Lakshmi Mittal, la face sombre de la mondialisation

 |   |  333  mots
Lakshmi Mittal.
Lakshmi Mittal. (Crédits : DR)
[Replay] Après "Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde", la nouvelle enquête sans concession de Jérôme Fritel sur le magnat de l’acier Mittal, devenu "l’ennemi social n°1" de la sidérurgie européenne.

Le groupe Mittal est le n°1 mondial de l'acier. Plus qu'une entreprise, c'est un empire qui emploie 250.000 personnes dans soixante pays. Issu d'une modeste famille de Calcutta, Lakshmi Mittal est devenu, en l'espace de quinze ans, l'un des hommes les plus riches au monde.

Plus qu'une réussite, Mittal incarne un symbole : celui du nouveau capitalisme mondialisé et de la revanche du monde émergent sur les vieilles nations industrialisées. Accueilli comme un sauveur en 2006 à la faveur de son OPA sur le groupe Arcelor, Mittal est aujourd'hui perçu comme le fossoyeur de la sidérurgie européenne.

Retournement

Touchée de plein fouet par la crise économique, sa multinationale criblée de dettes a perdu 80% de sa valeur, accumule les pertes et ferme ses usines les unes après les autres en Europe.

Un déclin brutal qui révèle l'autre visage d'un modèle économique obsédé par la rentabilité à court terme, qui privilégie l'exploitation des richesses au profit des seuls actionnaires et au détriment de l'intérêt collectif. L'échec du modèle Mittal illustre également la perte d'influence d'un continent, l'Europe, qui apparaît comme le maillon faible de la mondialisation. Impuissante à enrayer sa désindustrialisation, elle apparaît incapable, contrairement aux États-Unis et à la Chine et exception faite de l'Allemagne, de protéger ses champions industriels et de proposer un nouveau modèle économique porteur d'avenir.

"Monopoly"

Pour la première fois, certains des proches collaborateurs de Lakshmi Mittal, actuels et passés, ont accepté de témoigner et de raconter l'extraordinaire destin d'un homme qui voulut être le roi de l'acier. Une investigation rigoureuse sur la grandeur et le déclin d'un des groupes les plus puissants de la planète. Une enquête qui dévoile le véritable visage de l'homme d'affaires et l'envers d'un système largement inspiré par les méthodes de la finance, qui relève plus du Monopoly que du capitalisme industriel.

>>> REPLAY / VOD

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2014 à 15:49 :
"la revanche du monde émergent sur les vieilles nations industrialisées" non mais qu'est ce qui faut pas entendre!
a écrit le 18/09/2014 à 12:48 :
Propagande De l’ARTE - Fait Par Des Amateurs De Bobos Francisé ;)) !!

D’ailleurs, cette pensée très répandue en france, EST LA Principale raison du dégringolade de ce pays, en europe et dans le monde ;)) !!!
a écrit le 18/09/2014 à 8:05 :
Mittal a acheté Arcelor parce que çà n'était pas cher. Et çà n'était pas cher parce que les investisseurs ne s'intéressent pas à l'industrie lourde, qui est un métier de trop long terme pour eux. En d'autres termes, parce que les investisseurs font mal leur métier, et parce qu'on n'a pas de fonds de pensions en France. Le reste, c'est du roman à deux sous.
a écrit le 18/09/2014 à 8:04 :
titre attirant mais au lieu de dire, comment un homme a réussi et qu'il est un exemple, on a marqué un trait négatif et non démontré dans le reportage...je trouve que c'est un exemple à suivre pour la réussite.
a écrit le 18/09/2014 à 6:29 :
"Issu d'une modeste famille de Calcutta" (!)
Mr. Mittal père était à la tête d'une petite multinationale, avec une aciérie en Indonésie, qui périclitait. Laksmi, au lieu de la liquider, conformément au souhait de son père,la rendit profitable, ce qui fut le début de sa carrière internationale. Bien qu'étant un héros national en Inde, L. Mittal est resté des années sans investir une roupie en Inde.
a écrit le 17/09/2014 à 21:14 :
"Face sombre", Lakshmi Mittal ? C'est un dérapage ?
Réponse de le 17/09/2014 à 21:32 :
Tout a fait. La Tribune doit s'excuser. Après les "sans dents" du Président les illettrés de M. Macron, voici la « face sombre » de La Tribune.
a écrit le 17/09/2014 à 20:54 :
Cela se saurait! Des émissions à sensations pour bobos..
a écrit le 17/09/2014 à 19:11 :
... et bravo à Arte pour son reportage d'hier soir...!
a écrit le 17/09/2014 à 19:06 :
Arrêter de reprendre sans réfléchir la biographie officielle... Un homme de famille modeste ne devient jamais milliardaire : on n'est pas chez Disney. Une simple recherche à 2 cents donne déjà ça : "Lakshmi Mittal est le fils de Mohan Mittal, qui, quelques années après sa naissance, traverse le pays pour installer une aciérie à Calcutta.". Ils sont riches à la base : le balayeur du coin n'installe pas des aciéries, ne rachètent pas des entreprises en difficultés avec 3 roupies !
Réponse de le 17/09/2014 à 19:38 :
Du bashing car il n'est pas français. Ah le rance du colonialisme chez nous est une tâche qui ne repart pas...
Réponse de le 17/09/2014 à 20:38 :
Bravo Arte
Réponse de le 17/09/2014 à 23:21 :
Si j'en juge par sa valeur actualisee nette pour employer un terme financier et non par la taille de son bilan cette création financiere des fusions acquisitions et autres LBO qu' est Mittal s'averera etre avant tout un destructeur de valeur dont l'Europe fait les frais

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :