L'euro passe sous 1,24 dollar, plombé par les propos de Draghi

 |   |  268  mots
Pour sa part, en revanche, le dollar restait soutenu par la publication jeudi de données économiques encourageantes aux États-Unis.
Pour sa part, en revanche, le dollar restait soutenu par la publication jeudi de données économiques encourageantes aux États-Unis. (Crédits : Reuters)
Le président de la Banque centrale européenne s'est dit prêt vendredi à étendre les rachats d'actifs "sans délai indu" si l'inflation reste faible. Dans le sillage de ces déclarations, l'euro est tombé à 1,2390 dollar à 23h heure française.

Les propos de Mario Draghi, qui vendredi 21 novembre a signalé de possibles mesures supplémentaires de soutien à l'économie de la zone euro, ont plombé la monnaie européenne. Après ces déclarations, pendant la journée, l'euro a en effet flirté avec son niveau le plus bas en deux ans atteint récemment (1,2358 dollar le 7 novembre). Vers 23h00 heure française, il valait 1,2390 dollar, contre 1,2540 dollar jeudi à la même heure.

>>LIRE: "La BCE utilisera tous les moyens à sa disposition" pour soutenir l'inflation (Draghi)

La perspective de rachats d'actifs par la BCE a inquiété les cambistes

"Nous sommes prêt à recalibrer l'ampleur, le rythme et la composition de nos achats [d'actifs] si nécessaire pour remplir notre mandat" et ce "sans délai indu", a notamment déclaré vendredi le président de la Banque centrale européenne (BCE) lors d'un congrès bancaire à Francfort, ajoutant qu'il était "essentiel de rapprocher l'inflation [en zone euro] de son objectif".

Et c'est justement cette perspective de voir la BCE procéder à des rachats d'actifs, comme des obligations d'État de pays de la zone euro en difficulté, à avoir pesé sur l'euro. Ces actifs sont en effet considérés comme risqués et ces rachats seraient équivalents à des injections de liquidités dans le système financier, ce qui aurait pour effet de diluer la valeur de la devise.

>>LIRE: Pourquoi les rachats d'obligations d'Etat par la BCE sont plus risqués qu'efficaces

Pour sa part, en revanche, le dollar restait soutenu par la publication jeudi de données économiques encourageantes aux États-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2014 à 21:00 :
L'euro est un 'but', pas un 'moyen', aucune illusion a se faire!
a écrit le 23/11/2014 à 14:07 :
Trés bonne nouvelle, les entreprises qui exportent redeviennent un peu plus compétitives au niveaux mondiales, les entreprises qui produisent chez nous redeviennent compétitives, les produits importé vont légèrement augmenter,résultats tous le monde est content, au début de l'euro, il n'y a pas si longtemps l'euro valait 0,8 dollars, croyait vous vraiment que l’Europe de maintenant vaut deux fois plus qu'il y a 15 ans
Réponse de le 23/11/2014 à 14:29 :
@paul: entreprises qui exportent quoi à qui ?
Réponse de le 23/11/2014 à 15:35 :
@Patrickb

C'est tout bon pour les agriculteurs français qui n'exportent plus en Russie et les constructeurs automobiles en Iran. ;-)
Réponse de le 24/11/2014 à 8:36 :
nos principaux clients sont européens.
Réponse de le 24/11/2014 à 12:39 :
@@ paul
Justement , il serait peut être temps d' en trouver d' autres .
Réponse de le 24/11/2014 à 16:29 :
@@paul ;
Justement il est peut être temps d' en changer ...et une fois à parité peut-être que Boeing investira en Europe, mais ça s' est une autre histoire .
a écrit le 23/11/2014 à 13:21 :
Bravo pour ce programme qui est réellement la meilleure solution pour reprendre un peu ...oui un peu ...de nos prérogatives et notre indépendance , mais ces politiques européistes et aveugles qui dirigent ne sont pas prêts à perdre leurs acquis !!! Il faudra pour cela qu'il advienne des évènements graves pour virer tout ce beau monde ...
a écrit le 23/11/2014 à 12:50 :
L'Euro sera bientôt à son niveau réel par rapport au dollar, c'est à dire le parité et c'est normal nous sommes obligés de faire les mêmes actions que les USA pour soutenir l'économie .
Réponse de le 23/11/2014 à 15:38 :
Sauf que les USA ont fixé des barrières économiques aux européens (e.g. affaire BNP Paribas) afin de se réserver les marchés.
a écrit le 23/11/2014 à 11:12 :
Il y a encore des benêts qui pensent normal que l'euro soit plus cher que le dollar. Parfois, il perd 2 à 3 % (alors qu'il devrait être déprécié de 20%) : on entend alors des grands cris dans les chaumières économico-journalistiques : "l'euro s'effondre, l'euro est plombé !!!". Ces gesticulations d'économistes et de cambistes démontrent la nullité des gens qui nous informent sur ces sujets. Pauvres moutons, continuez donc à suivre les cours des devises à la loupe alors qu'il vous faudrait une longue-vue...
a écrit le 23/11/2014 à 10:10 :
Merci pour les importations qui vont couter plus cher et comme nous sommes en déficit(70 Milliards car nous importons plus que nous exportons)
cela va se creuser un peu plus car n'espérons pas de miracle pour nos exportations
Réponse de le 23/11/2014 à 14:03 :
Ben c'est le but. Que le prix des produits importés augmente pour encourager l'achat de produits français. Heureusement pour nous le prix du pétrole baisse donc la baisse de l'euro ne sera pas pénalisante. Enfin, une nuance quand même: la France est surtout déficitaire vis à vis de ses voisins européens qui vendent et produisent aussi en euros. Donc la baisse de l'euro de devrait pas avoir d'impact majeur sur la croissance.
a écrit le 23/11/2014 à 9:52 :
Vous présentez cela de manière négative alors que c'est plutôt une bonne nouvelle
Réponse de le 23/11/2014 à 15:41 :
La meilleur nouvelle c'est plutôt la baisse du Yen face à l'Euro qui rend plus abordable la culture nippone que la déception culturelle française!
a écrit le 23/11/2014 à 9:24 :
Pourquoi " plombé" ?.....plutôt "grace à".
a écrit le 22/11/2014 à 19:30 :
L'euro est un 'but', pas un 'moyen', donc; ... soyez sans illusion!
Réponse de le 23/11/2014 à 19:56 :
Avec l'euro on nous manœuvre mais on a n'a aucun avantage de plus!
a écrit le 22/11/2014 à 19:18 :
Nos incompétents politiciens veulent de l'inflation afin de faciliter l'emprunt publique qui dure depuis 40ans.
Pourquoi ne pas viser une inflation nulle? C'est cela qui serait juste.
La déflation est présentée comme une catastrophe car nos abominables politiciens se refusent à faire des économies et des réduction de dépenses publique ... voilà les vraies raisons.
a écrit le 22/11/2014 à 19:14 :
C' est curieux on n' entend pas les Allemands , un problème à l' export ?
a écrit le 22/11/2014 à 18:14 :
Dire que tout cela repose une fois de plus non sur des actes mais juste sur de paroles.
Pitoyable, il faut qu'il continu.
a écrit le 22/11/2014 à 17:40 :
La langue française semble au plus bas dans les commentaires...il faut d'urgence dispenser des cours à ces analphabètes.
a écrit le 22/11/2014 à 16:36 :
Bof, l'euro évoluait aux alentours de 1,32 dollars ; il vient de baisser de 1,25 à 1,24. Cela reste une évolution très "timorée"...vers la dévaluation de l'euro !
a écrit le 22/11/2014 à 16:21 :
Parfait !!! Encore un peu, il faut atteindre la parité euro/dollars pour redevenir compétitif.
A présent les mesures de relance sont :
- Obligation d'installation des usines de production des pays hors union, dans la zone euro. à l’instar de ce que font les US et la Chine. Tu veux vendre chez nous, tu produis chez nous avec nos salariés et nos compétences.
- Mise en place d'une taxe sociale spécifique pour tous les pays qui ne respectent pas la charte fondamentale des droits humains, qui utilisent le travail des enfants et qui paient leur salariés en dessous du seuil de pauvreté de leur pays.
- Renégociation du traité de schengen afin de le moderniser et d’empêcher la concurrence de main d’œuvre entre états membres, prendre en compte les nouvelles menaces sécuritaires et de mettre en place un volet financier et fiscal clair sur la circulation des capitaux afin d'éviter le blanchiment et la dissimulation de capitaux.
- Organiser une relance en récompensant fiscalement les investisseurs qui crééent des entreprises et qui embauchent et taxer les rentiers qui s'enrichissent sur l'immobilier et la finance.
- Taxer les profits boursiers afin de que les revenu de cette taxe aille intégralement au financement de l'économie réelle principalement pour la création et la reprise d'entreprise mais également pour financer la recherche fondamentale (médecine, chimie, physique etc...). Un rapport de 75% pour l'investissement et 25% pour la recherche serait le minimum en terme d'optimisation.
- Mettre en place une agence de notation européenne INDÉPENDANTE avec un budget spécifique de l'UE chargée de contrôler notamment les dérives des banques, les manipulations des cours et surtout de faire un contre-poids aux agences US très orientées parfois dans leur notations. Cette agence aurait accès à l'ensemble des bases de données des banques centrales européennes et dépendrait directement du parlement européen et aurait le pouvoir de saisir le tribunal de justice européen en cas de dérive constaté mais devrait également avoir un pouvoir de rappel à l'ordre et de sanction après convocation d'une enquête parlementaire confirmant la dérive ou la faute.
Cela éviterait que ce soit la commission européenne qui n'est pas élue qui soit juge et partie pour tout et que la BCE ne puisse que constater les dérives sans aucun pouvoir ni d'alerte ni de sanction.
- Interdire définitivement la manipulation des cours sur les denrées alimentaires pour tous les non professionnels. Les seuls pouvant œuvrer sur ce marché en Europe devraient être les professionnels du secteur donc groupes et coopératives agricoles entreprises alimentaires, centrales d'achat et groupe agro-alimentaires.
- Mettre en place un cadastre des matière première et agricole européen afin de lister toutes les productions européenne et d'en faire le commerce en union européenne avant l'export pour éviter les dépendances extérieures. Se retrouver à exporter des oranges espagnoles vers le Maroc et importer des oranges marocaines vers la France est un non sens complet. Ce cadastre devra être remplit par tous les professionnels du secteur primaire (agriculture et industrie)tous les semestres et devra contenir le type de production, la quantité produite, le type de traitement (emballage, chimique etc...) et le coût de production afin que le législateur puisse constater le dumping éventuel car vendre à perte doit rester interdit. Cela permettra de limiter les abus de la grande distribution qui devra obligatoirement se fournir en épuisant l'offre européenne avant de se tourner vers l’extérieur. Les usines auront également l'obligation de fournir le détail de leur production et de leur coût de production. Mélanger cette mesure avec l'obligation d'installation des productions en Europe pour vendre aux européens permettra d'éviter que l'on produise un produit en Europe qu'il soit transformé en chine puis nous revienne de nouveau ici. Cela évitera également la fuite de maoin d'oeuvre et donc la hausse du chomage.
Réponse de le 22/11/2014 à 19:00 :
cela ressemble au programme vécu dans l'ex Urss
Réponse de le 22/11/2014 à 23:04 :
Plouôt à celui de la Chine ou de Singapour...
Réponse de le 23/11/2014 à 6:26 :
Je pense que quelques mesures ont été oubliées :
- Élimination de toutes les personnes de plus de 67 ans, (nouvel âge légal de la retraite) pour faire des économies sur les fonds de pension.
- Incarcération de tous les enfants dans des centres d'éducation fermés, à temps complet, sans permission avant les 18 ans, pour les protéger de la délinquance juvénile.
- Un programme ambitieux de réarmement pour faire face aux mouvements terroristes internes qui ne manquerons pas d'apparaître devant toutes ces lois pourtant fort justes.
- Suspension du droit de vote pour toute personne manifestant son hostilité envers les institution ou le gouvernement légalement et "honorablement" élu.
(Il s'agit d'ironie, j'insiste !)

Les idées isolationnistes sont valables à court termes, mais génératrices de conflits, pourquoi pas armés d'ailleurs... Alors évitons de revenir à l'âge de pierre ou d'assister à notre extinction tout de suite.. Dans tous les cas, le retour à une situation proche de la transition XIX/XXe siècles n'a rien de réjouissant..
Réponse de le 23/11/2014 à 10:02 :
Ben oui ça gene ....c'est pourtant un excellent programme ....qui fait écho à NOUVELLE DONNE ! Bravo !
a écrit le 22/11/2014 à 16:15 :
C est un Rital alors ceci entraine cela CQFD Circulez il il n y a rien a se plaindre he he ^_~
a écrit le 22/11/2014 à 15:41 :
Ni fort ni faible il faut freiner cet mondialisation à deux vitesses et sortir de ce piège européen...

Réveillez vous Bon sang la seule solution c'est la marche arrière on paiera pas de toutes façon
a écrit le 22/11/2014 à 15:28 :
En somme, les rachats de titres douteux, voire pourris, réanimeraient chez nous l'inflation en dévaluant notre monnaie. De quoi faire frémir ce meilleur économiste de France célèbre quand l'inflation à deux chiffres prospérait.
a écrit le 22/11/2014 à 15:27 :
C'est une chance de plomber l'euro, car son niveau est une des raisons de la décadence européenne. Il faut faire fonctionner la planche à billet au moment où le pétrole chute pour un bon moment grâce au niveau de production américain.Le coût de la facture pétrolière pour les européens était le seul argument pour maintenir son taux, il faut donc faire comme les autres de la dévaluation compétitive.
Réponse de le 22/11/2014 à 16:23 :
C'est pas l'Euro et l'Europe le problème. Mais l'Euro et l'Europe actuelle qui n'a pas été créé pour les citoyens mais pour les grands groupes mondiaux. On nous vol notre argent et notre avenir pour le donner aux plus riches de notre monde moyennant quelques gros bag chiche pour les gouvernements qui laissent faire et qui l'encourage.
a écrit le 22/11/2014 à 14:31 :
"Et c'est justement cette perspective de voir la BCE procéder à des rachats d'actifs, comme des obligations d'État de pays de la zone euro en difficulté, à avoir pesé sur l'euro."

Bah, les marchés savent pertinemment que Draghi n'en a pas le pouvoir (interdit par les traités européens - ce que les pays du nord et pas que l'Allemagne - veilleront à faire respecter). A ce jeu de poker-menteur que leur impose la BCE, ils paieront un jour pour voir et là, ce sera le clap de fin !
a écrit le 22/11/2014 à 14:22 :
l euro est encoe trop fort sa valeur doit étre en dessous du dollar et inférieur à 105 yens voilà ce qui plombe en grosse partie les économie des pays de la zone euro
Réponse de le 22/11/2014 à 18:52 :
la valeur de l' euro vs usd est de 1.41 €.
Réponse de le 22/11/2014 à 19:46 :
1.41 usd pardon.
a écrit le 22/11/2014 à 13:55 :
l'euro est encore beaucoup trop élevé. Il faut sortir de cette monnaie qui nous tue.
Réponse de le 22/11/2014 à 14:04 :
@Mich: commentaire idiot. Changer de monnaie va-t-il faire des miracles ou doit-on changer notre façon d'opérer :-)
Réponse de le 23/11/2014 à 15:57 :
@Patrickb

Il faut lire entre les lignes, quitter l'Euro signifie revenir à une monnaie NATIONALE ce qui signifie la fin de l'ouverture sans condition (absence de réciprocité commerciale) du marché français.
a écrit le 22/11/2014 à 13:42 :
avant on nous présente l’Europe est l'euro comme le chemin de notre bonheur aujourdhui ils deviennent un fardo
a écrit le 22/11/2014 à 13:23 :
Faudrait sacoir: d'abord on critique Draghi pour l'euro fort et maintenant on dit qu'il plombe l'euro :-)
a écrit le 22/11/2014 à 13:14 :
Mince... Mais où sont passés les tenants d'un Euro faible..?? Soit disant que ça allait nous "sauver"... Tu parles. Une récession mondiale, monnaie forte ou faible, tu crèves quand-même. Bonne crise à tous !!
Réponse de le 22/11/2014 à 16:18 :
Bonne fete de fin d'annee a tous les richards comme les allocataires de toute sorte Vive la France assistee
Réponse de le 22/11/2014 à 18:54 :
quand on se retrouvera avec 10 ou 15 ou 30 % d' inflation on se demandera comment, pourquoi, mais qu' avons nous fait au bon dieu..
Réponse de le 23/11/2014 à 16:04 :
@babar

L'inflation c'est ce que recherche tous les gouvernements pour se financer sans augmenter les taux d'impositions sur le revenu grâce à la TVA.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :