Face aux sanctions financières, Vladimir Poutine joue les fiers à bras

 |   |  328  mots
Évidemment, personne ne parviendra à nous intimider, à contenir ou à isoler la Russie. Personne n'y est jamais parvenu et personne n'y parviendra jamais, a affirmé Vladimir Poutine dans un discours à l'occasion de la Journée des travailleurs des agences de sécurité.
"Évidemment, personne ne parviendra à nous intimider, à contenir ou à isoler la Russie. Personne n'y est jamais parvenu et personne n'y parviendra jamais", a affirmé Vladimir Poutine dans un discours à l'occasion de la Journée des travailleurs des agences de sécurité. (Crédits : Reuters)
Dans un discours à l'occasion de la Journée des travailleurs des agences de sécurité, le président russe a déclaré qu'aucun pays ne parviendrait à "intimider, contenir ou isoler" la Russie, assurant être prêt à "passer par certaines difficultés" pour garantir la souveraineté du pays, frappé de sanctions en raison de la crise ukrainienne.

Vladimir Poutine est fier. Il en a encore fait la preuve. Samedi, le président russe a déclaré qu'aucun pays ne parviendrait à "intimider, contenir ou isoler" la Russie, assurant être prêt à "passer par certaines difficultés" pour garantir la souveraineté du pays, frappé de sanctions en raison de la crise ukrainienne.

"Évidemment, personne ne parviendra à nous intimider, à contenir ou à isoler la Russie. Personne n'y est jamais parvenu et personne n'y parviendra jamais", a affirmé Vladimir Poutine dans un discours à l'occasion de la Journée des travailleurs des agences de sécurité.

Des précédents historiques

Rappelant que des tentatives similaires contre la Russie avaient été faites à plusieurs reprises au cours de l'histoire, Vladimir Poutine a ajouté que la pays devait "être prêt à passer par certaines difficultés et à toujours donner une réponse adéquate à toutes les menaces contre la souveraineté, la stabilité et l'unité de la société".

Les Occidentaux ont imposé vendredi de nouvelles sanctions contre Moscou, les États-Unis interdisant tous les échanges commerciaux avec la Crimée, annexée par la Russie au printemps dernier, tandis que le Canada a interdit l'entrée sur son sol à vingt responsables politiques russes et séparatistes ukrainiens, visant aussi les secteurs pétroliers et gaziers.

"La Russie paye cher sa position indépendante et son soutien à ses compatriotes, à la Crimée, à Sébastopol et il semble parfois pour le simple fait que nous existons", a lancé l'homme fort du Kremlin.

La Russie, victime d'espionnage ?

Vladimir Poutine a également révélé que les services de sécurité russes avaient identifié 230 agents étrangers au cours de l'année et déjoué huit attaques terroristes.

"L'activité des services de renseignement étrangers opérant en Russie augmente", a-t-il affirmé.

L'annexion de la Crimée et le conflit entre forces ukrainiennes et rebelles prorusses dans l'Est de l'Ukraine ont provoqué la pire dégradation des relations entre Moscou et les Occidentaux depuis la fin de la Guerre froide.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2014 à 16:58 :
oui le rouble chute , economie au plus mal , les tarés qui ne connaissent rien au geopolitiques sont ravis , poutine a donné rendez vous d ici 2 ans dans son dernier discours pour voir ou en sera les choses bientot , un changement nouveau avec la chine et ce sera la fin de l empire du petrodollar , si vous voulez en savoir plus , ecouter l explication dans "" les infos dont en parle peu N°81 "" sur youtube et l article " le piege doré de poutine " vous allez comprendre ce qui va se passer dans les klks mois à venir
a écrit le 23/12/2014 à 0:46 :
Amusant de voir toute la galaxie néo-soviétique d'en France enrager et s'étrangler de haine face à la dure réalité ...
La falsification des faits ne leur sera pourtant d'aucun secours.
Réponse de le 25/12/2014 à 16:18 :
Mais non ! mais non! cela se saurait , nous avons que de petites canines !
a écrit le 22/12/2014 à 22:35 :
il singe son modèle, après avoir annexé un pays, il stigmatise son peuple et développe le sentiment nationaliste contre l'ennemi, tout ça pour camoufler le désastre interne, délinquance, alcoolisme, énorme corruption et oligarques impliqués, récession....

et il est très dangereux car totalement déterminé, il avance en fonction des faiblesses des autres, il finance les partis d’extrême droite des pays européens pour torpiller l’Europe qui lui fait de l'ombre...
le FN PC, même combat, m^mes méthodes... les extrêmes se rejoignent
il va falloir être très ferme et non comme nos diplomates énarques qui n'ont pas voulu parler d'invasion pour la Crimée pour ne pas le froisser....merci, il avance..
a écrit le 22/12/2014 à 17:31 :
A tous les "experts" en économie russe et d'autres trolls pro OTAN et Wall Street, je ne vous parlerais que des chiffres. Les échanges commerciaux russo-américains sont en hausse de 7% malgré les sanctions. Eh oui ! Par contre les échanges commerciaux avec l'UE ont diminué de 4,3%, la chute des importations en provenance des pays européens se chiffre entre 7 et 10%. Cependant, et voici la grande surprise (mais pas pour quelques-uns) la Russie a enregistré une hausse des échanges commerciaux avec les Etats-Unis de 7%. Et les importations russes de produits américains ont augmenté de 23%. Par rapport aux échanges commerciaux avec la région Asie-Pacifique celles-ci sont aussi en plein essor.

Alors les mauvaises nouvelles : avec le partenaire commercial principal de la Russie, l'Allemagne, la situation se détériore: les échanges affichent une chute de 3,9% et les importations de produits allemands ont aussi reculé. De quoi faire les industriels allemands faire des grimaces…. Et la tendance doit continuer en crescendo pour les uns et en decrescendo pour les autres. Ce qui frappe c'est que les EUA (comme quelques-uns s'en doutaient) continue à faire des échanges commerciaux avec la Russi mais en sourdine, ce qui corrobore les soupçons de beaucoup d'analystes de que Washington veut aussi affaiblir économiquement l'Union Européenne. Et les imbéciles continuent à le soutenir tout en se tirant des balles dans le pied !
a écrit le 22/12/2014 à 15:41 :
Voici les chiffres essentiels à avoir en tête.

Haaaa, la dette… Alors que notre pays a un ratio dette sur PIB de 95 %, que les USA sont endettés à hauteur de plus de 105 % de leur PIB, la Russie, elle, n’a presque pas de dette… Un pauvre petit et minusculement ridicule 15,7 % de dettes sur PIB pour l’année 2014… Autant dire rien. Objectivement, la Russie est nettement plus solvable que la France…

Haaaaaaaaaaaa la balance commerciale… Alors que la France, la 2e économie de la zone euro tout de même, importe pour des centaines de milliards de chinoiseries diverses et avariées (sans oublier un grand paquet de gaz russe et de pétrole), ce qui nous fait tout de même une balance commerciale déficitaire d’environ 101 milliards d’euros, soit un paquet de sous tout de même qui quitte chaque année notre pays pour aller enrichir les autres (et accessoirement faire monter leur monnaie respective).
Le solde commercial de la Russie est, lui, de 179 milliards de dollars… Ce qui le rapproche de façon très dangereuse de l’Allemagne, grand exportateur devant l’éternel et dont pourtant personne ne cherche à contester la puissance.

Le déficit russe est de zéro… Là où nous nous débattons depuis plus de 40 ans pour obtenir un budget équilibré, sans succès évidemment, et nos déficits s’enchaînent inexorablement en nous menant vers une ruine collective.
a écrit le 22/12/2014 à 14:15 :
D'accord, d'accord…. je vais changer mon discours, ma position par rapport à ce que je disais sur l'économie russe. Avant c'était plutôt de la provocation, je l'avoue, mais désormais je serais plus sériex. Promis, juré.
Par exemple, j'aimerais vous dire que la Russie n’est pas en train de perdre ses économies, comme en jubilent les grands médias occidentaux. Elle peut toujours exiger des compagnies étrangères de se délocaliser en Russie. Apple pourrait par exemple y ouvrir une usine de fabrication. Les récents accords commerciaux sino‑russes incluent, entre autres, la construction d’usines en Russie par les Chinois. Vu la dépréciation du rouble, la Russie est en mesure d’exiger des entreprises manufacturières établies dans l’Union européenne de se délocaliser sur son territoire, sous peine de perdre leur accès au marché. Poutine a, en quelque sorte, admis que la Russie avait trop tardé à imposer une telle demande. La chose, qui d'ailleurs et très positive en soi, est désormais inévitable.

Voilà, c'est ça.
Réponse de le 22/12/2014 à 15:59 :
Non sans oublier qu'il existe aussi pour Poutine une option très importante et que quelques-uns n'hésitent pas à l'appeler "l'option nucléiare". Il s'agit du contrôle des mouvements de capitaux. Si la Russie devait décider d’imposer un contrôle des mouvements de capitaux ou un "défault" de remboursement de larges tranches de sa dette venant à échéance au début de 2015, cela pourrait tourner au pilonnage du système financier européen. Sans exagération. Après tout, une bonne partie du financement des banques et des grandes entreprises russes a été approuvée en Europe.

Pour ce qui est de la Russie elle‑même, l’exposition au risque n’est pas l’enjeu. Ce qui importe, ce sont les liens avec les banques européennes. Prenons l’exemple de Lehman Brothers, qui a provoqué tout autant l’effondrement de l’économie européenne, que celui de la ville de New York (par le jeu des liens d’interconnexion). Et ça, même si Lehman était basée à New York. Ce qui compte, c’est l’effet domino, on connaît bien.

Si la Russie devait déployer cette option financière "nucléaire", alors le système financier occidental ne serait pas en mesure d’absorber le choc causé par l’interruption du service de la dette, vous êtes d'accord ? Et cela prouverait une fois pour toutes que les spéculateurs de Wall Street ont érigé un château de cartes tellement fragile et corrompu, que la première vraie tempête aura suffi à le réduire en poussière.

Et ne seront pas ni Obama ni Merkel qui riront les derniers.
a écrit le 22/12/2014 à 11:34 :
Fier et invincible bande de brosses à chiotte. Vous allez très vite vous en rendre compte. Nous seront dans ses rangs :-)
Réponse de le 22/12/2014 à 12:27 :
Il faut être très vigilant et ne pas accepter qu'après avoir mis le chaos en Asie et au Proche-Orient, les Américains viennent le mettre en Europe. Cet empire surendetté, attaqué par la Chine sur toutes ses positions commerciales et détesté dans la plupart du monde, devient agressif. Il ne faut pas tomber dans le piège. Pensez-y.
a écrit le 22/12/2014 à 10:34 :
Quand on a 58 réacteurs nucléaires visiblement très mal protégés comme la France, une population aussi disparate et désunie (voir encore hier soir à Dijon...), des milliers de milliards de dettes et qu'on ne sait même pas comment on versera retraites et autres demain matin, et une armée qui est obligée de vendre son matériel faute de budget suffisant pour le relouer après, on évite de jouer les cadors avec un pays comme la Russie.
Réponse de le 22/12/2014 à 10:55 :
et hier à joué les tours , et toutes les agressions au couteau depuis le début de l'année 2014 . Dernier jugement cours d'assise région Toulouse (un jeune étudiant en pharmacie tué à l'arme blanche )
Réponse de le 22/12/2014 à 13:47 :
La traditionnelle frousse des Français….
a écrit le 22/12/2014 à 10:28 :
Qui est allé semer le trouble et agiter le peuple en Ukraine? Qui sanctionne la Russie et lui impose un embargo? Qui spécule contre sa monnaie? Qui l'a menacé de l'exclure du réseau SWIFT? Qui est allé construire un bouclier anti-missile aux frontières Est de l'Europe? Qui en accord avec l'OPEP fait chuter volontairement les cours du gaz et du pétrole pour affaiblir les Russes?
D'un côté vous avez 800 millions d'Européens et d'Américains, surendettés, ruinés économiquement, désindustrialisés, sans ressource gazière ni pétrolière, et de l'autre vous avez 1.5 milliards de Chinois et de Russes, qui ont la main sur le gaz, le pétrole, l'essentiel de la,production mondiale (made in china), très peu endettés et qui ont beaucoup d'or et de réserves de change (dont beaucoup de dollars...), donc je serais l'Axe occidental j'y réfléchirais à deux fois avant de commettre l'irréparable...
Réponse de le 22/12/2014 à 10:50 :
Peine perdue, mon grand, ce journal est parti pris de la finance new-yorkaise, son compromis n'est pas tout à fait avec la vérité des faits mais avec ce "qu'on lui dit de dire". Nuance.
a écrit le 22/12/2014 à 10:18 :
Quel drôle de titre. Vous parleriez d'Obama en ces termes "il joue les fiers à bras"?! Les "journalistes" ne sont plus des soldats aux ordres !
Réponse de le 22/12/2014 à 10:47 :
un journal de wall street ne peut pas parler de la sorte au président de ses patrons.
a écrit le 22/12/2014 à 9:58 :
"Évidemment, personne ne parviendra à nous intimider, à contenir ou à isoler la Russie. Personne n'y est jamais parvenu et personne n'y parviendra jamais"

Ouais bon, les quelques batailles de Sevastopol (en Crimée) ne se sont pas bien passée pour la Russie... bon après moi je dis ça, je dis rien.
Réponse de le 22/12/2014 à 12:34 :
John McCain, sors de ce corps !
a écrit le 22/12/2014 à 9:53 :
J'avais répondu ce matin au commentaire de Alain d, un avis auquel je suis en total désaccord. Cependant, parait-il, ma réplique n'étant pas conformément la version officielle du crash du vol MH-17 adopté par le journal, a été donc censurée. Merci aux modérateurs de nous avoir fait connaître le parti pris du journal. Bonne journée.
a écrit le 22/12/2014 à 9:42 :
On a déjà vu la semaine dernière des indications selon lesquelles la Chine pourrait prendre position auprès de la Russie pour l’aider à résister à l’attaque actuellement menée contre elle au niveau économique et monétaire, par l’action conjuguée de trois facteurs : 1. l’effondrement du prix du pétrole où la collusion USA-Arabie semble avérée,
2. les sanctions des pays dits "occidentaux"
3. et les spéculations de groupes extérieurs (dont des fonds de pension d’obédience US) qui semblent agir d’une façon coordonnée.

La Chine est un pays qui, traditionnellement, agit lentement et avec prudence, et ces indication étaient les premières indiquant un déplacement diplomatique (vers Moscou) de la Chine dans cette affaire. Il est toujours teméraire d'avancer que la Russie (ou Poutine) se trouve isolée, le "maître des échecs" répond au tac-au-tac aux provocations qui lui adressent les "Occidentaux". Attendons donc les prochaines ripostes russes.

Bonne semaine à tous.
Réponse de le 22/12/2014 à 10:10 :
Ils me font marrer ces gens qui parle de complot USA / Arabie Saoudite contre la Russie. Je me souviens d'un article très intéressant (pas sur La Tribune qui reste un bon magasine au demeurant mais sur une revue spécialisée) parlant de conflit interne à l'OPEP entre les états comme l'Algérie (au pif) qui sont déjà au maximum de leur production d'hydrocarbure et d'autres comme l'Arabie Saoudite qui ont encore de la marge. Le gaz de schiste Américain entre temps a encore compliqué la donne alors qu'il n'est rentable qu'au dessus d'une certaine valeur du pétrole. En gros, avant de parler d'agression économique envers la Russie sur la question des hydrocarbures il y a simplement un conflit commercial entre acteurs et si l'OPEP joue le jeu des USA contre la Russie c'est avant tout une question de circonstances.
Réponse de le 22/12/2014 à 12:17 :
Tu sais, ils me font marrer ce gens qui font de la propagande otanesque sur ce forum, d'ordinaires leurs propos sont déjà périmés, barbants, mais ils insistent néanmoins à nous gaver avec leur propagande malodorante. Dommage….
a écrit le 22/12/2014 à 0:10 :
Réalité :
Poutine a joué avec l’Europe, il a perdu, il essaie de rejeter la responsabilité sur l’Europe et les Etats-Unis, alors qu’il avait toutes les clés pour modeler une Russie brillante et attirante.
25 années de pouvoir, et tout cela pour ce résultat nul.
Sommes-nous donc aussi responsables de tous les problèmes que traversent les nations de l’ex-URSS, enfin ce qu’il en reste, étant donné l’ingérence moscovite, qu’elle soit politique, diplomatique ou militaire ?
Nous sommes aussi responsables de cette administration qui désosse les entrepreneurs qui peuvent faire de l’ombre aux bons oligarques, qui enferme ou assigne à résidence ses opposants, qui laisse des journalistes se faire lyncher ou insulter en direct dans des émissions. Depuis l’affaire d’Anna Politkovskaîa, octobre 2006, très médiatisée, le taux de mortalité des journalistes a régressé, mais des moyens bien plus subtils (moins voyants) ont été développés pour museler la presse, le web et les partis d’opposition.
Le scandale Khodorkovski est-il du à l’Europe ? Non.
Est-ce l’Europe qui a envoyé des soldats en Crimée et dans la Donbass ? Non.
Le crash des passagers, dont 80 enfants, et des membres d’équipages du vol MH17 abattu par un missile à fragmentation, sont-il ne notre responsabilité ? Non.
Réponse de le 22/12/2014 à 8:55 :
On assimile ses réactions (Russe) a ce que l'on pense depuis un bon bout de temps et ses propagandes US nous y renforce au lieu de nous convaincre du contraire!
Réponse de le 22/12/2014 à 9:02 :
Vous n'êtes pas fatigué d'être naïf à ce point en gobant tout ce que la télé vous raconte?
Réponse de le 22/12/2014 à 9:04 :
C'est faux, Alain, vous auriez du vous informer mieux avant de débiter des théories plutôt farfelues. Tous les indices mènent à croire que le Boeing de Malysia Airlines a été abattu par un chasseur ukrainien en venant de gauche. Cet avion a d'abord mitraillé mais comme le Boeing continuait à voler (peut-être il était au mode pilote automatique), alors le chasseur a envoié un ou deux missiles, ce qui a eu pour effet de faire l'avion exploser. Les témoignages des habitants de la région parlent d'un chasseur qui a survolé les débris du Boeing après sa chute.

Deux chercheurs ont même produit un filme où ils citent même les noms du pilote, un colonel de l'armée de l'air ukrainienne et d'une femme qui était à la tour de contrôle à ce moment là. Les deux se trouvent évadés probablement à Dubaï.
Tous les témoignages, mêmes ceux d'ex-soldats de l'armée ukrainienne sont formels à dire qu'il n'avait pas de système BUK avec les milices. Un missile de ce système laisse une trainée de fumée visible pendant 7 à 8 minutes dans le ciel et ce jour-là tous les témoignages affirment qu'il n'y avait pas de trainée de missile dans la région.

Votre commentaire est borné, il ne fait que répèter la "version officielle" de Kiev et de l'OTAN toutefois sans la moindre preuve. Cependant pour le monde entier la preuve la plus éclatante de que le Boeing a été abattu par l'armée ukrainienne (avec l'aide de l'OTAN) se manifeste tout simplement dans le mystère qui entoure l'enquête. C'est clair que si c'était un missile russe ou des rebelles pro-russes, le Département d'Etat US aurait déjà étalé toutes les preuves possibles et inimaginables au monde entier. Et pas des "preuves fake", bidonnées avec des photos tirées de Facebook et Google !!!

Le vol MH-17 a été abattu par un chasseur de l'armée ukrainienne parce qu'il l'a confondu avec l'avion de Poutine, il voulait en fait abattre l'avion présidentiel russe. Et il l'a fait avec l'aide de la tour de contôle de Kiev orienté par des radars de l'OTAN. Voilà pourquoi les autorités occidentales font du silence là-dessus. Et vous ne faite que, tel un perroquet de pirate, répéter leurs mêmes idioties.

Renseignez-vous mieux, c'est nul vos propos.
Réponse de le 22/12/2014 à 9:29 :
@ Alain d : Alain, tes commentaires sont plutôt intelligents mais celui-ci échappe totalement à ton style et pensée. As-tu retourné ta veste pour la version otanesque ? il y a quelques semaines tu nous disait exactement le contraire sur ce crash du MH-17. Bizarre comme les gens changent d'opinion, parfois radicalement comme toi. Dommage.
Réponse de le 22/12/2014 à 11:37 :
Le continent américain bientôt anéanti , une certitude....
Réponse de le 23/12/2014 à 0:50 :
Ah es néo-soviétiques !
Toujours à essayer de nous refourguer la désinformation poutinienne alors que même les Russes n'y croient pas une seconde ?
a écrit le 22/12/2014 à 0:04 :
Je me demande pourquoi les journalistes de la Tribune et d'autres média d'occidentaux font autant d'attention aux paroles de Poutine, surtout quand il prononce des discours sans importance. Il me semble qu'en Russie la plupart des gens plus ou moins éduqués ne lui croient pas trop sur parole, parce que la liste de ces promesses non tenues est très longue.
Réponse de le 22/12/2014 à 9:07 :
" Il me semble qu'en Russie la plupart des gens…"

"Il me semble" ah, mais c'est très objectif, je dirais même c'est scientifique quoi ! il me semble que vous avez un talent fou pour la comédie….. :-))
Réponse de le 22/12/2014 à 9:38 :
ils ne doivent pas être aussi éduqués que vous le pensez car en général ; l'éducation va de pair avec l'instruction ce qui entraine un esprit d'analyse !
Réponse de le 22/12/2014 à 11:50 :
@ : oui, il semble peut être scientifique, mais ce n'est pas votre cas. Concernant le niveau d'éducation. Je prends tous simplement quelques dizaines personnes, mes amis en Russie, en majorité cadres/cadres sup, le niveau d'éducation - bac+5/bac+8/MBA des meilleurs établissements de la Russie. Je ne connais aucun qui fait beaucoup d'importance aux paroles de Poutine. Ah non, il y en a un, par ironie, il est d'origine de l'Ukraine d'Ouest. Pourriez-vous nous raconter le niveau de vos compétence en Russie? Je vous remercie d'avance.
Réponse de le 22/12/2014 à 12:21 :
Merci d'avoir utilisé mon pseudo à mon insu, ce n'est pas forcément honnête en tant que pratique, mais l'empêcher se trouve, hélas, au-delà de mes moyens.
Réponse de le 22/12/2014 à 14:09 :
@faux ex-Moscovite le vrai de 12.21: C'est vous, qui usurpez mon pseudo qui existe depuis deux ans. S'il vous plait, arrêtez d'écrire des choses banales hors sujet, ce que vous faites dans les commentaires (je suppose que c'est vous) et racontez nous de vos connaissances en Russie, de vos compétences etc., donnez nous une information intéressante à propos de la Russie.
a écrit le 21/12/2014 à 23:51 :
La responsabilité :
Petit rappel, l’économie russe allait déjà très mal en ce début d’année, avec une croissance faible et une inflation bien trop élevée, là dessus sont venues s’ajouter les sanctions. Mais ou passaient tous les revenus des ventes hydrocarbures lorsque le baril était haut ? Les bénéfices n’étaient pas suffisamment réinvestis pour tirer vers le haut l’économie. Ce n’était pas compatible avec la grosse augmentation du budget militaire de ces dernières années (+17,8% en 2014). Poutine devra bien s’expliquer, un jour ou l’autre, sur ces choix désastreux, sur sa fortune exorbitante, et sur les largesses, avantages et cadeaux faits à ses anciens collèges de KGB, recyclés oligarques. Le peuple a le droit et le devoir de demander des comptes. Ou sont les investissements, ou sont les grands projets? Les façades de Saint-Pétersbourg et Moscou ont été repeintes, derrière et ailleurs, c’est la misère. On peut aussi se poser la question du coût des jeux de Sotchi (les plus chers de l’histoire), ou de la rénovation rapide du Kremlin pour une somme exorbitante, l’affaire dérangeait tellement qu’elle a été étouffé. Etait-ce nécessaire alors que bien d’autres infrastructures utiles aux industries sont manquantes ou médiocres. La façade, toujours la façade, la Russie a vraiment un problème d’image. Alors que c’est le fond qu’il faut rénover, le reste suivra naturellement.
Réponse de le 22/12/2014 à 0:13 :
Globalement d'accord. A la fin de 2013 il était déjà clair qu'en 2014 l'économe russe va frôler la stagnation même avec un baril restant à 110 dollars. Par contre, dans ce cas précis, l'investissement dans le secteur militaire tire l'économie vers le haut malgré les gaspillages énormes dans certains domaines.
Réponse de le 22/12/2014 à 0:21 :
Dans le Fonds de réserve de Russie et le Fonds de bien-être national de Russie, estimé a 137,5 milliards d'euros, ce qui en fait un 6e fonds souverain de la planète. Egalement la Russie n’a pratiquement pas de dette.
Réponse de le 22/12/2014 à 8:57 :
On assimile les réactions russes a ce que l'on pense depuis un bon bout de temps et ses propagandes US nous y renforce au lieu de nous convaincre du contraire
a écrit le 21/12/2014 à 22:47 :
En 2007, la structure du pib russe était la suivante : 4.6% pour l'agriculture, 39% pour l'industrie et le reste dans le tertiaire. Bien loin des 90% soient disant dans les hydrocarbures... il ne faut pas confondre structure des exportations et structure du PIB. Depuis 2007, le pib a augmenté ... d'un peu plus de 30% et ceci sans les hydrocarbures puisque la production de ceux-ci stagne. La seule faute de Poutine dernièrement est d'avoir laissé la banque centrale augmenter le taux de base à 17% tout en utilisant ses réserves pour couper l'herbe sous le pied des spéculateurs. Il aurait été plus simple et moins couteux de faire un contrôle des changes histoire d'éviter d'asphyxier l'économie avec des taux pareils.
Réponse de le 21/12/2014 à 23:24 :
1. Pour la structure c'est vrai, mais il y a un effet de multiplicateur. A 2009 la Russie a eu -9% de PIB avec la baisse de baril de 97 à 2008 à 62 usd à 2009 (moyenne annuelle). 2. Il semble que les plus actifs spéculateurs étaient les grosses banques y compris celles avec la participation de l'Etat et de gros boites d'Etat. Hors le contrôle directe des changes il y avait plein d'autres moyens d'éviter la panique aux marchés, mais rien n'était fait.
Réponse de le 22/12/2014 à 0:10 :
Certes mais ce qui apporte des devises ce sont bien les exportations et celles ci sont essentiellement le fait des hydrocarbures: les exportations de produits manufacturés sont inexistantes ou presque, tout comme l'exportation de services. Plus grand pays du monde, avec un sous-sol incroyable, la Russie a un PIB du niveau de celui de la France: c'est un score très mauvais, l'ours Russe aurait du suivre une trajectoire supérieure à celle de la Chine puisque théoriquement il s'agirait d'une démocratie, elle a la maitrise de secteurs de pointe, ses ressources sont énormes, et elle bénéficie encore d'un status géopolitique rattaché à un passé qui s'efface de plus en plus. Tout ce qu'on peut constater c'est que la Russie n'est pas à la place ou elle devrait être, et que ses pires ennemis semblent être ses dirigeants. Comme justifier la mainmise du pouvoir par Poutine ? Ou le contrôle de l'information? Ils n'ont pas réussit ni même semble-t-il essayé de déconnecter le rouble du prix des hydrocarbures, et contrairement aux Arabes ils n'ont pas du tout été capable d'avoir une politique d'investissement à long terme en dehors des hydrocarbures (si tant est qu'on considère que les Russes aient réussi à maintenir l'investissement dans ce seul secteur exportateur). Tout cela est mauvais et aller expliquer l'origine de ces problèmes chez les étrangers, ou une soit disant 5eme colonne est une bouffonnerie. Poutine est un mauvais, sauf pour lui même (il aurait pu faire l'ENA :-) )
Réponse de le 22/12/2014 à 11:57 :
@Bof: Quelle est le rapport entre la démocratie et l'économie? L'importance, c'est la qualité de gestion. Il y a plusieurs exemples quand les avancés économiques ont été réalisées par des régimes autoritaires. La démocratie peut être anarchique ce que ne facilite pas le développement économique. De plus la démocratie en Russie était et reste un peu particulière, même si la plupart des mythes de "a dictature russe" sont faux. Pour le reste globalement d'accord.
a écrit le 21/12/2014 à 19:49 :
C'est curieux comme un groupuscule de quelques suppôts de Brzezinski et d'autres banksters et ses alliés otanesques peuvent envahir les forums des journaux sur internet et, en profitant de la tribune libre, ouvrir grand leur bec pour nous gratifier de leur incontinence verbale. Mais, garons-nous de tels spécimens car la réalité n'est pas tout à fait celle qu'ils veulent ni celle de leurs maîtres génies du Mal non plus.

Sur le site de la revue américaine The American Conservative est apparu le 9 décembre un article signé Philip Giraldi sous le titre"Don't risk war with Russia" (Il ne faut pas prendre le risque d'une guerre avec la Russie). Cet même article a été repris par le site "Russia Insider" sous un autre titre : " Russia Has Means to Fight Back Against US Attacks" (La Russie a les moyens de résister aux attaques américaines").

La revue TAC défend une vision traditionnelle de la politique et qui est opposée à celle du néo-conservatisme. L'article de Giraldi nous montre que l'escalade américaine et de ses colonies en Europe (aussi appelées d'Union Européenne) contre la Russie est insensée et hautement dangereuse pour l'humanité. Mais il montre aussi que cette escalade est loin de faire l'unanimité auprès des Américains, même entre leurs conservateurs.

Si cela vous tente boire directement de l'eau de source, en voici l'adresse : www.theamericanconservative.com/articles/dont-risk-war-with-russia/
Réponse de le 21/12/2014 à 19:57 :
Ops, je m'excuse, deux erreurs : comment un groupuscule… peut envahir…..
Réponse de le 21/12/2014 à 21:14 :
Merci pour ce commentaire et pour tous les autres, Victor, qui sont toujours clairs, simples, précis, et pleins de clairvoyance.
Moi je pense que Vladimir Poutine a un terrible atout dans sa main, il peut du jour au lendemain, avec toutes les obligations US que la Russie possède, inonder le marché avec et racheter autant de roubles dévaluées.
Je crois qu'il attend son heure. (à condition que le directeur de la Banque Centrale Russe accepte, car en fait c'est lui qui a la décision).

Encore bravo pour vos informations, continuez.
a écrit le 21/12/2014 à 19:33 :
La Russie va mal, très très mal. Vraiment ?

1. L'UE a fait la fine bouche, Poutine alors abandonné le projet South Stream (qui allait livrer du gaz bon marché à toute l'Europe sans passer par l'Ukraine) et a signé un contrat avec la Turquie pour la construction d'un autre gazoduc, le Blue Stream;

2. on disait que ce méga-contrat avec la Chine irait mal tourner pour la Russie, qu'il ne favorisait que la Chine et d'autres salades telles…. ben non, la Russie vient de signer ces jours un autre contrat dans le domaine gazier avec la Chine de la même taille du premier, c-à-d, le méga-contrat voit le jour en double !

3. Poutine songe à arrêter les exportations de véhicules de l'Union Européenne (nos usines doivent rigoler en disant "ça nous fait une belle jambe", n'est-ce pas?) et compenser par l'importation de véhicules en provenant du Japon et du sud-est asiatique;

4. Hier, la Grèce et la Russie ont conclu un contrat sur la fourniture de pièces de rechange pour les systèmes antiaériens TOR-M1 et OSA-AKM;

5. La Russie a signé avec l'Inde des méga-contrats dans le domaine de l'armement (ce que met en délicatesse la vente des Rafales à ce pays) et du nucléaire, en renforçant une collaboration qui date de l'époque de l'URSS;

6. il n'y a pas une semaine qui passe sans qu'un nouveau bâtiment de guerre ou un sous-marin atomique ne soit pas admis dans la marine russe, un signe clair que la construction navale de Poutine se porte un peu mieux que Saint Nazaire….

Et bien d'autres choses positives sont toujours en train d'arriver en Russie après que les USA et leurs poodles de l'UE ont donné un sacré coup de Jarnac à la patrie de Dostoïevsky. C'est que notre bonne et vieille propagande occidentale fait toujours passer ces succès russes sous silence. La consigne en venant de Wall Street est : parlez surtout de la chute du rouble ! mais avec quelques grains de mauvaise foi, ça relève la sauce…. ;-)
Réponse de le 21/12/2014 à 19:46 :
Et je rajouterai le fait que la Russie a conclu il y a quelques semaines un accord de libre echange avec le Vietnam, signe concret que la Russie s'oriente vers de nouveaux marchés et de nouveaux fournisseurs en délaissant l"Europe pour de bon.
Réponse de le 21/12/2014 à 20:10 :
Non sans oublier que le magazine américain Forbes a qualifié le YotaPhone 2 russe de "découverte de l’année". Selon lui le smartphone russe de deuxième génération est une véritable percée sur le marché mondial des téléphones mobiles.

Avec un détail très important : Le YotaPhone est un projet entièrement "made in Russia" !

Le "Frechie Tech" doit continuer à fourbir ses armes, le chemin est encore long…..:-)
Réponse de le 21/12/2014 à 23:27 :
@ @mandine: Yotaphone est un bon projet, mais le smartphone est fabriqué comme la plupart d'autres en Chine et Yota possède des bureaux y compris ceux de développement en Occident.
Réponse de le 22/12/2014 à 12:25 :
Les informations du magazine Forbes sont tout à fait fiables, ils n'auraient aucun intérêt de dire que le Yota Phone est 100% fabriqué en Russie si ce n'était pas le cas. Arrêtez donc avec votre propagande pro OTAN, et aussi d'utiliser mon pseudo, soyez civilisé.
Réponse de le 22/12/2014 à 14:21 :
@ faux...: Non, je suis le vrai contrairement à un troll très présent ici. La conception est russe en majeure partie. Même dans les bureaux en Occident (au Canada, il me semble et quelque part encore) une bonne part de personnel sont des russes. Mais l'assemblage est réalisé en Chine, près de Shanghai. Je cite les média russes compétents. Je répète, le projet est bon, même très bon vu que les premiers tests n'ont pas montré des défauts sérieux.
a écrit le 21/12/2014 à 19:10 :
Ah, que je me réjouis à lire les analyses de la communauté Pensée Indépendante, véritable think tanker mondialiste et surtout indépendant, qui n'a aucun rapport avec la trivialité de la guerre psychologique, vicieuse propagande noire, qui remplit les pages des publications financiéristes anglo-saxonnes, depuis "The Economist" jusqu’au "Wall Street Journal" en passant par "La Tribune" et même "Le Monde", qui, depuis leur confort boursier, n’en finissent pas d’inciter à la guerre entre les USA et Russie.
D'ailleurs, je me demande si auront-ils assez de bunkers anti-nucléaires où se blottir le jour venu, les funestes banquiers de Wall Street, de Paris et de la City ?
Réponse de le 21/12/2014 à 22:42 :
Très bonne analyse mais j'y ajouterai juste un détail : les banquiers de Paris, ainsi que les canards économiques, ils n'ont pas de vie propre, ils ne sont que de gratte-papiers des grands "trusts" médiatiques et des banquiers de Wall Street. Donc le cas où il n'y aurait même pas de bunkers pour eux, les pauvres….
a écrit le 21/12/2014 à 18:39 :
Les Européens a forçe de faire le job pour USA vont se retrouver en slip surtout économiquement, la propagande qui veut que la Russie est au bord de gouffre va leur montrer dans les 2 ans qui viennent ce dont elle est capable.. (Ce n'est pas moi qui le dit).
En plus avec Dumou on va se retrouver avec deux bateaux invendables a rembourser, cout de l'opération ????? mais c'est le peuple qui va payer. Décidemment nous ne sommes dirigés que par des charlots(je pèse mes mots).
Réponse de le 21/12/2014 à 21:56 :
ça coûte rien, c'est l'état qui paie :-)
a écrit le 21/12/2014 à 18:23 :
Vladimir Vladimirovitch a mis les points sur les i, je l'en félicite.

Dans quelques mois la crise multiforme(spirituelle, morale , politique , financière , économique ..)va montrer à ceux des occidentaux qui prétendent diriger, à quel point leur modèle arrive en fin de trajectoire.
J'espère que Vladimir Vladimirovitch sera aussi magnanime(en 2018?, 2022?)que Alexandre 1er ne le fut en 1815, après avoir neutralisé le grand criminel que fut Napoléon 1er.
C'est ce que le futur me chuchote...
Réponse de le 21/12/2014 à 19:14 :
Vous savez, à moi aussi….. j'entends des voix….
Réponse de le 22/12/2014 à 11:59 :
@pseudo Ex-Moscovite (le vrai): Donc, ce sont les voies qui vous ordonnent d'usurper les pseudos?
a écrit le 21/12/2014 à 17:42 :
Pourrais-il venir en France, nous en avons bigrement besoin
Réponse de le 21/12/2014 à 17:46 :
pardon : pourrait
a écrit le 21/12/2014 à 17:31 :
les clients de la SG doivent redouter le pire apres les fetes ,une faillitte anoncee
Réponse de le 21/12/2014 à 17:42 :
Les marchés essaient de vendre leurs bobards dorés pour faire la fête jusqu'à Nouvel An car ils savent que à partir de 2 janvier les mauvaises nouvelles ne seront pas rares. Nous vivons des jours du genre "Profitons des soldes, il n'y en aura plus jamais !".
Réponse de le 21/12/2014 à 17:50 :
Et après que les USA ont retourné leur veste à Cuba BNP-Paribas pourrait bien leur demander les 10 milliards $ de retour n'est ce pas ?
a écrit le 21/12/2014 à 17:22 :
L’économie russe a toujours été fragile en raison du manque de diversification. Celle-ci repose quasi-exclusivement sur les hydrocarbures (essentiellement le gaz) et sur l’industrie de l’armement. Ainsi, la Russie n’a jamais réussi à s’imposer aux yeux du monde comme un grand pays industriel, ni même dans les secteurs financier et informatique. Ce manque de diversification des actifs, auquel se combine la mauvaise répartition des richesses dans la société russe et le manque d’intérêt pour l’Université, fait de la Russie un pays qui n’est plus compétitif vis-à-vis des pays asiatiques, notamment la Chine, et qui peine à trouver sa place.
La chute du rouble est naturellement liée à la baisse des prix du pétrole, mais aussi au fait que la Russie n’arrive plus à attirer autant qu’avant les investisseurs. Si, depuis la chute de l’Union soviétique, certains pays comme l’Estonie et la Pologne s’affichent comme des leaders en ce qui concerne la bonne gestion budgétaire, la Russie pour sa part n’arrive pas à faire de même, notamment en raison de la corruption de ses élites.
On imagine mal où s’arrêtera la "crise russe", il serait d’ailleurs plus cohérent de parler de "remise en place" de la Russie à l’échelle internationale. La Russie n’a clairement pas la capacité de rivaliser avec les Etats-Unis, l’Union européenne et la Chine. Elle se retrouve en position secondaire et cela explique le lancement du projet d’Union eurasiatique en 2015 pour tenter de sauver le peu de ce qui lui reste comme influence en Asie centrale et en Europe continentale. A l’image de la Première Guerre mondiale, tout le monde pensait que la Russie était une grande puissance, ce qui n’était pas le cas, les investisseurs se rendent compte aujourd’hui que la Russie n’est pas un placement cohérent par rapport à d’autres.
Réponse de le 21/12/2014 à 17:32 :
L'impérialisme Allemand n'a pas permis a la Russie de diversifier son économie, il faut être pragmatique, l'Allemagne ne pourra jamais être un partenaire commercial fiable pour la Russie en raison de cet impérialisme et de la soumission incontrôlée de l'Allemagne a l'OTAN.
Réponse de le 21/12/2014 à 17:33 :
En partie d'accord avec vous. Mais il n'existe pas une seule économie au monde qui, même sous une guerre déloyale comme celle que les USA et l'UE imposent au rouble, ne puisse pas s'en sortir. La Russie se renfermera en soi-même et trouvera d'autres solutions de diversification de son économie, d'autres partenariats plus fiables et (surtout) elle va se désolidariser du dollar et du système bancaire international, notamment l'anglo-saxon. Les mêmes USA et Europe ont voulu en faire de même avec Cuba et l'Iran et pourtant ceux pays ont toujours survécu. Imaginons un pays de la taille et avec les ressources naturelles et humaines que la Russie !
Réponse de le 21/12/2014 à 17:54 :
L'Allemagne ambitionne revenir à la même des années 30, cette fois sous le parapluie otanien (donc US) jusqu'à ce qu'elle puisse bâtir une armée aussi puissante que la russe. Et revenir au deutschemark et en créent la faillite de l'euro pour le reste de l'EU. C'est la raison pour laquelle le Royaume-Uni n'a jamais voulu de la monnaie unique.
Réponse de le 21/12/2014 à 18:03 :
Le système occidentale ne sait plus faire de croissance en raison des abus financiers qui ont bloqué et corrompu tout le système économique réel. Reste plus qu'a espérer que les asiatiques réussissent a trainer encore un peu la croissance mondiale.
Réponse de le 21/12/2014 à 23:40 :
@Michel Lambert: Concernant la gestion budgétaire en Russie, ce n'est pas correct ce que vous dites, les budgets sont plutôt strictes. La corruption et l'incompétence des autorités frappent pas la discipline budgétaire, mais le développement et la diversification. L'Estonie n'est pas si bon exemple en développement économique réel, même si les budgets sont strictes. La chute de roubles est liée en grande partie à l'incompétence (pour ne pas penser au pire) des autorités financières (et économiques), certaine baisse à cause du pétrole était inévitable, mais à telle échelle.
a écrit le 21/12/2014 à 17:18 :
y en a trop de propagande d'état d'un coté et d'autre, vaut mieux rester wait and see...
a écrit le 21/12/2014 à 17:16 :
Le ministre saoudien du Pétrole vient de déclarer que le pays ne baissera pas sa production pour faire remonter des cours de pétrole en chute libre même si des pays non membres de l'Opep le faisaient, tout en démentant une nouvelle fois démenti que l'Arabie saoudite était à la manoeuvre à des fins géopolitiques.
"Si (les pays en dehors de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, Opep) veulent réduire leur production, libre à eux. Nous ne la baisserons pas, l'Arabie saoudite ne la baissera certainement pas"
Réponse de le 21/12/2014 à 17:39 :
Bon, les dépêches AFP on doit toujours les prendre avec des pincettes….:-))…. mais l'info ne date pas d'aujourd'hui, c'est la réponse arabe à une rumeur qui voulait que la Russie allait baisser sa production à partir de janvier 2015.
a écrit le 21/12/2014 à 16:59 :
La guerre de la finance contre le peuple?
a écrit le 21/12/2014 à 16:44 :
Il faut impérativement que Moscou impose un embargo aux importations de voitures de l'Union Européenne. Tout simplement. Moi et bien d'autres aimeraient voir ce qui va se passer par la suite. Cela signifierait une perte d'environ 11 milliards d'euros par an – une paille si l'on considère les sommes que l'UE investit en Ukraine.
Mais, néanmoins, moi et d'autres aimeraient voir ce qui va se passer avec un tel embargo. Est-ce que nos journaux allaient rigoler et ironiser Poutine ? probablement uoi. Ou peut-être non. Ce serait amusant tout de même.
Allez, Moscou, faites-nous ce cadeau : un petit embargo sur les exportations de véhicules de l'Union Européenne. Merci.
a écrit le 21/12/2014 à 16:32 :
La Russie va arrêter les produits Allemands et Européens en commençant par les voitures allemandes beaucoup trop grosses pour ce pays pas très riche et polluant. Les véhicules allemands sont par ailleurs très polluants, ceci pourrait diminuer la facture énergétique de la Russie qui est importante. La Russie doit s'aligner sur le protocole de Kyoto. Les véhicules chinois ou indiens sont de plus petite cylindrée, et coutent beaucoup moins cher. Il en va de même pour de nombreuse machines outil allemandes très chères, complexes donc fragiles. Les chinois fabriquent des machines moins chère et plus simples. En résumé, la Russie va sans doute simplififier et réduire a outrance son système pour économiser et miser encore plus sur la Chine et l'Inde.
Réponse de le 21/12/2014 à 16:47 :
Juste pour l'info, il y a déjà eu des contacts avec Tokyo, Taiwan et Seoul de la part des autorités russes dans ce sens. A la rigueur, ce sont les pays où se trouvent les plus grandes usines automobiles au monde…. que BMW, Mercedes, Renault et d'autres Peugeot fassent gaffe….
Réponse de le 21/12/2014 à 17:27 :
En important des produits Allemands et ceux de ses vassaux, la Russie a accepté implicitement l'impérialisme Allemand et celui de l'OTAN... Ceci ne lui a pas été de grand bénéfice vu les résultats actuels. Une sorte de pragmatisme asiatique devrait être privilégié pour se refaire des alliés économiques a la hauteur des ressources de la Russie.
Réponse de le 21/12/2014 à 17:47 :
Moi je pense que jusqu'à présent on n'a rien vu de ces embargos russes aux exportations européennes et les prochains à venir. Bruxelles tente d'escamoter les dégâts mais quelques signes de mécontentement sont déjà visibles (la manif des producteurs en Belgique l'autre jour). L'Europe perd de l'argent quotidiennement à cause de l'embargo russe mais aussi du rouble faible. Beaucoup d'investissement qu'on attendait de la Russie se sont arrêtés net avec les sanctions. Cela ne va pas s'arranger à partir de l'année prochaine et je pense que l'Allemagne sera la plus touchée.
Réponse de le 21/12/2014 à 20:52 :
L'Europe semble devenue incapable de faire de la croissance et du commerce. Logiquement, les Asiatiques vont un peu plus prendre la place de l'Europe pour approvisionner la Russie. Il apparait inconcevable de laisser bloquer la croissance mondiale sous les prétextes fallacieux de l'Allemagne déclinante et vieillissante.
a écrit le 21/12/2014 à 15:39 :
Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances allemand, a dit qu’il avait appelé son homologue russe, Anton Siluanov, pour lui demander de reconduire un prêt de 3 milliards $ que le Kremlin avait conclu avec Kiev l’année dernière. Selon le Fonds monétaire international, l’Ukraine est en effet à quelque semaines de la faillite.

D’une main, elle demande une aide financière à la Russie, et de l’autre elle bombarde des Russes ethniques dans l’Est de l’Ukraine, sanctionne l’économie russe… Le trou noir des finances de l’Ukraine est en train de peser politiquement sur les leaders de l’Union européenne.

L’Union européenne demande de l’austérité de l’Ukraine, tandis que la population lutte avec la pauvreté grinçante, avec une économie qui s’effondre. La politique de l’Union européenne vis à vis de la Russie est tellement mal pensée, qu’elle menace de s’écrouler sous ses contradictions. (V. Jauvert)
Réponse de le 21/12/2014 à 16:58 :
Vous savez combien ça coûte chaque jour de guerre pour l'Ukraine ? 6,8 millions de dollars !! et selon quelques témoignages d'Ukrainiens, une partie de l'aregnet venu du FMI et d'autres (UE, USA…) disparaît dans les comptes à l'étranger des grands oligarques. L'Ukraine n'a pas d'avenir, même pas pour l'Otan.
Réponse de le 21/12/2014 à 19:12 :
Pour un pays au bord du gouffre que l'Ukraine c'est ENORME !!
a écrit le 21/12/2014 à 15:22 :
Il a eu ce qu'il a cherché le Vladimir !
Réponse de le 21/12/2014 à 15:33 :
Ecoutes moi bien, Toto, en regardant droit dans mes yeux gris.

Il y a seulement quelques mois, nous avons assisté à un gigantesque accord gazier conclu par la Russie et la Chine pour un montant de 400 milliards de dollars. Les médias occidentaux ont accueilli cet accord avec une malhonnêteté partisane, affirmant à tort que la Chine était en train de prendre le dessus sur la Russie, bien que toute montre que la Chine a accepté de payer environ $360 les 1000 cm3, soit un prix similaire à celui que paye l’Union européenne, avec un prix qui fluctue en tandem avec ceux du pétrole.

Des informations sortent maintenant évoquant un autre contrat qui pourrait mettre en concurrence l’Union européenne avec la Chine sur les mêmes fournitures de gaz de Sibérie occidentale, celles-ci parlent d'un nouveau accord conclu entre la Chine et la Russie pour 30 milliards de mètres cubes, qui viennent s’ajouter aux 38 Mrd m3 du premier contrat. Voici une nouvelle à laquelle peu de gens ont prêté attention, malgré ses effets dramatiques à long terme sur une économie européenne déjà en perte de vitesse. Même au moment où il a été rendu public, ce contrat a suscité très peu de réactions. Rares sont ceux en Europe qui en profitent pour lancer un débat public sur ses implications. On fait comme si c’était sans importance, bien qu’il s’agisse en réalité d’une question très importante.

Faute de meilleures relations avec la Russie, l’Union européenne s’achemine vers un gouffre de 150/200 Mrd m3 entre l’offre et la demande d’ici 2030. La cause de ce gouffre est le déclin de la production en mer du Nord, dans les pays tels que les Pays-Bas et dans une moindre mesure la Norvège, et peut-être aussi une perte de 50 Mrd m3 sur les 80 qui transitent par l’Ukraine.

On comprend mieux la fragilité de l’Europe et sa grande sensibilité au prix du gaz en regardant qui sont les principaux clients parmi ses membres: l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et les autres économies fortes seront toujours approvisionnés par Nord Stream et Yamal, ainsi que par la Norvège. Ces pays sont les poids lourds de l’économie européenne. Le gaz qui transite par l’Ukraine alimente la Slovaquie, la Roumanie, la Hongrie, la Bulgarie, l’Italie, la Grèce, la Slovénie, la Croatie, la Serbie et l’Autriche. Exception faite de l’Autriche, ces pays sont vulnérables et économiquement fragiles. Leur capacité à payer leur gaz plus cher que les pays du Nord, dont la compétitivité est déjà supérieure, est très limitée. Un handicap supplémentaire de compétitivité est la dernière chose dont ils ont besoin.

Je comprends l’ambition géopolitique des dirigeants occidentaux de garder le robinet ukrainien ouvert, ce qui les conduit à ignorer les conséquences négatives sur l’économie. Il est peut-être temps de comprendre que la Russie a déjà pris la décision de faire une croix sur l’Ukraine comme pays de transit. Le premier pas dans cette direction fut la construction de Nord Stream. South Stream devait être l’étape suivante, et la dernière. Face l’obstruction que rencontre le projet de la part des Européens et des Américains, la Russie a décidé de détourner son gaz vers l’Est. Toute tentative supplémentaire visant à bloquer le projet South Stream ne fera que frapper un peu plus durement encore les économies européennes, et par ricochet nuira aux intérêts des producteurs de GNL. Au plan géopolitique, il n’y a plus rien à gagner.

Bonne semaine, bonne Fêtes.
Réponse de le 21/12/2014 à 15:40 :
Hi, Tony, il fait toujours chaud à la rédaction ?
Réponse de le 21/12/2014 à 15:46 :
Et toi Tony, t'as déjà trouvé ce que tu cherches désespérément ?….. hmmmm ? :-)
a écrit le 21/12/2014 à 13:45 :
Les excellentes nouvelles de cette semaine :

Fitch vient de dégrader la note de la France (encore une fois)
Orange va sortir du marché britannique
Le régime de retraite complémentaire des cadres au plus mal
TAFTA : le traité transatlantique risque de faire baisser les salaires en Europe
Le Cac 40 plonge vers les 4.000 points….

Et cerise sur le gâteau, le pays le plus capitaliste au monde, les Zétazunis, veulent ouvrir une ambassade US dans un pays communiste, Cuba et demandent de l'aide (HELP !) à un autre pays communiste, la Chine !!!

A propos de Poutine, vous disiez même…. ??
Réponse de le 21/12/2014 à 15:44 :
L’événement de la semaine, le vrai, pas ces foutaises de presse de boulevard, c'était la pose de la première pierre des très longues fondations de la future « Route de la soie », un projet annoncé par la Chine depuis quelques mois et dont la réalisation effective nous démontre sa forte volonté de prendre une place active dans la construction du monde global de demain.
Et comme d'habitude, cet événement capital a été boudé par les ziomédias, c'est normal.
Réponse de le 21/12/2014 à 17:00 :
Pas faux, on est dans la mer**. mais vous savez quand le coq chante le mieux ? :-))
Réponse de le 21/12/2014 à 23:08 :
@ faux Ex-Moscovite (le vrai) de 13.45: Vous savez, c'est très mal d'usurper les pseudos, surtout pour écrire des choses sans rapport au sujet. S'il vous plaite, dites-moi, c'est pour discréditer?
a écrit le 21/12/2014 à 13:03 :
En France, qui seraient-ils ceux qui feraient l'amalgame entre Poutine et le FN pour les critiquer au profit la politique de l'OTAN ? en tout cas, pas le citoyen ordinaire, pas le Français normal. Et pourquoi ? parce qu'on s'en fiche de cet amalgame, dans notre pays on critique soit le FN, soit on critique la Russie – séparément. D'ailleurs cet amalgame voulu par quelques-uns n'existe pas.

Donc, qui sont ceux qui critiquent systématiquement l'amalgame FN-Poutine ? ce sont ceux qui défendent l'objet de critique de ces deux là, c-à-d, la politique américaine en Europe. Et qui dit politique américaine en Europe dit…. OTAN !

Pour résumer, ceux qui fréquentent les sites-forums pour critiquer le FN et Poutine en faisant cet amalgame de circonstance, ce ne sont pas des Français ordinaires mais de "Français spéciaux", vous voyez ce que je veux dire ? ce sont des corps étrangers qui s'infiltrent dans notre société pour diffuser des idées pas toujours conformes à notre mentalité ni à notre vision de démocratie.

Faites donc attention à ce genre de message, ils véhiculent la haine et l'extrémisme, des maux dont nous n'avons pas besoin en France.
a écrit le 21/12/2014 à 12:43 :
LES BRAS CASSÉS DE LA (FAUSSE)GAUCHE EN FRANCE SONT SOUMIS AUX USA. QUE DES BONS À RIEN...
a écrit le 21/12/2014 à 11:11 :
Sanctionner la Russie, peut être,
mais alors,
il est encore urgent de sanctionner aussi durement avec une poigne de fer les israéliens colons juifs qui sont capables de massacrer des dizianes de millers d'enfants, de mères de familes et de vieillards palestiniens.
a écrit le 21/12/2014 à 11:01 :
attendons quand même la suite, d'autant que le prochain " client " c'est la Chine.
Réponse de le 21/12/2014 à 12:48 :
Dis, c'est pas fatigant écrire tant de bêtises ?…..
Réponse de le 21/12/2014 à 15:21 :
l'attaque contre la Chine a déjà commencé mais ça a été un fiasco ( émuetes à Hong-Kong).
les USA ont gagné en séparant la Russie et l'UE mais ils ont perdu en convainquant les BRICS de signer rapidement des accords dans tous les domaines.
prochaine manche ? tentative de déclencher une guerre générale ?
a écrit le 21/12/2014 à 10:58 :
Attendons la suite, en tout, etat de cause le prochain pays est la Chine, le morceau ser
Réponse de le 21/12/2014 à 11:32 :
Non, pas encore la Chine. Selon mes contacts à Washington, le prochain sera le Kazakhstan, pays riches en ressources naturelles (pétrole, gaz, uranium ...) et dont le président est malade et sans héritier. De plus l'Otan dispose d'une base militaire au Kazakhstan. Donc bientot le Kazakhstan sera pour l'Otan le prochain objectif, notamment pour faire sortir le KZ de la zone de libre échange Russie-Bielorussie-Kazakhstan.
Réponse de le 21/12/2014 à 13:49 :
Comment qualifier le pouvoir en place à Bruxelles ? Démocratique ? De mon point de vue, un pays hors des 28, l'UE souffre de déficit démocratique flagrant et elle est présomptueuse ainsi que passablement arrogante avec les pays qui font frontière hors de son club: Turquie, Russie, Suisse.
Les Etats-Unis dépendent de la Chine, leurs plus grand créancier, ce qui vous dites c'est de la connery made in USA, désolé.
a écrit le 21/12/2014 à 10:25 :
Qui payent ses dettes s enrichi on est loin du compte pour donner des leçons de gestion d un pays !!!!! les incapables compter vous !!!!oui ils sont bon pour piquer dans la caisse qu elle honte !!!!
Réponse de le 21/12/2014 à 13:33 :
L' Europe ne rejette pas l' économie russe , bien au contraire , mais fait plutôt de la diplomatie et donc ... rien à voir !
- Par contre il est vrai que les USA ont toujours été en guerre froide avec les Russes , de tous temps !
- Hollande à bien dit qu'il ne veut et ne sera pas sous pression Américaine mais qu'il agirait en son âme et conscience !
- Les Russes auront leurs Mistral prochainement !
a écrit le 21/12/2014 à 10:20 :
La Russie le pays le moins endetté du monde cela laisse rêveur!!!! n est pas Messieurs les donneurs de leçons !!!!!!!on devrait un peut se la jouer mollo et balayer devant notre porte!!! on est vraiment petit petit!!!!!!
Réponse de le 21/12/2014 à 12:05 :
OUI MAIS EUX ONT DU PETROLE ET DU GAZ ET AUSSI LES MEILLIEURS TERRE DU MONDE??? IL PEUVENT SURVIRE LONGTENT A UN ENBARGOS US???
Réponse de le 21/12/2014 à 12:19 :
Et c'est bien pour cela que ce pays est attaqué, parce qu'il ne consent pas justement à se vendre à vil prix aux "investisseurs". Un pays qui veut garder sa souveraineté, c'est le diable incarné aux yeux du monde de la finance.
a écrit le 21/12/2014 à 10:20 :
Poutine ne cèdera rien, il en fera baver aux Russes qui continueront de le suivre de gré ou de force, il flatte son peuple et la fibre nationaliste. Chose inconnue dans les démocraties où l'on a honte du drapeau, limités que nous sommes par la folie du pseudo bien- être " d'avoir" tous atteints par la fièvre acheteuse. Qu'il coupe le gaz aux Européens , bon sang, au moins 2015 commencera sur les chapeaux de roues, et après nos emprunts pour financer les déficits nous mèneront dans la tombe. Au moins Poutine a un but: la grande Russie, Hollande et Juncker rien de rien.
Réponse de le 22/12/2014 à 12:19 :
« Chose inconnue dans les démocraties où l'on a honte du drapeau »
T"as jamais dû voir un film ou un reportage sur les USA. Ils bouffent du drapeau jusque dans leurs voitures.
a écrit le 21/12/2014 à 10:17 :
Poutine est l'homme fort de son pays et aujourd'hui le monde entier le craint, alors il faudrait trouver une solution qui arrangent tout le monde, comme ca ce problème serait réglé et l'on passerai a autre chose.
a écrit le 21/12/2014 à 10:16 :
et...."un rideau de fer",on oublie vite,mais c'était hier,et ces hommes qui ont asservi la moitié de l'occident au nom d'une idéologie dont certain osent encore vanter la mémoire,sont préts à recommencer au nom de la grande Russie,cette grandeur maléfique qui séme la désolation la misére et la mort.Arrétez la musique,
a écrit le 21/12/2014 à 10:09 :
quelle logique ? on defend les colons israeliens et on tape sur les russes ,,,??? onva le meme jour cirer les pompe du dictateur kasac et au retour on vient donner des lecons à poutine mais dans tous les cas c'est le PEUPLE qui subit les embargos mais le peuple TOUS LES POLITIQUES S4EN FOUTENT la crime par ex elle est russe de langue et coeur c' n'est pas a obama ni hollande d'en decider!!!!!!
a écrit le 21/12/2014 à 9:50 :
Hier 2 policiers ont été exécutés à NYC en raison du fait qu'ils étaient policiers. C'est beau la démocratie et la vie à l'américaine, ca fait des envieux ! Yes we can .... NOT !
Réponse de le 21/12/2014 à 13:52 :
Pour le monde entier l'Amérique est bel et bien finie, mais pas pour certains qui font encore partie du triangle du Mal (devinez donc les pays) et ses cabots, pour ceux-là l'American Dream vivra tant qu'il aura Hollywood et la cérémonie des Oscars.
a écrit le 21/12/2014 à 9:36 :
L'Amérique vit des graves problèmes sociaux, les infrastructures urbaines et de transports sont vétustes, l'environment est devenu catastrophique (plusieurs réserves d'eau, marinas et lacs s'assèchent rapidement) et pourtant le département d'Etat ne fait qu'augmenter le budget militaire (actuellement il est 10 fois plus grand que le russe).
Les hébétés, ces fous inconditionnels de l'Amérique, ces fanatiques de nos médias et d'autres agrégats fous du "rêve américain", ne voient pas le coté misérable de ce pays, au contraire, ce gens trouvent tout à fait normal qu'un pays comme les EUA dépense des centaines de milliards avec des armes et soldats au grand détriment de son bien-être social. Ces zozos de tous bords critiquent la Russie quand elle dépense qu'une partie logique de son budget avec le militaire. Pourquoi ces deux poids et deux mesures hautement imbécile, illogique ? Honnêtement, je n'ai pas le moindre respect envers ces gens-là.
Réponse de le 21/12/2014 à 9:50 :
@Jean-Marc
Les US sont la plus grande menace pour la sécurité dans le Monde. La menace va s'intensifier parce que les US ont désormais des concurrents aussi (et bientôt) plus puissants qu'eux. Ils ne pourront pas le tolérer, le chaos est nécessaire à leur leadership. Les faucons américains et le CMI sont à l'oeuvre.
Réponse de le 21/12/2014 à 9:50 :
@Jean-Marc
Les US sont la plus grande menace pour la sécurité dans le Monde. La menace va s'intensifier parce que les US ont désormais des concurrents aussi (et bientôt) plus puissants qu'eux. Ils ne pourront pas le tolérer, le chaos est nécessaire à leur leadership. Les faucons américains et le CMI sont à l'oeuvre.
a écrit le 21/12/2014 à 9:15 :
ha la la ! quand je fais la différence entre ce petit bonhomme par la taille mais qui est un vrai président pour son pays , je me dis que nous , français , nous ne sommes pas gatés avec nos zélus , hollande , sarkozy , qui nous ont mis sous la poigne des usa ;
a écrit le 21/12/2014 à 9:12 :
Le peuple russe va peut être trouvé que les ambitions de Vladimir c'est tres cher payé
a écrit le 21/12/2014 à 9:01 :
La suite de l'histoire, nous la connaissons: la Crimée est arrimée à la Russie, démocratiquement, et tous finiront par le comprendre..évidemment, quand on est expert en géostratégie, cela prend plus de temps. In fine, on dira: tout cela pour quoi au juste?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :