Venezuela : nouvelle dégradation de la note du pays, au bord de la faillite

 |   |  465  mots
Nicolas Maduro, président du Venezuela, accuse les Etats-Unis de mener une guerre du pétrole.
Nicolas Maduro, président du Venezuela, accuse les Etats-Unis de mener une guerre du pétrole. (Crédits : © Carlos Garcia Rawlins / Reute)
Après Fitch, c'est au tour de Moody's de dégrader la note souveraine vénézuelienne. La chute des cours du pétrole met en exergue les insuffisances béantes de son économie.

Le Venezuela au bord du gouffre? Pour les marchés financiers, cela ne fait plus guère de doute. L'agence de notation Moody's vient de concrétiser cette crainte en dégradant son appréciation de la signature souveraine du pays d'Amérique latine.

La note vient de passer à Caa3, deux crans au-dessous de Caa1, qui représentait déjà un "risque élevé". Pour l'agence américaine, Caracas présente un risque de faillite qui a "nettement augmenté", ce qui lui vaut d'être désormais classé parmi les pays emprunteurs "à très haut risque". Cette annonce survient moins d'un mois après sa dégradation par l'autre agence de notation américaine. Le 18 decembre, Fitch avait effectivement abaissé son appréciation de deux crans, de B à CCC.

Une économie qui s'est largement dégradée

La raison de cette dégradation tient à l'effondrement des cours du pétrole dont le pays est excessivement dépendant. Lundi 12 janvier à Londres, le baril de Brent a terminé à 47 dollars, alors qu'il s'échangeait autour de 110 dollars six mois auparavant.

Pour Moody's, la baisse de l'or noir a un impact sur la balance des paiements et les réserves de devises du pays. Le pays devrait, selon l'agence américaine, afficher son premier déficit courant depuis 1998, et il devrait atteindre 2% du PIB. D'autres analystes cités par l'AFP considèrent, de leur coté, que le déficit public pourraient atteindre 19% du PIB en 2015.

Mais, l'économie vénézuélienne s'est détériorée avant le début du cycle de baisse du pétrole. En 2014, la contraction du PIB a commencé dès le premier trimestre au rythme de 4,8%, puis de 4,9% au second trimestre. Au troisième trimestre, la baisse s'est réduite à 2,3%. Pis! En sus de cette économie récessionniste, le pays doit également composer avec une inflation galopante au rythme de 63,6% sur un an au mois de novembre 2014.

Le pays le plus risqué de l'Opep

Pour Olivier Jakob, analyste et directeur de Petromatrix, le Venezuela est un des pays qui présente le plus de risques de déstabilisation politique parmi les pays producteurs de pétrole.

"Le Venezuela est vraiment à risque. Le gouvernement actuel est sous pression. Même si la Chine a aidé le pays ces dernières années, il n'est pas certain qu'elle continue à le faire et à augmenter son risque sur ce pays", a-t-il déclaré dans une interview à La Tribune.

Nicolas Maduro, le président vénézuélien, fait actuellement le tour des capitales membres de l'Opep afin de réclamer un réajustement de la production de pétrole afin de soutenir les cours du brut. Ce mardi 13 janvier, il s'entretenait avec le président algérien, après avoir rendu visite à ses homologues iraniens et saoudiens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2015 à 15:24 :
Tyrion, croyez vous vraiment qu'il faut avoir des diplômes d'études supérieur pour savoir ce qu'un peuple veut ? certes c'est un ancien chauffeur de bus et alors ? Hollande a bien fais des études en droit et c'est pas pour autant que la France va de l'avant , donc au lieu de faire des commentaires sans intérêts et d'insulté un peuple qui a élu leur président démocratiquement réfléchissez.
Réponse de le 18/01/2015 à 8:40 :
mskn, chauffeur de bus ou pas il a planté son pays , ce n'est pas une insulte c'est un fait il est donc incompétent ! , sur la forme de votre argumentation la France n'a rien a voir la dedans ne changez pas le sujet, Faire croire à des insultes et changer de sujet, : pas sérieux dans un débat c'est une technique classique de langue de bois
Réponse de le 21/01/2015 à 16:37 :
il a planté son pays ? sa se voit que vous n'êtes jamais allez au Venezuela sinon vous sauriez qu'il existe une opposition anti-démocratique qui contrôle plus de 60% de l'économie et qu'ils cache des entrepôts entier de produits de première nécessité pour créé un ras-le-bol générale sur la population
a écrit le 14/01/2015 à 12:19 :
Que les US s'attaquent au gouvernement du Venezuela parce qu'ils veulent continuer leur domination en Amérique latine et faire la mainmise sur le pétrole de ce pays, c'est leur histoire entre eux, des américains. Mais qu'un journal soi-disant économique français (!!) prenne position pour les US contre le Venezuela juste pour plaire à ses maîtres d'outre-Atlantique, alors ça c'est inadmissible et même déplorable. Le jour où la France sera la cicle de toutes les railleries de la planète (ce qui est loin d'être impossible, rappelons-nous) qu'en dira-t-elle notre presse atlantiste ???
Réponse de le 18/01/2015 à 8:45 :
erreur : les US subissent la baisse du prix du Baril, Cette baisse est voulue par l’Arabie Saoudite pour arrêter le développement des pétroles de schistes aux USA
je ne vois pas de prise de position dans l'article, juste un exposé de faits ; vous avez une lecture surprenante du monde
a écrit le 14/01/2015 à 3:27 :
Ils sont mis un chauffeur de bus à la tête de leur pays.
Qu'ils assument leur choix jusqu'au bout.
Réponse de le 14/01/2015 à 12:20 :
Ton commentaire est plutôt raciste. Tu lis Charlie ?
Réponse de le 14/01/2015 à 13:26 :
Et pour toi un Barack Obama il a la tête de quoi ?
a écrit le 13/01/2015 à 23:10 :
Des élections truqué au Venezuela ???
avez vous fais des recherche, je ne pense pas sinon vous aurez vu que le système électoral du Venezuela est considéré par de nombreuses ONG dont l'institut Carter comme le pays avec le meilleur et le plus sure système électoral au monde et quand a la soit disant "excellente relève" si pour vous commanditer des coups d'état contre un gouvernement démocratiquement élus est pour vous signe d'être honnête et humble je pense que nous n'avons pas la même définitions de ces mots là.
a écrit le 13/01/2015 à 20:46 :
pourquoi mes commentaires n'ont pas été posté ??
a écrit le 13/01/2015 à 18:51 :
ils ont voulu jouer aux nationaux socialistes, brider les libertes, casser les boites, virer les multinationales, vider les magasins et chanter sur un ton arrogant ' marechal nous voila'
he ben voila ... l'addition
on sait comment ca va se terminer, et ce que va devoir faire ' l'armee populaire juste et reenchantee', comme on dit en france pour justifier toutes les exactions possibles et imaginables ( enfin... ima... ' assez minable', pour reprendre la celebre phrass)
a écrit le 13/01/2015 à 18:03 :
L'Amérique Latine et des pays BRICS s'organisent pour créer leurs propres agences de notation pour contrer le pouvoir des trois institutions nord-américaines et ainsi décider quel est le pays qui possède une économie forte et quel pays on dégrade. Encore un autre bonne raison pour que le Venezuela se prépare pour rejoindre le BRICS un jour. Ce moment là les notes de Moody's ou d'autre agences américaines n'auront plus aucune valeur pour ce pays.
Réponse de le 14/01/2015 à 3:26 :
Pourquoi n'iriez vous pas rejoindre les BRICS ?
La France n'est pas un pays en développement.
a écrit le 13/01/2015 à 17:09 :
La politique de la succession des gouvernements et de ses deux dictateurs a été cohérente : détruire lentement la capacité productive du pays pour que toutes les ressources soient importées. Contrôler politiquement et économiquement l'entreprise pétrolière nationale ainsi que l'ensemble du système bancaire, dont la banque centrale. Au final, c'est la gouvernement qui contrôle la totalité de l'économie en allouant ou pas des dollars pour les importations. Dollars qui proviennent exclusivement de l'exportation de pétrole. Avec toutes les cartes en main il pensait disposer de tous les pouvoirs pour mener la politique qu'il voulait, sans aucune contrainte, après avoir nationalisé également l'ensembles de moyens d'information. Mais il avait oublié un détail : le prix du pétrole peut baisser. Fatale erreur. Il n'a plus de sous, il a démoli l'industrie, le commerce, l'agriculture, les services. Il n'a plus que ses moyens gigantesque de propagande. La tournée internationale pour mendier des dollars n'a pas fonctionné. Le retour va être pénible. Le début de la fin s'approche de plus en plus. Espérons qu'il ne soit pas sanglant.
a écrit le 13/01/2015 à 16:21 :
Les " élections " de ce Pays sont toujours truquées, falsifiées. Il faut laisser ce pays s'effondrer économiquement. La Dictature Chavez-Maduro, s'effondrera. Ce Peuple est intelligent et mùr : Une excellente relève est disponible en la personne du leader du parti de centre-droit, qui a gagné les deux dernières présidentielles, avant fraude de la Dictature Communiste Chavez-Maduro. D'autres Femmes et Hommes Démocrates modérés compétents sont également honnètement et humblement disponibles,.
a écrit le 13/01/2015 à 16:18 :
vive le modèle socialiste !
Réponse de le 13/01/2015 à 18:53 :
ne rigolez pas trop, lenine etait deja aussi cynique dans les anees 20! fabriquer des pauvres c'est leur meilleur moyen de survie
Réponse de le 14/01/2015 à 6:50 :
et la droite leur meilleure façon de survivre (en france par exemple) c'est de fabriquer des imbéciles ciniques et à lire ces commentaires Sarko et autres Chirac ont réussi

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :