"L'Arabie Saoudite ne veut pas être la seule à baisser sa production comme en 2009", Olivier Jakob

 |   |  515  mots
Olivier Jakob estime que le pétrole pourrait prochainement remonter vers son prix d'équilibre qui tourne autour de 60 à 70 dollars.
Olivier Jakob estime que le pétrole pourrait prochainement remonter vers son prix d'équilibre qui tourne autour de 60 à 70 dollars. (Crédits : DR)
Oliver Jakob est analyste et directeur de Petromatrix. Il analyse pour La Tribune la nouvelle donne sur le marché du pétrole. Il s'attarde également sur les enjeux géopolitiques de ce contre-choc pétrolier et ses conséquences potentiellement explosives...

La Tribune : Le baril de Brent est brièvement passé sous les 50 dollars le 6 janvier au matin, pensez-vous que nous sommes face à une tendance baissière qui devrait se prolonger à long terme?

Olivier Jakob : À mon sens, cela devrait s'arrêter prochainement. Nous avons atteint des niveaux de prix qui ont un impact sur la production mais également sur la demande. On n'a donc plus besoin d'aller plus bas. Par ailleurs, le niveau des surplus n'est pas énorme puisqu'il n'excède pas les 3 millions de barils dans le monde, on n'a donc pas besoin de réduire la production pour provoquer une remontée des prix.

À combien estimez-vous le prix d'équilibre?

On devrait rester sur une fourchette comprise entre 60 et 70 dollars. Si on regarde en 2010, nous étions à 75 dollars, c'était alors un niveau de prix beaucoup plus tenable pour les producteurs. À 110 dollars, l'impact était trop négatif sur la demande.

Quelle est l'influence du dollar sur le cours du pétrole selon vous?

La hausse du dollar réduit l'attrait sur les matières premières, donc le pétrole mais pas seulement. Maintenant, certains pensent que c'est la baisse du cours du pétrole qui tire le dollar vers le haut, et d'autres pensent le contraire...

On voit que certains membres de l'OPEP demandent un réajustement du niveau de production pour rééquilibrer le marché, mais l'Arabie Saoudite ne semble pas vouloir agir...

L'Arabie Saoudite ne veut pas être le seul pays à couper sa production. En 2008 et 2009, elle avait lancé un mouvement de réduction de la production dans le cadre de l'OPEP, mais elle s'était retrouvée seule à le faire. Pour obliger les autres pays à participer à cet effort de réduction de la production, elle cherche donc à faire peur. Maintenant, l'Arabie Saoudite n'a pas forcément intérêt à prolonger trop longtemps ce niveau de prix très bas même si elle a enregistré des excédents budgétaires ces dernières années et qu'elle a su constituer des réserves. Une baisse prolongée peut être un facteur de déstabilisation pour le pays. J'ajoute que l'éventualité d'une succession très prochaine à la tête du royaume, compte tenu de l'état de santé très détérioré du roi, devrait pousser Ryad à retrouver un baril plus fort pour éviter une déstabilisation.

Il y a d'autres pays dont le risque de déstabilisation est plus fort encore...

En effet ! Le Venezuela est vraiment à risque. Le gouvernement actuel est sous pression. Même si la Chine a aidé le pays ces dernières années, il n'est pas certain qu'elle continue à le faire et à augmenter son risque sur ce pays.

Y a-t-il une réelle volonté des pays de l'OPEP à gêner l'industrie du pétrole de schiste américain?

L'Arabie Saoudite, mais également les Émirats Arabes Unis, l'ont dit très clairement. En laissant les prix du pétrole tomber, l'objectif est de réduire la croissance de la production américaine. Celle-ci augmentait au rythme d'un million de baril par jour chaque année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2015 à 18:23 :
ce dont il faudrait parler , c'est le coût exhorbitant du Kwh des énergies dites renouvelables! en face d'un baril à 45€ , le prix du Kwh photovoltaïque et de l'éolien est 2 ou 3 fois plus cher! déjà les Allemands qui vont fermer leurs centrales nucléaires , vont se trouver avec des factures d'électricité qui vont exploser! qui va continuer à investir dans le photovoltaique et l'éolien ? impossible à amortir tant qu'il y aura du pétrole surtout gardons nos centrales c'est la chance de la France
a écrit le 08/01/2015 à 15:52 :
combien nous coûte ce pays quand on voit les événements d'hier et d'aujourd'hui ?
a écrit le 08/01/2015 à 9:58 :
C'est bien gentil tout ça, mais on aimerait voir l'impact de cette baisse du pétrole à la baisse. Baisse du prix du baril depuis 6 mois: -50%. A la pompe: -20%. Cherchez l'erreur! Les pétroliers se font de belles marges. Par contre dès que le pétrole monte la hausse est immédiate!
Réponse de le 08/01/2015 à 14:36 :
comment voulez vous qu'il y ait bijection, le prix à la pompe est composé de plus de 60% de taxes ... et leur montant vient d'etre réhaussé. Vous dites que les petroliers s'en mettent plein les poches, mais c'est rien comparé au montant des taxes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :