Un sommet économique à Kiev en temps de guerre

 |   |  1116  mots
Le président ukrainien Petro Poroshenko et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso lors de leur rencontre vendredi 12 septembre pour évoquer les perspectives économiques et la reconstruction du pays.
Le président ukrainien Petro Poroshenko et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso lors de leur rencontre vendredi 12 septembre pour évoquer les perspectives économiques et la reconstruction du pays. (Crédits : Reuters)
L'ombre du voisin russe et le risque d'un effondrement économique du pays planent plus que jamais sur Kiev, où le Yalta European Forum réunit cette semaine le gotha de la politique et des affaires.

Près de la fontaine, le patron d'Euro RSCG cherche l'ombre, le téléphone collé à l'oreille. « Giscard s'est vendu aux Chinois », lâche Stéphane Fouks qui tente de gérer à distance les derniers développements de l'offre publique sur le Club Med dont il conseille le « prédateur » italien. Derrière lui, arrive Dominique Strauss-Kahn. « Are you fine ? »,  lui demande son ami Lawrence Summers, l'ancien secrétaire au Trésor de Bill Clinton. « Fine, thank you », répond l'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI), avant de rejoindre le podium dressé devant l'entrée de l'Arsenal. Sur la photo de famille, il pose aux côtés de Pierre Lellouche, l'ancien ministre des Affaires européennes et du Prix Nobel Mohamed Elbaradei, une vieille connaissance.

Le plus grand VRP du pays

La scène se déroule cette semaine à Kiev, dans les allées du 11ème YES Forum. Le chef d'orchestre de cette superproduction inspirée du World Economic Forum est aussi inconnu en Europe de l'Ouest qu'il est célèbre en Ukraine. Viktor Pinchuk appartient à cette poignée d'hommes d'affaires ukrainiens qui, depuis 10 ans, ont façonné l'économie et la politique de leur pays. Contrairement à Petro Porochenko, Ihor Kolomoiski ou Sergei Tarouta, respectivement président de l'Ukraine et gouverneurs des provinces de Dniepropetrovsk et Donetsk, cet ingénieur a choisi de rester à l'écart de la politique, en dépit d'un passage par la Rada, l'assemblée ukrainienne. « Pinchuk est le plus grand VRP de son pays », explique un participant.  Nul mieux que cet ingénieur, qui a fait son premier million grâce à un brevet permettant la production de conduite en acier résistant à de très hautes pressions, n'incarne l'aspiration à la démocratisation et à la modernisation de son pays, ni la singularité du modèle ukrainien où affaires et politique restent étroitement  mêlées.

Grâce au vertigineux carnet d'adresses de son fondateur, le YES forum offre une vue imprenable sur les grands enjeux géopolitiques du monde.  En ces temps de guerre, il tend aussi à l'Ukraine un miroir cruel. Pendant 10 ans, le Yalta European Forum s'est tenu sur les bords de la Mer noire. Cette année, il a fallu se replier sur Kiev, annexion de la Crimée par la Russie oblige. Tout un symbole. « J'ai l'impression que nous tenons ce sommet en exil », déplore Leonid Kushma.

DSK venu en ami

« Aucun Européen n'est prêt à mourir pour l'Ukraine. Ils ne sont même pas prêts à payer. Vous vous battez seuls », tranche Dominique Strauss-Kahn, venu en ami, comme chaque année. Au même moment, à Bruxelles, Karel de Gucht, le commissaire européen au Commerce, négociait avec le ministre de l'Economie russe un délai de 15 mois dans la mise en œuvre de l'accord de libre échange entre l'Union européenne et l'Ukraine. Le lien le plus tangible rattachant le pays à l'Ouest semble plus fragile que jamais.

De quelque côté que l'on se tourne, les faits invitent au pessimisme. La guerre tire le pays vers le bas. Dans l'Est, sous le contrôle des indépendantistes soutenus par Moscou, le PIB devrait chuter d'environ 15% selon le Fonds monétaire international. « Les infrastructures sont systématiquement détruites », assure un participant. La moitié des mines de charbon du Dombas, principal ressource énergétique domestique, a été fermée. Alors que la Russie a interrompu depuis deux mois ses livraisons de gaz, faute d'un règlement des arriérés dus à Gazprom, le pays se prépare à un hiver difficile. « Il faut un accord (avec la Russie) sinon dans les jours au moins dans les semaines qui viennent », a pressé Valdis Dombrovskis, l'ancien Premier ministre letton qui deviendra en novembre vice-président de la Commission européenne.

Les Ukrainiens retirent leurs dépôts

Sur le front financier, le pays va devoir lancer une vaste recapitalisation de son secteur bancaire,  jusqu'à 5% du PIB, selon le FMI, qu'il va falloir couvrir en partie ponctionner sur les oligarques qui dominent le secteur. « On va voir s'ils se prêtent au jeu », explique un expert. Dans le doute, les Ukrainiens retirent leurs dépôts et les convertissent en dollars ou en euros... ce qui mine les réserves de la banque centrale. La dette publique, qui était de 40% du PIB au moment des évènements de Maïdan, devrait dépasser les 70% d'ici deux ans. Et les recettes fiscales sont plombées par la corruption et la récession. « On parle depuis 10 ans de l'imminence d'un défaut... Ne vous inquiétez pas », tente de rassurer la gouverneure de la Banque centrale.

Samedi la réalité des tensions internes est venue frapper à la porte du forum. Au moment où le commissaire européen Stefan Füle tente de rassurer un public sceptique après la suspension de l'accord d'association, une foule de manifestants s'est massée devant l'Arsenal. « Save veti.ua », indiquent les pancartes des manifestants qui dénonçaient un raid de la police contre ce site web russophone. La colère contre la corruption et la faiblesse du système judiciaire qui avait poussé des centaines de milliers d'Ukrainiens sur la place Maïdan l'hiver dernier a fait place à la déception. Le gouvernement en est encore à faire adopter la loi qui créera... une agence anti-corruption. « Il sera très difficile de changer ce pays d'ici à ce que l'on ai la paix », se défend le Premier Ministre Arseniy Yatselnouk. La poursuite des réformes est de surcroît désormais suspendu à la tenue d'élections le 26 octobre. La formation d'une nouvelle coalition gouvernementale ne sera pas difficile. Mais le renouvellement du parlement remplit la première condition pour engager la décentralisation, voire la fédéralisation du pays qui sera forcément au centre de toute solution dans l'Est du pays.

L'option militaire semble écartée

Le chemin d'une sortie par le haut de crise ukrainienne n'a jamais semblé aussi étroit. Et pourtant. Malgré la brutalité des faits, l'impression se dégageait au fil des débats du Forum qu'il existe bel et bien. Vendredi, Petro Poroshenko avait assuré qu'il n'y aurait « pas de solution militaire » dans l'Est du pays. « On sent un frémissement par rapport aux semaines passées. L'option militaire semble désormais écartée », juge un participant. Dans les jours à venir, les négociations sur le gaz reprendront. Mais le temps presse. « La meilleure chose à faire est de construire sur le cessez-le-feu et d'essayer très vite d'empêcher la récession », avait expliqué peu avant Dominique Strauss-Kahn. « Il n'y a aucune raison pour que la situation soit meilleure dans six mois ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/09/2014 à 12:19 :
Kiev c'est une nouvelle capitale qui va compter dans cette nouvelle Europe pour cette Raison que Lavrov et Poutine sont autant irrités
Réponse de le 16/09/2014 à 1:52 :
On y croit !
a écrit le 15/09/2014 à 9:24 :
Pourquoi ne pas n'utiliser le nom original de ce journal (The Tribune) et afficher un drapeau US au frontispice ? cela ferait plus de sens.
a écrit le 15/09/2014 à 8:51 :
L'atlantiste et va t en guerre ,le sinistre baroso est à l'oeuvre.Il ne nous refera pas le coup des armes de destruction massives(comme avec la bande des quatre Bush,Blair,Aznar),aucune confiance dans ce personnage trouble,il est plus que temps qu'il quitte ses fonctions,les racketteurs vont le regretter!
Réponse de le 15/09/2014 à 9:06 :
A quoi bon faire une mascarade de sommet économique dans un pays au bord du gouffre, sans un sou, endetté et en guerre? il n'y a pas de sens ! surtout quand on sait que Poutine bouge ses pions pour placer "sa Reine" justement à Kiev, et c'est sûr qu'il le fera. C'est juste une question de temps.
Contrairement à ce que les "oxydentaux" s'attendaient, l'aviation russe dispose d'une arme jusquà présent secrète mais qui a déjà fait ses preuves d'une rare efficacité.
En voulant intimider la puissance marine russe, deux navires (un américain, l'autre canadien) ont subi le sort des rase-mottes d'un chasseur russe équipé avec un système qui a tout carrément annulé leur "fameux" système Aegis. Les deux équipages ont été démoralisés et les USA et le Canada ont pleurniché auprès du ministère de la défense russe.
L'OTAN a peur de l'armée russe, du coup elle essaye de donner des armes à cette "armée de Brancaleone" qui est l'actuelle armée des putschistes pour que ces ukrainiens aillent mourir sous les balles russes. Dans quelques jours sera le tour de Marioupol, vous pouvez en être sûr. La Novorussia est déjà une réalité, l'OTAN et l'UE ont perdu la guerre avec les séparatistes pro-russes et essaye de sauver la face. maladritement. La preuve ? ce drôle de "sommet économique" dans un pays qui n'existe plus.
Réponse de le 15/09/2014 à 9:18 :
Je vous ai envoyé une réplique au message de Cantalou tout à l'heure, tout à fait pertinente et dans le sujet de l'article. Merci de ne la pas censurer.
Réponse de le 15/09/2014 à 14:06 :
Voir qu'une paire d'avion de chasse russes classiques, porteur de matériel de brouillage, a pu mettre en déroute en mer noire le navire de 4ème génération Donald Cook, porteur de missiles Tomahawk et du système Aegis ça redonne le moral! "Plus un système est sophsitiqué, plus il est facile à contrer", dit-on dans les rangs des spécialistes russes. Voilà ce qu'il en coûte de vouloir rouler les mécaniques. D'autant que la panne à bord a empêché d'étudier le produit utilisé par les chasseurs. On comprend qu'à la suite de cela, Washington se soit gardé de toute ingérence directe en Ukraine, plongeant les génies de Kiev dans la déprime. Ils doivent en faire une tête, les pays qui ont acheté le système Aegis au big brother...
a écrit le 15/09/2014 à 1:54 :
Des chercheurs de l'Institut des Relations internationales (PISM), qui ne s'étaient pas trompés sur la situation actuelle et l'invasion russe en août après la Crimée, ont prévenu qu'une nouvelle offensive se produirait dès cet hiver en Ukraine. Le scénario présenté comme le plus réaliste prévoit une intervention russe fin octobre pour parfaire ce que le cessez-le-feu a déjà mis en place: un passage terrestre long de 300 km et large de 50 km pour garantir l'approvisionnement en produits alimentaires et en énergie de la Crimée depuis la Russie. Le deuxième scénario, "probable à 30%", évoque la proclamation en janvier d'une "Novorossia" dans la moitié sud de l'Ukraine, conquise par 50 à 70.000 soldats russes, et qui permettrait de relier la Transdniestrie à la Russie en passant par la Crimée. L'économie ukrainienne serait alors très durement frappée, avec la perte de sept ports maritimes, dont celui d'Odessa, et de deux centrales nucléaires. Son PNB chuterait de 27% et un million de personnes seraient déplacées. Enfin, le scénario le plus noir verrait une partition du pays, la Russie contrôlant l'Est industriel, ce qui réduirait l'Ukraine aux territoires sur la rive droite du Dniepr après l'intervention de plus de 100.000 soldats russes et d'importantes pertes dans leurs rangs. Des chercheurs de l'institut britannique RUSI avaient évoqué de tels scénarios dès le mois d'avril, soulignant que l'industrie russe de l'armement dépend à 30% de produits ukrainiens irremplaçables, notamment pour les missiles et l'aviation, ce qui pourrait pousser Moscou à occuper le sud et l'est de l'Ukraine afin d'en sécuriser l'approvisionnement. La Russie a montré par le passé qu'elle savait attendre le bon moment, puis intervenir quand tout le monde l'avait oubliée en créant la surprise.
Réponse de le 15/09/2014 à 8:50 :
Ce sommet de pacotille à Kiev, une ville en guerre, c'est une totale mascarade, Vincent. L'Ukraine n'existe plus, ou plutôt, elle n'existe qu'en partie seulement. Mais....fait curieux mais ô combien symbolique, le drapeau de Saint André, le même qui représente autant l'Ecosse que la Novorussie, flotte actuellement de plus en plus haut à Edimbourg et à Donetsk. Et, quoique géographiquement fort éloignées, ces deux populations néanmoins se trouvent à ce moment dans une instance historique d'indépendance. La première du joug injuste de la couronne britannique ; l'autre d'une Ukraine devenue pays-fantoche des forces néo-nazis sous l'égide de l'impérialisme occidental. Bon vent à ces deux Républiques, qu'elles retrouvent leur chemin de paix et de prospérité par elles mêmes.
a écrit le 15/09/2014 à 1:28 :
AFP - Derrière son étal du centre de Moscou, Natalia Ivanova soupire: "Tous les prix augmentent". L'embargo alimentaire commence à toucher les portefeuilles, la guerre des sanctions fait rage et les Russes se serrent la ceinture en attendant des jours meilleurs. "Ce n'est plus réaliste de faire ses courses", poursuit une jeune femme. Zarina montre sur son étal citrons et kiwis. "Tous les fruits importés deviennent plus chers". L'embargo sur la plupart des produits alimentaires européens et américains, décrété brusquement début août en réponse aux sanctions occidentales liées à l‘invasion de l‘Ukraine par la Russie a constitué un choc en Russie. Pour certaines catégories (produits laitiers, porc, poisson), la part des produits importés représente 33% de la consommation. Les craintes de pénurie similaires à celles de l'époque soviétique ou des années 1990 reviennent et l'évidence s'est rapidement imposée malgré les promesses de vigilance des autorités. La baisse de l'offre aura des conséquences sur les prix, alors que l'inflation dépassait déjà 7% à cause de la chute du rouble au plus bas depuis 1992. Et le pic d'inflation n'est attendu par les experts que début 2015. Les consommateurs 'nerveux' : la hausse des prix reste la préoccupation de 71% des Russes, selon un sondage publié vendredi par le centre Levada. Et les comportements changent. "La hausse des prix représente un lourd fardeau pour la population" et "la consommation des ménages commence à baisser de manière sensible", estime Igor Nikolaïev, expert de la société de conseil FBK. L'économiste souligne que la hausse de prix est d'autant plus douloureuse qu'elle intervient "en l'absence de croissance économique, ce qui veut dire que les salaires n'augmentent pas, qu'on n'embauche pas de nouveaux employés". Résultat: les Russes retardent les grosses dépenses, ce qui frappe de plein fouet par exemple le marché automobile (-26% en août sur un an), ou encore les voyages. Le patron de la compagnie Aeroflot a récemment évoqué une chute de la demande plus vue depuis la crise de 2009 sans compter les compagnies qui déposent le bilan. Pour ces deux secteurs, la chute du rouble pèse particulièrement, renchérissant pièces détachées importées ou tout séjour à l'étranger. En outre, les taux des prêts augmentent et deviennent intenables pour une population déjà très endettée.
Mais surtout, l'incertitude pèse quand les journaux télévisés font quotidiennement la chronique des sanctions réciproques qui se durcissent et des risques de récession qui en découlent. "Les gens sont nerveux", reconnaît Maria Vakatova, de la société de conseil Watcom. Cette entreprise mesure la fréquentation des centres commerciaux moscovites avec son indice "Shopping", en chute de 20% fin août par rapport à l'année dernière.
"Normalement, le nombre de visiteurs augmente en préparation de la rentrée. Cette année, les Russes ont moins dépensé", explique M. Vakatova. L'indice de confiance des consommateurs MNI est tombé de son côté à un record de faiblesse en août. "notre étude montre que les consommateurs sont de plus en plus insatisfaits", a souligné Philip Uglow, chef économiste de MNI.
Réponse de le 15/09/2014 à 9:13 :
Vous êtes en plein délire de propagande anti-Poutine et pro-OTAN, c'est sans fondement ni réalité comme d'habitude. Aucun intérêt à vous lire, allez prêcher sur un estrade dans un jardin, les chats et chiens passants pourront qui sait avoir une oreille é vos propos.
a écrit le 15/09/2014 à 0:36 :
Le pire cauchemar de Vladimir Poutine devient réalité : l'Alliance, via l'Ukraine, est en train d'atteindre les frontières occidentales de la Russie. Et le message à peine voilé d'Obama sur la porte toujours ouverte de l'Otan, sonne, de manière implicite, comme un avertissement sérieux au leader du Kremlin. La Russie doit désormais comprendre qu'elle est perçue comme un ennemi dangereux et imprévisible, et qu'elle sera traitée en conséquence. L'Occident tient enfin compte des mises en garde de Winston Churchill qui affirmait jadis : "Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre." Ajoutons à cela les nouvelles sanctions préparées par l'Occident et les conséquences des anciennes, que les Russes commencent à sentir et qui, comme l'a laissé entendre le Premier ministre du Royaume-Uni David Cameron, finiront par détruire l'économie russe. Voilà le tableau dans lequel tombe l'initiative de paix russe [en Ukraine]. Un signe de sa faiblesse, pas de sa force, malgré l'aide fournie par l'armée russe aux mercenaires prorusses. L'aide qui leur a permis d'enregistrer quelques victoires locales. En réalité, les hostilités à l'est de l'Ukraine démontrent que l'aventure du président russe est un échec. Poutine a été obligé de s'exposer, en envoyant des troupes dans le Donbass pour empêcher le massacre des insurgés. Conséquence directe de ses actes – la mobilisation sans précédent des Occidentaux contre Moscou. Les tentatives désespérées de Poutine pour obtenir un cessez-le-feu sont symptomatiques. Face à l'Otan qui s'apprête à avancer ses pions sur l'échiquier de l'Est, il est comme Hitler avant le débarquement des Alliés sur les plages normandes.
a écrit le 15/09/2014 à 0:35 :
Les répercussions économiques du conflit sont dramatiques pour la Russie qui pourrait perdre jusqu'à 4% de croissance. Sur le plan politique la situation est dangereuse : Poutine est dépassé par l'hystérie nationaliste russe.
a écrit le 15/09/2014 à 0:34 :
Dans 2 à 3 ans ans on titrera "le renouveau de l'Ukraine", vu d'où ils partent et compte tenu de leurs atouts le potentiel de ce petit pays est élevé.
Réponse de le 16/09/2014 à 1:56 :
Leurs salaires vont passer de 100 euro à 125. Magnifique
En contrepartie, plus de chômage a l'Ouest
a écrit le 14/09/2014 à 21:53 :
Ce sont plutôt les ukrainiens qui sont plus que pressés, ils sont dans l'angoisse. Les sourires des putschistes aux cotés des européens et américains qui les soutiennent c'est pour la façade seulement. Ils savent que les occidentaux n'ont pas le moindre intérêt à bâtir une économie florissante en Ukraine et cela par plusieurs raisons. L'Europe est dans une des pires crises économiques de son histoire et accepter un pays misérable, en faillite, en guerre et doté d'une administration autant corrompue que la grecque c'est absolument suicidaire.

Ce sommet n'a rien d'autre fonction que celle de tenter sauver la face vis à vis de la politique habilement conduite par Poutine. La politique occidentale en Ukraine s'est soldée par un retentissant échec, les sanctions et embargos économiques de coté et d'autre en sont la preuve. Non sans dire de la crainte d'une invasion de l'Ukraine par l'armée russe avec la prise du pouvoir à Kiev à la clé. Moscou est en mesure de le faire et l'Otan et les chancelleries européennes le savent.

Le FMI aura une action presque symbolique en Ukraine, les prêts dont on parle sont dérisoires face aux gigantesques factures de gaz russe, des infrastructures endommagées dans l'est et de l'état délabré des industries du pays. Il n'y a que des coup de poker en Ukraine ou les joueurs savent qu'ils ont en main que des cartes insuffisantes pour gagner le jeu contre la Russie, surtout du fait que les putschistes, Bruxelles et leur patron américain doutent que les cartes qui possède Poutine sont de loin les meilleures.
Réponse de le 15/09/2014 à 0:11 :
Vous êtes tellement extrêmistes poutinien que l'on ditrait que cela vous fait plaisir qu'un pays comme l'Ukraine ait des problèmes. Il part de tellement bas qu'il ne peut que se redresser. Les salaires y sont 10 fois inférieurs à ceux en Russie et c'est un atout, tout comme son agriculture, son potentiel énergétique entre autres, l'accord de libre échange avec l'Europe qui génère déjà pour une année entière 500 millions d'euros etc.
Réponse de le 15/09/2014 à 9:11 :
Vous êtes en plein délire de propagande pro-OTAN et néoconservatrice, c'est sans fondement ni réalité comme d'habitude. Aucun intérêt.
a écrit le 14/09/2014 à 21:12 :
La Russie montre son calme et son esprit d'ouverture. Il est évident que ses clients doivent payer leur facture et qu'elle n'a pas vocation à faire crédit sans limite. Ils paieront de gré ou de force. Ceux qui faisaient les malins devront sortir leu portefeuille et l'on verra s'il y a des billets à l'intérieur. L'Europe trouvera les désagréments de sa propre politique si le gaz est coupé. En fait : à quoi a servi ce conflit fictif ? Un autre point doit être exposé : en contrepartie des ses ventes de gaz, la Russie achète énormément de produits à l'Ukraine. Le gaz permet la fabrication et les produits sont vendus chers avec un bon bénéfice pour le pays, c'est d'ailleurs le cas du roi du chocolat devenu pseudo président-dictateur. Si la Russie doit couper le gaz, elle cessera également ses achats. de la même façon un contrôle douanier plus important sera mis en place aux frontières pour les exfiltrations commerciales clandestines, c'est ce qui avait justifié l'avancée des soldats. En devant vendre ses produits à l'Europe, à moins de subventions, l'Ukraine va ruiner ses entreprises qui ne sont pas du tout au niveau ni qualitatif ni tarifaire. mais il va en être de même pour de nombreux pays de l'est comme la Pologne agressive sans raison. Les européïstes devront dire comment ils vont faire vivre tout ce monde sans la Russie. D'autres "dossiers" sont explorés calmement qui vont sortir prochainement.... les russes ne sont pas pressés.
Réponse de le 14/09/2014 à 22:06 :
euh je me suis trompé de case, ma réplique (ou plutôt mon complément à votre commentaire) se trouve juste ci-dessus.
Réponse de le 15/09/2014 à 0:18 :
Le vrai Eco fait des analyses plus subtiles et en volant son pseudo vous voudriez vous hisser au niveau de ses connaissances mais il vous faudra quelques décennies de travail sérieux ! Pour le moment vous n'êtes qu'un vulgaire propagandiste poutinien sans cervelle. Votre analyse sur l'Ukraine souligne votre manque de connaissance de l'économie et de ce pays.
Réponse de le 15/09/2014 à 8:56 :
Bonjour, Madame "@Eco" et "Au faux Eco", juste une question si vous me le permettez : êtes-vous la vraie "Eco" ? autrement comment pouvez-vous accuser quelqu'un d'utiliser un "faux" pseudo si vous même vous ne vous présentez pas en tant que pseudo? vous utilisez un masque sous un autre masque ! merci pour la réponse, bonne journée.
a écrit le 14/09/2014 à 20:46 :
Les volontaires du bataillon «Lougansk-1», qui combattent aux côtés de l’armée ukrainienne, «ont arrêté deux militaires russes soupçonnés d’utiliser des systèmes portables anti-aériens contre l’aviation militaire ukrainienne», a déclaré le porte-parole militaire Andriï Lyssenko. Cette annonce intervient malgré un cessez-le-feu globalement respecté, selon le président Porochenko. «Selon la dernière information que j’ai reçue de nos services de renseignement, 70% des forces russes ont été retirées», a déclaré Petro Porochenko, alors que Moscou a toujours démenti tout présence militaire en Ukraine. Il faut arreter Poutine coute que coute !!!! Vive L'OTAN !!!! VIVE OBAMA !!! VIVE LES USA FOREVER !!!!
Réponse de le 14/09/2014 à 21:10 :
Vive la soumission des peuples d'Europe à l'Amerique "philanthrope" et toute puissante qui seme le chaos depuis 50 ans dans le monde entier. Amen
Réponse de le 15/09/2014 à 0:15 :
L'Europe n'est nullement soumise aux Etats-Unis sauf dans la rhétorique du FN parti séparatiste collabo de Poutine dontVincent Jo est visiblement l'esclave !
Réponse de le 15/09/2014 à 9:09 :
Vous utilisez mon pseudo pour véhiculer des propos qui sont diamétralement à l'opposé des miens. Puisque cela ne sert à rien me plaindre au journal. dois-je le faire à vos chefs de l'Otan à Bruxelles ou à ceux à Washington ?
a écrit le 14/09/2014 à 19:39 :
Ouvrez bien vos égards et écoutez-moi, svp. Par son inaction, le gouvernement russe donne aux états vassaux européens de Washington le temps de comprendre que Washington et non pas la Russie, est le problème et que Washington planifie pour que le coût de son conflit avec la Russie retombe sur les Européens. Poutine reste LE maître des échecs, Barroso et ses copains ne jouent qu'aux dames avec lui.

L’opposition de Washington – et de ses états européens vassaux avec ses larbins de Kiev – à l’entrée d’aide humanitaire est due à une tentative désespérée de l’occident d’empêcher le monde de savoir au sujet des destructions massives ayant lieu sur les populations civiles en l'est ukrainien. Rien d'autre que cela. Les infrastructures civiles de ces anciens territoires russes, qui sont directement menacés par les extrémistes russophobes que Washington a installé au pouvoir à Kiev, se trouvent désormais soit détruites soit hors de fonctionnement. Poutine entraîne ses hommes, son aviation fait des manoeuvres au bout du nez des navires et autres WACs de l'Otan, il les provoque car il sait qu'aucun Rassmussen va oser abattre le moindre chasseur russe. Il aurait la riposte d'une telle ampleur que les forces de l'Alliance seraient forcées à la retraite sauf-qui-peut des pays baltes et de la Pologne.

Rassurez-vous, mes amis, Poutine ne sortira que grandi et renforcé auprès des russes et du reste du monde. Les ricains se donneront un temps avant de venir en catimini quemander les faveurs russes pour leurs sociétés. Et les européens ? les européens iront suivre les bonnes consignes d'une certaine Mme. Victoria "Fuck the EU" Nuland ! à bon entendeur, salut !
Réponse de le 15/09/2014 à 0:20 :
Vous êtes en plein délire de propagande poutinienne et FN, c'est sans fondement ni réalité comme d'habitude. Aucun intérêt.
Réponse de le 15/09/2014 à 9:10 :
allez papy, vos pantoufles, une petite tisane à la menthe et hop ! on va faire un beau dodo....
a écrit le 14/09/2014 à 19:07 :
Kiev va apporter beaucoup à l'Europe dans le domaine de la recherche . Son enseignement forme des gens très évolués capables de transformer en quelques années cette République qui deviendra prospère .
Réponse de le 14/09/2014 à 19:25 :
Vous avez tort, Jauvert, de venir nous faire la propagande de l'OTAN tous les jours, ce n'est pas vos positions atlantistes que je critique car tout un chacun a droit à s'exprimer librement, c'est plutôt votre manière agressive et anti-française qui me dérange et aux autres lecteurs. C'est assez facile dès qu'on est journaliste de pouvoir imposer le plus grand nombre de commentaires pro-OTAN à l'insu de l'opinion dominante des forums, celle-ci manifestement hostile à politique occidentale en Ukraine. La pratique démocratique est ailleurs…. mais quand on n'a rien à dire il vaut mieux se taire.
Réponse de le 14/09/2014 à 19:29 :
j'ai toujours du mal à comprendre les gens qui idolatrent des types comme Obama, Rasmussen, Poroshenko, Timochenko et cie qui ont commis des méfaits graves, et j'ose espérer qu'on a autre chose pour éloigner le pays de ce genre de personnages obscurs.
Réponse de le 14/09/2014 à 19:42 :
Et vous croyez qu'il est français ce "popov" là ? avec son français approximatif il me semble amerloque plutôt....
Réponse de le 15/09/2014 à 0:40 :
Popov a en effet raison. La propagande de Poutine tente de minimiser les compétences de l'Ukraine qui serait bien plus avancée sans les agissements du Kremlin.
Réponse de le 15/09/2014 à 9:16 :
D'après l'heure de vos commentaires il est évident que vous vous trouvez dans un pays de l'Amérique du nord (à un décallage horaire d'env. 6 heures). Vous n'êtes pas en Europe, donc vous êtes quelque'un qui fait votre boulot de propagandiste pro-OTAN avec conscience. Un professionnel dans un forum d'amateurs. Vous êtes déplacé, buddy, il vaut mieux voir ailleurs.
a écrit le 14/09/2014 à 14:52 :
sommet économique de l'Europe dans un pays en guerre civile et au bord de l'effondrement , dirigé par des gens incompétents et corrompus ? le symbole est fort :-)
a écrit le 14/09/2014 à 12:42 :
Je salue l'analyse précise faite par cet article bien étayé. Connaissant moi meme très bien l'Ukraine, je suis d'accord sur pas mal de choses , sauf un point majeur : contrairement à ce que vous dites, je crois que la majorité des ukrainiens veut rejoindre l'Europe. Y compris les oligarques de l'est ukrainien : quel intérêt ces derniers auraient-ils à se faire menacer par la Russie et à se couper du marché européen ?
Par ailleurs, la Russie n'a rien d'autres à offrir que menaces et coup bas sur le prix du gaz. La Russie ne se comporte pas en partenaire économique fiable (suspension des importations, etc.). La Russie a toujours regardé l'Ukraine de manière condescendante, c'est pourquoi l'Ukraine veut à la grande majorité rejoindre l'Europe. Par ailleurs, les Russes ne représentent que 17 % de la population ukrainienne. Vive les USA ! vive l'OTAN !!! VIVE LE MONDE LIBRE !!!!
Réponse de le 14/09/2014 à 15:03 :
MDR
Rien d'autre à dire.
a écrit le 14/09/2014 à 12:41 :
Et pendant ce temps que l'UE se prépare pour "le plus important sommet économique de son histoire" (mdr) L'Inde a formellement sollicité ce vendredi son incorporation dans l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), cette réunion intergouvernementale formée par la Chine, la Russie, Kazajistán, Kirguistán et l'Ouzbékistan. L'Asie se renforce.

Maintenant on comprend mieux pourquoi Hollande a laissé les 200 marins russes s'entrainer avec le Mistral "Vladivostok" hier très tôt le matin (loin des objos des photographes), histoire de faire les beaux yeux à Poutine. Mais rien n'est moins sûr pour la vente des Rafales à l'Inde : les Allemands se veulent les plus fiables livreurs avec leurs Eurofighters et ils l'ont déjà faire au PM indien !

Un copain me souffle à l'oreille : c'est pas grave, la France va vendre les Mistrals et les Rafales à..... l'Ukraine !!!!
Réponse de le 14/09/2014 à 12:58 :
les rafales sont invendables, les us laissent encore la france vendre ses frégates et ses blindés mais et demain ?...
Réponse de le 14/09/2014 à 14:59 :
l'Allemagne s'aligne complètement sur les USA , au moins autant que la France, elle ne présente donc aucun intérêt pour fournir des avions de chasse.
Réponse de le 14/09/2014 à 19:37 :
L'Allemagne a trahi encore une fois la France et beaucoup de Français le savent. Maintenant c'est l'Allemagne par la personne de son ministre allemand de l'Economie et de l'Energie, le vice-chancelier Sigmar Gabriel, (je vous donne la source : journal Bild Am Sonntag) qui déclare que Europe a besoin de bonnes relations avec la Russie. Comment pouvez-vous affirmer que l'Allemagne s'aligne complètement du côté étazunien ? les EUA veulent isoler l'Europe de la Russie car une union Europe-Russie serait la fin de l'Empire du Mal, voilà la raison. L'Allemagne se trouve entre les deux feux mais elle cherche une solution et, c'est la logique qui doit prendre le dessu, elle certainement doit revenir en arrière avec les sanctions et l'Otan. Il faut se renseignez mieux avant de dire de conneries à vos camarades…
Réponse de le 15/09/2014 à 0:27 :
@ Bastion : Les Etats-Unis ne veulent évidemment pas isoler l'Europe de la Russie ce qui d'ailleurs leur serait impossible, mais faire en sorte que la Russie ne soit pas un pays dictatorial, centralisé et envahisseur. C'est par contre Poutine qui veut séparer l'Europe des Etats-Unis pour vouloir dominier l'Europe et la raison aussi pourquoi il soutient des partis séparatistes comme le FN en France, le Jobbik en Hongrie etc.
a écrit le 14/09/2014 à 12:01 :
“Les grandes puissances ne se suicident jamais pour leurs alliés.” (Henry Kissinger)

Pensez vous que les néoconservateurs de Washington auront oublié ce principe lors de ce drôle de "sommet économique" à Kiev ? l'Europe occidentale va perdre la Russie et l'UE va se perdre par la suite. Et cela viendra plus tôt qu'on l'imagine.
a écrit le 14/09/2014 à 11:22 :
Un sommet économique de pacotille entre européens pro-US et un gouvernement putschiste, dans un pays en totale faillite et en plus en guerre !!! pas la peine d'esquisser le moindre commentaire, la chose est "per si" une aberration absolue. Décidément on aura tout vu !
Réponse de le 14/09/2014 à 12:56 :
la preuve de que la politique us-eu en ukraine s'effrite ça se voit dans la presse atlantiste de ces jours, elle fait de la diversion, on y parle des islamistes, de basket, de tennis, de recettes de gâteaux, bebé royal et j'en passe en premiere page mais sans lacher un seul mot au sujet de l'ukraine. on essaie d'y sauver la face mais à quel prix ?...
Réponse de le 14/09/2014 à 15:01 :
un nouveau convoi russe est arrivé hier à Lougansk ... aucun commentaire , rien !! et pas de protestation des occidentaux.
ça sent l'abandon honteux.
a écrit le 14/09/2014 à 10:45 :
1. L’histoire des premiers millions de Mr. Pinchuk est moins jolie, juste une revente, ensuite une production des tubes. En tous cas c’est mieux que pour la plupart des oligarques ukrainiens. 2. « Ils ne sont même pas prêts à payer. » tranche DSK. Mais oui et c’est bien qu’il n’y pas d’idiots pour financer un failed state, qui est étrangement le plus grand pays de l’Europe. Le seul qui était prêt à payer des dizaines milliards d’euros pour pas grande chose, c’était Poutine :) C’est pour cela Karel de Gucht négocie avec le Kremlin le délai de l’association de l’Ukraine. Comme j’ai dit dès le début de Maidan, la situation est extrêmement stupide. 3. « Les infrastructures sont systématiquement détruites » ? Sans blague ? Si les autorités ukrainiennes ne sont pas au courant, je les informe que si on tire des canons et des missiles de gros calibre sur l’infrastructure, elle se dégrade. Vous avez dit : ce sont les rebelles ? Le problème est que jusqu’au début de juillet les rebelles avaient le nombre des canons et des chars compté sur les doigts dans chaque république. De plus la population locale les soutient en grande majorité. 4. Les mines de charbon à moitié fermées ? Les mauvaises langues disent qu’il y a une sélectivité au niveau des propriétaires de ces mines fermées et, donc, celles ouvertes. 5. « ponctionner sur les oligarques » ? Ce n’est pas facile à imaginer. 6. « le renouvellement du parlement remplit la première condition pour engager la décentralisation » ? Pas sûr, il y a un problème avec les partis modérés. Dans la situation actuelle les radicaux et les nationalistes risquent de gagner des points. Donc, c’est réalisable uniquement à condition de la forte pression de la part de l’UE et des E.-U. dans cette direction et l’accord des oligarques de partager les terrains entre eux.
a écrit le 14/09/2014 à 10:16 :
Les eurocrates agés qui vont se ravir de jeunes femmes pas chères en prenant comme prétexte l'économie.
Réponse de le 14/09/2014 à 11:00 :
C'est assez connu qu'un des "produits made in Ukraine" parmi le plus prisés pour un certain type d'homme européen ce sont leurs nanas, dissiminées un peu partout en Europe et que les détracteurs de Poutine disent qu'elle sont des "esclaves blanches" des mafias russes quand, en réalité, il s'agit de mafias ukrainiennes !

Cependant votre remarque, ô tellement inopportune, en quoi a-t-elle à voir avec un sommet économique à Kiev ?
Réponse de le 14/09/2014 à 15:06 :
l'autre produit , c'est la main d'oeuvre à 100€ /mois
Réponse de le 14/09/2014 à 20:30 :
Elles sont très très ravissantes les Ukrainienes, trop belles et avec un accent à en mourir de charme.... Parole d'un expert en matière.....ou plutôt d'un ex (maintenant marié et père de famille).....
a écrit le 14/09/2014 à 9:31 :
Pendant ce temps la plupart des pays dont la Chine développent les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique. Poutine va encore avoir un temps de retard d'autant que ses réserves de pétrole ne vont plus durer longtemps et quand le passage se fera au gaz ce dernier sera très sollicité donc peu compétitif. Et la France avec le gaz de schiste qui viendra en force aura tout le marché européen et asiatique à sa disposition.
Réponse de le 14/09/2014 à 9:46 :
La France avec son gaz de schiste !!!!! lequel ???? avec votre discours à deux balles vous êtes très certainement un "adorateur de l'argent" américain ! angoissant..
Réponse de le 14/09/2014 à 11:01 :
J'avais envoyé ce matin une réplique à votre commentaire tout à fait déplacé, mais comme d'habitude ma réplique a été censurée. Dommage car elle prouvait le tort de vos propos.
Réponse de le 14/09/2014 à 12:25 :
Et – comme d'hab ! – ma plainte se voit encore "dument" PUBLIÉE ! merci pour la subtilité.
Réponse de le 14/09/2014 à 15:05 :
le gaz de schiste ?? mort de rire
vous avez aimé la bulle internet ? vous allez adorer le gaz et l'huile de schiste, si vous avez de l'argent à perdre , investissez !!
a écrit le 14/09/2014 à 9:15 :
Selon les meilleurs analystes militaires (et qui ne sont pas des habitués de ce forum), les Etats-Unis doit utiliser l'Otan dans une première offensive contre l'armée russe d'ici la fin de l'année. Ce sera un test pour évaluer la qualité de réaction des russes. Si l'Otan prend le dessus sur les forces russes, les offensives continueront ; si non, les Etats-Unis et leurs vieux copains européens seront obligés à utiliser le plan B. Celui-ci consiste à envoyer une première bombe nucléaire en sol russe, lieu et date, restent encore, évidemment, très secrets. A partir de cette première attaque nucléaire des Occidentaux, d'autres se succèderont en question d'heures, les missiles en partant de sous-marins américains, britanniques et français. La Russie sera anéantie en question de 3 à 5 jours et la reddition se fera les jours qui viendront. La paix sera de retour en Europe et les Etats-Unis trôneront encore davantage comme les Grands Seigneurs de ce monde, nos Maîtres Absolus, autant puissants que Dieu-Père lui-même. (Clément Ch.)
Réponse de le 14/09/2014 à 9:27 :
Clément, aucun Etat européen ne s'associera à un tire de missile nucléaire contre un autre Etat européen. Ce serait le discrédit total, du slogan 'l'Europe c'est la paix' et la fin immédiate de l'UE. Réfléchissez-y.
Réponse de le 14/09/2014 à 9:38 :
Petite propagande alliance-atlantiste sans conséquence...!!
a écrit le 14/09/2014 à 8:45 :
La guerre viendra avec l'hiver

1.
Des sanctions, à tout prix,
En croyant qu'ils en souffrent,
Des fous, bêtement épris,
Devant leur propre gouffre !

2.
Ah l'Occident ! tes masques
À l'heure la plus sombre,
Tu paieras tes frasques
Sous tes propres décombres !

3.
Entendez quel tonnerre
   
Dans le ciel tout là-haut,
   
En Europe la guerre
N'est pas un jeu vidéo.
   
Les gens meurent sans gloire
   
Sous le feu des fusées,
   
Des mortels coups d'hachoir
   
Aux nations décimées !

4.
Les griffes dures, noires,
   
Acier bruni au temps,
   
Tranche la chair, lardoir,
   
Sème la mort, ô OTAN !
   
Même blessé, l'Ours véloce,
   
En refusant la mort,
   
Prend sa "Tsar" à la crosse
   
Et fait tourner son sort !


Arsenyi de Yalta ©
a écrit le 14/09/2014 à 6:09 :
en retirant leur argent des banques les ukrainiens votent avec leurs pieds et ne croient pas une seconde dans ce gouvernement de parachutes . Seul Porochenko semble être a la hauteur de la situation
Réponse de le 14/09/2014 à 9:10 :
Ils vont utiliser quoi, le dollar...?? Mouarf...
Réponse de le 14/09/2014 à 9:41 :
" Seul Porochenko semble être a la hauteur de la situation"

Vous m'avez fait penser à ce mot immortel de Coluche : "De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent."
Réponse de le 14/09/2014 à 10:09 :
Non, l'euro ! Re-mouarf :)))
Réponse de le 14/09/2014 à 11:24 :
la personne qui a écrit une telle connerie doit être proche de Poroshenko en toute évidence. un tel niveau de bêtise me laisse pantois.
a écrit le 14/09/2014 à 1:51 :
pourquoi les pays arabes ( musulmans modérée) ne fond pas une armer pour combattre les intégriste et pourquoi les imame de France ne manifeste pas contre les intégriste vous l avais bien fait pour le confli Israël , vous rester terrer chez vous comme des ras sont réagir vous me faite pitier , ..
vous laissez vos frères parent et sœur se faire et gorgé comme des moutons , bouger vous et dite non a tous ces crimes
Réponse de le 14/09/2014 à 8:54 :
Je pense que pour un étranger vous devriez chercher un traducteur anglais-français plus adapté, celui que vous utilisez est NUL, on ne comprends pas grande chose de vos commentaires.
Réponse de le 14/09/2014 à 9:44 :
En tout cas jusqu'à l'heure actuelle Poutine est le grand gagnant . Les yankees ont activé "leur" Etat islamique pour faire de la diversion sur leur échec en Ukraine, c'est visible.
a écrit le 14/09/2014 à 1:19 :
La Géorgie se dit globalement satisfaite "Content" des décisions prises au sommet de l'Otan concernant son pays, le président de la Géorgie Guiorgui Margvélachvili a noté qu'elles étaient "denses en contenu", rapporte le site Civil Georgia. Concrètement, l'Otan ouvrira un centre d'entraînement en Géorgie, aidera à "réformer les concepts de sécurité et de défense", accueillera la participation de la Géorgie dans les forces de réaction rapide de l'Alliance dès 2015 et organisera des manœuvres militaires communes avec l'armée géorgienne. Ayant obtenu le statut de "partenaire spécial" de l'Otan, aux côtés de la Finlande, de la Suède, de l'Australie et de la Jordanie, mais toujours en attente de l'application du Plan d'action pour l'adhésion (MAP) que Tbilissi convoite depuis des années, la Géorgie se contente d'afficher une satisfaction de façade. "Il a été reconnu qu'entre la Géorgie et l'Otan la coopération est élargie et intense, nous faisons désormais partie du groupe des alliés de l'Otan", s'est réjoui le président avant d'affirmer que la Géorgie avait maintenant "des mécanismes réels de coopération grâce auxquels elle pourra rejoindre les standards de l'Otan".
Réponse de le 14/09/2014 à 8:58 :
L'OTAN est une institution en désespoir car elle est par sa propre nature vouée à disparaître. L'OTAN joue ses dernières cartouches et elle sait que tout ce que son maître dit à la presse n'est que du vent. L'Ukraine, la misérable Ukraine ? Or les Ukrainiens n'ont qu'une seule alternative : reduire leur dependance au gaz par les EnR sachant que nuke est long a construire, et qu'ils en ont experimente les consequences.
Et ca n'est pas les etendues libres qui manquent du cote de Tchernobyl pour y planter panneaux solaires et eoliennes. L'OTAN disparaîtra ainsi que les embargos russes sur l'Europe se feront plus durs, attendez voir.
Réponse de le 14/09/2014 à 9:09 :
Poutine faisait déjà du commerce avec des pays dits non recommandables au sens des valeurs OTAN. Les sanctions économiques décidées après beaucoup d'hésitation contre la Russie donnent à Poutine un argument très politique (à l'intérieur comme à l'extérieur du pays) pour continuer et élargir les accords avec des pays sous surveillance. L'exemple de la Syrie puis maintenant de l'Iran ne vont certainement pas arranger le commerce mondial, donc notre "croissance"...
Réponse de le 14/09/2014 à 11:05 :
Romanoff, pour faire simple et court, votre réplique est d'une bêtise spectaculaire, pas la peine d'y faire une tréplique.
a écrit le 14/09/2014 à 1:12 :
Le pire cauchemar de Vladimir Poutine devient réalité : l'Alliance, via l'Ukraine, est en train d'atteindre les frontières occidentales de la Russie. Et le message à peine voilé d'Obama sur la porte toujours ouverte de l'Otan, sonne, de manière implicite, comme un avertissement sérieux au leader du Kremlin. La Russie doit désormais comprendre qu'elle est perçue comme un ennemi dangereux et imprévisible, et qu'elle sera traitée en conséquence. L'Occident tient enfin compte des mises en garde de Winston Churchill qui affirmait jadis : "Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre." Ajoutons à cela les nouvelles sanctions préparées par l'Occident et les conséquences des anciennes, que les Russes commencent à sentir et qui, comme l'a laissé entendre le Premier ministre du Royaume-Uni David Cameron, finiront par détruire l'économie russe. Voilà le tableau dans lequel tombe l'initiative de paix russe [en Ukraine]. Un signe de sa faiblesse, pas de sa force, malgré l'aide fournie par l'armée russe aux mercenaires prorusses. L'aide qui leur a permis d'enregistrer quelques victoires locales. En réalité, les hostilités à l'est de l'Ukraine démontrent que l'aventure du président russe est un échec. Poutine a été obligé de s'exposer, en envoyant des troupes dans le Donbass pour empêcher le massacre des insurgés. Conséquence directe de ses actes – la mobilisation sans précédent des Occidentaux contre Moscou. Les tentatives désespérées de Poutine pour obtenir un cessez-le-feu sont symptomatiques. Face à l'Otan qui s'apprête à avancer ses pions sur l'échiquier de l'Est, il est comme Hitler avant le débarquement des Alliés sur les plages normandes.
Réponse de le 14/09/2014 à 1:21 :
Poutine n'a que ce qu'il mérite
Réponse de le 14/09/2014 à 8:52 :
C'est marrant de poster et ensuite de faire de répliques à soi-même ne trouves-tu pas ?
Réponse de le 14/09/2014 à 9:07 :
George Soros, le magnat qui sponsorise toutes les guerres américaines et "révolutions orange" de la CIA dans le monde, a lâché dans une interview à CNN : "Des affaires commerciales nous pouvons nous en occuper tous seuls, mais la guerre est une affaire qu'on partage avec tous." Un coup de massue dans la tête des dirigeants européens léche-bottes des US. Édifiant.
a écrit le 14/09/2014 à 1:06 :
Les répercussions économiques du conflit sont dramatiques pour la Russie qui pourrait perdre jusqu'à 4% de croissance. Sur le plan politique la situation est dangereuse : Poutine est dépassé par l'hystérie nationaliste russe.
Réponse de le 14/09/2014 à 8:55 :
Avec la construction en cours du gazoduc South Stream Nabucco entre la Russie et l'Europe, qui évite soigneusement de passer par l'Ukraine, bientot l'Ukraine sombrera dans l'oubli car elle n'aura plus aucun rôle stratégique, plus aucun intérêt non plus et les ukrainiens continueront dans leur misère, après s'être fait manipuler grossièrement par les Americains et ses marionnettes européennes. Il ne restera aux Ukrainiens qu' a se chauffer et cuisiner au bois pollué par Tchernobyl. Renseignez-vous !
a écrit le 14/09/2014 à 0:29 :
Ce résultat est la conséquence des invasions de Poutine.
Réponse de le 14/09/2014 à 8:51 :
Bonjour, Jeanne ! perso je ne crois pas que c'est la faute au grand Présdident Poutine, je pense plutôt que c'est à cause de ce fouille-m***E de McCain qu'après avoir créer l'AlQaïda et l'EI voulait pousser l'OTAN jusqu'aux frontières russes. Renseignez-vous auprès de bonnes sources, pas CNN ni BBC. Bon dimanche !
Réponse de le 14/09/2014 à 11:08 :
Jeanne, que faisait-elle une dame comme vous aussi tard de la nuit pour venir à ce forum parler mal de Poutine ? LOL
a écrit le 14/09/2014 à 0:28 :
Dans 2 à 3 ans ans on titrera "le renouveau de l'Ukraine", vu d'où ils partent et compte tenu de leurs atouts le potentiel de ce petit pays est élevé.
Réponse de le 14/09/2014 à 8:47 :
Deux choses ne doivent pas se mélanger, la fumette et parler d'économie. Allez faire un petit tour, c'est dimanche...
Réponse de le 14/09/2014 à 9:02 :
Eh oui c'est sûr !!! ainsi comme on a déjà titré "La forteresse Europe face à la Chine et aux Etats-Unis avec l'euro", ou alors "Avec Hollande ce sera le renouveau français" et d'autres conneries.... Et le journaliste auteur sera toi-même ! *mdr
Réponse de le 14/09/2014 à 9:47 :
Excellent ! mdr
Réponse de le 15/09/2014 à 1:32 :
Economiste a parfaitement raison.
a écrit le 13/09/2014 à 21:08 :
L'Europe économique s'installe à Kiev ! heureux évènements pour le peuple Ukrainien , l'Europe veut être prêt des nouveaux pays de l'Est l'ayant rejoint . L'OTAN est la maison commune où chacun apporte pour son bien être .
Réponse de le 13/09/2014 à 22:09 :
et quand la connerie se mêle à l'ironie c'est la totale hypocrisie.
Réponse de le 13/09/2014 à 22:29 :
"L'OTAN est la maison où chacun apporte pour son bien être ."

c'est le bêtissier de fin d'année avant l'heure ?
Réponse de le 14/09/2014 à 11:43 :
C'est super de faire partie de la rédaction n'est-ce pas, coco, ton bêtisier ne sera jamais modéré, bonne chance !
a écrit le 13/09/2014 à 20:44 :
la seule solution pour l ukraine corrompue est un pays neutre démilitarisé. les dirigeants qui s en foutent plein les poches vont resister et barroso se laisse influencer/acheter par les US. pauvre europe.
Réponse de le 14/09/2014 à 0:24 :
Votre floppy disc est rayé l
a écrit le 13/09/2014 à 20:41 :
Bienvenue au Général Hiver qui va enfin peut être mettre un peu de plomb dans ces caboches de putchistes pro-bruxelloises. Bouhouhou ce ramassis de financiers internationaux s'est fait piquer la Crimée et l'industrie ukrainienne pour se retrouver avec la partie la plus pauvre issue de l'empire autro-hongrois. Tout ses efforts d'intoxication de propagande de prorusses brûlés vifs à Odessa pour ca! Avec le DSK pour hausser le niveau moral de tout de petit monde. Merci Vladimir et n'oublie pas de couper cet hiver le gaz aux Boches pour qu'eux aussi se pêlent un peu le jonc, ils sont aussi va t'en guerre que les Baltes et les Polonais.
Réponse de le 13/09/2014 à 20:55 :
Il suffit de voir la queule de ce Porcochenko là et ses "ministres" d'extrême droite pour voir bien de quelle étoffe ils sont faits, et quand on pense que c'est à des types pareils que les oligarques de Bruxelles se sont "liés d'amour" ! à en vomir...
Réponse de le 14/09/2014 à 0:25 :
cà sent très fort les collabos de Poutine ici beurk
Réponse de le 14/09/2014 à 8:41 :
Il vaut mieux collaborer avec l'Allemagne! Certains s'y sentiront plus à l'aise dans leur histoire familiale.
Réponse de le 14/09/2014 à 11:47 :
A celui qui a "emprunté" – à mon insu – mon pseudo, merci de ne plus le faire. Bon dimanche.
a écrit le 13/09/2014 à 20:09 :
Laissez moi comprendre : les pays les plus endettés de la planète, dans une récession économique, décident donc de faire un "sommet économique" dans un pays en totale faillite et en guerre. Ça rime à quoi ce cirque ? une idée de Barroso ? vraisemblablement....
Réponse de le 13/09/2014 à 20:40 :
ils ont de grandes idées les portugais
Réponse de le 14/09/2014 à 11:26 :
c'étaient pas eux qui ont inventé l'eau en poudre ? (on dissout une enveloppe en demi verre d'eau)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :