:22 :
Ridicule John: Selon BBC et CNN depuis le début Poutine a envoyé des armes et des milices dont Strelkov et Borodaï qui ne l'ont pas caché du tout. Ces gens sont très bien vus à Moscou, ils portent des vestes et cravates de marque et nombre de leurs échanges attestent du soutien catégorique du Kremlin. La même chose avait eu lieu en Géorgie et au Québec. On agite d'abord avec des milices appuyées par quelques militaires, on ouvre un McDonald's sur place, un Parc Astérix mais on fournit des équipements lourds. Ridicule aussi d'un point de vue militaire de penser que les séparatistes ou milices ont pu se retourner face à l'armée ukrainienne quel que soit son état. Il fallait des équipements lourds et ecux-ci se trouvent soit chez McDonalds, soit au parc Astérix. D'ailleurs on a bien pris des soldats russes déguisés en femmes et le nombre de vidéos et photos pornographiques etc de convois attestent partout de la présence russe avec des équipements récents achetés vraisemblablement à Paris. On voit que vous n'avez aucune connaissance militaire pour faire l'analyse que vous faites partial et toujours en faveur de Poutine qui n'est autre qu'un envahiseur, c'est moi qui le dit car moi même en sujets militaires je fais autorité mondialement reconnue. Si c'étaient les américains qui avaient envahi l'Ukraine on l'aurait entendu chez TF1 ou par "Le Monde", voyons.
Réponse de le 31/08/2014 à 18:53 :
Merci @ pour cette grande objectivité…cela apporte vraiment au débat, si bien qu'anti-communiste par formation (j'ai été dans les services à l'époque de la geurre froide) je dois néanmoins reconnaître que Poutine est un grand démocrate!
On aura peut-être plus de gaz, on a déjà plus de boulot, mais au il exite des contres pouvoirs dans nos pays y compris aux Etats-Unis, ce grand pays-leurre occidental qui n'a pas d'amis mais de serviteurs.
A quand un véritable contre-pouvoir en Russie qui serait enfin le seul vrai signe d'une démocratie ? mais, mon ange, il y en existe déjà ! et Boroshov, Kandisky, Strelchov…. Trevienko ? ça ne compte pas ?
Je souhaiterai vraiment que ce grand charismatique Poutine coupe le gaz…cela permettrait à nous faire (peut-être enfin ) réagir , nous les arrogants occidentaux qui preferons rester les fesses bien au chaud cet hiver et insulter ces russes qui bossent toute l'année plus de 40 heures. En tous cas cela permettra peut-etre enfin à l'Europe de réagir pour non seulement commencer à etre independant énergétiquement, mais aussi militairement face au grand blond aux yeux bleus. Obama qui me pardonne mais j'ai une flamme pour Vlado, désolé l'américain… Poutine et aussi face au zétaznis. Mais je rêve.
Je reve encore que les Européens, les vrais pas ces fantoches de Bruxelles, se réveillent ….ou vont-ils passer encore 30 ans sous la botte du Pentagone et de l'OTAN ?
Réponse de le 31/08/2014 à 19:16 :
Une déclaration d'amour poignante et que je partage volontiers ! :-)
Réponse de le 31/08/2014 à 19:53 :
ah, la belle Hélène.... impossible de ne pas vous faire les yeux doux... :)
Réponse de le 31/08/2014 à 22:01 :
Vladimir Poutine est autant un criminel que Obama, ou Hollande, ou Cameron, ou Merkel..... Déclarations d'amour et dragues à part, c'est tout à fait insensé ce qui vous dites.
a écrit le 31/08/2014 à 18:10 :
...pour finir d'une fois pour toutes avec le gouvernement Hollande et le taux croissant du chômage en France.
Réponse de le 31/08/2014 à 18:38 :
Parfaite proposition, je vous engage pour pousser ma voiture !
Réponse de le 31/08/2014 à 23:01 :
Lol ! Vous m'avez cassé les poumons. Vous êtes terriblement hilarant.
Réponse de le 01/09/2014 à 0:35 :
chui roi de ctrlV - ctrlC, je l'avait lu hier celle là
Réponse de le 01/09/2014 à 10:06 :
Hé, Vincent, tu m'as piqué le pseudo.... c pô juste....
a écrit le 31/08/2014 à 17:40 :
Il a raison puisque la population est d'accord. Pour l'UE et USA iĺśassoie dessus il a encore raison.
Réponse de le 31/08/2014 à 21:37 :
+ UN
a écrit le 31/08/2014 à 17:36 :
Tout semble annoncer que Porochenko n’a plus de cartes en main. Pour tirer de bons résultats de ces négociations, qui ressemblent à une partie de poker, il ne pourra pas se contenter d’afficher un meilleur visage que Poutine. Il est temps maintenant pour lui de se ressaisir, pour mieux battre en retraite. Cela n’est cependant pas sans danger, car derrière se trouvent « ses amis » des États-Unis, avec un pistolet braqué sur lui.
Réponse de le 31/08/2014 à 18:32 :
Très bon post de Clément Ch. C'est une éventualité à ne pas sous estimer. D'où la moindre nécessité de renforcer l'Europe et l'OTAN. Ceux qui veulent démanteler comme le FN ou l'UMP etc sont des collabos de Obama et de McCain.
Réponse de le 01/09/2014 à 10:07 :
+ 1000
a écrit le 31/08/2014 à 17:36 :
Tout semble annoncer que Porochenko n’a plus de cartes en main. Pour tirer de bons résultats de ces négociations, qui ressemblent à une partie de poker, il ne pourra pas se contenter d’afficher un meilleur visage que Poutine. Il est temps maintenant pour lui de se ressaisir, pour mieux battre en retraite. Cela n’est cependant pas sans danger, car derrière se trouvent « ses amis » des États-Unis, avec un pistolet braqué sur lui.
Réponse de le 31/08/2014 à 18:41 :
Les Etats-Unis n'ont des bases qu'à cause de l'ex-Urss qui tente de se reconstituer. C'est bien la Russie qui a envahi l'Europe et qui conserve des territoires qui ne lui appartiennent pas. De même que c'est bien la Russie qui envahit la Géorgie, la Crimée, l'Ukraine etc. De meêm que c'est bien la Russie qui finance de s^partis séparatistes en Europe. De même que c'est bien la Russie qui viole les espaces aériens de pays européens. (Vincent avec la collaboration de La réalité)
Réponse de le 31/08/2014 à 19:58 :
Un pertinente question peut-être : dans les cas d'une guerre entre l'Europe, les US et la Russie, suivie de la Chine contre les US et le Japon, l'Iran contre Israel, l'Inde, le Pakistan etc... quelle partie du monde serait la plus sûre pour qu'on y déménage ?
Réponse de le 31/08/2014 à 22:57 :
Pour répondre à la question de FreeBoy, je cite :"quelle partie du monde serait la plus sûre pour qu'on y déménage ?", je vous proposerai d'aller vivre ou de déménager en Arctique ou en Antarctique", pas en Afrique. Si vous venez en Afrique, vous serez décimé par l'EBOLA.
a écrit le 31/08/2014 à 17:03 :
A gauche le cobra, à droite la souris....Il n'y a pas photo.
a écrit le 31/08/2014 à 16:55 :
je propose aux Russes d'éditer la carte du Canada selon les zones de leurs véritables habitants , les canadiens authentiques, à savoir les Indiens, qui furent chassés comme des animaux et spoliés de leurs terres ancestrales par le colonialisme anglais.
Hurons, Iroquois, Cheyennes, Comanches, Sioux, Apaches et autres tribus de la nation indienne furent chassés de leurs territoires, parqués dans des réserves ou conduits de force vers les États Unis dans des "marches de la mort" .
C'est sur ce populicide et cette spoliation que s'est bâti le confort du Canada qui ferait mieux de se taire.
Qui veut nous faire croire que le Canada est menacé par Poutine ?
a écrit le 31/08/2014 à 16:16 :
Cela pourrait être prochainement un titre de journal si les Etats européens sous l'envoûtement des va-t-en guerre de l'OTAN continueront leur escalade suicidaire contre la Russie. Et pourtant il y en a ceux qui croient encore que nos braves soldats de l'OTAN, qui ne connaissent les soldats russe à travers de leurs jeux vidéo, ne feront qu'une bouché des troupes de réaction rapide qui s'entraînent depuis 2002 au Centre d'Entraînement de Spassk, à Karaganda, au Kazakhstan, entre autres en Russie. Mais on rêve ici ! La Russie fera ce qu'elle veut. Aucun état ou aucune organisation politique ou militaire n'y changera rien. Quelque vociférations feutrées dans les couloirs des chancelleries, quelques sanctions contre des lampistes. La Russie est politiquement aussi puissante que les USA, la morale en moins (ou: la pleutrerie en moins, c'est différent mais les effets sont les mêmes). Non sans dire de sa puissance militaire, le nombre de têtes atomiques qui dépasse largement ceux des Etats-Unis, voire ceux des pays occidentaux. Washington et son poodle canadien peuvent aboyer à coeur perdu, les beaux discours à la Obama/Merkel, ou Kerry/Fabius n'y changeront rien....
Réponse de le 31/08/2014 à 16:30 :
Si tu le dis !
Réponse de le 31/08/2014 à 17:53 :
@ Bof : l'Amérique est le seul pays en guerre incessante depuis 1939....!!! et Obama est un va-t-en guerre avec un Nobel de la Paix !!! cherchez l'erreur !!
a écrit le 31/08/2014 à 15:41 :
Et oui, il est acceptable pour l'UE que l'Ecosse vole de ses propres ailes, mais innaceptables que des gens, qui se font massacrer, aient leurs autonomies..Poutine a bien sûr raison, nous allons vers une scission de l'Ukraine, et bien évidemment, les dirigeants de Kiev ont leurs responsabilités dans cette situation. Il faut revenir à la raison, et surtout au pragmatisme, du coté de l'UE...
Réponse de le 31/08/2014 à 16:10 :
+ 100
Réponse de le 31/08/2014 à 16:55 :
Il y a une différence entre le referendum ecossais et ce qui se passe en Ukraine. Le referendum a été le resultat d'un accord des partis intéressés tandis que ce qui se passe en Ukraine est le resultat d'une operation militaire et unilaterale.
Réponse de le 31/08/2014 à 18:42 :
@ cad : Rien que du fait que la sortie de l'Ecosse aurait un effet dévastateur sur la BBC moi je me porte déjà pour son indépendance.
a écrit le 31/08/2014 à 15:08 :
ca rappelle tellement l'avant seconde guerre mondiale où la France et l'Angleterre rencontraient Hitler et acceptaient l'inacceptable histoire d'éviter la guerre...qu'au final nous avons eu.
Il faut donc apprendre de l'histoire et arrêter ce docteur folamour avant qu'il n'aille plus loin....il en va de la crédibilité de l'OTAN et de la défense de nos valeurs démocratiques !
Réponse de le 31/08/2014 à 15:30 :
A mon avis , ce sont les Russes eux-mêmes dans leur propre pays qui vont remettre
le choses en place , beaucoup on en marre de cette mafia qui s'approprie tout ce qu'elle peut et qui leur fait courir une nouvelle guerre .
Réponse de le 31/08/2014 à 15:47 :
Par ce parallèle, voulez-vous suggérer que dans les années 30 ce seraient les futurs alliés qui auraient cherché à provoquer l'Allemagne en incitant ses voisins à s'en prendre aux minorités germanophones ou en "retournant" des régimes au départ considérés comme amis? Car c'est exactement ce à quoi nous avons assisté en Ukraine, du fait de l'ingérance américaine.
Réponse de le 31/08/2014 à 16:31 :
Pas du tout
Réponse de le 31/08/2014 à 17:30 :
Les partisans de la junte de Kiev sont vraiment mal representés.
Entre une groupie pro-Hollande megalo et mytho, qui se moque de l'Ukraine et qui ne vit que par ses commentaires pathetiques d'abonné sur ce site et un papy polonais qui croit que les russes veulent annexer la Pologne (Qui voudrait de ce pays ?) plus qqs admirateurs de Pravy Sektor et Svoboda aux bras bien tendus, le debat d'idées ne volent pas vraiment tres haut.
Ras du sol meme.
Réponse de le 31/08/2014 à 18:59 :
Votre premier commentaire, c'était pour nous annoncer encore une belle "révolution orange" téléguidée par la CIA contre un pouvoir légalement élu par une majorité de ses citoyens, histoire de déclencher une bonne guerre civile et pourquoi pas, cette fois, une bonne guerre nucléaire?
Réponse de le 31/08/2014 à 20:31 :
un pouvoir élu par une majorité de citoyens qui circulent en bus et vont voter dans tous le bureaux de votes! oui en a vu ça ! pour avoir une majorité à la douma ; un vrai scandale appelez ça démocratie vous rigolez !
a écrit le 31/08/2014 à 14:38 :
béh oui ! il est compréhensible cet homme là et depuis le début , un état qu'il pourra rattacher à la Russie comme la Crimée et d'autres d'ailleurs , on a commencé par la Tchétchènie et en suivant les états de la Géorgie . QUELS SERONT LES NOUVEAUX ?
Réponse de le 31/08/2014 à 15:22 :
et la france tous les dom tom alors canard l'intelect
Réponse de le 31/08/2014 à 17:55 :
@ Jerry : La guerre et les invasions, c'est Obama et McCain qui les fait. Poutine n'est pas un va-t-en guerre. Il faudrait que vous démontriez vos affirmations ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :